AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070417117
224 pages
Éditeur : Gallimard (21/03/2001)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 79 notes)
Résumé :
Benno et Adrien sont deux anciens combattants révolutionnaires, en sommeil depuis vingt-cinq ans. Lorsque l'Organisation les réactive, ils quittent à contrecoeur leur ferme de Bretagne et abandonnent Momone sans savoir qu'elle est la seule vache télépathe au monde. Ils rejoignent Paris par des chemins détournés pour se lancer dans un nouveau combat : "redonner un sens à l'Histoire en organisant un contre-pouvoir moral doté d'une justice armée". Mais les temps ont ch... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
KiriHara
  06 septembre 2017
Jean-Bernard Pouy est un génie, un génie qui n'écrit pas que des choses géniales. Je ne vais pas redire ce que j'ai déjà dit dans d'autres chroniques sur d'autres livres de J.B.P., contentez-vous alors de cet aphorisme ou bien, plongez-vous, si vous n'avez rien d'autre à faire, dans mes autres critiques des romans de l'auteur.
Passons sur le postulat que J.B. Pouy est un génie et intéressons-nous à son roman :
Larchmütz 5632 : Benno et Adrien sont deux anciens combattants révolutionnaires, en sommeil depuis vingt-cinq ans. Lorsque l'Organisation les réactive, ils quittent à contrecoeur leur ferme de Bretagne et abandonnent Momone sans savoir qu'elle est la seule vache télépathe au monde. Ils rejoignent Paris par des chemins détournés pour se lancer dans un nouveau combat : « redonner un sens à l'Histoire en organisant un contre-pouvoir moral doté d'une justice armée ». Mais les temps ont changé, et lorsqu'on leur demande de se transformer en tueurs internationaux, ils abandonnent la sacro-sainte discipline pour tenter de savoir qui les manipule.
L'avantage de J.B. Pouy, outre le fait qu'il soit un génie (oui, je me répète, mais j'ai bien l'espoir qu'à force de crier sur les toits que J.B. Pouy est un génie, celui-ci, un jour, découvre toute l'admiration que je lui porte et qu'il cherche à me rencontrer afin de discuter de littérature générale, cinéma, littérature populaire, musique... et du métier d'écrivain) c'est que, quel que soit le roman qu'il nous propose, le lecteur trouvera toujours de quoi se délecter. Parfois, c'est l'idée de départ (« Pierre de Gondole »), ou le projet (« le poulpe »), d'autres fois le style (la plupart des romans), l'histoire et, quasiment à chaque fois, ce sont les personnages.
Car, la grande force de J.B. Pouy, c'est de nous proposer des personnages attachants, souvent touchants et qui se démarquent de la production habituelle.
Ici encore, l'auteur nous propose un duo (trio, avec Momone la vache), assez particulier. Certes, Pouy nous a habitués à ses personnages contestataires et anarchistes, c'est même une constante, chez lui, quasi une obsession. Bien sûr, les personnages sur le retour sont assez nombreux dans le vestiaire de Pouy. Aussi, rien d'étonnant de retrouver ces deux caractéristiques dans « Larchmütz 5632 ». Pour autant, si les personnages sont typiquement pouyesques, ils n'en demeurent pas moins atypiques et attachants.
Atypiques, car, Adrien et Benno sont des « agents dormants » en plein sommeil, dans la campagne bretonne, qui, depuis 25 ans, attendent qu'on les réveille tout en profitant de la vie.
Quand le jour est venu, le réveil est à la fois salvateur, régénérateur, mais également source de craintes, de doutes et de regrets...
Car, s'ils sont heureux de se réveiller, leur sommeil était peuplé d'un rêve plutôt agréable.
25 ans plus tard, ils se sentent un peu comme des dinosaures dans un magasin de haute technologie. Plus vraiment à leur place, ils agissent avec la fougue et la volonté d'enfants engagés dans un jeu de rôle. Mais ces rôles-ci risquent bien d'être leurs derniers.
Pour autant, petit à petit, les deux retrouvent leurs marques et se prennent au jeu sans que leur passé « dormant » et la vache Momone leur manquent.
Mais les choses ne vont pas se passer comme ils le voudraient.
« Larchmütz 5632 » est un petit roman dans la pure veine de ceux que J.B. Pouy nous propose régulièrement, avec des personnages et un style qui ne dénotent pas des habitudes de l'auteur.
On pourra noter la narration à deux voix, un narrateur omniscient pour conter les mésaventures du duo et la vache Momone qui permet d'avoir un avis distancié sur l'ensemble.
Au final, « Larchmütz 5632 » est un petit roman sympathique proposant deux personnages attachants. le tout se lit sans déplaisir sans, pour autant, flirter avec l'exceptionnel. La fin est à la fois abrupte et surprenante. Un livre à réserver aux fans de Pouy ? Peut-être, mais pas sûr !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Lekarr
  15 décembre 2013
J'ai littéralement dévoré cette histoire de gauchistes vieillissants qui reprennent du service avec l'idée de s'en payer une dernière bonne tranche. Difficile en effet de ne pas s'attacher à ces soixante-huitards sur le retour qui, malgré les années, les femmes et les gosses, ont gardé leurs vieux réflexes et un peu du feu sacré qui les animait autrefois. Bien sûr, ils ne croient plus beaucoup à la dialectique trostsko-anarcho-maoïste, au Grand Soir et aux lendemains qui chantent. Mais qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse. Car tout ce qu'ils demandent Benno et Adrien, c'est de s'étourdir encore une fois, faire comme si rien n'avait changé et retrouver un peu de leur jeunesse disparue. Et on se prend au jeu nous aussi. On est impatient de voir ce qui les attend. Et l'on ne sera pas déçu. Ce qui commence un peu à la façon d'une blague de potache, prend des couleurs nettement moins gaies et tourne au mauvais polar et à la conspiration nauséeuse.
La qualité du bouquin tient aussi à son ton percutant. Un style très "parlé" avec un petit côté à la Audiard qui colle parfaitement à cette comédie dramatique et douce amère. En fait, "Larchmütz 5632", c'est surtout un livre sur le temps qui passe. Sur les gens qui changent et les saloperies qui, elles, restent immuables. Sur la société qui ne va pas bien et sur les gens qui s'en foutent. Jean-Bernard Pouy y porte un regard désabusé sur un monde pas joli joli et sur la perte de nos illusions. Mais comme le dit Adrien : « l'important c'est d'avoir fait quelque chose, d'avoir essayé. Même misérablement. »
Quant à Larchmütz, c'est juste le nom de leur maison, une longère de granit couverte de jolies ardoises toutes bleues. Et 5632, c'est le matricule de Momone, la vache télépathe qui observe tout çà d'un regard pas si bovin. Mais je vous laisse la découvrir par vous-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Corboland78
  17 août 2018
Jean-Bernard Pouy, né en 1946 à Paris, est un écrivain de romans noirs et un directeur de collections littéraires. Il est notamment le créateur du personnage du Poulpe, aux éditions Baleine dont il est l'un des fondateurs. Auteur d'une ribambelle d'ouvrages, Larchmütz 5632, date de 1999.
Depuis vingt-cinq ans, Benno et Adrien vivent au coeur de la Bretagne dans un corps de ferme délabrée baptisée Larchmütz, en compagnie d'une vache, matricule 5632, mais que Benno appelle affectueusement Momone. A l'abri des regards et de la curiosité, ils attendent, ils attendent que l'Orga leur fasse signe et les réveille. Anciens membres d'un groupe révolutionnaire, mis en sommeil en province, ils guettent le signal qui ranimera le commando en vue du Grand Soir. Signal qui finit par arriver et les entraine vers l'inéluctable…
Tous les bouquins de Jean-Bernard Pouy que j'ai lus ont un point commun, ils me ramènent tous en arrière, les temps jadis d'une autre époque. Ce roman par exemple, me rappelle ces années où sévissaient des groupuscules armés menant des actions politiques contre le Grand Capital ou l'Impérialisme Américain, fomentant des actions sensées déclencher la Révolution tant espérée… blablabla… On pourrait trouver tout cela bien puéril aujourd'hui, s'il n'y avait eu ces morts pour rien.
C'est donc dans ce contexte que se déroule ce roman. Benno et Adrien, retrouvent les réflexes de la clandestinité, réalisent les quelques missions secondaires qu'on leur confie secrètement puis finissant par se sentir « manipuler » vont tenter de redistribuer les cartes. Comme toujours chez Pouy l'intrigue n'est pas trop carrée mais elle se tient gentiment.
Les livres de l'écrivain ne sont pas pour tout le monde à mon avis, ils ne s'adressent qu'aux vieux lecteurs dans mon genre. D'abord parce que leurs intrigues nous renvoient dans un passé dont il faut connaitre les codes, politiques ou sociaux d'alors, et que les références et le vocabulaire sont datés. Bref un roman qui sent la naphtaline mais ça ne déplait pas à mon nez. J'ajouterai pour ceux qui voudraient néanmoins se laisser tenter, que l'auteur introduit dans son livre une touche de poésie avec une idée singulière, Momone la vache est télépathe !
Un roman délicieusement rétro, à l'écriture d'une grande douceur, sans violence ni sexe explicite, pour un bon et très court moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
cathe
  15 juillet 2018
Deux agents révolutionnaires "dormants" vivent depuis 25 ans à la campagne en attendant qu'on les contacte. Quand c'est le cas, ils quittent tout et reviennent à Paris pour obéir aux ordres. Mais le monde a changé, ils sont un peu paumés, ils cherchent à comprendre aussi pourquoi on leur demande de menacer celui-ci, de tuer celui-là...
Voilà un roman de Pouy bien déjanté, avec des dialogues à la Audiard, sur fond de politique bien tordue, la vache télépathe apportant un regard extérieur curieusement très équilibré !
A réserver aux inconditionnels de Pouy, mais ils se régaleront !
Commenter  J’apprécie          60
absolu
  01 août 2012
L'Orga, une vache télépathe, Adrien et Benno. Annie, et sa tache de vin sur le ventre. Endormis pendant vingt ans.
Vingt ans à arranger Larchmütz, une barraque devenue presque humaine, à Kerguennic, sur les pentes des Montagnes Noires. Y a du bonheur entre chaque pierre, malgré l'hiver, malgré l'humidité qui ronge les os. Bosseurs, à tour de rôle, ils sont veillés par Momone, qui rumine sa télépathie et se dit que des fois elle préfèrerait ne pas voir toutes ces vilaines couleurs dans la tête des gens alentour. Faut dire que ce qu'ils ont la plupart du temps dans le coeut et la cervelle, ça reseemble à un steak saignant.
Et les voilà qui reçoivent une lettre, et c'est l'heure de dresser le bilan, et puis de se brouiller le cerveau d'alcool, et d'aller voir Simone : "- Tu t'en fous toi, tu vis ta vie de vache. Paître, péter, et roupiller. Tu t'en fous toi, de la douleur du monde, t'as pas de morale. Tu rumines comme un gros con d'Amerloque, c'est tout... Et c'est moi qui bois comme une vache, merde."
Benno et Adrien, repartis comme en 40. LEs réflexes reviennent, ils doutent, se méfient l'un de l'autre, suivent les directives, retrouvent d'anciens membres de l'Orga, cherchent aussi à retrouver celui qui a balancé, y a vingt ans. Ca aussi, c'est bien revenu. Benno et Adrien se réveillent enfin.
Ils retrouvent Annie, et sa tache de vin sur le ventre, Annie, qu'ils auraient bien bu jusqu'à la lie. Ils ont écouté, questionné, accepté, restent toujours aux aguets. Des fois, la façon de faire de l'Orga, "on dirait un mauvais roman, ça continue. Ils se prennent la tête, on dirait du James Bond." Mais ils y vont.
Reprise en douceur, le doute est tenace, comme une mouche sur une bouse, et Momone voit passer beaucoup de monde, à Larchmütz, beaucoup de couleurs.
C'est quand même normal de vouloir savoir pour qui on bosse, du moins pourquoi. Adrien et Benno, ils veulent bien nettoyer un coin de planète, mais à cinquante balais on est un peu moins kamikaze. Surtout quand ça commence à sentir la fumée.
Mais surtout, une vache peut cacher bien des choses...
Lien : http://www.listesratures.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
RomansNoirsEtPlusRomansNoirsEtPlus   05 septembre 2015
Ils mangèrent d'abord en silence , puis échangèrent quelques banalités sur le devenir compliqué et morbide du monde , dont une bonne moitié crevait sous les balles de kalashnikov , se faisait égorger lors de nuits sans lune ou attendait une pluie qui ne venait jamais. Ensuite , ils parlèrent météo et convinrent avec un bel élan que ça ne s'arrangeait pas et que la la nature se vengeait passablement , tsunamis , tremblements de terre , trous d'ozone et éruptions volcaniques faisant plus de ravages que toutes les gueres de libération nationale .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Corboland78Corboland78   17 août 2018
- (…) Le monde a changé. Les mecs et les nanas d’Action Directe pourrissent en taule. L’ex-armée secrète mao a abandonné un combat auquel elle ne croit plus depuis longtemps. Le FLB s’est noyé dans le biniou. Les Basques dérivent, mal. Les Corses, n’en parlons même pas. Nos idéologues d’avant font de la politique ou de la littérature. Et nous, deux pauvres couillons, vingt-cinq après, on repique au jus. On est hors classe, hors âge. Comme des samouraïs dans un film de kung-fu à la con. La seule différence, c’est que personne, mais alors personne ne peut croire qu’il y a, dans Paris, deux types qui reprennent ce genre de guerre de Cent Ans. Avec des flingues dans la poche et de la dynamite dans le coffre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
totototo   19 janvier 2011
La vie coule comme une traînée de miel sur la concavité d'une bétonneuse et puis, tout à coup, d'absurdes évènements en changent le cours et la teneur
Commenter  J’apprécie          20
totototo   19 janvier 2011
Benno et Adrien ont regardé les pandores se garer au milieu du terre-plein, chassant la poule glousse, celle qui avait choisi le vieux pot de yaourt vide.
- Tiens...Les tuniques bleues.
- Les hortensias à roulettes...
- On va pouvoir leur dire adieu. Bye-bye. Bon vent. Vous pouvez crever. Chier dans votre képi.
- J'espère que c'est Goldorak.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Jean-Bernard Pouy (37) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Bernard Pouy
Nous étions au festival Quais du polar de Lyon pour sa 15e édition, du 29 au 31 mars 2019. Découvrez l'ambiance du festival, des rencontres, des interviews de lecteurs et d'intervenants présents dans cette vidéo. Et bien sûr, un résumé en images de l'activité de Babelio.
0:19 Véronique, lectrice de Marseille 0:46 Rencontre entre Chris Offutt, Ron Rash et James Sallis 0:49 Les fameux quiz Babelio 1:02 Présentation du jeu PCI Agent. Pour jouer : https://pciagent.com/fr/ 1:54 Rencontre Babelio avec Kristina Ohlsonn et Hans Rosenfeldt autour des adaptations de livres en séries scandinaves 2:05 : Gérald, lecteur de Paray-le-Monial 2:44 Hervé le Corre et James Sallis en dédicace 2:55 Jean-Bernard Pouy en dédicace 2:58 Librairies d'occasion dans l'hôtel de ville de Lyon 3:04 Les bouquinistes sur les quais de Lyon
Abonnez-vous à la chaîne Babelio : http://bit.ly/2S2aZcm Toutes les vidéos sur http://bit.ly/2CVP0zs Suivez-nous pour trouver les meilleurs livres à lire : ?Babelio, le site : https://www.babelio.com/ ?Babelio sur Twitter : https://twitter.com/babelio ?Babelio sur Facebook : https://www.facebook.com/babelio/ ?Babelio sur Instagram : https://www.instagram.com/babelio_/
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Vous aimez lire ? Jean-Bernard Pouy....

Quel livre est représenté dans l'image de ce quiz ?

L'Homme à l'oreille croquée
Larchmütz 5632
Feuque !
Suzanne et les ringards

20 questions
23 lecteurs ont répondu
Thème : Jean-Bernard PouyCréer un quiz sur ce livre