AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Mathieu Prioux (Traducteur)
EAN : 9782072928550
480 pages
Éditeur : Gallimard (04/03/2021)
3.58/5   26 notes
Résumé :
Le Chien à Problèmes est un croiseur lourd, construit pour semer la violence. Doué de conscience, c'est aussi une adolescente dégoûtée par le rôle qu'elle a joué dans le génocide d'une planète entière. Le Chien, reconverti dans le sauvetage des naufragés spatiaux, et sa capitaine, Sal Konstanz, reçoivent l'ordre de venir en aide aux éventuels survivants d'un paquebot en perdition au coeur d'un système contesté. De l'épave émerge une poétesse dissimulée sous une faus... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
fnitter
  03 août 2019
Divertissant.

Le chien à problèmes est un croiseur lourd dirigé par une IA semi-organique reconvertie dans l'humanitaire après sa démission, dégoûtée par la guerre. Sa Capitaine ? Ancienne mili également. Les différents personnages impliqués ? Tous tournent autour de l'armée. Et c'est parti pour une mission de sauvetage qui va prendre des proportions hors norme.

Vous l'aurez compris, c'est de la sf militaire. Mais pas à la H.H. Dans le genre plutôt, la guerre c'est mal, SPT, tout ça, mais que cela ne nous empêche pas de nous défendre à grands coups de torpilles à fusion. On zappera aussi le décorum, chaîne hiérarchique, grades et "c'est un ordre"… On est plutôt dans le baroudeur mercenaire et système D.
Une lecture fluide, divertissante, un univers qu'on devine sympathique à explorer (dans un futur roman peut être ? ) (et donc insuffisamment exploité), deux, trois personnages principaux assez consistants et bien décrits, les autres un peu caricaturaux (dans un futur roman peut être ? ). Cela manque d'un peu de science, mais ce n'est pas rédhibitoire. Ça manque un peu de réalisme, mais on s'en fout. On n'est pas là pour ça de toute façon.
L'IA adolescente ? On a voulu attirer l'ado lecteur un peu geek à coups de Summer Glau que cela ne m'étonnerait pas. Ce roman est fait pour lui (et donc pour moi), mais c'est franchement un artifice. Je l'aurais aimée un poil plus fantasque.
Les Capitaine et ex-Capitaine torturés par leur passé ? Je trouve qu'elles le vivent plutôt bien.
Tiens, je viens de m'apercevoir que les héros sont des héroïnes, les ingénus, damoiseau en détresse et le gros méchant, des mâles. Vive la parité. Et vous savez quoi ? Ça me va tout à fait.

Futurs romans ? Eh oui, Embers War est une trilogie. On retrouvera donc Trouble Dog avec plaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          703
lianne
  18 juin 2019
J'ai passé un bon moment dans ce space opera classique et efficace, mais sans être totalement emballée à 100% à cause d'une élément en toute fin.
Les humains peuplent la galaxie avec de nombreuses autres races. Ils viennent de sortir d'une guerre qui c'est terminé par un massacre.
Le "Chien à Problèmes" est un croiseur lourd de guerre. Mais son AI, sentiente, a été dégoûtée par son rôle dans cette bataille, et a décidé qu'elle irait désormais du coté de l'aide plutôt que de la destruction. Elle c'est donc reconvertie en vaisseau de sauvetage de première urgence.
Son capitaine, Sal Konstanz, reçoit l'ordre d'aller porter secours aux survivants d'un paquebot en perdition après une attaque par une force inconnue.
Pas loin de la, Ashton Childe, un agent des services secrets reçoit aussi la mission d'aller sur le paquebot, pour récupérer un poète très connu qui était à son bord.
Ils n'en ont pas encore conscience, mais ils vont bientôt se retrouver au coeur d'une série d'événements qui pourraient enflammer une fois de plus toute la galaxie.
Après un premier tiers d'introduction qui part un peu dans tout les sens, le rythme se stabilise et nous entraîne vraiment dans l'intrigue.
Il y a plein de mystères, de révélations, aussi bien au niveau des humains que du reste de la galaxie, de secrets qui vont se dévoiler au fur et à mesure.
Sur ce point c'était vraiment bien réussi. J'étais à fond dedans, je voulais vraiment savoir la suite. J'ai dévoré une bonne partie du livre.
Je pense que c'est vraiment ce point la qui est le point fort de ce livre.
En ce qui concerne les personnages, je les ai bien apprécié. L'AI fait très adolescente, mais elle a aussi un coté programmée pour la guerre et ses réflexes reviennent assez vite quand elle est mise en danger. le mélange des deux donne un personnage intéressant.
Les autres étaient plus banals mais pas au point de vraiment le remarquer durant ma lecture.
Et pourtant, je suis un peu sur la retenue au final. Une des découvertes de la fin m'a semblé bien trop "grosse" pour être crédible. Et ce même en considérant qu'on est dans un space opera et que je suis habituée au genre.
L'ensemble était trop surdimensionné en comparaison de tout ce qu'on avait vu jusqu'ici.
Du coup je n'ai pas réussi à vraiment accrocher et j'ai l'impression d'avoir lâché l'affaire après.
C'est un peu dommage vu comme je l'appréciais avant.
15/20
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Apophis
  05 mai 2019
lu en VO
Très inspiré par Iain M. Banks, ce roman, centré sur les traumatismes ou les atrocités liés à la guerre, et à la façon d'y faire face ou d'obtenir une forme de rédemption, est un New Space Opera à l'écriture fluide et agréable, mettant en scène des personnages principaux crédibles et très travaillés (même si certains des personnages secondaires laissent fortement à désirer, trop stéréotypés, flous ou pas très crédibles). Les scènes d'action sont convaincantes, l'intrigue, même si elle est prévisible et, là encore, tire sa substance de chez Banks, se suit sans déplaisir aucun, et la fin ouvre de vastes perspectives sur les deux tomes suivants, que ce soit en terme de thématiques ou de sense of wonder. Au final, même si tout n'est pas pleinement convaincant dans ce livre, il reste un NSO parfaitement recommandable, surtout si vous n'avez jamais lu Banks.
Ce qui précède n'est qu'un résumé : retrouvez la critique complète sur mon blog.
Lien : https://lecultedapophis.com/..
Commenter  J’apprécie          170
Les_lectures_de_Sophie
  07 juillet 2019
Le roman s'ouvre sur la dernière atrocité de la guerre : l'anéantissement total des jungles conscientes de Pelapatarn, ordonnées par la capitaine de vaisseau Annelida Deal, car elle est persuadée que les vies sacrifiées en sauveront de nombreuses autres, en mettant fin immédiatement à cette guerre en cours.
Puis nous faisons un saut dans le temps, trois ans plus tard, et plongeons dans les entrailles d'un vaisseau, le Chien à problèmes, dans un roman choral. Nous suivons en effet les points de vue du vaisseau, doté d'une conscience, de sa capitaine, Sal Konstanz, de son mécanicien non-humain Nod, mais aussi, hors du croiseur, de Ashton Shilde, un espion, et de Ona Sudak, mystérieuse poétesse… Chacun a sa façon particulière d'appréhender les événements, et la multiplication des points de vue permet une vision globale de l'intrigue, d'autant que le nom du narrateur est indiqué en tête de chaque chapitre.
L'alternance des narrateurs permet à l'auteur de nous déplacer en différents poins de l'univers en fonction des nécessités de son histoire, et elle dynamise aussi le récit. On a envie de connaître la suite du point de vue des personnages auxquels on s'est attachés. Car avec autant de narrateurs, inutile de vous préciser que je n'ai pas adhéré à toutes les personnalités de la même manière. Certaines m'ont plus touchées que d'autres, notamment Nod et sa façon poétique de s'exprimer, ainsi que sa vision de la vie et des humains. le Chien à problèmes porte particulièrement bien son nom, avec ses moments de sale gosse qui se débrouille pour faire ce qui lui plaît en laissant sa capitaine croire que c'est elle qui décide… mais aussi des moments très touchants, quand elle pense à sa famille, entre autres. Comme vous pouvez le constater, ce sont finalement les personnages non humains qui m'ont le plus parlé, j'ai eu du mal avec es humains, souvent trop cyniques à mon goût (et pourtant j'aime le cynisme^^). Ils ont perdu foi en l'humanité d'une manière générale, à part peut-être Sal, qui se raccroche à son rôle de capitaine d'un vaisseau de sauvetage.
Ils feront cependant tous tout ce qu'ils peuvent pour éviter qu'éclate une nouvelle guerre dans le système de la Galerie, où le paquebot de Ona s'est crashé sur l'Objet nommé le Cerveau. Système dont certaines particularités physiques ont un peu dépassé mon entendement. J'ai compris le principe mais n'ai pas réussi à me le représenter mentalement, à m'en créer une image, et ça m'a un peu perturbée dans ma lecture.
Braises de guerre est un space opera qui se lit extrêmement bien, et rapidement grâce (en ce qui me concerne) à l'alternance des points de vue. Pas de notion scientifique trop complexe à mon goût, ou du moins, les explications ne m'ont pas retourné le cerveau, car si j'adore la science-fiction, j'ai toujours des difficultés avec les sciences en général, même si je me soigne 😂 mon seul souci a été la visualisation du Système au coeur de l'intrigue… Je n'ai pas adhéré à tous les personnages, même si j'ai trouvé intéressantes les particularités de chacun. Les non-humains sont ceux qui valent le plus le détour à mon goût. Ce roman est très abordable pour des non scientifiques, mais aussi des lecteur.ice.s qui ne s'y connaissent pas spécialement en stratégies de guerre, comme moi.
J'ai reçu la version papier de ce livre dans le cadre d'un partenariat avec les éditions J'ai Lu. Merci à eux pour la confiance.
Lien : https://leslecturesdesophieb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
BlackWolf
  03 mai 2019
En Résumé : J'ai passé un assez sympathique moment de lecture avec ce roman qui nous offre un Space-Opéra avec des vaisseaux intelligents, certes assez classique, mais plutôt efficace. Pourtant, je dois bien admettre que le démarrage a eu du mal à complètement me captiver, en effet le premier tiers offrait un faux-rythme frustrant, cherchant à aller vite tout en développant un minimum son univers et ses personnages ce qui avait du mal à me convaincre. Par la suite j'ai plus accroché au récit qui s'avère alors fluide et entraînant. L'univers, même s'il reste classique et fait clairement penser à Banks, ne manque pas d'être solide que ce soit dans son aspect politique, militaire voir sa toile de fond. Il donne en tout cas envie d'en apprendre plus. Même si toutes les thématiques traitées ne m'ont pas autant touché, j'ai trouvé efficace celle sur la conscience des IA et celle sur le traumatisme des horreurs de la guerre. Les personnages, à quelques exceptions près, ont eu du mal à franchement m'accrocher, la faute à la narration polyphonique et un chapitrage rapide qui empêche de les traiter plus en profondeur à mon goût. Je regretterai aussi un manque de soin et de travail sur les personnages secondaires, comme Nod, qui aurait pu apporter plus. L'intrigue est plutôt solide et un minimum enlevée, mais pour autant son côté très classique la rend aussi extrêmement prévisible. Enfin j'ai aussi trouvé dommage ce Deus Ex Machina dans la conclusion qui, certes, peut s'expliquer, mais m'a paru un peu frustrant quand même. La plume de l'auteur est simple et efficace, ce qui fait que je me suis retrouvé à tourner les pages facilement. Certes Braises de Guerre ne fût pas la lecture la plus marquante qui soit, mais ce fût un récit qui s'avère un minimum agréable à découvrir.
Retrouvez la chronique complète sur le blog.
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100


critiques presse (1)
Syfantasy   19 juillet 2021
Braises de guerre est un excellent space-opera car il arrive à traiter du sujet épineux de l’après-guerre, tout en s’insérant dans un univers riche que l’on sent gagner en puissance et profondeur au fil de la lecture ! Personnellement, je vais me jeter sur le tome 2, L’Armada de marbre !
Lire la critique sur le site : Syfantasy
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
fnitterfnitter   04 août 2019
Alva était en colère contre moi parce qu’elle pensait que j’étais responsable de la mort de George. J’étais furieuse à mon tour, car je craignais qu’elle n’ait raison.
Commenter  J’apprécie          300
fnitterfnitter   03 août 2019
Chevauchant la poussée verticale de ses unités AG, le Chien à Problèmes s’éleva dans le ciel du soir. La nef grimpa, pour citer mon père, comme les prix à Noël.
Commenter  J’apprécie          260
fnitterfnitter   05 août 2019
Donnez à un homme persécuté un sentiment de puissance soudain, et il va sortir de ses gonds.
Commenter  J’apprécie          260
fnitterfnitter   06 août 2019
Vivre par l’épée…. Mourir par les balles perforantes à impact élevé.
Commenter  J’apprécie          290

autres livres classés : vaisseauVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Autres livres de Gareth L. Powell (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3742 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre