AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782234078307
107 pages
Stock (21/10/2015)
4.3/5   5 notes
Résumé :
Finaliste du National Book Award, Kevin Powers a connu un succès international avec son premier roman Yellow birds, écrit à son retour d’Irak, où il a servi en 2004 et 2005.
Il trouve dans la poésie une forme plus organique encore pour restituer les moments minuscules et fragiles de la vie de soldat et dire la réalité hallucinée de la guerre, la honte et la culpabilité qui hantent le retour à la vie lorsqu’on a trop appris sur la mort. Et quand « le monde a ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique

Kevin Powers est un jeune vétéran: engagé dans l'armée américaine en 1997, il a combattu en Irak de 2004 à 2005. Je n'ai pas encore lu les romans qu'il consacre à ce sujet et je suis tombée sur ce recueil de poésie que j'ai emprunté surtout par curiosité: je ne connaissais l'auteur que de nom, donc très vaguement.

On peut dire que j'ai tout de suite été happée par les premiers poèmes du recueil, les poèmes d'un soldat sur le front. Il s'adresse parfois à, sans doute, sa petite amie, dans une lettre qui puera la poudre. Il pense au thé que se prépare sa mère, pensive, absente, tandis qu'il est couché dans une cour, sous les tirs, à des milliers de kilomètres de là. Il repense à certaines filles, à son pays. Au plus fort de la peur et peut-être de la honte, il écrit ses poèmes comme des remèdes, des modes d'emploi à la survie auxquels il se raccroche pour ne pas souffrir mais aussi pour garder un pied dans la réalité. Il nous fait toucher, à nous lecteurs, l'intensité de la guerre par les mots, mais ce ne sont que des mots.

Puis, sa guerre est finie, il rentre. Il n'a plus d'armes sur lui pour se protéger. Comment vivre normalement sans cette arme qui assurait sa sécurité, comment vivre normalement tout simplement, auprès des jeunes de son âge qui n'ont rien connu de ce qu'il a vécu?

La poésie est ici un vrai moyen de vivre avec ce traumatisme et c'est ce qui la rend si profonde, si bouleversante, si vraie.

Un poème m'a particulièrement touchée, "Engin explosif improvisé", montrant l'impossibilité de dire ce qu'est VRAIMENT la guerre qu'il a vécue. En voici le dernier strophe:

Si des fils sortaient de ce poème,

vous ne le liriez pas.

Si ces mots étaient façonnés dans le métal

ils nous tueraient tous. Mais ce ne sont

que des mots. Allez,

ils ne sont pas dangereux, vous pouvez les plier et les

glisser dans votre poche.

Mieux, vous pouvez même

les oublier.

Commenter  J’apprécie          270

Poésie.

De la poésie écrite par un soldat… Cela peut sembler paradoxal.

Ces petits textes sans rime, écrits à son retour à la vie « normale », si tant est qu'il puisse mener désormais une vie « normale », sont un vrai coup de coeur. Ecrits avec les tripes, écrits avec le coeur, l'auteur nous fait partager ses doutes, sa souffrance, cette réalité loin des informations même imagées, et cette culpabilité à laquelle bien peu échappent. Peut-être un bon moyen d'évacuer un « stress post traumatique », terme enfin à la mode, mais qui a pourri la vie de bien des hommes et des femmes.

Commenter  J’apprécie          50

Entre vers libres et ton conversationnel, nous sommes plongés dans des instantanés de vie, instants fugaces et permanents, visions et pensées, absurdité et gravité de la guerre, les paradoxes nous poursuivent. "amen" signifie commencer ("Frontière"), le beau est dans l'inutile ("Héritage"), l'horreur surgit et repart aussi simplement qu'elle est venue. Les frontières sont abolies et chaos et douceur se croisent ("Une lampe à la place du soleil") . Les poèmes sont vus du point de vue du soldat, Powers étant vétéran de ces deux conflits, avec un parcours similaire à Phil Klay, puisque de retour au pays, l'un et l'autre se sont lancés dans l'écriture et ont repris également des études spécialisées. Powers étudie donc la littérature, plus particulièrement la poésie, à laquelle il se livre avec un touchant bonheur. En effet, il est aussi question de rendre hommage à des disparus, à des victimes civiles ou militaires (Grande plaine), au milieu d'un ordre nouveau fait de fer, d'acier, de poudre et de poussière. le fer, l'acier tordu, symbole de ses vies altérées à jamais, morts ou vivants, qui débordent la réalité ("Engin explosif improvisé").


Lien : http://wp.me/p4KnrD-IH
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation

Si ce poème vous a rendu sourd,

si les mots qu'ils contient fument,

si certains vous ont transpercé le corps

ou celui de ceux que vous aimez, ceci expliquera

un peu pourquoi, des années plus tard,

vous préférez dormir sur le canapé. Si ces mots ont

fait des victimes, ce poème comprendra alors

que souvent, être au lit

signifie baisser

la garde.

Commenter  J’apprécie          70

Je lui dis que je l'aime comme j'aime ne pas tuer

comme j'aime dormir dix minutes

derrière le parapet du toit-terrasse

contre lequel repose mon fusil.

Je lui dis dans une lettre qui puera,

lorsqu'elle l'ouvrira,

l'huile de culasse et la poudre brûlée

et les mots qu'elle contient.

Je lui dis que le soldat Bartle lance en passant:

la guerre c'est juste nous

qui déchirons nos corps et ceux des autres

avec de petits morceaux de métal.

Commenter  J’apprécie          50

Si des fils

sortaient de ce poème

vous ne le liriez pas.

Si les mots de ce poème étaient façonnés

dans le métal, si vous pouviez voir

la mécanique de leur courbure

vous espéreriez

qu'ils restent dissimulés

sous les papiers

dans le tas d'ordures où ils étaient cachés

Mais les mots ou les fils vous mèneraient

dans des terrains vagues entre des bâtiments blancs.

Si ce poème étaient façonné dans le métal et vous le

lisiez, si vous

décidiez de lire ou d'entendre les mots, vous verriez

des fils

là où il n'y en a pas,

Commenter  J’apprécie          40

Videos de Kevin Powers (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kevin Powers
Comment vas-tu me sauver la vie aujourd'hui ? En mourant peut-être.
autres livres classés : poésieVoir plus




Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1083 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre