AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Patrick Couton (Traducteur)
ISBN : 2841721434
Éditeur : L'Atalante (19/09/2000)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 222 notes)
Résumé :
Aux enfants ordinaires on offre des xylophones. Suzanne, elle, n’avait qu’à demander à son grand-père d’ôter son gilet...
Oui, elle avait la Mort dans sa famille. Et il est difficile de grandir normalement quand votre aïeul monte un cheval blanc et manie la faux, surtout quand vous devez reprendre l’affaire familiale pour cause de vacance et que tout le monde vous tient pour la « fée des dents ». Bien plus difficile encore quand il s’agit d’affronter la nouv... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
Shan_Ze
  13 septembre 2018
Retrouver les Annales du Disque-Monde, l'humour de Terry Pratchett après autant de temps, c'est un vrai plaisir !
Je retrouve un de mes personnages favoris, la Mort. Même si dans ce tome, elle n'est pas très présente parce qu'il y a une remise en question. Mais sa remplaçante, sa petite-fille, a aussi un sacré niveau. Niveau discrétion, elle tient bien le niveau. Bon, mais je m'égare... le sujet principal de ce tome, ce n'est pas la Mort mais bien la Musique. La Musique Roc, euh, Rock. La magie de la musique, capable de bouger les foules, de transformer les gens. Elle est vivante. Je n'ai pas une culture musicale rock très pointue mais j'ai aimé cette parodie qui fait un hommage aux grands groupes et dénonce l'industrie qui en découle (hein, M'sieur Planteur). Bon, pour en revenir à Suzanne, elle ne tient pas la moitié d'un rôle et j'ai apprécié sa (brève) relation avec son grand-père. Et n'oublions pas la Mort aux Rats.
Bon, le prochain tome, j'attends pas des années avant de le lire, c'est top Terry Pratchett !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
lyoko
  25 septembre 2014
Me revoilà en visite sur le disque monde. La mort suite a un problème existentiel s'est enfuit. .... la mort au rat est obligé de prendre contact avec suzanne la petite fille de la mort....qui devra donc faire le job de son grand père. En parallèle un groupe de roc fait son apparition et là c'est une vraie débandade..... tous du plus petit au plus grand deviennent complètement dingues devant cette musique.
Un épisode qui fait la part belle aux mages, qui est toujours aussi drole . Personnellement je tire mon chapeau aux traducteurs (sur tous les tomes) ... ils arrivent toujours à traduire de façon optimale les jeux de mots (qui ne sont pas piqués des vers parfois !!). Et de réussir a retrouver dans ce bouquin la quasi totalité des fameux groupes que j'écoutais dans ma jeunesse
Bien évidemment à coté de son humour Terry Pratchett parle toujours de choses de la vie... ici des fans face aux stars... de la recherche continue du profit par certains. J'ai aussi été très sensible a la relation de la mort et de Suzanne... qui se questionne sur son ancetre et le pourquoi du comment elle n'a quasi jamais eu de contact avec lui.
Alors oui j'aime Terry Pratchett pour son humour, mais je l'aime aussi parce qu'il parle au fonds de choses sérieuses, réelles et touchantes .... de la vraie vie quoi !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Nelcie
  23 novembre 2012
Dans cet opus, T. Pratchett nous emmène dans une déferlante de musique. Mais attention, pas n'importe la quelle ! La musique de roc.
A savoir, le titre en VO est « soul music ».''' La traduction peut paraître erronée ou quelque peu éloignée, mais Patrick Couton (traducteur français en titre des Annales du disque monde) ne s'y est pas trompé. D'une part, tout au long du livre, on retrouve de nombreuses références au rock, d'autre part, si celle-là s'écrit « roc » il y a une raison tout à fait valable derrière.
Et Pratchett va nous prouver tout au long de l'histoire que niveau roc... euh rock il s'y connaît aisément.
Le nom du personnage principal n'est pas choisi au hasard.
Dans la version anglaise, il se nomme Imp y celyn, qui est la traduction galloise de jeune pousse de houx. En Anglais, cela se traduit par Bud of the holly.
Pour la version française, Patrick Couton a nommé le personnage principal
Kreskenn Kelen. En breton, kreskenn signifie jeune pousse, quant à Kelen, il s'agit du houx. Or notre héros, prendra par la suite comme nom de scène Buddy. Peut-être avez-vous entendu parler de Buddy Holly ?
On retrouvera d'autres références à cet artiste tout au long du roman.
D'autres personnages font référence au monde de la musique. On notera par exemple Gibbsson, apprenti du magasin de guitares.
Mais ça ne s'arrête pas là !
De nombreux clins d'oeil à de célèbres groupes sont distillés au fil des pages. Notamment à travers 4 « roc'eurs » à la recherche d'un nom de scène et vont entre autre s'appeler Laide Zibeline, les houes, Au malheur des hommes... et d'autres noms.
On a même droit à un clin d'oeil à un de nos plus célèbres chanteurs national
Extrait :
Visiblement, il ne se sentait pas à l'aise en situation de dialogue
« Que c'est un magasin de guitares ? » demanda-t-il
[...]
« euh. Oui ? » fit-il.
« Que j'en veux une ».
« euh... une comme ça ? »
« Que j'en veux une qui fait « blam-Blam-blamma-BLAM-blammmm-ouuuuiiieeee. Voyez ? »
Hem... ça vous rappelle pas quelqu'un ça ?
Les dialogues ne manquent pas non plus de rappeler quelques titres ou paroles de chansons, mais également de films.
Cependant, il est vrai que pour saisir ces subtilités, il vaut mieux avoir une certaine connaissance du rock, mais également quelques bases en Anglais. Certes, une chanson qui parle de « ne pas marcher sur mes chaussures bleues neuves », c'est marrant, mais si je vous dis « blue suede shoes » Cela vous évoque-t-il quelque chose ?
Il est aussi question un moment d'une chanson parlant d'une « grosse boule enflammée », chanson à la fin de laquelle le piano explose. Cela n'est pas sans rappeler un certain Jerry lee lewis et son fameux « great balls of fire ».
Il est fait également alusion aux blues brothers ainsi qu'à James Dean
Ce sont là des exemples dont j'ai saisi la subtilité immédiatement, mais il y a certainement de nombreux autres clins d'oeil qui m'ont échappé.
Comme je le disais plus haut, parait-il qu'il y a d'autres références à Buddy Holly, personnellement, je ne les ai pas remarquées.
Mais au-delà de toutes ces allusions, c'est également l'industrie de la musique avec ses bons et ses mauvais côtés que Terry Pratchett pointe du doigt.
Cette musique jouée au début dans des petits pubs, presque dans l'illégalité, et qui finira par être rattrapée par l'industrie, puis commercialisée à outrance.
Ces producteurs plus ou moins scrupuleux, ou ces maisons de disques qui vont trouver n'importe quel moyen pour se faire de la thune.
Les produits dérivés : t-shirt, posters...
Sans oublier les groupies et autres fans, magnifiquement représentés par certains mages de l'Université Invisible. Voir le doyen se rebeller contre l'archichancelier, riveter son pantalon pour le rendre plus cool et repeindre sa chambre en noir... entre autre, c'est juste magnifique !!!
Et sinon, la Mort il va bien ?
Ben... il est en pleine crise existentielle là ! Il essaie de se souvenir comment on fait pour oublier.
C'est donc sa petite-fille, Suzanne qui le remplace. Et force est d'avouer que ce n'est pas évident. Surtout quand on n'est pas d'accord à propos de la personne qui doit mourir...
Alors changer une infime partie du destin, cela aura-t-il une incidence sur le Disque-Monde ? Est-ce vraiment juste que les gentils meurent et les méchants vivent ? Peut-on se soustraire au devoir auquel nous sommes destinés ?
Voilà toutes les questions aux quelles l'auteur nous donne à réfléchir au fil des pages. Et malgré les thèmes sérieux abordés, l'humour spécifique à Sir Pratchett est omniprésent.
Un petit extrait de la Mort buvant pour tenter d'oublier :
« VOUS VOYEZ. VOUS VOIJEZ. VOUS VOYEZ DES TRUCS MENACANTS SE DRESSER DEVANT VOUS MAIS FAUT RIEN FAIRE PARCE? PARCE? PARCEQUECESTLALOI. ON PEUT PAS VIOLER LA LOI. FAUT-QUYAITUNELOI. ».


Et alors c'est bien ou pas ?
S'il est vrai qu'on appréciera d'autant plus cet opus grâce à une connaissance du rock, on retrouve bien l'humour de Terry Pratchett dont je me délecte depuis plusieurs années.
Les personnages hauts en couleurs (quoi que pour le Doyen les couleurs se limitent au noir...). Des situations et des dialogues à se rouler par terre. Des thèmes plus ou moins sérieux abordés le plus souvent avec un humour implacable.
Autre point, s'il n'est pas forcément nécessaire d'avoir lu les annales du disque-monde dans l'ordre, il est selon moi préférable d'avoir lu Mortimer et le faucheur avant celui-ci. Ces trois opus ont pour thème la Mort, et les lire dans l'ordre permet de mieux comprendre "l'évolution" du personnage.
Donc, oui c'est bien, et j'en redemande, encore et encore.
Lien : http://desliresdestoiles.ove..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
Luniver
  01 mars 2013
Imp y Celyn, un barde de la lointaine contrée de Llamedos, arrive à Ankh Morpock. Suite à une dispute avec son père, bâtisseur de cercles de pierre traditionnels, il a quitté son village en promettant de devenir le plus grand musicien du monde, promesse dangereuse à faire sur le disque-monde, où toutes sortes d'entités malicieuses guettent la bonne occasion.
Imp va faire équipe avec un nain, joueur de cor, et un troll, qui frappe des rocs l'un contre l'autre... et qui lui casse malencontreusement sa lyre. Elle sera remplacée par une guitare, provenant d'un très vieux et mystérieux magasin d'instruments. Dès le premier concert, le trio fait fureur. Sa musique est unique... de la « musique avec du roc dedans », qui pousse les auditeurs à former leurs propres groupes, à porter des vêtements en cuir, à repeindre leur chambre en noir et à se rebeller contre l'autorité. Planteur Je-m'tranche-la-gorge flaire la bonne occasion, et prend en charge le groupe, vendant des places pour les concerts, des t-shirts et des posters hors de prix.
En échange de cette célébrité, Imp aurait dû avoir une vie très courte. Mais voilà, la Mort est de nouveau en pleine crise existentielle : se rappeler du passé, du présent et de l'avenir lui pèse. La Mort cherche à se rappeler comment on fait pour oublier. Toutes les expériences y passent : légion étrangère, consultation des vieux sages, plongeon dans la mendicité. En son absence, c'est Susan, sa petite-fille, qui se charge de son travail. Mais au lieu de retirer à Imp, elle en tombe amoureuse, et fait tout pour écarter les dangers de son chemin.
Le thème de ce livre rappelle beaucoup celui du tome 10 sur le cinéma : une ancienne magie qui s'empare des individus pour se répandre sur tout le disque. Ici, c'est bien sûr le rock qui est mis à l'honneur. Les références y sont nombreuses, même si n'étant pas un spécialiste, je me doute qu'il y en a beaucoup (les noms des protagonistes et des groupes qui se forment notamment) qui m'ont échappées. Par contre, j'ai pris beaucoup de plaisir à voir les mages se laisser entraîner par la fièvre du rock, ce qui contraint Ridculle à les priver de sortie et à les punir dans leur chambre. Et les réflexions philosophiques de la Mort ne perdent rien de leur mordant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
LeScribouillard
  26 juin 2018
En reprenant le rêve américain, comment ne pas faire une redite des "Zinzins d'Olive-Oued" ? Moi, je vois deux raisons pour lesquelles Pratchett ne s'est pas planté : 1°) c'est en parallèle une histoire de la Mort et ce qu'on pourrait appeler l'origin story de Suzanne Sto Hélit, ce qui vient rajouter une dimension certes familière aux connaisseurs de la série, mais qui évite déjà de faire deux tomes trop semblables, et ajoute de la complexité et de la richesse aux intrigues ; 2°) l'histoire ne se termine pas de la même manière. Tout comme le cinéma, la musique rock est détruite mais son esprit reste ; simplement, il est bien probable que les fans de ce qu'elle était à la base la perpétuent, comme nous le suggère le dernier chapitre. Autre différence fondamentale, le non-rapport entre celle-ci et les Dimensions de la Basse-Fosse ; ce qui permet de créer un effet comique avec les mages craignant d'en voir débouler une créature à tout moment.
Enfin, on en enlève les légers défauts (incohérences, ect.) et on garde les points forts : il n'y a pas de happy end pour faire plaisir. Dans les "Zinzins", la fin est douce-amère ; ici, elle est plutôt positive, mais à quel prix : une tension qui ne s'arrête pas sur cinquante pages, et surtout une résolution pas du tout simpliste. Certains côtés trop complexes lui donnent un air un peu brouillon, mais les montagnes russes émotionnelles compensent clairement tellement le récit nous emporte.
Ah oui ! Et pour finir, remercions Patrick Couton, le traducteur qui a bien mérité son prix à Étonnants Voyageurs : trouver autant de calembours sur les groupes de rock, il fallait le faire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
ChtiSuisseChtiSuisse   24 novembre 2015
(en majuscules car c'est la MORT qui parle)
LA PLUPART DES GENS NE SONT PAS BIEN MALINS ET GÂCHENT LEUR VIE. TU NE T’EN ES PAS APERÇUE ? TU N’AS PAS REGARDÉ UNE VILLE DU HAUT DE TON CHEVAL EN TE DISANT QU’ELLE RESSEMBLE À UNE FOURMILIÈRE GROUILLANTE D’INDIVIDUS AVEUGLES QUI CROIENT À LA RÉALITÉ DE LEUR PETIT MONDE RIDICULE ? TU VOIS LES FENÊTRES ÉCLAIRÉES ET TU AIMERAIS PENSER QUE DES TAS D’HISTOIRES PASSIONNANTES SE DÉROULENT PAR-DERRIÈRE, MAIS TU SAIS EN RÉALITÉ QU’ELLES N’ABRITENT QUE DES ESPRITS OBTUS, BORNÉS, DE VULGAIRES CONSOMMATEURS QUI SE REMPLISSENT LA PANSE, QUI PRENNENT LEURS INSTINCTS POUR DES ÉMOTIONS ET SE FIGURENT QUE LEURS EXISTENCES DÉRISOIRES COMPTENT DAVANTAGE QUE LE MURMURE DU VENT…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          94
LeScribouillardLeScribouillard   24 juin 2018
Les rats tenaient une place importante dans l'histoire d'Ankh-Morpork. Peu de temps avant l'arrivée au pouvoir du Patricien, la ville avait connu une invasion de rats. La municipalité avait riposté en offrant vingt sous pour toute queue de rat qu'on lui ramenait. Ce qui, le temps d'une ou deux semaines, avait réduit le nombre de rongeurs - à la suite de quoi les files d'heureux chasseurs s'étaient multipliées, les finances municipales taries, et plus personne ne donnait l'impression de beaucoup travailler. Quant aux rats, ils paraissaient toujours aussi nombreux. Le seigneur Vétérini avait écouté attentivement l'énoncé du problème puis l'avait résolu d'une phrase mémorable qui en disait long sur sa personne, sur la folie des primes et sur la mentalité des Morporkiens dans toutes les situations mettant en jeu de l'argent : "Taxez les élevages de rats".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Shan_ZeShan_Ze   29 août 2018
"Tu n'y connais rien ! avait-il craché. Tu n'es qu'un vieillard imbécile ! Mais ma vie, c'est la musique ! Un jour, tout le monde dira que j'étais le plus grand musicien du monde !"
Des idioties. Comme si un barde se souciait d'opinions autres que celles d'autres bardes, lesquels mettaient une existence à savoir écouter la musique.
Mais il les avait tout de même prononcées. Et, quand la passion adéquate les anime et que les dieux s'ennuient, l'univers se transforme parfois autour de telles paroles. Les mots ont depuis toujours le pouvoir de changer les choses.
Il faut se méfier des voeux qu'on exprime. On ne sait jamais l'oreille de qui est à l'écoute.
Ou de quoi, en l'occurence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
PavlikPavlik   23 décembre 2014
-Qu'est-ce qu'il y a, Jimbo ?
-J'ai pété une corde à ma gratte.
-Ben, il t'en reste encore trois, non ?
-Vouais. Mais j'sais pas comment en jouer, quoi.
-Tu savais pas jouer des quatre non plus, pas vrai ? Alors maintenant t'es un peu moins ignorant.
Commenter  J’apprécie          110
LuniverLuniver   21 février 2013
The Mended Drum had traditionally gone in for, well, traditional pub games, such as dominoes, darts and Stabbing People In The Back And Taking All Their Money. The new owner had decided to go up-market. This was the only available decision.

There had been the Quizzing Device, a three-ton-water-driven monstruosity based on a recently discovered design by Leonard of Quirm. It had been a bad idea. Captain Carrot of the Watch, who had a mind like a needle under his open smiling face, had surreptitously substitued a new roll of questions like : "Were you nere Vortin's Diamond Warehouse the Nite of the 15th ?" and "Who was the Third Man Who did the Blagging At Bearhugger's Distillery Larst week ?" and had arrested three customers before they caught on.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Terry Pratchett (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Terry Pratchett
De la magie, des chevaliers, des elfes, des mondes disparus, des dragons, des barbares, des nains, des fées, des orques? Du Seigneur des Anneaux à Harry Potter, la fantasy semble avoir conquis toutes les formes artistiques et ludiques : bande dessinée, illustration, cinéma, séries avec Game of Thrones, littérature, jeux vidéo avec World of Warcraft, jeux de rôle avec Donjons & Dragons? En plus d?une centaine d?entrées, ce dictionnaire dévoile, pour la première fois, tous les secrets de ce genre majeur de l?imaginaire, en explorant les déclinaisons voisines (fantastique, gothique, science-fiction, steampunk?), les grands questionnements, tous très actuels (impératif écologique, rapport à la violence et à l?ordre, visions du passé collectif?), et les principaux auteurs (Robert Howard, J.R.R. Tolkien, Lord Dunsany, T.H. White, Terry Pratchett ou George R.R. Martin).
https://www.editions-vendemiaire.com/catalogue/a-paraitre/dictionnaire-de-la-fantasy-anne-besson/
28 ?, 448 pages Parution 4 octobre 2018
+ Lire la suite
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Connaissez vous bien Terry Pratchett ?

En quelle année est né Terry Pratchett ?

1943
1948
1950
1955

10 questions
98 lecteurs ont répondu
Thème : Terry PratchettCréer un quiz sur ce livre