AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Patrick Couton (Traducteur)
EAN : 9782266148030
416 pages
Pocket (01/02/2005)
4.06/5   279 notes
Résumé :
Figé dans un immobilisme séculaire derrière sa Grande Muraille, voici l’impénétrable empire agatéen d’Aurient.
La tourmente va le saisir par l’effet d’un petit livre révolutionnaire : Ce que j’ai fait pendant mes vacances. Que s’unissent les travailleurs, qui n’ont rien à perdre que leurs buffles d’eau ! Et, tandis que les seigneurs de la guerre s’affrontent pour le pouvoir, l’Armée rouge se dresse (moyenne d’âge : 8 ans), guidée par le Grand Mage Rincevent (... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
4,06

sur 279 notes
5
15 avis
4
10 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
0 avis

Tatooa
  20 avril 2020
Un vrai régal en ces temps de confinement...
Comme toujours, l'immense culture et l'humour très british et pince-sans-rire de Pratchett font mouche. Les références sont légions, et je vous laisse le plaisir de les découvrir.
J'ai retrouvé Rincevent (et un autre mais je dirai pas qui, pour la surprise) (non c'est pas Cohen, lui on le sait qu'il est là, et c'est vraiment hilarant !), avec un très grand plaisir ! Alors qu'avant il me tapait un peu sur les nerfs, cette fois-ci il m'a fait beaucoup rire !
C'est vraiment formidablement tissé, cela recoupe les tomes précédents avec brio, et la justesse et la profondeur des remarques de Pratchett sur l'humain, et son Histoire, sont confondantes...
Les Aurientaux ont quelque chose de pire que le fouet pour que leur société fonctionne si "bien" (arf, tout est relatif, comme toujours)... Mais quoi ?
Tout le mystère est là. J'espère que personne n'a spoilé cela dans les autres avis, (et n'allez surtout pas les lire avant d'avoir lu ce livre, car si je l'espère, au fond je sais bien qu'il y aura toujours quelqu'un pour l'avoir fait, mdr), car la trame du livre est bâtie autour, et il faut être idiot pour dévoiler ce qu'est cette chose qu'ils ont...
Ce qui est confondant, pour moi, également, c'est de lire ce livre maintenant, parce que ce bouquin rejoint l'actualité d'une façon tout à fait extraordinaire.
Encore un coup de Jung et ses synchronicités, je suppose...
Bref, comme je le dis à chaque fois, Pratchett, c'est très très bon, lisez-en !!! :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
lokipg
  13 mars 2019
Ankh-Morpork reçoit un étrange message en provenance de l'Empire Agatéen, situé à l'autre bout du disque : « Envoyez-nous tout de suite le grand maje. » L'Archichancelier Ridculle, de l'Université Invisible, décide d'y envoyer le seul "maje" à orthographier ce mot ainsi : Rincevent.
Cela faisait un bail que nous n'avions plus de nouvelle de Rincevent. Depuis le tome 9 : Éric, pour être précis. Rincevent, le mage raté, l'expert en fuite, le polyglotte* à la lâcheté proverbiale et au cynisme à toute épreuve, m'avait manqué !
Ses tribulations l'emmènent du côté de l'Empire Agatéen, un pays d'inspiration chinoise, avec un soupçon de Japon (ninjas, samouraïs...). L'Asie, voilà un thème qui me plait bien. Contrairement à la musique du tome précédent, j'ai pu cette fois saisir de nombreuses références : l'Art de la guerre de Sun Tzu, le petit livre rouge de Mao, Gengis Khan, le parquet rossignol, l'armée de terre cuite de l'empereur Qin... Quant au titre, il parodie le célèbre roman de Jules Verne : Les Tribulations d'un Chinois en Chine. Mais là il faut féliciter l'excellent travail du traducteur Patrick Couton. Si le titre original (Interesting Times) cache une référence, elle m'aura échappé.
Pour en revenir à l'histoire, Rincevent se retrouve une fois de plus au mauvais endroit, au mauvais moment, coincé entre une guerre de succession, une armée rebelle et, ô joie : une horde barbare. Pourquoi ô joie ? Mais parce que qui dit barbare, dit Cohen ! Lui aussi, cela faisait un bail qu'on ne l'avait pas vu. Ses nombreux fans seront ravi de savoir qu'il joue un très grand rôle dans l'histoire, avec autant, sinon plus, de temps d'apparition que Rincevent. Cohen le barbare est à la tête d'une horde... mémorable, qu'il a réuni pour le casse du siècle. Tout un programme !
Sinon, je me répète à chaque critique, mais c'est toujours aussi bien écrit. L'humour à la Monty Python, mêlant comique de situation et satire intelligente, fait mouche une fois encore. J'ai bien ri et je n'ai pas vu les pages passer.
Un excellent cru !

* Rincevent a un réel don pour les langues qui lui permet de crier « Ne me tuez pas ! » et de se faire comprendre dans une centaine de pays différents.
Lien : http://lenainloki2.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          315
Shan_Ze
  23 août 2019
Je retrouve enfin Rincevent, ce grand mage, pardon "maje" qu'on avait presque oublié depuis le temps...! Alors qu'il était tranquillement sur une île déserte qu'il allait peut-être réaliser son rêve, manger des patates (il subsiste un doute sur ce point...!) il se retrouve dans l'Université Invisible et convaincu par ses pairs d'aller dans l'Empire Agatéen par un moyen presque instantané.
Comme dans tout (bon) Pratchett, dans les Annales du Disque-Monde, le lecteur suit plusieurs personnages en même temps, dont évidemment Rincevent. J'ai beaucoup ri comme d'habitue mais le passage avec les seigneurs Tang, Hong etc m'ont moins interessés. Pratchett fait bien évidemment la parodie de la Chine, du communisme, de l'endoctrinement dès le berceau, du Petit Livre Rouge... J'ai beaucoup aimé la Horde d'argent avec leur violence innée et leur chemin vers la civilisation.
Et bien sûr, le passage génial mais (très) discret de la Mort (mais c'est toujours un plaisir). Ah, bien sûr, un autre personnage qu'on n'avait pas vu depuis loooongtemps.
C'est toujours un bon moment avec Pratchett et j'espère bientôt lire le tome suivant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          271
Phoenicia
  27 mars 2019
Une lecture qui me réconcilie quelque peu avec Rincevent. Si les premiers tomes avec lui m'ont paru en-dessous de certaines autres histoires de Pratchett, celle-ci est très intéressante.
Pratchett nous fait voyager dans sa version de la Chine Impériale, l'Empire Agatéen. Au programme, un apprentissage de la civilisation à des barbares, une révolution bolchevique avant l'heure, d'autant que les révoltés sont partisans de la courtoisie, une Armée Rouge mythique qui revient de ses cendres, ou du moins de sa terre cuite. Et au milieu de tout ça on retrouve Rincevent, fidèle à lui-même : lâche assumé, ingénieux lorsqu'il s'agit de prendre la fuite, toujours aux prises des divinités qui semblent lui réserver embûches sur embûches. En parallèle, on retrouve Cohen, en compagnie de 6 Barbares, résolu de voler quelque chose dans l'Empire Agatéen. Et en toile de fond, mes chouchous, les mages de l'UI qui ont envoyé Rincevent au casse-pipe et qui tente de le ramener... Encore que, c'est un point à vérifier pour leurs motivations. C'est aussi l'occasion de revoir le Bagage, mais très peu, et Deuxfleurs!
Un tome riche en somme. On dit toujours que l'on peut lire les Pratchett dans l'ordre que l'on veut, je ne pense pas qu'on puisse autant les apprécier si ils nous manquent un petit détail...
Ce Pratchett c'est aussi des références culturelles qu'ils me tardent de découvrir. le roman de Jules Verne pour commencer. le titre est une bonne référence de Les Tribulations d'un Chinois en Chine. A moi de vérifier si le parallèle se borne au titre. L'Art de la guerre dans un second temps. Enfin le film des Sept samouraï. Ce qui est bien avec Pratchett, c'est qu'en les lisant, on est assuré de vouloir découvrir d'autres horizons...
LC et Challenge Terry Pratchett
Challenge Multi-défis 2019
Challenge le tour du scrabble en 80 jours
Challenge Trivial Reading
Challenge Série
Challenge Mauvais Genres
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          218
Meps
  10 juin 2020
Le retour de Rincevent ! 7 tomes sans apparition du héros originel de la série c'est quand même inhabituel.
Et du coup j'ai mis un peu de temps à reprendre mon repère. La couardise de Rincevent qui fait de lui un anti-héros plutôt attachant me l'a rendu d'abord clairement antipathique. Et comme dans le même temps, les histoires parallèles ne m'ont pas convaincues... Que ce soit les calculs mathématico-farfelus des mages de l'Université concernant la téléportation ou les intrigues politico-ubuesques des familles de l'Empire, tout m'a semblé un peu trop compliqué au premier abord pour être drôle. Même l'histoire cadre de l'affrontement entre le Destin et la Dame m'a paru d'une complication inutile... Heureusement la dinguerie de la troupe de Cohen le Barbare et ses héros gâteux et la fraîcheur révolutionnaire mais polie de la jeune Armée Rouge ont bien rattrapé le tout... le temps que l'histoire se mette en place.
Car évidemment, on finit par se prendre au jeu, surtout quand les intrigues parrallèles se rejoignent pour aboutir à un final toujours réussi , rempli de rebondissements. Au final Rincevent pâtit de la comparaison avec certaines autres aventures bien plus abouties qui m'ont rendu exigeant (les deux romans du Guet, Les Petits Dieux, les Zinzins d'Olive-Oued). C'est le propre de l'excellence que de rendre difficile la capacité à s'y maintenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210

Citations et extraits (68) Voir plus Ajouter une citation
PostTenebrasLirePostTenebrasLire   15 mars 2016
Barbarie ? Hah ! Quand on tue des gens, nous, on le fait tout d’suite, on les regarde dans les yeux, et on demande pas mieux que leur payer un verre dans l’autre monde, y a pas d’mal à ça. J’ai jamais connu de barbare qui découpait lentement les gens dans des p’tites chambres, ni qui torturait des femmes pour qu’elles paraissent plus belles, ni qui versait du poison dans la bouffe d’autrui. La civilisation ? Si c’est ça, la civilisation, tu peux t’la fourrer là où l’soleil brille jamais !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
lyokolyoko   19 janvier 2015
"Le seigneur Hong se permit de glousser tout bas tandis qu'il regagnait sans hâte ses appartements. Les preuves, voilà. Il ne fallait pas laisser traîner de preuves. Mais bientôt ça n'aurait plus d'importance. Rien ne valait une bonne grosse guerre pour unifier le peuple, et que le Grand Mage - entendez le chef de la terrible armée rebelle - soit un affreux fauteur de troubles étranger, c'était exactement l'étincelle qu'il fallait pour mettre le feu au pétard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
TatooaTatooa   18 avril 2020
Il pouvait aussi se demander vers où s'enfuir, mais un couard expérimenté ne s'inquiète jamais du "où on va" quand le "d'où on vient" exerce une telle fascination.
Un fuyard moins entraîné aurait risqué un coup d'oeil en arrière, mais Rincevent connaissait d'instinct tout ce qui concernait la résistance de l'air et la tendance des cailloux indésirables à se glisser sous le pied sans méfiance. Et puis pourquoi regarder en arrière ? Il courait déjà à fond de train. Rien de ce qu'il verrait ne le ferait avancer plus vite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
TatooaTatooa   20 avril 2020
- Et Hamish, là... (Cohen)
- Quedonc ? Quedonc ? (Hamish)
- J'veux dire... Il a cent cinq ans, non ? C'est le moment de se ranger, peut-être ? (Cohen)
- Quedonc ?
- Se ranger ? s'exclama Flagorne. T'as toi-même essayé, un coup. T'as volé une ferme et t'as dit que t'allais élever des cochons ! T'en est revenu au bout de... Combien, déjà ? ... Trois heures ?
- Quéquidi ? Quéquidi ?
- Il dit qu'IL EST TEMPS DE TE RANGER, Hamish
- Dlamerde !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
okkaokka   22 septembre 2016
p.290-1.

- T’vois, Prof, une cote de mille contre un, c’est pas pire que dix contre un, dit Cohen. Pour plusieurs raisons… » Il compta sur ses doigts. « Primo, le soldat de base qui se bat pour la solde plutôt que pour sa vie va pas prendre des risques alors qu’y a plein d’autres autour de lui qui peuvent aussi bien faire le boulot ; deuxio, y en a pas beaucoup qui pourront s’approcher d’nous en même temps et ça fera d’la bousculade ; et… » Il se regarda les doigts comme s’il produisait un ultime effort de calcul.

« … Tertio…l’aida un monsieur Cervela hypnotisé par la logique du héros barbare.

- …tertio, c’est ça… la moitié du temps, quand ils balancent des coups d’épées, ils blessent un de leurs copain, c’est toujours ça de gagnée. Tu comprends ?

- Mais même si c’est vrai, ça ne peut marcher qu’un petit moment, protesta monsieur Cervelas. Même si vous en tuez deux cents, vous serez fatigués, et des troupes fraîches vous tomberont sur le dos.

- Oh, elles seront fatiguées elles aussi, répliqué joyeusement Cohen.

- Pourquoi ?

- Parce qu’avant d’arriver jusqu’à nous, faudra qu’elles grimpent en courant les montagnes de cadavres.

- C’est logique, ça », approuva Flagorne.

Cohen envoya une claque dans le dos du professeur stupéfié.
« T’as pas à t’inquiéter, dit-il. On s’est approprié l’Empire en suivant ton plan, mais on va l’garder en suivant le nôtre. Tu nous as montré la civilisation, alors on va te montrer la barbarie. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Terry Pratchett (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Terry Pratchett
Extrait de "De bons présages" de Terry Pratchett et Neil Gaiman lu par Stéphane Ronchewski. Parution en numérique le 24 septembre.
Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/de-bons-presages
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Connaissez vous bien Terry Pratchett ?

En quelle année est né Terry Pratchett ?

1943
1948
1950
1955

10 questions
123 lecteurs ont répondu
Thème : Terry PratchettCréer un quiz sur ce livre

.. ..