AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de InstinctPolaire


InstinctPolaire
  18 janvier 2015
" Tout le monde les mains en l'air !!!
Ceci est une prise d'otage en bon et du forme !!
Vous allez tous déposer les livres que vous êtes en train de lire au sol, sans mouvements brusques et sans faire d'histoire !!
(…)
Bon d'accord, je suis pas un mauvais bougre, si certains d'entre vous veulent glisser un marque-page dedans, je vous autorise... Mais attention au moindre mouvement suspect, je déchire les trois dernières pages !! "

" Mes revendications sont simples : Je demande à ce que chacun achète un exemplaire de " Va-t'en-guerre " de Terry Pratchett et le lise !
Sinon je déchire les trois dernières pages du livre que vous venez de poser , na !!! "
(…)
" Et puis, c'est un vachement bon livre en plus :
Imaginez qu'à équidistance de deux des plus florissantes nations du continent surgissent de sous la mer une nouvelle île, un nouveau territoire à conquérir, à réclamer par ces deux pays... A qui qui l'est le bout de terre, hein ?
Arrive en ville le représentant de l'Empire Klatchien pour essayer de surpasser cette aporie (oui, parfaitement, " aporie ", vous chercherez dans le dico, bande d'ignares-z'incultes...) Et là : PAF !! V-là t'y pas qu'on lui tire dessus ! Tout de suite, c'est la guerre, on recrute à tout va, on se prépare à traverser l'océan pour effectuer le débarquement (sans majuscule, celui-là... Faut pas pousser, c'est un roman pour se marre tout de même...)
Alors vous me direz : " que fait la Police ? ", et bien je vous répondrais : " alors déjà, on dit "le Guet " dans la série des romans éponymes "…
… Et puis, le Commissaire Vimaire, il fait ce qu'il peut, enfin, comme bien souvent, il commence par démissionner... Il faut dire que comme le Patricien (le grand dirigeant de la ville) a diparu lui aussi... Mais bon, ne vous en faites pas pour lui, il s'est adjoint les services du Sergent Colon et du Caporal Chique alors... "

" Alors, me direz-vous, vos revendications sont ignobles, moi qui ne lit que du roman policier nordique...
- Qu'à cela ne tienne, vous répondrai-je, je vous offre une intrigue policière digne de l'assassinat d'un obscur Président étasunien :

" Et le prince s'est écroulé lorsque vous l'avez rejoint ? Une flèche dans le dos ? Il vous faisait toujours face ?
- Oui, monsieur le commissaire. J'en suis sûr. Tout le monde tournait en rond, évidemment...
- Il a donc été touché dans le dos par un archer devant lui qui n'avait pas la force de se servir de l'arme avec laquelle il ne lui a pas tiré dessus de la mauvaise direction... "

- Mais moi, je ne lis que de la Haûûûûte Philosophie...
- Et bien, j'ai ce qu'il vous faut :

"C'est parce-qu'il tenait à l'existence de conspirateurs. Il valait mieux envisager des hommes dans une salle enfumé, devenus fous et cyniques à force de privilèges et de pouvoir, en train de comploter en sirotant une fine. Il fallait s'accrocher à ce type d'image, car on risquait sinon de devoir se rendre à l'évidence, que les malheurs avaient pour cause des gens ordinaires, des gens qui brossaient leur chien et racontaient des histoires à leurs enfants pour les endormir mais étaient ensuite capables de sortir commettre des atrocités sur d'autres gens ordinaires. C'était tellement plus facile de tout leur mettre sur le dos à eux. C'était affreusement déprimant de penser qu'eux, c'était. nous. Si c'était eux, alors rien n'était la faute de personne. Si c'était nous, qu'advenait-il de moi ? Après tout, je suis l'un de nous. Forcément, je ne me suis jamais vu comme l'un d'eux. On est toujours l'un de nous. Ce sont eux les responsables des malheurs. "

Alors, hein ?... z'avez vu ?
Et pour ceux d'entre vous qui ont des préoccupations plus oecuméniques :

" La nuit s'abattit sur le désert. Elle survint brusquement, violette. Dans l'atmosphère limpide, les étoiles transpercèrent la voûte céleste, rappelant à l'observateur méditatif que ce sont les déserts et les régions en altitude qui ont vu naitre les religions. Quand l'homme ne voit rien d'autre que l'infini insondable au-dessus de lui, il éprouve toujours le besoin pressant, impérieux, de trouver quelqu'un à interposer. "

Donc vous voyez, je ne sais pas ce qu'il vous faut de plus !
Bon vous pouvez tous baisser les bras, va...
… C'est plus facile pour lire...

(…)

C'est ainsi que j'avais conçu ma critique...
Bien avant les événements de la semaine dernière...
Je me suis longtemps demandé si j'allais la reprendre et puis...
Je n'ai juste rajouté que cette courte conclusion et une petite pirouette de clown :

Je suis sûr qu'à Ankh-Morpork et dans l'Empire de Klatch, ils sont aussi Charlie si on leur demande...
... Bon, ils râleront beaucoup, mais ils ont un bon fond...
Commenter  J’apprécie          181



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (17)voir plus