AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Les Annales du Disque-Monde, Tome 3 : La Huitième fille (54)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
aureliestrega
  19 avril 2018
J'aime beaucoup la petite Esk. Une petite fille au caractère bien trempée. Mi mage, mi sorcière mais surtout très entêtée. Grâce à Mémé Cire du temps, Esk réussi à pénétrer dans l'école des mages où les ennuis l'attendent. Comme toujours une critique de notre société à travers un monde tout biscornu. L'humour de Pratchett est magique et ses métaphores inoubliables.
Commenter  J’apprécie          60
Malahide75
  07 avril 2018
Retour sur le Disque-Monde où, comme vous le savez, la fonction de mage se transmet de huitième fils en huitième fils. Sentant venir sa dernière heure, le mage Tambour Billette débarque à Trou-d'Ucques pour transmettre sa charge dans l'urgence au fils nouveau-né de Gordo Lefèvre. Seulement, c'est ballot, mais ce huitième fils s'avère être une fille.
Devenue une pré-ado précoce et typique (genre casse-bonbons avec révolte, insolence et j'en passe...) Eskarina compte bien faire valoir ses droits d'entrer à l'Université Invisible d'Ankh-Morpork pour apprendre sa charge, malgré le peu d'enthousiasme de Mémé Ciredutemps, la sorcière qui lui a enseigné le b. a. -ba de la magie. Et en dépit du fait que, accessoirement, l'Université est interdite aux femmes...
Pour ce troisième tome, Terry Pratchett a levé le pied sur le loufoque (ce qui l'amène à affirmer que ce livre n'est PAS loufoque... je vous laisse juge...). Si nous n'étions pas sur le Disque, je dirais même que « l'intrigue est assez structurée et ne part pas dans tous les sens ». Mais point trop n'en faut tout de même...
Le grand atout de la Huitième fille est indéniablement le personnage de Mémé Ciredutemps, vieille sorcière acariâtre, autoritaire et n'ayant pas une haute opinion (à juste titre) des mages. Une maîtresse femme, qui ne laissera pas insensible le doyen de l'Université Invisible...
Un bon cru d'octarine que ce titre, à savourer peinardement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
tristecyr
  25 mars 2018
Vous avez le bourdon ? Tout comme l'une des héroïnes de cette histoire qui paradoxalement balaiera éventuellement vos sombres pensées...En effet, Esk a hérité quelques instants avant sa naissance d'un bourdon (un bâton magique) appartenant jusque là à un mage venu à la rencontre du père de Esk avant de mourir, transmettant ainsi son savoir au futur huitième fils du huitième fils (coucou monsieur orson scott card et alvin le faiseur ou bien iron maiden pour les mélomanes : the seventh son of a seventh son...)! Oui sauf que Esk est une fille et cela est contraire aux traditions occultes en place! Les filles deviennent sorcières et les garçons mages, un point c'est tout ! D'ailleurs la sage-femme qui a assisté à la naissance de Esk, une sorcière nommée Mémé Ciredutemps (du genre poussée dans les orties par ses instincts de preparatrice de décoctions médicinales) placera la petite fille sous sa férule pour en faire une future sorcière mais le destin voit les choses autrement : les facultés magiques de Esk se manifestent et deviennent plus ou moins incontrôlables. Alors Mémé Ciredutemps décide de conduire sa protégée à l'Université Invisible, un lieu où sont formés les mages...Les portes s'ouvriront-elles pour la petite Esk ?
J'avais "huit" dire qu'il s'agissait d'un bon numéro, ce troisième titre octal des Annales du Disque-Monde, eh bien j'opine du bonnet : le fait d'adopter un point de vue féministe se révèle un choix judicieux ! Une critique soulignait le fait que le titre en VO était un jeu de mots "equal rites" / equal rights, bien vu ! En français on aurait peut -être pu traduire par "Disque-crimination" ...Les multiples allusions littéraires disséminées (Victor Hugo, Lovecraft) apportent également un plus...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
aventurine
  20 mars 2018
C'est toujours un plaisir de retomber dans les Annales du Disque-monde et de retrouver l'écriture unique et pleine de bons sens de Terry Pratchett. Puisque j'aime les sorcières, j'ai pris dans ma PAL Pratchett La Huitième Fille et j'ai été étonné de voir « les débuts » de Mémé Ciredutemps. Je l'ai découverte à travers la série de Tiphaine Patraque, elle était donc plus installée dans le Cycle et plus connue dans le Disque-monde, et la redécouvrir à ses débuts m'a donné un nouveau coup de coeur pour son personnage. Si j'ai bien aimé Esk et son aventure, Mémé Ciredutemps est pour moi la vedette de ce roman, j'aime vraiment sa façon de voir la vie, les choses. J'ai particulièrement aimé lorsqu'elle engueule le Bourdon, je n'ai jamais vu une scène pareille, mais ça n'a pas de prix !

J'étais un peu en retrait de l'intrigue sur les Choses Sombres, je dois l'avouer, ça ne m'a pas intrigué plus que ça, mais pour le reste c'était toujours aussi agréable et excellent. L'équité homme/femme, les différences entre la magie et la sorcellerie, la détermination de la petite Esk qui, lorsqu'elle a une idée dans la tête, ne s'en éloigne pas. Difficile de détailler tout ce que j'ai apprécié, alors que j'étais à deux doigts de mettre un marque-page à chaque page pour les bonnes citations de Sir Pratchett !

C'est justement l'une de ses citations, croisée au détour d'un site qui m'a donné envie de replonger dans le Disque-monde et c'est toujours un bonheur de savoir qu'il y a toujours cette lecture plaisante et intelligente qui m'attend dans ma bibliothèque. Quoi qu'il arrive, Pratchett sera toujours là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Jyhaiss
  28 janvier 2018
Mémé Ciredutemps est une sorcière et Esk souhaite devenir mage. Mais un mage femme, cela n'existe pas... Que va-t-il donc se passer?
Un troisième tome très sympa à lire. J'avais laissé de côté le cycle des Sorcières mais ce tome me donne très envie de continuer.
Commenter  J’apprécie          61
Foxfire
  11 janvier 2018
"La huitième fille", 3ème tome des annales du disque-monde, est très différent des 2 premiers. En revanche, le plaisir de lecture est toujours là.

Ce 3ème volet m'a semblé moins fou-fou que les précédents. Bien sûr, il y a toujours de la loufoquerie et de l'extravagance mais ce tome est moins barré, moins délirant. "La huitième fille" m'a semblé plus maîtrisé dans sa narration. Il faut dire que dans ce tome, Pratchett raconte vraiment une histoire avec un véritable arc narratif, ce qui n'était pas forcément le cas des 2 premiers volets qui ressemblaient parfois à une succession de saynètes liées entre elles par un fil très ténu.

J'étais triste de ne plus retrouver Rincevent et Deux-Fleurs mais Esk et Mémé Ciredutemps s'avèrent de très bons personnages, bien écrits. Les personnages secondaires sont également réussis, tout particulièrement Biseauté, l'Archancelier de l'université des mages.

"La huitième fille" se lit tout seul, tout est d'une grande fluidité. Si je n'ai pas eu, comme pour les 2 premiers tomes, de francs éclats de rires, j'ai tout de même eu le sourire aux lèvres tout au long de ma lecture.

C'est un tel plaisir de lecture, rafraîchissant, apaisant, que j'ai déjà hâte de poursuivre le cycle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          375
lokipg
  13 décembre 2017
Il existe une tradition vieille comme le Disque-Monde qui dit que le huitième fils d'un huitième fils deviendra magicien. Et si ce huitième fils s'avère être une fille ? Et bien' c'est là que ça devient amusant !
La petite Eskarina à peine née se retrouve propriétaire d'un bourdon de mage, ce qui fait d'elle, de facto, un futur mage. Mais comme les mages femmes, ça n'existe pas, elle n'aura pas trop de l'aide d'Esméralda Ciredutemps pour accomplir son destin.

J'ai pris beaucoup de plaisir à suivre les aventures de la petite Esk et de Mémé Ciredutemps. le duo composé d'une gamine espiègle et volontaire et d'une vieille sorcière à qui il ne faut pas chercher des noises fonctionne à merveille.
Cette touche de féminité n'a rien d'anodine. Dans ce tome, Pratchett nous parle de la magie, mais aussi et surtout, du sexisme. La tradition veut qu'en matière de magie les hommes deviennent des mages et les femmes des sorcières. Chacun chez soi et les chèvres seront bien gardées, en somme. Mais avec une Mémé Ciredutemps remontée comme jamais, la tradition va en prendre pour son grade, c'est moi qui vous le dit.

J'ai découvert de nouvelles contrée du Disque-Monde telles que les Monts du Bélier et ses petits villages aux noms si pittoresques et retrouvé avec plaisir Ankh-Morpork et son Université Invisible, avec son nouvel archichancelier et son ancien bibliothécaire ("Oook !").
L'histoire est toujours aussi plaisante à lire. Pratchett a vraiment le sens de la formule qui fait mouche. J'ai passé mon temps à ricaner bêtement pendant ma lecture. C'est toujours aussi barré, mais toujours aussi cohérent, et c'est ça qui est bon.

Bref, la Huitième Fille c'est, encore une fois, de l'excellente fantasy humoristique qu'on termine avec toujours le même sentiment : "Vivement le suivant !"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
RosenDero
  08 décembre 2017
*Le Huitième fils de chaque Huitième fils deviendra mage*
- Hé, tradition sexiste !

---

Si ce tome est intéressant pour plusieurs raisons, il est certainement beaucoup moins drôle, loufoque et burlesque que les deux premiers. La faute à une intrigue et un scénario plus convenu, mais touchant certes à des sujets plus importants et plus sérieux.

L'innéisme en prend un sacré coup dans la tronche.

Le patriarcat aussi.

C'est la libération de la magie, et, avec elle, des femmes.

Et bizarrement, j'ai eu l'impression que Pratchett se muselait, et certains situations semblent inabouties. Je regrette un peu le manque de loufoquerie des actions et des personnages qui se fait sentir au fil du roman (les descriptions sont toujours poilantes).

Le début est pourtant génial, je pourrai le relire sans cesse !
Il est dans la bonne lignée des précédents, et je dirai sans honte que mon personnage préféré est le Mage qui donne son bourdon et son don à Esk...
Je regrette également que le disque-monde ne soit plus un personnage à part entière, que les références soient si ténues, comme timides.

Bref, c'est une très belle aventure n'osant pas assez.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          304
basileusa
  08 décembre 2017
Bon ce ne sera pas mon préféré parce que je le trouve bien moins drôle que les deux premiers et que Mémé est un personnage que j'ai beaucoup aimé mais moins que Rincevent ! Eh oui forcement on compare ...et puis il y a quelques longueurs. Mais j'ai tout de même beaucoup aimé ce troisième tome, parce qu'on découvre le monde du côté des sorcières et des mages et surtout pour les interactions entre les deux. Boiseauté et Mémé c'est une équipe de choc ^^ La petite Esk promet aussi ! J'ai hâte de lire d'autres tomes,je trouve toujours ce drôle de monde aussi enrichissant et merveilleux .
Commenter  J’apprécie          194
Phoenicia
  06 décembre 2017
Une tome des plus sympathiques et pourtant très différent des deux premiers selon moi. On y retrouve l'humour décalé de Pratchett mais en moindre abondance. La narration est ici tout à fait maîtresse. On suit l'intrigue d'une jeune fille qui suite à un concours de circonstances se retrouve devoir devenir mage. Or les femmes mages, ça n'existe pas dans le Disque-monde. Une jolie réflexion, tout en humour, sur les discriminations sexuelles, l'éducation des jeunes filles, etc. En plus, c'est l'occasion de rencontrer Mémé Ciredutemps, une sorcière frileuse à s'adonner à la magie et au caractère bien trempé. J'ai aimé le personnage de Rincevent, j'ai adoré celui de Mémé. Il me tarde de la rencontrer à nouveau!
Commenter  J’apprécie          230


Acheter ce livre sur

AmazonFnacMomoxLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Connaissez vous bien Terry Pratchett ?

En quelle année est né Terry Pratchett ?

1943
1948
1950
1955

10 questions
95 lecteurs ont répondu
Thème : Terry PratchettCréer un quiz sur ce livre