AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782490151219
442 pages
Éditeur : Snag (03/10/2019)
3.92/5   58 notes
Résumé :
Le monde tel qu'on l'a connu a disparu. Chaos, misère, famine ... Les Hommes ont enfin trouvé un équilibre et se sont organisés en guildes, guidé par leur chi, leur nature profonde. Guilde des Marchands, des Inventeurs, des Alchimistes, des Gardiens ; tous demeurent fidèles à ce qu'ils sont afin de vivre en harmonie avec la nature et les animaux particulièrement respectés, créant une cité semblable à une ville sylvestre.

Dans ce monde proche de l'utop... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (47) Voir plus Ajouter une critique
3,92

sur 58 notes
5
18 avis
4
17 avis
3
5 avis
2
1 avis
1
0 avis

Saiwhisper
  17 septembre 2020
Cet ouvrage finaliste du PLIB encensé par les critiques m'a fait de plus en plus envie, si bien que j'ai fini par craquer en plongeant à la rencontre de Céleste et de Calissa. Je n'ai pas été déçue du voyage et je comprends parfaitement les avis positifs sur ce livre, en particulier sur l'univers. Ce dernier est vraiment bien travaillé, riche, intrigant et original ! J'ai savouré chaque information arrivant au compte-goutte et développant ce monde magique et post-apocalyptique. Dans celui-ci, la nature a repris ses droits. Les êtres humains vivent en harmonie avec les animaux et n'ont plus accès à tout ce qui est technologique. Les ordinateurs, les décapsuleurs, les armes à feu et d'autres objets appartenant à notre monde n'existent plus, si ce n'est dans les livres. Or, chaque individu possède un « chi », un pouvoir lui permettant de trouver sa place au sein de la société. On distingue ainsi les Inventeurs, les Gardiens (personnes ayant un lien avec les animaux), les Chiméristes, les Alchimistes ou encore les Immergeants, … Toutes ces castes forment un noyau intéressant que l'on va découvrir progressivement, notamment grâce aux deux intrigues avançant en parallèle.
D'un côté, on a Céleste, une jeune femme rêveuse qui va découvrir son talent caché, puis qui va intégrer Septentria, une cité/château titanesque dont les nombreux couloirs forment un labyrinthe. Il y avait longtemps que je n'avais pas pris autant plaisir à plonger dans un tel bâtiment fictif ! Sa description enchanteresse et mystérieuse m'a rappelé le plaisir que j'avais eu en lisant les premiers chapitres dédiés à Poudlard (Harry Potter) ! Les salles communes, les pièces spéciales, les différentes guildes rassemblées dans l'édifice, mais vivant séparées, le personnel qui éveille notre curiosité, les runes cachées, etc. J'ai tout adoré ! Suivre Céleste a été un immense plaisir, en particulier lorsqu'elle a commencé à se rapprocher de Daniel, son colocataire taciturne, peu loquace, sarcastique, attachant et malin. Ensemble, ils vont faire le tour de Septentria et vont approfondir le Chi de l'héroïne. Pour moi, ce fut un récit d'apprentissage palpitant qui m'a tenue en haleine tout du long !
En parallèle, on va suivre les aventures de Calissa, une belle contrebandière appartenant à la Confrérie des sans lois. C'est une survivante au passé torturé, mais qui a une personnalité forte, juste, rebelle, débrouillarde, courageuse et avec des principes. Avec l'aide de ses compagnons (j'ai bien accroché à Alexian et à Leire), elle va pénétrer dans Septentria, espérant ainsi obtenir des réponses au sujet d'un complot de grande envergure… L'ambiance est bien différente de celle de Céleste, puisque l'on touche à tout ce qui est contrebande, infiltration, espionnage, politique et enquête.
Bien que j'apprécie les deux intrigues, j'avoue avoir préféré les péripéties de Céleste. Son caractère un peu plus juvénile, naïf, émotif, observateur et déterminé me plaisait davantage que sa comparse Chimériste. J'appréciais également son bracelet d'humeur (une invention percevant et commentant son ressenti ou ses besoins vitaux) à la forte personnalité et à l'humour aussi cynique que décapant. Ses piques inattendues ne manquaient pas de m'arracher des sourires ! de plus, la magie de Céleste liée à la littérature m'évoquait une passion commune : celle de la Lecture… L'histoire de l'Immergeante permettait aussi de toucher à des thématiques importantes comme la solitude, l'entraide, le pouvoir, l'ambition, la censure et le droit.
La plume de l'auteure est très agréable, fluide, poétique, enchanteresse et humoristique. Pour ma part, je n'ai pas souffert du rythme toutefois, cela a été le cas de certains lecteurs qui ont jugé une partie du récit comme un peu lente. Certes, l'action et le suspense ont mis du temps à arriver néanmoins, cela a permis de bien comprendre l'univers fantastique et post-apocalyptique, tout en approfondissant les personnages secondaires et principaux. Cela n'a donc pas été inutile. Quoi qu'il en soit, je serais curieuse d'« immerger » dans la suite de « La cité des chimères » lorsqu'elle sortira !
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
LightandSmell
  04 août 2020
Lu dans le cadre du PLIB, La cité des Chimères a frôlé le coup de coeur ! J'ai tout adoré, de l'univers à la plume de l'autrice en passant par tous ces petits détails qui rendent l'histoire si particulière.
Vania Prates nous plonge ainsi dans un monde dans lequel la civilisation, telle que nous la connaissons, a disparu. Les raisons de cette disparition sont encore inconnues bien que quelques pistes soient avancées comme la manière dont les humains d'autrefois se sont coupés de la nature, l'exploitant avant de mieux la détruire. C'est d'ailleurs pour cette raison que Wood, le dirigeant de Lowndon Fields, sorte de Londres alternatif, fait montre de bien plus de prudence dans la gestion de sa cité. À Lowdon Fields, la nature est reine et la technologie n'est diffusée et partagée qu'avec raison et parcimonie. Une prudence de tous les instants qui ne sied guère à tous, mais qui semble, pour le moment, réussir au plus grand nombre.
Victime de multiples tentatives d'assassinats, vraisemblablement commanditées de Septentria, le palais du Savoir, Wood va diligenter Calissa pour faire toute la lumière sur cette histoire. Il en profitera également pour demander à la fameuse contrebandière de lui rapporter quelques infos sur les chimères et les animaux, deux sujets encore très peu documentés… le hasard faisant bien les choses, Calissa va elle-même embarquer Céleste dans cette aventure, une jeune femme rencontrée fortuitement et avec laquelle elle va lier, sans le vouloir, son destin.
Nous suivons donc alternativement ces deux femmes même si quelques autres points de vue pourront épisodiquement être abordés. Et je dois dire que je les ai toutes les deux appréciées. Elles sont très différentes l'une de l'autre, mais possèdent cette même aura de courage et de bravoure qui donne envie de les suivre dans leurs péripéties et d'apprendre à mieux les connaître. de par son expérience, son passé et son âge, Calissa se montre peut-être plus mature et torturée, mais Céleste n'en demeure pas moins un personnage intéressant et bien construit.
Déscolarisée depuis ses onze ans et obligée de travailler dans le magasin familial d'objets de l'Ancien Monde, la jeune fille n'a jamais eu l'occasion de découvrir son chi, sa force intérieure ou sa prédestinée. Ce n'est que par un heureux concours de circonstances qu'elle découvrira son appartenance aux immergeants, cette classe de la population capable non seulement de lire les livres, mais également de les vivre ! Une capacité qui lui ouvrira directement les portes de Septentria, un lieu mystérieux sujet aux rumeurs les plus folles, où travaillent les immergeants dans le but de découvrir et de diffuser les connaissances de l'Ancien Monde…
D'abord déboussolée par cette nouvelle vie qui s'offre à elle, loin d'une mère surprotectrice et de deux frères peu reconnaissants pour son travail, Céleste évolue et prend progressivement confiance en elle et en ses nouvelles facultés. Elle se révélera ainsi bien plus entreprenante qu'à ses débuts d'autant qu'elle fera une singulière découverte sur elle-même qui pourrait remettre en question l'ordre établi ! Elle pourra heureusement compter sur le soutien de son colocataire, Daniel, que j'ai, pour ma part, beaucoup apprécié. D'un abord assez taciturne, ce fils d'un personnage important de Septentria sera un précieux et touchant allié dans la mission que s'est donnée Céleste… Ce surprenant et complémentaire duo fonctionne donc à merveille et offre aux lecteurs de jolis moments de complicité.
Quant à Calissa, débrouillarde, ingénieuse et intelligente, elle poursuit, en plus de sa mission pour Wood, son propre objectif avec l'aide de sa famille de coeur, la Confrérie des Sans Loi, dont on découvre, petit à petit, les différents membres et le rôle de chacun. Tous plutôt hauts en couleur, chaque membre possède néanmoins sa propre personnalité : j'ai ainsi adoré l'espièglerie, l'assurance et la joie de vivre d'Alexian, la bienveillance de Venicia et ai été intriguée par le côté très mystérieux de Leire… Un personnage qui se dévoile progressivement à nous et pour lequel, contre toute attente, j'ai fini par ressentir une certaine tendresse et beaucoup d'admiration. Il n'a ainsi pas hésité à renoncer à tout au nom de ses idéaux, de ses valeurs morales et de son humanité.
Voir évoluer Calissa auprès des siens permet de s'attacher à cette femme de coeur et d'honneur qui ne s'épanche pas facilement sur ses sentiments. Il faut dire qu'on la sent encore profondément blessée par son passé et l'anéantissement et la dissolution de sa guilde, celle des chiméristes, dont elle est la dernière représentante. Je ne développerai pas ce point pour ne pas vous gâcher le plaisir de la découverte, mais attendez-vous à être surpris par certaines révélations et la découverte des horreurs que certains sont prêts à commettre au nom de la peur, notamment de la peur de la différence…
En plus de l'aspect aventure et fantastique, l'autrice ajoute également une certaine dimension politique à son intrigue, entre complot, faux-semblants et mensonges d'État. Parce que si Wood semble être un dirigeant juste et motivé par de nobles desseins, tous les notables de Lowndon Fields ne l'ont pas toujours été et ne le sont, pour certains, toujours pas. Un constat amer que vont faire Céleste et Daniel. de nouveau, je préfère rester évasive, mais on touche là à un des points que j'ai préférés dans le roman : les capacités des immergeants. Vous découvrirez ainsi qu'ils sont capables de bien plus de choses que de simplement vivre un livre. Cela requiert une certaine pratique et de multiples précautions, mais le résultat est époustouflant, et donne très envie de voir Céleste parfaire son apprentissage…
Toutefois, si être un immergeant permet d'accéder au savoir et de faire renaître le passé de ses cendres, cela nécessite aussi parfois de faire face à des vérités difficiles à entendre qui peuvent mettre les hommes de ce nouveau monde face aux atrocités de l'Ancien. Mais toute vérité est-elle vraiment bonne à dire ou être un immergeant, c'est également savoir parfois se taire sur les errances du passé ? Quand le devoir de mémoire se heurte à l'esprit de conservation, quelle voie est-il préférable de prendre ? Celle du silence ou de la vérité, de la préservation ou du savoir ? Des questions quasi philosophiques que vous ne devriez pas manquer de vous poser…
Le suspense n'est pas haletant à la manière d'un thriller, mais l'autrice a réussi à instaurer une tension qui monte crescendo et qui donne envie de toujours en savoir plus sur les plans des personnages. À cela s'ajoute un univers tellement fascinant que l'on se surprend à y voguer naturellement, s'imaginant sans peine se perdre dans les méandres tortueux de Septentria dont il est bien difficile, si ce n'est impossible, de sortir sans une précieuse clé. Un univers foisonnant qui m'a complètement subjuguée et que je n'ai quitté qu'à regret d'autant que je n'ai pas eu le sentiment d'en avoir fait complètement le tour. J'aurais ainsi adoré en apprendre plus sur le lien étroit entre les animaux Guides et les gardiens humains, les chimères et leur insurrection, les immergeants et toute l'étendue de leurs pouvoirs, la manière dont l'Ancien Monde a disparu, Wood qui semble être un personnage plein de promesses…
Mais malgré cela, je n'ai ressenti aucun manque, car l'on sent que l'autrice a pensé avec soin ce premier tome, trouvant un équilibre parfait entre le trop et pas assez. Elle nous donne ainsi la bonne dose d'informations pour que l'on appréhende parfaitement son univers et ses enjeux sans tomber dans un abus de détails qui aurait rendu l'intrigue opaque et indigeste. Une précaution appréciable qui permet de s'immerger complètement dans l'histoire d'autant que la plume de Vania Prates se révèle agréable, fluide et assez imagée pour que l'on se représente avec exactitude les différents décors et personnages.
J'ai également apprécié toutes ces petites choses qui apportent un charme certain au roman et qui nous poussent à tourner les pages avec avidité : la magnifique et somptueuse bibliothèque de Septentria qui ferait rêver n'importe quel bibliovore, le bracelet d'humeur de Céleste dont l'humour sarcastique m'a complètement séduite (je veux ce bracelet !), un Gardien haut en couleur aux multiples facettes que l'on a envie de câliner, le mystère savamment entretenu autour de Septentria avec ce jeu savoureux sur les apparences et les mots, l'importance du chi et de l'idée se connecter à sa nature profonde…
En conclusion, La cité des Chimères fut une excellente lecture qui m'a enchantée page après page. J'ai ainsi pris un plaisir certain à découvrir les protagonistes, leurs forces, leurs faiblesses, leurs capacités, plus ou moins surprenantes, mais j'ai surtout adoré parcourir l'univers développé par l'autrice. Immersif et en apparence bien plus policé que le nôtre, il recèle néanmoins une part d'ombre et de mystère dans laquelle on a envie de se fondre pour mieux en découvrir tous les secrets. Aventure fantastique, humaine et amicale, voici un roman que je conseillerais à toutes les personnes en quête d'une intrigue originale où le merveilleux se dispute à la noirceur. Quant aux amoureux des livres, je n'aurai qu'une seule question à leur poser : et vous, qu'attendez-vous pour venir vous immerger ?
Lien : https://lightandsmell.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Lectrice-Lambda
  02 octobre 2019
« La cité des chimères » est le nouveau livre de Vania PRATES. Je l'avais découverte avec « Fille de bohème », une histoire qui a été un vrai coup de coeur. Je vous invite d'ailleurs à découvrir ce magnifique récit, surtout qu'il est maintenant sorti en version poche alors vous n'avez plus d'excuse ! Vous pouvez également retrouver mon avis en cliquant ici, s'il vous faut d'autres arguments pour vous lancer.
Dans ce nouveau roman, nous allons plonger dans le futur. Nous y découvrons la Terre qui est bien différente de celle que l'on connaît aujourd'hui. Après un grand chaos lié aux nouvelles technologies, aux armes, aux guerres, à la pollution, la Terre a repris ses droits.
Les humains épargnés ont alors petit-à-petit changé leur mode de vie, essayant d'être le plus en harmonie avec la nature, les animaux et leur chi. En effet, les humains sont divisés en guilde selon leur « chi » ou leur nature : les gardiens, les alchimistes, les immergeants,…
Céleste est une jeune femme de dix-sept ans qui n'a toujours pas de chi. Elle a été déscolarisée tôt pour qu'elle puisse travailler avec sa famille dans leur boutique d'objets de l'Ancien Monde. Même si elle sait que sa place n'est pas ici, qu'elle ne s'épanouie pas, elle essaie de se focaliser sur les petits plaisirs de la vie qu'elle arrive à avoir.
Alors qu'elle était en pleine livraison, Céleste va rencontre Calissa. Cette femme mystérieuse lui laisse un paquet tout aussi mystérieux. Elle doit le cacher, le temps qu'elle sème ses poursuivants.
Cette rencontre qui est le fruit du hasard va bouleverser la vie de Céleste. Calissa n'est pas une femme comme les autres, elle est en mission… Et finalement, elle va peut-être trouver l'aide qui lui fallait en Céleste.
J'ai complètement plongé dans cet univers fantasy créé par Vania PRATES.
Je pensais avoir eu un coup de coeur avec « Fille de bohème », mais c'était avant de lire « La cité des chimères ». Il est rare de lire des auteurs qui s'essaient à plusieurs genres et c'est encore plus rare d'en apprécier tous les titres. Ce que je peux vous dire, c'est que Vania PRATES réussit l'exercice avec brio.
Ne vous fiez pas à l'univers qui peut paraître un peu enfantin, un peu ciblé pour les adolescents car ce n'est absolument pas le cas. Cette histoire est vraiment multigénérationelle. Elle touchera autant les adolescents que les jeunes adultes et même les adultes.
Le récit est mûr, travaillé et touche beaucoup de thématiques qui parlent à tous les âges.
Ce que j'ai principalement adoré, c'est l'univers imaginé par Vania PRATES.
Lowndon Fields, anciennement Londres, est complètement transformée dans ce futur. La nature a repris ses droits, un retour en arrière a été effectué. La technologie n'a pas eu que de bonnes répercutions et revenir aux bases a été essentiel pour la survie des hommes et de la planète de manière générale. L'écologie y a une place importante, même si elle n'est pas abordée avec rage. On ne nous assomme pas avec un énième sermon concernant la préservation de la nature et j'ai vraiment apprécié que ce message soit aussi subtilement abordé.
Il y a également l'organisation des humains, leur cohabitation entre eux, mais aussi avec les animaux et la nature. Il n'y a plus de « métiers » à proprement parlé, mais les personnes doivent suivre leur « chi » pour découvrir leur nature et donc, le poste qui leur correspond le mieux. Tout est organisé de manière pacifiste, chacun sait où est sa place et une paix s'est instaurée. J'ai vraiment été bercée par cet aspect de l'histoire, par cette douceur qui transpire à travers les pages. Malgré l'intrigue qui va arriver et qui va bouleverser la vie des personnages, j'ai trouvé que le récit était incroyablement solaire, bienveillant, remplis de messages sans être moralisateur.
Focalisons-nous un peu mieux sur les personnages qui composent l'intrigue.
Céleste est une jeune femme qui est à l'aube de sa nouvelle vie. Une rencontre fortuite va chambouler son univers à tout jamais, lui révélant d'abord quel est son chi. Elle va donc s'émanciper devant nos yeux, sortir de son cercle familial et vivre sa vie, faire enfin ses choix. de petite fille au regard naïf, nous la voyons évoluer pour devenir une vraie femme maîtresse de son destin et de ses choix. C'est un personnage qui m'a beaucoup touché de par son évolution.
Calissa est une femme mystérieuse. On sait qu'elle a vécu des choses horribles et qu'elle n'est pas comme les autres. Elle fait partie de la « Confrérie des Sans-Loi », espionnant et enquêtant pour ceux qui veulent bien y mettre le prix. Au fur et à mesure du récit, nous en apprenons plus sur son terrible passé qui la rend plus humaine, plus sentimentale, plus brisée que l'image qu'elle veut nous renvoyer.
Céleste et Calissa n'étaient pas censées se rencontrer, alors autant dire que ce duo cent pour cent féminin est assez détonnant. J'ai vraiment aimé leur collaboration, même si finalement elles sont que très peu ensemble pendant toute la durée de l'histoire. Ensemble, elles vont quand même développer un lien qui va les unir : d'étrangères à guide/élève jusqu'à devenir amies.
Il y a également énormément de personnages secondaires qui ne demandent qu'à être découverts. J'ai eu mes petits coups de coeur, notamment pour Leire, Daniel et Woods. Venicia et Alexian sont aussi très sympathiques et viennent compléter le tableau de par leur humour et leur bonté.
L'enquête que doit mener Calissa va être le fil conducteur de l'histoire.
Pour vous laisser tout le mystère, sachez que cette intrigue est menée avec perfection. du début à la fin du livre, nous ne savons pas où l'auteur veut nous mener. On est transporté de révélations en révélations, de missions à tromperies, pour arriver à un final explosif que l'on n'attendait absolument pas. Je suis rarement surprise par un final, mais Vania PRATES m'a menée par le bout du nez ! J'ai d'ailleurs toujours du mal à y croire.
L'enquête va vous plonger dans le passé de Lowndon Fields, dans les secrets que certains ont voulu garder, dans des vieilles rancoeurs et guerres de pouvoir. C'est fin, bien mené et parfaitement maîtrisé.
En conclusion, « La cité des chimères » est un roman qui m'a totalement transportée. Vania PRATES nous plonge dans son univers, dans cette Terre du futur qui a fait un retour dans le temps pour en revenir à l'essentiel, tant au niveau des technologies que du rôle que doit avoir chaque être humain.
Accompagné de son duo cent pour cent féminin, nous menons l'enquête de deux points de vue. J'ai autant adoré Céleste de par son émancipation qu'elle va avoir, que Calissa qui est vraiment l'image de la femme libre et accomplie. Les personnages secondaires sont tous travaillés et ont chacun leur rôle. Rien n'est laissé au hasard, tout est mis en place pour porter une intrigue qui est maîtrisée à la perfection. L'enquête est lancée dès les premiers chapitres et jusqu'au bout nous sommes tenus en haleine. Je me suis vraiment prise au jeu de découvrir avec les personnages la finalité de cette mission, mais j'étais loin de me douter de toutes les révélations.

Il m'est très compliqué de mettre des mots face à tous les sentiments que j'ai ressentis pendant ma lecture. Tout ce que vous devez savoir, c'est que « La cité des chimères » est une petite merveille qu'il ne faut absolument pas louper. C'est un récit qui plaira à un très large public et qu'il ne faut pas hésiter à partager avec ses proches.

Un gros coup de coeur !
Lien : https://lectrice-lambda.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
AlexandraLFC
  18 septembre 2020
La Cité des Chimères est un roman que j'ai lu dans le cadre du #PLIB2020.
J'ai trouvé la plume de Vania I. Prates très fluide, facile à lire. L'auteure a mis beaucoup d'idées intéressantes que ce soit dans la création de son univers ou dans l'existence du chi et des différentes guildes. Lorsque j'étais petite, je rêvais de pouvoir parler aux animaux, il était donc tout naturel que je sois fan des Gardiens. Dans cette guilde, un humain est en binôme avec un Animae/Animal avec lequel il peut communiquer. J'ai aussi apprécié la Guilde des Immergeants à laquelle chaque lecteur peut s'identifier. A notre manière, nous plongeons aussi dans nos lectures. En revanche, j'aurais aimé en savoir un peu plus sur les Calandres dont je n'ai pas bien compris le rôle finalement (celui de soigneur ?).
J'étais curieuse de découvrir cet univers qui correspond à notre monde dans une version utopique/futuriste après que la Nature ait repris ses droits. Même si j'ai été envoûtée par cette proposition de Vania I. Prates, j'ai trouvé que les descriptions restaient peu approfondies et peu visuelles. Je n'ai pas ressenti ni vécu ma lecture de façon aussi forte que pour « Mers Mortes » ou « Les Brumes de Cendrelune ».
Avec ce roman, l'auteure livre un message écologique. Il est important que l'Homme vive en harmonie et dans le respect de la Nature. Elle montre que la technologie n'a pas que des effets positifs. Cependant, le tout reste assez subtile ce que j'ai trouvé agréable.
Le récit alterne principalement entre les points de vue de Céleste et de Calissa, parfois d'autres personnages viennent se greffer. le procédé est bien réalisé, on ne se perd pas un seul instant.
Au départ, je trouvais Céleste trop lisse, trop naïve mais cela vient aussi de l'éducation qu'elle a reçu. Petit à petit, elle découvre qui elle est réellement et son personnage connaît une belle évolution. Je me suis rendue compte qu'elle n'avait que 17 ans en relisant le résumé, ce qui peut également expliquer sa façon d'être au début du récit.
Calissa a davantage de force de caractère. C'est une femme libre et accomplie. J'ai adoré les révélations qui sont faites sur son passé. J'ai aimé les rebondissements qu'elle apporte à la fin du roman. Toutefois, je trouve qu'il pourrait tout à fait exister une suite basée sur les dernières découvertes au sujet de son chi.
Concernant les personnages secondaires, ils sont assez nombreux mais chacun a le droit à un passage qui lui est dédié pour permettre au lecteur de mieux le comprendre et l'apprécier. Dans l'ensemble, les compagnons de Calissa ainsi que Daniel m'ont plu. Je les ai trouvé attendrissants et mystérieux. Chacun apporte un plus au récit, que ce soit dans l'humour, la tendresse etc. J'étais contente d'obtenir des informations sur leurs histoires respectives.
En bref, j'ai beaucoup aimé cette lecture mais ce n'est pas un coup de coeur car j'aurais aimé que l'univers et les descriptions soient plus poussées pour me permettre de vivre pleinement l'expérience aux côtés des personnages. L'intrigue avance bien, rien n'est laissé au hasard. J'ai été surprise par les toutes dernières révélations.
Lien : https://alexlovebooks.home.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
AmeliaChatterton
  16 septembre 2020
Dans les cinq finalistes du PLIB 2020, je me suis empressée de lire ce livre afin de finaliser mes choix de vote. Malgré quelques bonnes idées, je suis restée sur ma faim. Voici mon avis et les raisons pour lesquelles je ne voterai pas pour ce roman.
Un univers original
L'auteure développe deux intrigues en parallèle dans un univers utopique/ post-apocalyptique avec de la magie, et où la nature a repris ses droits. On vit à l'ancienne et on collecte des objets d'avant l'apocalypse tout ignorant leur utilisation.
Dans cet univers, chacun dispose d'un talent inné (ou Chi) qui révèle à l'adolescence leur nature profonde. Certains sont rassemblés en guildes, d'autres agissent en solitaire. Certaines guildes sont rassemblées à Septentria, sorte de château magico-mécanique protégé par les Gardiens, des humains capables de communiquer avec les animaux. Là, les immergeants plongent littéralement dans leurs lectures pour en apprendre davantage sur l'ancien monde, les alchimistes réalisent des inventions, les médecins inventent des remèdes… A la fois craintes et vénérées, ces guildes apportent la connaissance au peuple mais restent aussi très secrètes sur leurs activités. Et surtout, elles sont une entité à part entière, opérant sans le dirigeant de la ville et son conseil de notables.
Une guilde reste mystérieuse par sa disparition soudaine : celle des chiméristes à laquelle appartient Calissa, une des deux héroïnes principales de l'histoire. Cette énigme sous-tendra l'ensemble du récit.
Le roman se compose de deux intrigues en parallèle : un roman d'apprentissage associé à la découverte de Septentria et du pouvoir de Céleste et un roman d'espionnage avec Calissa, engagée par le dirigeant de Lowndon Fields pour connaître celui qui a tenté de l'assassiner.
Les deux histoires vont s'entremêler avec la rencontre des deux jeunes femmes occasionnant d'autres sous-intrigues dont une sur l'Histoire des guildes et une autre sur un complot politique.
La partie concernant le pouvoir des immergeants m'a beaucoup intéressée car elle développe l'imaginaire et reste un sujet d'étude intéressant quant à l'écriture de mon propre roman. Elle soulève également des questions éthiques importantes sur la censure et le droit (ou plutôt la nécessité) de ne pas savoir certaines choses afin de ne pas devenir fou. L'idée de laisser les immergeants évoluer dans un château avec des pièces oniriques pour éviter qu'ils restent ancrés dans la réalité m'a aussi semblé original : une bonne métaphore de l'expression « avoir la tête dans les nuages ».
Des personnages travaillés
L'univers de la Cité des chimères est peuplé de personnages à la psychologie élaborée qui ne m'ont pas laissée indifférente. Excepté le personnage de Céleste que j'ai trouvé trop naïf au point de vouloir lui coller des gifles, j'ai apprécié l'évolution de tous.
Immature, incapable de cacher ses émotions, peu combative face à l'opinion de sa famille, Céleste prend de l'assurance au fil du roman jusqu'à avoir pleinement confiance en ses capacités. Mais le chemin est long avant d'y parvenir ! Son bracelet d'humeur apporte une touche d'humeur inattendue aux moments les plus inopportuns.
Calissa quant à elle, cache ses émotions tout comme un lourd passé. Dernière survivante de sa guilde, elle se compose un personnage de contrebandière et s'est recrée une famille : la Confrérie des sans lois. Elle est mystérieuse mais on devine, derrière sa carapace de dure à cuire, une fragilité liée à son envie de retrouver sa famille de chi et un profond désir de justice.
Daniel, l'immergeant fils à papa de Septentria a un caractère de cochon et semble indifférent à tout ce qui l'entoure au début du roman. On découvrira qu'il peut faire preuve de profondeur et de maturité. Son cynisme et son jugement infaillible sur les gens permettra de faire mûrir Céleste et d'aider à la progression de l'enquête autour de la guide des Chiméristes.
Les membres de la Confrérie des Sans Lois ont tous un passé et une personnalité très sympathique malgré leur côté rebelle. On compte un ancien ninja qui a renié sa guilde pour suivre son chi, un mystificateur qui cache son don, une gardienne au grand coeur et son furet voleur…Ils sont liés par une envie de justice, mais aussi l'amour du danger (pour certains).
Alexian, à travers son don interroge sur la question de l'héritage familial et des choix que l'on fait dans sa vie. Je l'ai trouvé très intéressant de ce point de vue, en plus de son côté espiègle qui permet d'alléger l'histoire par moments.
Même les frères de Céleste ont un intérêt et représentent la bêtise de la population vis à vis de la réputation de Septentria, et surtout le personnage du marchand peu scrupuleux. Soucieux de faire prospérer leur entreprise, ils exploitent leur soeur Céleste qu'ils estiment bonne à rien car sans chi.
Quelques bémols (Attention Spoilers)
Concernant l'intrigue, j'ai eu du mal à accrocher au départ, du fait des longueurs présentes dans la première partie du roman. Et j'ai bloqué sur l'histoire du chi, dès le début du récit. Pour moi, le Chi représente l'énergie vitale chinoise. Quand j'ai vu le terme dans le récit, j'ai aussitôt pensé qu'on allait parler d'Asie. Cela m'a induit en erreur jusqu'à ce que le terme soit expliqué dans un chapitre. Je précise que je n'avais pas lu le résumé du livre avant ma lecture.
Pour lire la suite, rendez-vous sur :
Lien : https://lestribulationsdemis..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
MahaultMotsMahaultMots   20 janvier 2020
Céleste se figea, se disant que le bruit allait forcément alerter Daniel. Heureusement, il ne pourrait exiger d'entrer dans sa chambre, mais il pouvait toujours sonner pour que quelqu'un vienne s'assurer que tout allait bien.
Elle resta silencieuse, le regard braqué sur Dao, jusqu'à ce qu'inévitablement on frappe à sa porte :
- Toujours vivante ?
- Oui, oui. Désolée, je suis ... Maladroite.
- Hmm, je m'en moque, en fait. Ce que tu fais dans ta chambre te regarde. Par contre, je viens de me souvenir que j'ai oublié de te demander quelque chose d'essentiel ...
Céleste retint son souffle, priant pour que Dao ne bouge pas pendant quelques secondes encore.
- Oui ?
- Ressens-tu parfois des envies de brûler des choses ? Comme du papier, du bois, des rideaux ou même des demeures ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MariineJMariineJ   14 avril 2021
𝑳𝒂 𝒏𝒂𝒕𝒖𝒓𝒆 𝒔'𝒐𝒓𝒅𝒐𝒏𝒏𝒆 𝒂̀ 𝒔𝒂 𝒇𝒂𝒄̧𝒐𝒏 𝒆𝒕 𝒅𝒆 𝒃𝒊𝒆𝒏 𝒑𝒍𝒖𝒔 𝒃𝒆𝒍𝒍𝒆 𝒎𝒂𝒏𝒊𝒆̀𝒓𝒆 𝒍𝒐𝒓𝒔𝒒𝒖𝒆 𝒍'𝒉𝒐𝒎𝒎𝒆 𝒏𝒆 𝒔'𝒆𝒏 𝒎𝒆̂𝒍𝒆 𝒑𝒂
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
YuyineYuyine   17 mars 2020
J’ai toujours cru que nous devions garder pour nous certaines choses, non par égoïsme, au contraire. Par solidarité . Parce que c’est notre devoir, notre fardeau: on porte la vérité sur nos épaules. L’information peut parfois apporter la peur et l’angoisse. Et les gens peuvent devenir fou à cause de la peur.
Commenter  J’apprécie          30
FungiLuminiFungiLumini   10 janvier 2020
Mais chacun son chi. Ne perds pas ton temps à regretter ceux des autres, lui répondit-elle avec un clin d’œil. Chaque personne naît avec une mission sur Terre, on doit s’y intéresser et investir dessus, car c’est ce qui maintiendra notre passion intérieure vivante.
Commenter  J’apprécie          20
MahaultMotsMahaultMots   20 janvier 2020
- Vous qui avez travaillé dans une boutique d'objets anciens, vous avez certainement dû voir une mappemonde, bien qu'elles se fassent rares.
- Oui, j'en ai vu.
- Imaginez tous ces pays, les livres qu'ils ont dû créer, publier, partager de par le monde, et maintenant regardez cette pièce. À mes yeux, elle me semble soudain beaucoup plus petite.
- Des livres ont certainement dû être trouvés ailleurs. Il doit y avoir d'autres personnes qui ont survécu et qui vivent comme nous, en dehors de Crownway, bien sûr.
- J'ai bien envie d'y croire, mais les seuls qui vont assez loin pour s'en rendre compte n'ont pas rapporté de très bonnes nouvelles. Pensez seulement à tout ce qui a été perdu. Certaines nuits, ça m'empêche de dormir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : chiméresVoir plus
Notre sélection Jeune Adulte Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1213 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre