AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Christine Vernière (Traducteur)
EAN : 9782203334588
134 pages
Éditeur : Casterman (18/01/1995)

Note moyenne : 3.69/5 (sur 43 notes)
Résumé :
Liés par des années d'amicale complicité et de réciproque admiration, il fallait bien que la maître - Pratt - et son disciple - Manara - finissent par travailler ensemble. Après avoir cosigné en 87 Un été indien, ils ont mis à nouveau l'un sa virtuosité graphique, l'autre son talent de conteur au service d'un formidable roman d'aventures, tout vibrant du tumulte des passions et du fracas des armes. Lassé, selon ses propres dires, de faire et refaire son autobiograph... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
ODP31
  10 septembre 2019
Un Stevenson dopé à la testostérone !
Un Kipling bercé aux illusions perdues !
Un London qui visite l'éden !
Un lecteur qui lit de bâbord à tribord, déboussolé par des personnages qui changent souvent de cap et qui passent à travers les planches de cette merveille de BD pour harponner les voyeurs.
Hugo Pratt, qui a toujours revendiqué l'influence de ces trois immenses écrivains et Milo Manara, disciple émancipé au trait coquin, ont réalisé au début des années 90 ce bijou de littérature dessinée.
Mais commençons par saluer la magnifique présentation de l'ouvrage par Michel Pierre qui nous offre en guise de préface des croquis préparatoires et la genèse de ce récit d'aventure.
Seconde collaboration après « l'Eté Indien » en 1983, Pratt écrivit la quasi-totalité de ce scénario qui illustre la frénésie coloniale des grandes puissances au début du 19 ème siècle, prêtes à tout pour s'assurer le contrôle des océans et des mers, la libération des peuples opprimés comme alibi. Les esclaves, victimes de la traite comptent les points entre deux massacres, comme à l'Eurovision, tanguant entre la peste et le choléra, fatalistes et convaincus que peu importe le vainqueur, ils seront toujours les perdants de l'histoire.
L'action se déroule le long du rio de la Plata, littéralement « le fleuve d'argent », estuaire qui sépare l'Argentine de l'Uruguay. le bout du monde à l'époque, un horizon que les anglais et les espagnols se disputent.
La petite histoire dans la grande histoire réunit un jeune tambour écossais, Tom Browne et Molly Malone, prostituée Irlandaise, embarquée à bord de la flotte britannique avec ses consoeurs pour assurer le repos du guerrier.
Par dépit amoureux, n'ayant pas le goût du partage, Tom Browne se porte volontaire pour partir en éclaireur à terre et se retrouve prisonnier des Espagnols. Molly et quelques compagnons quittent aussi le navire pour retrouver le jeune tambour et déserter un destin qu'ils savent funeste, assoiffés de liberté.
Les autres personnages ne sont pas de simples ornements à vignettes. Que ce soit le bossu, amoureux transit de Molly, certains Indiens, sages ou révoltés, certains officiers cupides de la marine britannique ou la jeune espagnole de bonne famille sensible au charme de Tom Browne, ils affichent tous une vraie présence dans l'histoire et de forts caractères. Des tas d'états d'âmes qui permettent aussi d'illustrer de façon réaliste la dimension historique du récit.
Sans surprise avec Manara, les combats et le sexe sont plutôt crus, sans préliminaires, mais le fracas des armes et l'exotisme de ces latitudes ne pouvaient être confiés à un dessinateur pudibond. le lecteur ira néanmoins à confesse sans risquer la fessée car il s'agit avant tout d'un récit d'aventure bien troussé.
Molly Malone, belle insoumise, capture les regards dès la couverture de cet ouvrage que je vais m'empresser de déposer dans ma malle au trésor en espérant que dans quelques années, il y aura encore quelques explorateurs pour s'extasier de la découverte d'un album délavé qui aura résisté à la vague manga.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          381
Foxfire
  21 août 2019
J'avais tellement adoré « un été indien » que j'avais très envie de lire une autre oeuvre du duo Pratt / Manara. Quand je suis tombée sur ce « el gaucho » en occasion je n'ai donc pas hésité.
Cette deuxième collaboration entre les deux auteurs est moins aboutie, moins parfaite que « un été indien ». Mais « el gaucho » est tout de même une B.D de grande qualité qui se lit très agréablement. le contexte historique est, à ma connaissance, peu exploité en B.D. En effet, l'intrigue se déroule au début du 19ème siècle à Buenos Aires, alors espagnole, qui se trouve menacée par une flotte anglaise. L'intrigue est bien menée même si on reste un peu sur sa faim, quelques planches supplémentaires auraient été les bienvenues. Quant au dessin de Manara il est, comme à l'accoutumée, très beau. J'ai préféré la sensibilité des aquarelles aux couleurs délicates de « l'été indien » mais le noir et blanc du « gaucho » flatte agréablement l'oeil.
« El gaucho » n'est pas aussi sublime que « un été indien » mais mérite largement le détour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          361
Sphilaptere
  11 juillet 2017
Cinq raisons à envisager avant de considérer une chevauchée amphibie avec el Gaucho.
1 – Ce regard mélancolique, perdu dans le lointain, d'une jolie fille au teint pâle, joues roses et yeux bleus, est-ce un hommage du dessinateur Manara à Pratt ? Elle a la manie de se mordiller la lèvre inférieure, ce qui la fait disparaître, et accentue la ressemblance avec Pandora et les autres.
2 - Mais Molly Malone montre dans cet album aussi souvent son minou que son minois (et presque pas son derrière, ce qui est dommage, car comme dit l'adage, personne ne dessine mieux les fesses féminines que Milo Manara). Personnage perdu, comme Matthew le bossu, tous deux à la fois en recherche d'idéal, et corrompus par la vie. Embarqués dans des événements plus grands qu'eux.
3 – Ou plus petits, tant Pratt a choisi de mettre l'accent sur le cynisme et l'avidité de richesse des officiers anglais. L'expédition britannique de 1806 au rio de la plata devient ici pure affaire de loges maçonniques et de partage de butin. Pourtant Pratt choisit de montrer la résistance des colons espagnols (et omet de mentionner que les commerçants de Buenos Aires vont eux-mêmes capturer le trésor en fuite avec le vice-roi, pour le livrer aux anglais).
4 – Les auteurs mettent même en scène un combat… qui n'a pas eu lieu, la ville ayant ouvert ses portes. Quel gâchis car je pense ces scènes de bataille sont peu inspirantes sous les crayons de Manara. Mais il dessine parfaitement les uniformes, et ces planches regorgent d'hommes en uniforme (en revanche, le costume féminin se réduit à pas grand-chose : une paire de bas et une robe retroussée jusqu'à la taille).
5 – Mon sentiment à la fin de cette aventure est un peu celle d'un gâchis. Cette belle histoire aventureuse où se croisent tant de personnages intéressants, semble interrompre son cours et se termine trop rapidement (en eau de boudin).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Erik_
  02 décembre 2020
C'est la seconde production du maître (Hugo Pratt) et de son disciple (Milo Manara) que je viens de lire. Je dois dire que j'ai plutôt été tenté par celle-ci car elle ne manque pas de charme.
El Gaucho a un caractère historique incontestable où on découvre que des Anglais ont essayé d'envahir l'Argentine pour la prendre aux Espagnols au début des années 1800. C'est un épisode de l'Histoire que je ne connaissais pas.
Au milieu de ce tumulte, il y a une véritable histoire d'amour entre un jeune tambour anglais, Tom Browne, et une prostituée irlandaise, Molly Malone, livrée aux officiers de la flotte.
Le dessin est véritablement magnifique et d'une fluidité à toute épreuve. On se croirait réellement au milieu du Rio Negro avec cette pampa aux allures sauvages.
Quand on termine le récit, on a déjà le regret que cela soit déjà terminé. C'est plutôt bon signe après plus de 120 pages composant ce one-shot. On a comme l'impression qu'il s'agit d'un fragment d'histoire et qu'il y aura une suite.
J'ai pas trop compris le lien entre le début de l'histoire où un vieillard genre blanc devenu indien à la Little Big Man raconte sa vie et la conclusion de celle-ci. Il y a comme une étape importante qui manque cruellement. Ceci dit, quelle belle tranche de vie !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Acerola13
  06 juin 2018
C'est évidemment avec une tendresse particulière que j'ai refermé cet album, après avoir vécu six mois à Buenos Aires et m'être passionnée pour l'histoire argentine et sa résistance face aux ambitions anglaises, qui ressurgit à chacune des pages d'El Gaucho.
L'influence de Pratt est très présente, entre cérémonie du candomblé et gigues irlandaises, toujours cet amour des cultures oubliées; et se mêle à la passion de Manara pour les culs nus, toujours féminins à ma grande tristesse!
J'avais également lu l'été indien, et si je trouve El Gaucho plus intéressant par sa dimension historique, je retrouve également la même gêne que pour la première collaboration de Pratt et de Manara face aux scènes de viol, présentes dans les deux ouvrages, dessinées avec une précision et une perversion malsaines, et commentées par les autres personnages comme finalement peu importantes et communes.
Si ce n'est cette récurrence, El Gaucho emporte, se finit trop vite, mais demeure une lecture agréable sur fond de références historiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
NabooNaboo   02 mai 2015
Que les aficionados d'Hugo Pratt me pardonnent pour cette incursion dans leur univers, mais le titre, la couverture et l'univers de cette BD me font penser à un autre Hugo...et comme je ne savais où retranscrire son propos...

Cet Hugo là laissera cette citation à la postérité :
"De toute façon t'es né(e) et t'es beau comme ça... les autres on s'en branle..."
Commenter  J’apprécie          21
Erik_Erik_   02 décembre 2020
Le gaucho, après avoir attrapé un cheval sauvage avec un lasso, s'assied paisiblement sur la bête soumise, découpe dans sa cuisse un steak copieux puis rend la liberté au blessé qui fuit avec d'horribles hennissements.
Commenter  J’apprécie          12

Lire un extrait
Videos de Hugo Pratt (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hugo Pratt
Corto Maltese sur l’Île de Pâques
Dans la catégorie : Mélanges littérairesVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Mélanges littéraires (68)
autres livres classés : érotiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Hugo Pratt, vous connaissez ?

De quel nationalité était Hugo Pratt ?

Syldave
Italien
Argentin
Belge

10 questions
54 lecteurs ont répondu
Thème : Hugo PrattCréer un quiz sur ce livre