AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
>

Critique de ithaque


‌ Héraut des humbles de Colombie, ce chant résonne des silencieux, Indiens autochtones, mais aussi descendants d'esclaves noirs, paysans ou citadins pauvres. La révolte noyée dans le sang il y a 2 ans ressurgit à travers les prénoms de ceux qui y sont restés, qui n'étaient pas dans le programme au goût furieusement cosmopolite : "l'art de vous élever au prix de cent bassesses".


Un texte scarifié par chaque entaille faite aux légendes qui comblaient les peuples millénaires.
On suit les rêveries de l'auteur le long des chemins des peuples du Soleil, anciennes tribus Calima et Muisca, des chemins faits aux pieds de toute une vie ; arbres et montagnes aux visages familiers, écorces lues en braille.
Se gargariser d'un paysage-animal fait de muscles et de peau, un être vivant dont le pouls donne l'heure et le sens à chaque pulsation.
"Fouler cette terre en sachant en sentant tous les corps tous les esprits toutes les âmes que je suis".


Ah la cabane au sable fin ! Comme il nous tarde d'y poser la tête, les paupières traversées par les silhouettes des chevaux enfuis.
Un texte célébrant les courbes, voussures et encolures , sinuosités des veines-rivières. Elles saperont un jour sans défaut la course rectiligne du métal propulsé vers nulle part des modernes civilisations mangeuses d'hommes, mondes sans légendes.

Merci à l'auteur d'avoir partagé ses rêves de paix et de silhouettes glissant entre les arbres.
Commenter  J’apprécie          381



Ont apprécié cette critique (38)voir plus




{* *}