AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2970111616
Éditeur : Editions Eaux Troubles (01/10/2016)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Un vrai thriller mêlant actualité et un style roman noir année cinquante à la française. Il y a du rythme, de l'humour, du suspense. Tout pour un excellent moment de lecture.Double JE, c'est l'histoire de deux frères jumeaux, Nestor et Marc Tredennis, qui se racontent à la première personne du singulier.Marc profite de la troublante ressemblance physique avec son frère pour le faire accuser d'un crime qu'il a commis. Pressentis pour assurer la défense de Nestor, l'a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Analire
  12 novembre 2016
A Nice, Nestor Tredennis souhaite acquérir un appartement. Pour ce faire, il fait appelle à un agent immobilier, qui lui fait visiter un appartement "zéro défaut". Nestor, à moitié convaincu, souhaite passer une nuit dans cet appartement, pour vérifier qu'aucun bruit de voisinage ne viendra perturber sa tranquillité. L'agent immobilier accepte, et Nestor revient le soir pour dormir dans son possible futur appartement. Mais ce sont les forces de l'ordre qui l'accueillent, l'accusant du meurtre d'un journaliste. Nestor est emmené en prison, lieu où il rencontrera Laurence Friedman, qui deviendra son avocate, ainsi que Geroges Langsamer, un agent à la retraite, qui vient en aide à son amie Laurence. Les deux compères, convaincus de l'innocence de Nestor, et certains de la culpabilité de son frère jumeau, vont mener de longues investigations, qui aboutiront à la libération de Nestor, et à des découvertes extraordinaires. Ils vont mettre la main sur un complot inimaginable, de dimension planétaire.
Jean-François Pré se veut original dans sa mise en page. Dans son ouvrage, aucun chapitre. Seulement des pronoms personnels, tels que "Lui, Elle, Je', Je" qui amorcent le point de vue par lequel sera perçue l'histoire. Ainsi, chaque personne a droit à son tour de parole. On entre tour à tour dans la psychologie de l'accusé, puis dans la tête de l'avocate, et ainsi de suite, jusqu'à cerner parfaitement les personnalités à qui l'on a à faire.
En jouant toujours sur l'originalité, l'auteur va mettre en scène deux "Je" : l'un sera Nestor Tredennis, l'autre sera son frère jumeau, Marc. L'un est coupable, l'autre est innocent. L'un est bon, l'autre est méchant. Tout les oppose, sauf leur apparence, identique à tout poil. Nestor va jouer de sa ressemblance avec son frère pour prendre son rôle : il va s'insérer dans la vie de Marc, pour percer à jour ce qu'il trafique. Son rôle devient capital, et peut grandement aider les enquêteurs à fignoler leur enquête. Mais ce ne sera pas sans danger...
Ces deux jumeaux que tout oppose, qui ne se parlent plus, ne se sont jamais vraiment entendus, continuent néanmoins à être lier. C'est le mystère de la gémellité, qui fait que, bien que séparés, les jumeaux peuvent ressentir physiquement et moralement, les maux qui accablent l'autre.
J'ai beaucoup aimé cette enquête policière française. le rythme est soutenu, dynamisé par les différents points de vue qui s'altèrent durant toute la narration. Il y a aussi du suspens et des rebondissements inattendus, c'est bien écrit et tout s'enchaîne allègrement. le tout est ancré dans le réel et fait échos à l'actualité, comme nous pouvons le voir avec les différentes références aux attentats, ou avec les questions et débats que soulèvent les religions.
En somme, voilà une enquête policière très agréable à lire, qui comporte tous les ingrédients qui font le succès des thrillers : suspens, actions, surprises, dynamisme. Même si je doute que cette histoire puisse rester graver longtemps dans ma mémoire, j'ai quand même passé un très bon moment de lecture. Je serais d'ailleurs curieuse de découvrir un autre ouvrage de l'auteur...
Lien : http://addictbooks.skyrock.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
lolapop93
  06 novembre 2016
Original, pétillant et addictif.
Nice, sur les hauteurs du Mont-Boron, un agent immobilier fait visité à Nestor Tredennis son appartement à vendre avec ‘‘zéro défaut''. Bien que très attiré par l'appartement Nestor souhaite passer une nuit de ce dernier pour vérifier que les bruits du voisinage ne lui seront pas nocifs. L'agent immobilier accepte à son grand étonnement lui remet les clés.
C'est par cet incipit original que l'auteur, Jean-François Pré débute son roman Double Je.
Nestor sort et lorsqu'il revient pour y passer la nuit, c'est accueilli par les forces de l'ordre qu'il se fait arrêté avec grand fracas. Ne comprenant pas ce qui se passe ! Un cadavre vient d'être découvert dans l'appartement. Toutes les preuves sont contres lui, dont une vidéo le filmant à l'entrée de l'immeuble à l'heure du crime.
Nestor nie et pense que c'est son frère jumeau, Marc, qui est à l'origine du coup.
Aidé par Georges Langsammer, policier à la retraite et son avocate, Laurence Friedman, il va réussir à sortir de prison et prouvé son innocence.
A partir de cet instant le roman va emmener son lecteur dans une histoire étonnante, loin d'un simple meurtre, c'est une question de sécurité de toute l'humanité qui va se joué.
Jean-François Pré utilise la voix du ‘je' narrative pour écrire.
Avec des chapitres originaux commençant pas : je, elle, il, introduisant le personnage qui parle, il donne au texte une dynamique. le ton employé par les personnages révèle leur personnalité et en fait des personnages hauts en couleurs.
Une écriture qui ne se perd pas en superflu et une intrigue bien ficelée qui ne laissent rien deviner sur le point de chute, si ce n'est que des suppositions.
Derrière la partie policière de ce roman se cache la thématique de la psychologie de la gémellité. Chaque jumeau, bien que l'un représente le mal et l'autre son contraire, ressentent dans leur corps et leur coeur, l'amour, la peur et la peine de l'autre.
Ancien journaliste de TF1 et du parisien, reconvertie en écrivain thrillers. Jean-François Pré, nous offre un polar pétillant et addictif.
Une enquête suivie par son lecteur au fil des pages comme si il s'y trouvait.
Un policier original qui ne pourra que vous ravir. A consommé sans modération !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nathf
  21 novembre 2016
Nestor Tredennis, prof d'anglais, a une vie banale.
Et malheureusement, il a aussi un frère jumeau, Marc qui, lui, donne plutôt dans les affaires pas très catholiques.
Profitant de leur ressemblance, Marc fait accuser son frère d'un crime que lui-même a commis.
Nestor, défendu par l'avocate Laurence Friedman aidée de son ami Georges Langsam, ex-flic, mettent à jour un complot planétaire.
Jean-François Pré est un original! Pas de chapitre dans ce polar, mais " je, je', lui, elle..." pour introduire le personnage qui parle et dévoiler sa personnalité.Et on s'y retrouve très bien.
Le roman est bien ficelé, a un rythme soutenu, une bonne dose d'humour avec des réparties que Gabin n'aurait pas reniées.
Vient s'ajouter à ça le thème de la gémellité, toujours aussi tortueuse (même si certains faits m'ont semblé un peu tirés par les cheveux).
Un roman divertissant avec lequel j'ai passé un bon moment.
Commenter  J’apprécie          30
TheEdenofBooks
  05 décembre 2016
Ce policier dont l'intrigue se déroule à Nice fait partie de la série Une enquête du commissaire Langsamer, ce policier à la retraite (et grand adepte du golf).
Comme on le constate en lisant le roman, le style est vif, humoristique et agréable.
Le titre Double Je représente l'histoire de deux frères, Nestor et Marc Tredennis, des jumeaux homozygotes qui sont les deux personnages principaux du roman. Ils prennent tour à tour la parole. Ils ont une ressemblance physique parfaite (même l'épouse de Marc ne voit pas la différence) mais des caractères totalement opposés ! Marc n'hésite jamais à se servir de son frère, allant même jusqu'à le faire porter le chapeau pour un de ses meurtres.
De là rentre en scène deux autres personnages secondaires mais très présent tout de même, introduit dans les débuts de chapitre par: Elle et Lui. Il s'agit de Laurence, l'avocate très sexy et compétente de Nestor et le commissaire Georges Langsammer venu à la rescousse.
La victime est un journaliste qui investiguait sur des affaires de blanchiment d'argent et d'une Opération Rimsky. Quelques jours plus tard à lieu un deuxième meurtre (le mort n'est autre que le collègue de la première victime). Etant à ce moment-là derrière les barreaux, Nestor a automatiquement un alibi lui permettant d'être innocenté.
Cependant, l'enquête ne fera que commencer!
Et peu à peu, le commissaire va remonter jusqu'à un certain Guy Manerbe, franc-maçon et président du groupe Global, société pétrolière d'envergure internationale…
Un policier plutôt sympathique mais qui ne constitue pas un coup de coeur.
Lien : https://theedenofbooks.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Poljack
  16 octobre 2016
Mon avis :
J'aime le polar, c'est vrai, mais à force de ne lire que des romans à tendance hyperréaliste, j'avais parfois l'impression que le genre policier s'enfonçait dans une certaine uniformité, avec le même flic plus ou moins dépressif, vivant immanquablement le même moment où sa vie privée rejoint son enquête, avec les mêmes scènes de crimes décrites à grand renfort d'hémoglobine et autres images récurrentes au point d'en devenir clichés…
Alors quand je tombe sur un vrai roman populaire, au sens noble du terme, un livre qui, tout en restant crédible et en s'appuyant sur des sujets tout à fait d'actualité, se permet d'exploiter le filon de l'imaginaire comme dans les meilleures productions de la Série Noire, moi, je dis : « Quel plaisir que ce Double je ! »
Loin de certaines parutions actuelles où la psychologie de l'enquêteur et/ou celle du criminel occupent la part la plus importante, Jean-François Pré nous propose un récit vif, relevé par des dialogues savoureux, où l'histoire reprend la place principale. Et c'est bon de se laisser entraîner dans cette aventure qui va droit au but : divertir le lecteur ! Ce qui ne veut pas dire, et c'est heureux, qu'un divertissement soit exempt de réflexion. Si l'auteur emploie un ton léger, il n'en est pas pour autant superficiel. À travers cette fiction un poil échevelée (si j'ose dire…), Jean-François Pré soulève quelques questions sur le pouvoir de l'argent et des religions dans la société d'aujourd'hui.
Un roman à plusieurs degrés de lecture, qui réjouira ceux qui veulent juste se distraire comme les lecteurs plus exigeants.
Lien : http://poljackleblog.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
AnalireAnalire   05 novembre 2016
Ça, c'est la meilleure ! La Fondation Global - je ne savais pas qu'ils avaient une fondation, ces enculés - collecte des fonds pour l'institut Duch'mol qui - vous savez quoi ? - est spécialisé dans le cancer du poumon. Si je voulais faire un jeu de mots foireux, je dirais qu'ils ne manquent pas d'air.
Commenter  J’apprécie          40
AnalireAnalire   06 novembre 2016
- On se croirait revenu aux années trente quand les Nazis faisaient des autodafés de ce qu'ils considéraient comme une littérature subversive. C'est-à-dire, tout ce qui ne ressemblait pas à de la propagande nationale-socialiste.
- Sauf que les Nazis sévissaient en uniforme, précisa Langsamer. Cet homme, lui, nous ressemblait. D'ailleurs, il a passé les contrôles sans coup férir. C'est cela le grand danger de l'islamisme aujourd'hui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AnalireAnalire   05 novembre 2016
Vous connaissez la différence entre les spermatozoïdes et les immigrés ? Y en a aucune : ils arrivent par millions et y en a qu'un qui bosse.
Commenter  J’apprécie          60
AnalireAnalire   07 novembre 2016
Le propre de l'amour, c'est qu'il échappe à toute rationalisation. Quelque part, c'est une maladie de l'esprit, du coeur et du corps aussi... car c'est le corps qui traduit la douleur.
Commenter  J’apprécie          40
TheEdenofBooksTheEdenofBooks   05 décembre 2016
Laurence fait les présentation. Il s’appelle Langsamer. Curieux nom. Je suis prof d’anglais mais j’ai de bonnes notions d’Allemand. Langsamer, ça veut dire: le glandu qui prend son temps. C’est vrai qu’il ressemble plus à Hercule Poirot qu’à James Bond. S’il a les « petites cellules grises » du héros d’Agatha, ce n’est pas trop grave. Laurence dit que c’est un ancien flic. Commissaire, même. Aujourd’hui, ce serait une espèce de privé bénévole.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1681 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre