AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Michèle Garène (Traducteur)
ISBN : 2221086449
Éditeur : Robert Laffont (28/05/2003)

Note moyenne : 3.66/5 (sur 103 notes)
Résumé :
Le docteur Nora Kelly est stagiaire à l'Institut archéologique de Santa Fe. Depuis que ses parents sont morts, elle n'habite plus le ranch familial qui a été laissé à l'abandon. Un soir, en le visitant, elle découvre l'intérieur de la maison saccagé et une étrange créature velue, tenant autant de l'homme que de l'animal, lui saute dessus en lui réclamant "la lettre."
Le mystère s'éclaircit après qu'une voisine ait mis en fuite l'agresseur. Nora, au moment de ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
Marcoskoff
  23 janvier 2016


Les sortilèges de la cité perdue : Preston et Child, Éditions J'ai lu, 2015.
Bon, bon, bon... Ou plutôt well, well, well puisque il s'agit d'auteurs américains et que l'histoire se déroule au fin fond des USA. Je n'avais jamais rien lu des auteurs et j'étais assez curieux de découvrir une de leurs oeuvres car je suis depuis toujours fasciné par les romans écrits à quatre mains. Je considère l'acte d'écrire comme quelque chose de si personnel qu'il m'est presque impossible de comprendre comment on peut trouver assez de synergie pour boucler plus de 530 pages cohérentes en se téléphonant, s'envoyant des fax ou s'échangeant des mails. Preston et Child ont écrit plus de 20 romans comme cela.
Le titre me rebutait un peu tout en titillant encore un peu plus ma curiosité : "peut-on encore étonner et enthousiasmer les lecteurs avec des histoires d'archéologues, de cités perdues et sorcellerie ? ". S'il fallait en croire la couverture, nous nous trouvions à la recherche d'une cité de ces civilisations Toltéques, Mayas ou Aztèques que la plupart d'entre nous confondent et qui stimulent notre imaginaire. Mais cela peut-il suffire ?
Je saisis un marque-page dans ma trop petite collection, le livre et me cherchais un coin tranquille pour commencer la lecture.
Je suis rapidement surpris par des maladresses de style, des phrases maladroites ou des répétitions évitables : le mot "Adobe" par exemple reviens souvent et sera un des héros de ce livre. Ce n'est peut être qu'un problème de traduction, d'autant plus qu'ensuite tout rentre dans l'ordre. On découvre une des protagonistes du roman, une jeune archéologue hantée par la disparition de son père, archéologue lui aussi. Et l'action démarre. C'est une des qualités que je retiendrai de ce livre : les auteurs livrent des portraits précis et détaillés de leurs héroïnes et héros mais sans nous gratifier immédiatement de l'ensemble de leur background, de leurs pensées intimes et de leur couleurs préférée pour les slips et les chaussettes. Ne riez pas... Certains grands spécialistes du thriller s'y adonnent sans retenue. le nombre de ces personnages est aussi relativement réduit, peut-être un peu trop pour être complètement vraisemblable mais c'est aussi une qualité. Par contre, les personnages, leurs motivations et leurs psychologies, relèvent assez souvent du stéréotype. Je ne peux pas trop en dire pour ne rien dévoiler mais nous avons le panel habituel des romans ou des films d'aventures. Je prendrais pour exemple le cow boy bourru au grand coeur ou le geek "capable de fabriquer un émetteur avec de la ficelle et des boîtes de conserves" ; N'oublions pas l'indien natif sage et doté de connaissances encyclopédiques sur la nature et la nature des problèmes de nos héros ou le vieux mécène milliardaire mourant. Pas de quoi gâcher vraiment la lecture car passé les toutes premières pages, le style est fluide et précis et nous nous trouvons embarqués. D'autant plus que comme pour les personnages, les auteurs ne se perdent pas en sous-histoires ou en flashbacks incessants. le jargon technique est aussi limité à son minimum et à chaque fois qu'un terme inconnu apparaît, un candide s'interpose et questionne quant à sa signification. Ils sont quelques uns à jouer ce rôle dans l'histoire, tout va bien.
Parlons un peu de l'histoire, sans spoil. Nous avons là une très classique recherche d'une civilisation oubliée et de sa cité perdue. le montage d'une expédition avec des profils hétéroclites et de sombres méchants qui guettent. C'est linéaire, ça "tourne bien" et c'est relativement efficace. L'ensemble peut plaire à l'amateur d'aventures, de thriller et même de fantastique. Les inconditionnels de Stephen King doivent trouver leur bonheur. de plus, j'insiste, il n'y a pratiquement pas de digressions, ni de personnages "inutiles".
Il y a un cap (que dis-je un cap, une péninsule...) dur à passer pour le lecteur que je suis, c'est le deuxième tiers du livre. Vous savez, le moment où tout est engagé et que tout se développe. Je trouve bien souvent que c'est un temps creux et je m'ennuie. Ici, cela passe relativement bien malgré le manque de surprises. Dans cette équipe soudée au départ, il y a bien entendu des dissensions, notamment dues à l'éthique. La tension augmente, les drames arrivent, s'enchaînent. Des amours se nouent, des haines aussi. Bref, c'est assez dense. Cela fait penser parfois au "Trésor de la Sierra Madre" avec le fantastique Bogart (John Huston, 1948).
La fin est légèrement bâclée à mon goût ( mais le livre est déjà bien épais comme ça,) Certains points de vue, du financier de l'expédition par exemple qui a aussi un intérêt familial dans cette aventure, ne sont évoqués que de manière lapidaire ; pire, on n'évoque pratiquement pas l'avenir de la découverte faite par l'expédition. D'ailleurs, à ce sujet, sans rien dire de plus, il y a une petite surprise, sympathique.
En résumé ? Voila un livre pour le week end ou les vacances. C'est écrit avec sérieux, bien documenté et narré sur un bon rythme. On doit pouvoir oublier le reste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Maks
  22 mai 2016
Du Preston et Child comme on aime, même si ce n'est pas une histoire de l'inspecteur Pendergast on y retrouve Smithback le journaliste qui apparaît dans les deux premiers tomes de l'inspecteur que sont Relic et le grenier de l'enfer. Nora Kelly l'héroïne ici viendra elle dans le 3 ème tome La chambre des curiosités. (Nul besoin d'avoir lu Pendergast pour apprécier Les sortilèges de la cité perdue mais pour les amateurs ils apprécieront).
Apres cette parenthèse venons en à ce thriller, archéologie, aventure, suspense, action, un brin d'horreur, la recette est la même que d'habitude mais elle fonctionne encore une fois, on ne s'ennuie pas, le roman est un veritable page turner comme souvent avec Preston & Child.
Le thème abordé des indiens Anasazis est très prenant et on apprend beaucoup de chose à leur sujet et même si on est dans la fiction les auteurs se sont inspirés de faits réels au niveau historique comme précisé en fin d'ouvrage.
Les personnages bien qu'assez caricaturaux sont vraiment intéressants et ont des personnalités bien trempées.
L'intrigue nous apporte sont lot de surprises et de suspense et ont fini notre lecture avec envie d'une suite (qui n'existe pas, mais on ira piocher dans la bibliographie des auteurs pour soulager notre envie de rester dans cet univers bien particulier).
À consommer sans modération !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
LeoLabs
  25 février 2019
Suite a ma lecture de la troisième aventure de Pendergast, "La chambre des curiosités", Je me suis rendu compte, de par de nombreuses références, que Nora Kelly et William Smithback avaient vécu leur propre histoire, celle de leur rencontre lors d'une recherche archéologique sur le peuple Amérindien Anasazi.
Je me suis donc mis dans la lecture de ce roman afin d'élargir mes connaissances du vaste "Univers Pendergast".
Ce fut ma foi une aventure peu passionnante, que j'ai du traîner un peu en longueur. Je suis néanmoins content de l'avoir abouti et de pouvoir continuer les aventures du fameux inspecteur fédéral.
Commenter  J’apprécie          70
Gwelan
  14 septembre 2014
Un Preston & Child sans Pendergast ? Où l'on ne met jamais le pied à New-York ? Est-ce possible ?
Oui c'est possible et ce livre en est une bonne illustration tous les ingrédients qui ont fait la renommée de ces romans y sont.
De l'aventure avec cette recherche d'une cité mythique indienne Quivira à travers les canyons inaccessibles du désert du Nevada.
Des personnages, archéologues des plus grandes universités, dont la bonne éducation éclatera devant les rêves de gloire et de fortune.
Et la touche de paranormal qui, comme d'habitude, sous la plume des auteurs, se transformera en normal à la fin du livre.
Une histoire bien ficelée dans laquelle on plonge avec plaisir
Commenter  J’apprécie          40
lilyrose87
  16 juillet 2013
Lorsque j'ai commencé ce livre, ma première réaction a été..."mais qu'est-ce que c'est que cette histoire??? Ce n'est pas un Preston et Child!"
Bon, en fait quand on continue de lire on se rend compte que c'est effectivement un Preston et Child : meurtres sanglants, un petit peu de surréalisme pour relever le tout...et bien sûr la présence de Bill Smithback!
Car oui, pas de Pendergast dans cette histoire! Ici, le héros est une héroïne en la personne de Nora Kelly, jeune et séduisante archéologue décidée à partir à la recherche de la cité perdue et pourquoi pas de son père disparu depuis plusieurs années.
Ce livre pourrait en dérouter certains : nous ne sommes plus à New York et par certains moments on a plus l'impression d'être dans Indiana Jones, mais à la différence de Croisière maudite, l'histoire est très bien construite.
Pour faciliter la compréhension des personnages, il est conseillé de lire ce livre avant la Chambre des curiosités mais après le Grenier des Enfers.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
MaksMaks   21 mai 2016
Smithback revint au présent. Il savait pourquoi il se laissait aller à ces divagations. Il se connaissait suffisamment bien pour comprendre ce qui lui arrivait : il pensait à tout et à n’importe quoi pour oublier ce qu’il était en train de faire. En fait, si l’on creusait un peu, il était littéralement terrifié. Il avait eu plus que sa part de situations dangereuses : se coltiner un tueur dans un immense musée, lutter pour sa survie dans le labyrinthe de tunnels des sous-sols de New York. Et aujourd’hui, malgré la lumière agréable de l’après-midi, il se sentait plus menacé que jamais. Cette vallée dégageait une malveillance vague, diffuse, qui le mettait très mal à l’aise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
LibrioLibrio   08 novembre 2012
Un livre de Preston & Child, c'est comme une bon macaron mangé à la Durée, ça se savoure.
On aime....ou pas. J'ai envie d'être :" ben j'ai pas aimé" mais alors pourquoi l'avoir dévoré ? Peut être parce qu'on découvre les débuts de Nora et son journaliste, parce que c'est prenant et que "ça" pourrait tenir debout.
Parce que tout au fond de son canap', on voyage, on est loin. Et que cette sensation de plonger dans le livre, je ne la retrouve plus vraiment souvent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
trisstriss   02 juin 2019
À la sortie de Santa Fe, la route récemment pavée filait vers l’est à l’ombre de pins pignons. Un soleil ambré s’enfonçait dans un voile de nuages sales derrière les monts Jemez couronnés de neige, tirant une courtepointe sombre sur le paysage. C’était la troisième fois en trois mois que Nora Kelly traversait ces collines couvertes de buissons d’armoise et ces lits de ruisseaux à sec au volant de son pick-up Ford brinquebalant.

En remontant de Buckman’s Wash dans les Jackrabbit Flats elle vit un arc de lumière étincelant derrière les pins. Un instant plus tard, son pick-up passait au milieu de champs impeccables. Un arroseur clignait de l’œil et dodelinait de la tête au soleil, lançant des jets d’eau à un rythme régulier et tremblé. Sur une butte se dressait le nouveau clubhouse de Fox Run, bâtiment massif en imitation adobe. Nora regarda ailleurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ladesiderienneladesiderienne   18 avril 2013
L'archéologie aujourd'hui n'a rien à voir avec celle d'il y a un siècle. Toutes les découvertes spectaculaires ont été faites. Notre travail est d'avancer plus lentement, de rassembler de petits détails, d'analyser. (Il se pencha vers elle) : Vous avez toujours l'air d'être à la recherche de la ruine fabuleuse, du plus vieux ceci, du plus gros cela. Il n'y en a plus, Nora, même dans les parages du plateau de Kaiparowits.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
RataRata   13 août 2015
histoire longue à démarrer
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Douglas Preston (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Douglas Preston
Payot - Marque Page - Douglas Preston - La cité perdue du dieu singe
autres livres classés : archéologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1681 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..