AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne : 2/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Quand je l'entendis manoeuvrer la pompe à huile, je m'approchai tout doucement, retenant mon souffle, et d'un seul coup je décrochai le robinet.
En un éclair, j'aperçus encore Madeleine retournée vers moi, yeux hagards, mais la masse de la voiture s'abattait sur elle avec un sifflement strident et, si elle cria, je n'entendis rien tant le bruit fut assourdissant.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
moravia
  10 février 2014
Parfois, après une lecture importante (c'était le cas avec le Conformiste d'A. Moravia) je choisis de lire quelques livres différents.
Le plus souvent mon choix se porte sur un roman policier.
Première lecture de M.-G. Prêtre que je connaissais uniquement pour avoir parcouru le catalogue des éditions du Fleuve Noir.
Quelque deux cents pages, noircies de gros caractères, c'est l'affaire d'un court trajet en train. Les gares étant d'ailleurs le lieu où s'achetaient ces ouvrages.
L'histoire est tout à la fois simple et classique pour le genre. Des amants veulent se débarrasser de leurs conjoints respectifs et encombrants...
Leur condition sociale les sépare et c'est le piment qui excite la femme infidèle qui veut du cambouis et des muscles.
Pas seulement...
Elle se dévoilera une parfaite manipulatrice pour se débarrasser de son époux vieux mais riche...
Le style est plaisant, direct.
Les différents personnages sont brossés avec brio. Pas un instant d'ennui.
Malheureusement l'intrigue est bancale et il faut que le lecteur soit bien indulgent pour ne pas se dire que l'auteur a paré au plus pressé.
Vite consommé et sans nul doute vite oublié malgré quelques qualités.
Un deux étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
moraviamoravia   09 février 2014
Quelques semaines auparavant, j'avais eu à faire à la Cité radieuse de Le Corbusier, cette unité d'habitation que l'on appelait dans les débuts la " Maison du fada", et à laquelle on s'est bien habitué maintenant.
Commenter  J’apprécie          110
moraviamoravia   10 février 2014
Puis elle ôta la veste de son tailleur, fit glisser sa jupe sur ses hanches, se dépouilla de sa combinaison et s'étendit en travers du lit, comme si c'était la chose la plus naturelle du monde que de remplacer Madeleine dans ma couche.
Commenter  J’apprécie          90
moraviamoravia   10 février 2014
Qui donc a raconté que les assassins ne peuvent dormir, hanté qu'ils sont par le souvenir de leur forfait ? J'eu un sommeil paisible et sans rêves.
Ce n'était pas de gaieté de cœur que j'avais commis mon crime. D'un naturel pacifique, je m'en croyais bien incapable. Pourtant, je l'avais accompli avec répulsion mais détermination.
Avant de m'abandonner à l'inconscience bienheureuse du sommeil, j'avais passé la main sous l'oreiller de Madeleine et j'avais senti le froid contact du casse-noix massif en bronze qu'elle conservait là pour m'assommer pendant que je dormais.
C'était donc elle ou moi. Je préférais que ce soit elle ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1756 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre