AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070361045
308 pages
Gallimard (19/05/1972)
4.02/5   135 notes
Résumé :
Schneider et Krupp Monsieur le Président, Nous sommes désolés, Mais les munitions, On les a mélangés, Ca va faire mauvais effet !
Poincaré (avec un bon sourire) Mais, non ça ne fait rien. Les obus français et les obus allemands sont de la même famille. Vous n'avez qu'à partager. (La bataille de Fontenoy). Spectacle nous rappelle que le poète Jacques Prévert (né en 1900), s'il a travaillé longtemps pour le cinéma, a écrit aussi, entre 1932 et 1936, un certain ... >Voir plus
Que lire après SpectacleVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Amis babéliotes et d'ailleurs,
Quel spectacle!
Il y a des poèmes et du théâtre,
Des citations et de la prose, Des peintres invités,
De la douceur et de l'indignation,
Des fragrances, des éclairs, des averses, des orages!
Spectacle, c'est la généreuse auberge de Jacques Prévert,
La quincaillerie en forme de cirque à numéros multiples,
Le camelot de la joie, de l'absurde et des chagrins!

Mon Spectacle à moi, c'est cette vieille et populaire édition du Livre de Poche avec sa couverture barbouillée: Elle servira encore à un client d'une boîte à lire les bonheurs, c'est promis. Heureux sera celui-là, qui laissant-là ses tourments, viendra goûter Prévert, ses montées et ses descentes, ses plats et ses bosses de génie!

Quel Spectacle!
Commenter  J’apprécie          673
Sans doute le retour du Soleil printanier… propulsant des envies subites de relire plus attentivement les Textes de Jacques Prévert… J'ai choisi au hasard » Spectacle » dont je n'avais que de très minces souvenirs. Un recueil de mélanges : poésies, citations appréciées d'autres auteurs devant interpeller et plaire à Prévert, ainsi que de courtes pièces de théâtre (écrites entre 1932 et 1936)

Toujours cette fraîcheur qui tient à une sorte de naturel, mêlant poésie, malice, pieds de nez moqueurs, gravité, ironie, jeux de mots, facéties, refus total des injustices, accusations envers les forts » écrasant « les pauvres » , envers aussi les « politiques »……

Rappelons quelques éléments concernant la réunion de ces textes, qui furent édités la première fois en 1951 ; En 1932, Jacques Prévert est sollicité (à l'initiative du communiste Paul Vaillant-Couturier) par le groupe Octobre pour écrire des textes contestataires d'agitation-propagande. Sa verve, son humour, son aisance à rédiger très rapidement sur des sujets d'actualité brûlants, feront la notoriété du groupe. le plus célèbre de ces textes, La Bataille de Fontenoy [**** se trouvant dans ce recueil ] [présenté en 1933 aux Olympiades internationales du théâtre ouvrier à Moscou, devant Staline], se moque des hommes politiques de l'époque. de 1932 à 1936, le groupe est très actif et se produit dans des usines en grève (Citroën), des manifestations, en pleine rue, ou encore dans des bars. …
Prévert, inclassable « poète » ; mot qu'il réfutait pour préférer ceux de « rêveur » et d' »artisan »…Un libertaire, sincère et spontané dans ses colères et indignations, fidèle dans ses amitiés… !

Cet ouvrage comme nous pouvons le déduire aisément au vu de sa genèse est un mélange très réussi de GRAVE et de JOYEUX ! Je désirai souligner également un texte fort drôle sur « Les Gens de plume », ainsi que deux proses –hommage à Luis Bunuel et au peintre, Joan Miro !

J'adjoins pour compléter les thèmes évoqués dans "Spectacle" , un dernier texte virulent contre la guerre et les parades patriotiques...

« La Guerre

Vous déboisez
imbéciles
vous déboisez
Tous les jeunes arbres avec la vieille hache
vous les enlevez
vous déboisez
imbéciles
vous déboisez
Et les vieux arbres avec leurs vieilles racines
leurs vieux dentiers
vous les gardez
Et vous accrochez une pancarte
Arbres du bien et du mal
Arbres de la Victoire
Arbres de la Liberté
Et la forêt déserte pue le vieux bois crevé
et les oiseaux s'en vont
et vous restez là à chanter
Vous restez là
imbéciles
à chanter et à défiler.
(Folio, 2011,p. 81)

Contente de re-découvrir ce Pierrot lunaire si talentueux …me rendant compte que comme un très grand nombre de personnes , je ne connais que bien trop superficiellement l'oeuvre de cet artiste, lu surtout à l'école, et trop rapidement !.
Il est bien, parfois, de relire, d'appréhender des oeuvres avec un nouveau regard et un surcroît d'attention, hors les apprentissages scolaires….De faire connaissance plus avant avec ce poète engagé et populaire, dans le sens noble du terme… !
Commenter  J’apprécie          490
Je redécouvre Prévert et ce ton inimitable, cet humour parfois grinçant, très libertaire, cette gouaille toute parisienne qui en a fait un auteur populaire. Dans "Spectacle" Prévert passe allègrement de la chanson à la poésie et au théâtre. S'il y a toujours chez Prévert beaucoup de tendresse et d'amour, un style presque enfantin, on sent l'homme triste, révolté, face à la cruauté du monde et ses misères. Il s'en prend aux autorités, à la morale hypocrite, aux va-t-en-guerre qui mènent le monde à sa ruine. "Spectacle" c'est d'une certaine manière le monde tel qu'il est. Prévert résiste avec sa tendresse, ses jeux de mots, son ironie, sa poésie.
Commenter  J’apprécie          510
Après « Paroles » et « Histoire », les deux chefs-d'oeuvre parus respectivement en 1945 et 1946, il faudra attendre 1951 pour voir paraître « Spectacle ». Entre les deux, Jacques Prévert aura participé en tant que scénariste au film "Les Portes de la nuit" de Marcel Carné et à celui d' André Cayatte, "Les amants de Vérone" en tant que dialoguiste, entre autres…
Est-ce parce que « Paroles » et « Histoire » m'avaient tellement plu, surtout "Paroles", mais ce "Spectacle" me laisse un peu sur ma faim… Certes, on y trouve un chef-d'oeuvre absolu avec « Les enfants qui s'aiment », un texte remarquablement mis en musique par Joseph Kosma et interprété magistralement par Yves Montant, mais l'ouvrage est moins dense que les précédents ; ou alors on s'habitue…
A noter, " Intermède ", une dizaine de pages " d'aphorismes et billevesées" (sic) qui ne manquent ni d'originalité ni d'intérêt, tant ils sont prévertiens…
Au final, une bonne lecture de table de chevet : un peu tous les soirs avant de s'endormir :
« Les enfants qui s'aiment s'embrassent debout
Contre les portes de la nuit… »
Le coin du bibliophile : je me réjouis de posséder un exemplaire en parfait état daté du 25 juin 1951…
Commenter  J’apprécie          410
Spectacle ! Effectivement Jacques Prévert nous offre en quelques 200 pages et des poussières, un véritable spectacle. Nous avons les levées et retombées de rideau, des pièces de théâtres, des textes courts etc... il y a même au mitan du livre : l'entracte !
J'ai trouvé ce livre au hasard d'une brocante, c'est Prévert qui dirigeait ma main, étonné également de ne pas connaitre ce livre, PAroles l'emporte haut la main dans le classement de la notoriété.
J'ai beaucoup aimé trouvé un autre pan de l'auteur, égal à lui-même avec son humour décalé, ses jeux de mot, sa poésie naturelle. La réelle découverte fut le théâtre. J'aurais bien aimé voir cela sur scène.
Des superbes textes mis en musique certains connus et intemporels pour les paroles du moins, comme les enfants qui s'aiment.
Commenter  J’apprécie          292

Citations et extraits (89) Voir plus Ajouter une citation
Les enfants qui s’aiment s’embrassent debout
Contre les portes de la nuit
Et les passants qui passent les désignent du doigt
Mais les enfants qui s’aiment
Ne sont là pour personne
Et c’est seulement leur ombre
Qui tremble dans la nuit
Excitant la rage des passants
Leur rage leur mépris leurs rires et leur envie
Les enfants qui s’aiment ne sont là pour personne
Ils sont ailleurs bien plus loin que la nuit
Bien plus haut que le jour
Dans l’éblouissante clarté de leur premier amour.
Commenter  J’apprécie          800
La fermeture éclair a glissé sur tes reins
Et tout l’orage heureux de ton corps amoureux
Au beau milieu de l’ombre
A éclaté soudain
Et ta robe en tombant sur le parqué ciré
N’a pas fait plus de bruit
Qu’une écorce d’orange tombant sur un tapis
Mais sous nos pieds
Ses petits boutons de nacre craquaient comme des pépins
Sanguine
Joli fruit
La pointe de ton sein
A tracé une nouvelle ligne de chance
Dans le creux de ma main
Sanguine
Joli fruit
Soleil de nuit
Commenter  J’apprécie          650
…Le balayeur reprend son balai

Soudain des cris
des plaintes
venant du fleuve
Sans aucun doute
les plaintes de quelqu’un qui se noie

Le balayeur abandonne son balai
Mais soudain hausse les épaules
et
indifférent aux cris venant du fleuve
continue de balayer

L’ange gardien apparait

Et le balayeur balaye
comme il n’a jamais balaye
Travail exemplaire et soigné

Mais l’Ange, toujours l’index au ciel
remue des ailes courroucées
et fait comprendre au balayeur
que c’est très beau bien sûr
de balayer
mais que tout de même
il y a quelqu’un
qui est peut-être en train de se noyer
Et il insiste
le balayeur faisant la sourde oreille

Finalement
le balayeur enlève sa veste
puisqu’il ne peut faire autrement
Et comme c’est un très bon nageur
grimpe sur le parapet
et exécute un merveilleux « saut de l’ange »
et disparait
et l’ange
littéralement « aux anges »
louange le Seigneur

La musique est une musique
indéniablement céleste

Soudain
le balayeur revient
tenant dans ses bras
l’être qu’il a sauvé

C’est une fille très belle
et dévêtue

L'Ange la toise d'un mauvais œil

Le balayeur
la couche sur un banc
avec une infinie délicatesse
et la soigne
la ranime
la caresse

L’Ange intervient
et donne au balayeur
le conseil de rejeter dans le fleuve
cette « diablesse »

La « diablesse » qui reprend goût a la vie
grâce aux caresses du balayeur
se lève
et sourit

Le balayeur sourit aussi

Ils dansent tous les deux

L’Ange les menace des foudres du ciel

Ils éclatent de rire
s’embrassent
et s’en vont en dansant

L’Ange gardien essuie une larme
ramasse le balai
et balaye… balaye… balaye… balaye…
in – exo – ra – ble – ment.

pp.55-58
Commenter  J’apprécie          130
TOUR DE CHANT

EN ÉTÉ COMME EN HIVER


En été comme en hiver
dans la boue dans la poussière
couché sur de vieux journaux
l'homme dont les souliers prennent l'eau
regarde au loin les bateaux.

Près de lui un imbécile
un monsieur qui a de quoi
tristement pêche à la ligne
Il ne sait pas trop pourquoi
il voit passer un chaland
et la nostalgie le prend
Il voudrait partir aussi
très loin au fil de l'eau
et vivre une nouvelle vie
avec un ventre moins gros.

En été comme en hiver
dans la boue dans la poussière
couché sur de vieux journaux
l'homme dont les souliers prennent l'eau
regarde au loin les bateaux.

Le brave pêcheur à la ligne
sans poissons rentre chez lui
Il ouvre une boîte de sardines
et puis se met à pleurer
Il comprend qu'il va mourir
et qu'il n'a jamais aimé
Sa femme le considère
et sourit d'un air pincé
C'est une très triste mégère
une grenouille de bénitier.

En été comme en hiver
dans la boue dans la poussière
couché sur de vieux journaux
l'homme dont les souliers prennent l'eau
regarde au loin les bateaux.

Il sait bien que les chalands
sont de grands taudis flottants
et que la baisse des salaires
fait que les belles marinières
et leurs pauvres mariniers
promènent sur les rivières
toute une cargaison d'enfants
abîmés par la misère
en été comme en hiver
et par n'importe quel temps.

p.190-191
Commenter  J’apprécie          100
LORSQU'UN VIVANT SE TUE…


Lorsqu'un vivant se tue, c'est chez les vivants,
une grande effervescence.
Comme lorsque la maison flambe, qu'on baptise
le petit ou qu'on écrase le chat avec la voiture
d'enfant par inadvertance.
— Nous le voyions si souvent, le sourire aux
lèvres et le verre à la main, et il s'est tué lui-même,
c'est à peine croyable...
— Et pour quelles raisons ?...
Et tous de trouver des réponses.
Singulière et peu vivante question, singulières
et peu vivantes réponses.
Souvent, les hommes réclament ce qu'ils appel-
lent la Vérité : avec incohérence, mais avidement
leurs yeux supplient qu'on leur mente. Beaucoup
parmi eux vivent de simulacres et ces simulacres
leur sont plus indispensables que le pain, l'eau, le vin,
l'amour ou les lacets de leurs chaussures.
Par chance et malchance et par concours de
circonstances, enfance privilégiée, chute sur la tête,
enfin n'importe quoi, celui qui veut et qui peut
échapper à cette affreuse façon de vivre et qui sait
qu'au delà du quai les tickets sont tout de même
valables puisqu'il n'a pas pris de ticket essaye de
vivre autrement, essaye de vivre vivant.
Parfois il réussit.
Et comme l'autre prouvait le mouvement en
marchant il prouve le bonheur en étant heureux.
Et il s'habitue à cette vie.
Mais presque tout s'unit contre les vivants vivants.
Et c'est le chœur des méprisants : « Regardez
celui-là, il se laisse vivre et il ne donne pas ses
Raisons ! »
Parfois le vivant en a marre.
Parfois un être qui adore la vie se tue tout vif et
sourit à la vie en mourant.
Le cheval calculateur qui se tue en pleine repré-
sentation, en pleine piste, le public suppose qu'il a
fait une erreur dans ses chiffres et qu'il ne peut
supporter un pareil déshonneur.
Brave cheval calculateur !
Tout petit, quand, à coups de fouet, on t'appre-
nait à faire semblant de compter, déjà tu pensais à
mourir, mais personne ne le savait.

p.213-214
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Jacques Prévert (176) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Prévert
"Le Roi et l'Oiseau" est un film d'animation signé Paul Grimault et Jacques Prévert dont la production a été lancé en 1945. Adapté d'une nouvelle d'Andersen, le projet était tellement ambitieux que ses deux auteurs on été écartés de la production.
#cultureprime #animation #dessinanimé _____________
Retrouvez-nous sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture TikTok : https://www.tiktok.com/@franceculture Twitch : https://www.twitch.tv/franceculture
Et abonnez-vous à la newsletter Culture Prime : https://www.cultureprime.fr/
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Littérature dramatiqueVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues romanes. Littéraure française>Littérature dramatique (842)
autres livres classés : poésieVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (435) Voir plus



Quiz Voir plus

Le Cancre de jacques Prevert

Il dit ...avec la...

oui / tête
non / coeur
non / tête
oui / coeur

17 questions
54 lecteurs ont répondu
Thème : Jacques PrévertCréer un quiz sur ce livre

{* *}