AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Bernard Cohen (Traducteur)
EAN : 9782841114467
312 pages
Éditeur : Editions Nil (14/04/2011)

Note moyenne : 3.53/5 (sur 48 notes)
Résumé :

Juin 1919. Le monde attend avec inquiétude la conclusion du traité de Versailles. Mais voilà, les Allemands, qui le jugent trop dur, seraient sur le point de le refuser. Va-t-il falloir repartir en guerre ?

Dans ce contexte de tension extrême, le cadavre d'une femme est découvert aux abattoirs de la Villette, suspendu parmi les carcasses de cochons. Sur son corps, un message : « Chacun son tour ». Puis c'est une jambe que l'on retrouve da... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
Eric75
  15 mai 2013
Nous retrouvons dans ce nouvel opus toute l'équipe de « la Crim' » déjà rencontrée dans La Valse des gueules cassées, à savoir François-Claudius Simon et ses collègues moustachus du Quai des Orfèvres (enfin, moustachus, c'est moi qui interprète d'après la mode en vigueur en matière de pilosité masculine en 1919 et d'après mes souvenirs de la série télévisée « Les brigades du Tigre » ; la brigade criminelle, tout comme la brigade mobile concurrente, travaille en effet pour M'sieur Clémenceau ♫♪). Cette fois-ci, un tueur en série sème des morceaux de cadavres dédicacés dans tout Paris, sorte de jeu de piste à énigmes. François est chargé de l'enquête et doit suivre cette piste sanglante en décodant les messages gravés, depuis les abattoirs de la Villette jusqu'aux bureaux lambrissés du pouvoir, où séjourne le Tigre lui-même occupé à peaufiner les derniers alinéas de son traité de Versailles.
Guillaume Prévost parvient mieux que personne à intégrer les événements historiques aux péripéties de ses enquêtes policières… au risque d'en faire parfois un peu trop et de tomber dans l'artifice. le contexte historique imprègne le roman pour nous rappeler en permanence que l'action se situe en 1919 : Elsa, l'amie de François, fréquente le peintre Soutine et les Montparnos, François est invité par Clémenceau à la signature du traité de Versailles… Moins ostentatoire, la peinture sociale n'est pas oubliée, avec les incontournables ouvriers et prostituées, symbolisant depuis Zola les milieux populaires, déambulant dans leurs décors naturels tels que les abattoirs de la Villette et les guinguettes du Plessis-Piquet.
On pourra regretter dans cette nouvelle enquête une intrigue un peu tarabiscotée, destinée à rassembler les différents éléments d'un puzzle trop hétéroclite, ainsi que l'absence de coups de théâtre ou de retournements de situation (qui étaient bien présents dans le premier opus).
On pourra déplorer le côté « premier de la classe » du personnage principal, qui peut agacer et fait de François un héros de polar atypique dans la production actuelle, plus encline à proposer des enquêteurs vieillissants et désabusés. Encore jeune, auréolé de gloire à vingt-six ans car vétéran de la guerre 14, affublé d'une jolie copine, réussissant avec brio toutes les enquêtes qu'on lui confie, et déjà remarqué par les plus hautes sphères de l'État français, ne doutons pas un seul instant que François-Claudius Simon a une longue et brillante carrière d'enquêteur devant lui.
Le bal de l'Équarrisseur reste un roman sympathique, qui peut être lu indépendamment du précédent, les intrigues étant étanches. Ce second épisode permet de poursuivre la visite du Paris de l'entre-deux-guerres et de se familiariser davantage avec les personnages, dont les histoires personnelles se précisent. Malgré quelques petits bémols dans la partition, on continuera volontiers de suivre le parcours mouvementé de François et d'Elsa, dans le prochain épisode intitulé le Quadrille des Maudits.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
HannibalLectrice
  30 juin 2014
Bien que n'ayant pas choisi ce livre, j'avais tout de même la curiosité de le lire. Ce côté fictif mêlé de faits historiques avait tout pour satisfaire ma soif de connaissances, du moins en apparence. Malheureusement, l'auteur ne fait que succinctement référence au traité de Versailles, celui-ci servant uniquement de trame à son récit. Première grosse déception et malencontreusement pas la seule....
Concernant l'intrigue, bien que les débuts de celle-ci avaient tout pour me tenir en haleine, je ne sais finalement pas qui des deux s'est le plus vite essoufflé. Mon avis n'étant pas parole d'évangile et sachant que nos goûts sont parfois, souvent opposés, je ne gâcherai pas votre plaisir en vous disant que cette histoire était plus que prévisible. Pourtant, j'aurais tellement aimé faire ami ami avec la bonne âme qu'est l'enquêteur François-Claudius Simon...
Un livre qui aura tout de même eu le mérite de m'endormir le soir.....
Commenter  J’apprécie          72
KiriHara
  30 octobre 2016
François-Claudius Simon est de retour, il n'est plus le bleu de « La valse des gueules cassées », même s'il n'est guère plus vieux et il a, de nouveau, affaire à un tueur en série qui n'en est pas vraiment un...
Dans ce deuxième opus, on retrouve les mêmes personnages et les mêmes éléments que dans le précédent. François-Claudius, bien sûr, mais aussi ses collègues, sa bien-aimée Elsa, la tendre Mado, son pote Mégot...
Des meurtres sanglants, de mystérieux messages, un point clé de l'Histoire, une histoire d'amour, tout est ici présent pour satisfaire le lecteur et le lecteur, du moins, quand il s'agit de moi, est satisfait.
C'est avec un réel plaisir que je retrouve François-Claudius Simon même si je ne l'avais pas réellement abandonné puisque j'ai enchaîné ce deuxième opus à peine achevé le premier (j'ai depuis terminé la lecture du troisième et j'enchaîne directement sur le quatrième, c'est dire l'enthousiasme que me procure la lecture de ces aventures).
Ici, François-Claudius Simon a affaire à un tueur intelligent et sadique qui laisse des messages à l'intention, tout d'abord, de la police et, ensuite à la sienne. le policier aura fort à faire pour trouver le coupable et tenter de l'arrêter d'autant, qu'une fois n'est pas coutume, les meurtres ne sont pas ce qu'ils semblent être.
L'auteur nous livre des pans de l'Histoire de France et de l'histoire de François-Claudius, au travers ce deuxième opus.
Outre l'excellence des titres des trois premiers opus de la saga, l'auteur conserve son style d'écriture au travers une enquête encore passionnante même si l'on se surprend à décoder les messages plus rapidement que François-Claudius et à trouver que le tueur s'est donné bien du mal pour en arriver là où il voulait.
Mis à part ce léger bémol (et le peu d'attrait de la couverture), la lecture de ce second opus est tout aussi agréable et les personnages aussi savoureux.
Au point final, c'est donc avec enthousiasme que je saute sur le troisième opus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Stemilou
  10 juillet 2012
Après l'affaire des gueules cassées, on retrouve l'inspecteur François-Claudius Simon en prise avec un meurtrier à énigmes, en effet un corps de femme est retrouvé dans les abattoirs de la Villette avec une inscription dans le dos « chacun son tour », puis c'est une jambe qui est retrouvée dans les cuisines du ministère de la guerre au milieu de la commande pour le diner réunissant les participants à la conférence de la paix, avec un message « De la viande pour le Tigre », serait-ce un message pour Clémenceau ?
S'en suit la découverte d'un corps crucifié suspendu sous les fenêtres de la délégation allemande à l'Hôtel des Réservoirs à Versailles, une catastrophe évitée de justesse surtout qu'en ce mois de Juin 1919 les négociations pour un traité de paix avec les allemands s'avèrent compliquées alors autant ne pas ajouter de scandale. le Quai des Orfèvres est sur le pied de guerre.
 
Deuxième aventure. Deuxième enquête tout aussi prenante que La valse des gueules cassées. On y retrouve les mouvements sociaux qui avaient déjà bouleversés la tranquillité des parisiens lors de la première enquête, l'atmosphère des peintres à Montparnasse en ce début de siècle grâce à Elsa, la fiancée de François, qui aura quelques liens avec l'enquête en cours.
Les mêmes personnages sont présents : Jean Lefourche, frère d'Elsa, inspecteur lui aussi et toujours fâché contre François, Mado l'épicière qui s'occupa de François à son arrivée dans la ville lumière, Mégot son compatriote soldat attaché aux archives, on y retrouve également Barnabé un personnage rencontré dans la première enquête et qui fera désormais parti de la « famille », sans oublié le journaliste Fangor qui suivi l'affaire Landru.
 
C'est donc dans l'ambiance peinture avec Soutine et Modigliani mais aussi l'ambiance boucherie avec les abattoirs de la Villette, que se déroule l'enquête avec toujours en toile de fond la sale guerre de 14-18, c'est ainsi que l'on ferme le livre et l'enquête sur la signature du Traité de Versailles.
 
 
Une intrigue bien ficelée face à des crimes sordides qui cachent en réalité un autre but que le plaisir de tuer, le mélange polar et faits historiques ajoute du poids au suspense. Une petite part du passé de notre enquêteur nous est dévoilée alors qu'une énigme apparait encore lorsque l'Equarrisseur lui adresse quelques mots concernant sa mère…
Toujours plaisant et prenant. C'est très certainement un personnage que je vais suivre de très près.
 
La troisième enquête de François Claudius est parue en avril : le quadrille des Maudits
Affaire à suivre…
 

Lien : http://stemilou.over-blog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Pat0212
  15 mai 2018

Voici un polar historique qui ravira les nostalgiques des brigades du Tigre et du commissaire Valentin.
Ici le héros s'appelle François-Claudius Simon et l'intrigue se passe une dizaine d'année après celles du célèbre feuilleton télévisé de notre enfance. Nous sommes au printemps 1919, au lendemain de la première guerre mondiale. Après la capitulation allemande de novembre 1918, les Alliés négocient le traité de Versailles. Ils veulent imposer de lourdes représailles à la nation vaincue, mais celle-ci refuse de se laisser faire et se dit prête à reprendre les armes. Les Alliés se déchirent et le monde semble prêt à s'enflammer de nouveau. Georges Clémenceau est président du conseil depuis 1917, et à ce titre chargé de représenter la France dans la négociation du traité. La plus grande confusion règne au ministère.
Dans cette ambiance survoltée, la police criminelle est appelée aux abattoirs de la Villette où l'on a trouvé le cadavre d'une femme dans une chambre froide, accompagné d'un message anonyme semblant se référer à la guerre. La police piétine dans son enquête, lorsqu'une jambe de femme est livrée aux cuisines du ministère avec un message s'adressant explicitement à Clémenceau : « de la viande pour le Tigre ».
L'affaire inquiète au plus haut niveau, les cadavres se succèdent et François mène l'enquête jusqu'au dénouement final qui surprendra plus d'un lecteur.
Il s'agit du deuxième volume d'une série consacrée à ce héros et comme certaines questions le concernant sont loin d'être résolues à la fin du livre, on peut raisonnablement penser que nous aurons bientôt le plaisir de retrouver cet inspecteur.
Ce livre est très agréable à lire, subdivisé en couts chapitres. Tous les ingrédients sont réunis: le suspense, des crimes sanglants, une époque passionnante, une histoire d'amour. On se laisse emporter dès les premières pages par ce polar captivant. On découvre un Paris oublié également, comme les guinguettes dans les arbres du Plessis-Robinson ou la bohème de Montmartre.
Une très belle découverte en tous les cas.

Lien : https://patpolar48361071.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Eric75Eric75   16 mai 2013
- Les nouvelles qui nous arrivent de Berlin sont mauvaises. Depuis une semaine que la délégation allemande s'est vu remettre les conditions du traité de paix, la presse d'outre-Rhin se déchaîne. D'après ce qu'on peut lire, les clauses seraient toutes intolérables, les promesses de Wilson auraient été bafouées, les Alliés s'apprêteraient purement et simplement à liquider l'Allemagne, que sais-je encore. En oubliant au passage que ce sont eux les responsables du sacrifice de dix millions d'hommes ! Quoi qu'il en soit, l'opinion générale de nos ennemis est qu'il faut refuser de signer. Des manifestations se succèdent en ce sens dans les grandes villes et la fermeture de tous les lieux de spectacles a été décrétée, comme si le pays était en deuil. Quant aux notes que nous adressent les délégués allemands depuis Versailles, elles ne sont qu'un ramassis de protestations indignées. Il semblerait que tous ces beaux messieurs n'aient pas encore pris la vraie mesure de leur défaite.
- Le retour des hostilités est donc réellement envisageable ? s'inquiéta Guichard.
- Si les vaincus s'obstinent à nous défier, il n'y aura pas d'autres choix. Le signature ou les armes... Le maréchal Foch a présenté il y a peu un plan d'invasion qui prévoit de marcher sur Weimar et Berlin avec quarante divisions. Alors oui, une nouvelle guerre est possible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
evannaevanna   11 septembre 2015
Dans le parc du château régnait une indescriptible cohue. Chacun voulait saluer les héros du jour et le cordon de gardes municipaux censé tenir la foule à distance n'était pas de taille. Clémenceau, Wilson et Lloyd George se trouvèrent ainsi bien vite submergés par une marée enthousiaste qui hurlait des bravos en tendant les bras. Il fallut l'intervention d'une section de braves poilus bleu horizon pour arracher ces importants personnages à la gratitude populaire. Lorsque leurs belles voitures les eurent enfin emportés et qu'un semblant de calme fut revenu - si l'on exceptait toutefois les salves de canon -, Guichard prit François par l'épaule :
-Avez-vous noté le sourire du Tigre, Simon ? Malgré l'affluence et la presse ? Villipendé le dimanche, adulé le lundi, voilà la nature humaine, philosopha-t-il...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
cvd64cvd64   07 février 2018
Le corps était à peine dissimulé au milieu des alignements de carcasses. Il suffisait de lever les yeux dans la bonne direction – la deuxième rangée au fond – et la forme humaine se détachait aussitôt dans sa terrible singularité, jurant parmi la lugubre procession des cochons éventrés. Une femme, tête en bas, les mollets ficelés à une traverse de bois, accrochée elle-même à une cheville de boucher. Elle était suspendue de face, complètement nue, sa chevelure grise et ses mains potelées effleurant le carrelage, ses chairs abondantes bleuies par le froid.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
pacaapacaa   24 décembre 2018
" - Vous n'allez pas l'autopsier ici ! protesta Jean.
- Bien sûr que non. (...) "
Délicatement, il pratiqua une incision dans le creux du bras replié et préleva un lambeau de chair qu'il observa avec gourmandise. Puis il passa rapidement son doigt sur la peau craquelée et le porta à ses lèvres.
" - Nom d'un chien Clotaire ! s'offusqua François
- Je fais avec les moyens du bord, rétorqua celui-ci. Et c'est très instructif. Vous continuez à vous indigner, messieurs, ou je vous explique ?"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
pacaapacaa   23 décembre 2018
" - Je préfère les hommes, inspecteur. Je sais que pour beaucoup de gens c'est une sorte de péché mortel, mais je vous assure que je n'ai pas choisi. Pas plus que vous, peut-être, n'avez choisi d'aimer les femmes. C'est comme ça, c'est tout. Le problème est que je passe ma vie à le cacher. A me cacher."
Il sourit tristement, comme s'il était résigné, quoi qu'il fasse, à s'attirer le mépris de ses contemporains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Guillaume Prévost (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Guillaume Prévost
Guillaume Prévost - La berceuse de Staline .A l'occasion du Salon du Livre de Paris 2014, rencontre avec Guillaume Prévost. "Une enquête de François-Claudius Simon : La berceuse de Staline" aux éditions NIL. http://www.mollat.com/livres/prevost-guillaume-berceuse-staline-9782841117185.html "Une enquête de François-Claudius Simon : Le quadrille des Maudits" aux éditions 10-18. http://www.mollat.com/livres/prevost-guillaume-quadrille-des-maudits-9782264060877.html "Une enquête de François-Claudius Simon : Le bal de l'Équarrisseur" aux éditions 10-18. http://www.mollat.com/livres/prevost-guillaume-bal-equarrisseur-9782264056399.html "Une enquête de François-Claudius Simon : La valse des gueules cassées" aux éditions 10-18. http://www.mollat.com/livres/prevost-guillaume-une-enquete-francois-claudius-simon-valse-des-gueules-cassees-grands-detectives-9782264052711.html Notes de Musique : Tres Tristes Tangos/Unknown Album/Planta Baja. Free Music Archive.
+ Lire la suite
autres livres classés : policier historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

force noire

Quelle âge a Bakary Sakoro ?

89 ans
80 ans
82 ans
88 ans
86 ans
87 ans

8 questions
12 lecteurs ont répondu
Thème : Force Noire de Guillaume PrévostCréer un quiz sur ce livre
.. ..