AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B0014MNJ4W
Éditeur : Marabout (30/11/-1)

Note moyenne : 4/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Les trois nouvelles qui composent ce recueil ont toutes trois un seul cadre : le nord. Le nord, c'est-à-dire, ces zones de sortilèges, de vents, de pluies et de terreur qui vont de Lille à Bruges et sur lesquelles soufflent de loin en loin les relents de la mer. Pays étrange et fascinant où le moindre faux pas entraîne le passé, le présent et l'avenir dans la bouche d'ombre... Mais que dit au juste la bouche d'ombre ?
Avec ce nouveau livre, Gérard Prévot s'im... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
paulmaugendre
  08 mars 2019
Dans la lignée des fantastiqueurs belges, Gérard Prévot est à mettre à égalité (presque) avec Jean Ray, Thomas Owen, Michel de Ghelderode ou encore Jacques Sternberg. Il occupe une place de choix pourtant il est quelque peu méconnu même s'il a signé des ouvrages sous les pseudonymes de Francis Murphy, Red Port et probablement sous l'alias collectif de Diego Michigan.
Les trois nouvelles de ce recueil sont ancrées dans le Nord, en Belgique plus précisément, à Bruges, Ostende, et leurs environs avec toutefois, pour les deux premières, une petite incursion dans le Sud. Peut-être afin de soulever quelque peu le voile de brume qui les environne et pour mieux les y replonger ensuite. Mais toutes trois d'inspiration différente, entretenant le mystère avec une pointe de science-fiction.
D'origine méditerranéenne, Laurence di Malta se trouve par hasard à Bruges par un soir de rude hiver. Elle rencontre un peintre, Herman Kuttner, trente ans, sur le seuil d'une taverne. Ils ne font que bavarder, le reste ce sera pour plus tard, peut-être. le lendemain, elle entre dans une galerie de peinture et s'arrête longuement devant une toile de Kuttner. Elle en oublie ses gants sur un divan et téléphone le soir même au directeur de la galerie. Celui-ci lui envoie à son hôtel non seulement ses gants mais une lettre signée Kuttner. Est jointe à cette missive une toile du peintre. En récompense elle le retrouve aussitôt et là se produit ce que vous attendiez tous mais que je ne vous décrirais pas puisque ce n'est pas l'objet de l'histoire. Sachez toutefois que voulant rentrer à son hôtel, elle se perd et se rend compte qu'elle arrive par plusieurs fois dans la même impasse. Elle est perdue, et une ombre lui indique une fenêtre basse. Elle se sent suivie et frappe à la porte de la maison indiquée et Herman Kuttner lui ouvre ? C'est lui mais ce n'est pas lui. Comme un dédoublement du peintre. Et quoique cette histoire se déroule à Bruges, on peut dire qu'il s'agit d'une affaire de Gant(d). Cette nouvelle donne son titre au recueil, La nuit du Nord.
Les oyats, ce sont ces chiendents marins qui poussent sur les dunes des plages, des plantes touffues qui retiennent le sable. Celui qui narre cette aventure, est installé à Middlekerke près d'Ostende. Il se nomme Percy Brumer et est chargé d'une mission concoctée par trois comparses. Il s'est installé dans un vieux moulin et un château d'eau désaffecté. Il a trois ans pour préparer sa mission, c'est un tueur. Mais il doit aussi réaliser une grille en assemblant des barres sur lesquelles il doit inscrire une lettre sur chacune de ces tiges. Il en fabrique une tous les six mois. Il a le temps, il n'est pas pressé, pour tant lorsque débute le récit il avoue avoir failli à sa mission. Peut-être parce qu'il avait rencontré, alors qu'il était couché dans les oyats, quelques semaines après son arrivée, une jeune fille, Dolly, qui ne se déplaçait qu'en chaise roulante accompagné de sa gouvernante. Mais Dolly décède peu après.
Cette nouvelle, la plus longue du recueil, est racontée à plusieurs voix, la principale étant celle de Percy Brumer qui rédige une sorte de testament que lira par la suite un autre interlocuteur. Jusqu'à l'épilogue ou presque, le lecteur nage dans l'incertitude, dans le flou le plus complet, jusqu'à ce qu'il découvre ce qui pousse, poussait, Percy Brumer à confectionner une grille et les raisons de son échec volontaire.
Enfin, le spectre mécanique, met en scène un jeune garçon envoyé chez son oncle, un vieil homme qui habite un château qui ressemble à un spectre, coincé entre deux montagnes. L'adolescent se nomme Frédéric de Marck, et son oncle, le comte Godefroid de Marck, lequel vit avec son unique serviteur Paulin. Leur rythme de vie est assez spécial mais Frédéric est prié de s'y conformer. Les deux personnages sont insomniaques et les heures de repas sont totalement bousculées. En fouillant dans les différentes pièces quasiment à l'abandon, il découvre un spectre mécanique à l'abandon dont les piles sont en fin de parcours. Mais le destin en décide autrement alors que Frédéric devait se rendre au village acheter des piles neuves. Naturellement, cette histoire n'est pas sans rappeler les nombreuses nouvelles mettant un automate en scène et plus particulièrement le roman de Mary Shelley : Frankenstein ou le Prométhée moderne, et d'apprenti sorcier en général.
Un auteur et des histoires à découvrir ou redécouvrir.

Lien : http://leslecturesdelonclepa..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : nordVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Prénoms de grands peintres : trouvez leurs noms ! (3)

Je suis né à Paris en 1848. Chef de file de l'Ecole de Pont-Aven, inspirateur du mouvement nabi, j'ai vécu de nombreuses années en Polynésie où je suis décédé en 1903. Je suis Paul...

Gauguin
Cézanne
Signac

12 questions
560 lecteurs ont répondu
Thèmes : peinture , peintre , art , Peintres paysagistes , Peintres français , peinture moderne , peinture espagnole , Impressionnistes , culture générale , peinture belge , peinture romantique , peinture américaineCréer un quiz sur ce livre