AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081427540
Éditeur : Flammarion (13/02/2019)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Paraguay, 1886. Virginio Miramontes, un aventurier solitaire, est recueilli en pleine jungle dans une étrange colonie peuplée d’une poignée de familles allemandes.
C’est le projet fou d’Elisabeth Nietzsche, sœur du célèbre philosophe, et de son mari, le lugubre docteur Förster. Tous deux rêvent de créer dans ces terres vierges une nouvelle Allemagne digne de l’utopie aryenne balbutiante.
Antisémitisme délirant, plans d’expansion démesurés, cultures et ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Marti94
  08 avril 2019
Les romans historiques ne sont pas toujours appréciés par les puristes mais, personnellement, je trouve que la fiction aide à aimer l'histoire. Surtout lorsque les personnes sont connues mais pas les faits. Alors ce « Nietzsche au Paraguay » était bien tentant. C'est un roman qui a été écrit par Christophe Prince, philosophe, décédé prématurément avant de l'avoir terminé. C'est sa femme, Nathalie Prince, qui l'a terminé tout en lui rendant hommage à la fin du livre.
Ce qui est surprenant c'est que les auteurs ont souhaité faire un une fiction à partir des lettres retrouvées de Friedrich Nietzsche à sa soeur, parti avec son mari le docteur Förster créer une colonie allemande au Paraguay, la Nueva Germania. le but de ce nazi avant l'heure est de préserver une race aryenne dans un univers clos. C'est totalement inattendu et très bien écrit mais le sujet est bizarrement traité.
Comme le titre l'indique, on peut penser que le personnage central est le philosophe allemand ou sa soeur qui a gardé son nom, mais pas du tout. Nietzsche n'est considéré qu'à travers ses lettres et on se rend vite compte qu'il est complètement fou. Cela ne donne pas envie de le lire, mis à part qu'il est rassurant de voir qu'il ne cautionne pas les idées de sa soeur.
L'histoire est celle du capitaine Virginio Miramontes.
A la fin du 19ème siècle, il va lancer une expédition de Bolivie pour rejoindre les hauts plateaux du Paraguay. Il est mandaté par le gouvernement pour retrouver la trace de Toro Pichaí, le diable en personne, qui a dirigé un régiment en guerre et massacré de nombreux civils. Et c'est cet homme-là que le capitaine a servi. Il a été le lieutenant et a encore en tête les cris et les pleurs, les incendies, les viols, les égorgements, l'horreur. Virginio Miramontes y repense lorsqu'il se meurt au fond d'une barque après une attaque d'indien. Très gravement blessé il est à la dérive lorsque le docteur Förster lui sauve la vie en le recueillant dans la colonie qu'il vient de fonder au Paraguay.
Ce Försterland doit être le berceau d'une race pure mais ce n'est que détresse, misère et privation pour les exilés qui craignent la folie et la violence du docteur. D'ailleurs c'est chez un jeune indien Arum qu'il pensera avoir trouvé la pureté.
C'est donc une histoire de fous dont il s'agit. de fous dangereux si on compare Toro Pichaí et le Führer Förster. Pourtant, faire un parallèle entre la folie de Nietzsche et celle de son beau-frère n'est pas justifié pour moi. Les faits historiques sont intéressants (car cette colonie a réellement existée) mais comparer Nietzsche a une graine de nazi, c'est choquant. Je ne pense pas que ce soit l'intention des auteurs mais l'alternance des chapitres et des lettres y fait penser. C'est donc un peu contre-productif alors que Christophe et Nathalie Prince sont des admirateurs du philosophe.
Lu en avril 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
DemainJeLis
  23 février 2019
“Famille, je vous hais !”.
De nombreux écrivains auraient pu écrire cette phrase de Gide.
Je pense à Baudelaire qui a été aperçu dans les rues de Paris pendant l'émeute de 1848, criant “il faut tuer le général Aupick !”, son beau-père.
Je pense également à Balzac, que l'on aurait entendu dire: “Ah si vous saviez quelle femme était ma mère, un monstre et une monstruosité tout ensemble”
Je pense enfin à Nietzsche, qui détestait Bernhard Förster, le mari de sa soeur Elisabeth, fondateur de la colonie Nueva Germania au Paraguay. Il ne haïssait pas tant l'homme que ses idées : son antisémitisme, son apologie de la race aryenne, toutes choses qui mèneront l'europe à sa perte au 20e siècle.
Christophe et Nathalie Prince ont fait de l'opposition entre les deux hommes le noeud dramatique de leur livre Nietzsche au Paraguay. Ce roman d'aventure raconte la fondation en 1886 de la colonie Nueva Germania, destinée à être une société modèle de la race aryenne en Amérique du Sud. Créée par Elisabeth et son mari, cette colonie utopique va vite dégénérer : rien ne marchera comme prévu, la jungle sera trop hostile, les colons décimés par la maladie et l'incapacité à fertiliser les sols.
Enchâssées dans le récit se trouvent les lettres que Friedrich Nietzsche envoie à sa soeur, dans lesquelles il dénonce l'idéologie aryenne, qu'il oppose à sa propre philosophie. On entend sa voix en contrepoint, elle fustige son époque comme sa propre famille. Seul contre tous, la folie le guette, on perçoit dans ses lettres la montée d'une crise de démence qui lui fera perdre entièrement l'esprit jusqu'à sa mort en 1900.
J'ai adoré ce roman, sa forme est exceptionnelle, son écriture novatrice. Cette exofiction mélange et romance de nombreux documents hétérogènes : lettres, journaux d'expédition et notices commerciales. Elle met en avant la face cachée du célèbre philosophe : ce beau-frère qu'il eu malgré lui, partisan d'une utopie délirante qui présagera des massacres nazis un demi-siècle plus tard.
Un livre qui éclaire notre propre temps, alors que la France renoue avec de vieux démons de l'Histoire.




“On ne choisit pas ses parents, on ne choisit pas sa famille”. Ce refrain de Maxime le Forestier, beaucoup d'écrivains célèbres auraient pu le chanter.
Je pense à Baudelaire qui a été aperçu dans les rues de Paris pendant l'émeute de 1848, criant “il faut tuer le général Aupick !”, son beau-père.
Je pense également à Balzac, que l'on aurait entendu dire: “Ah si vous saviez quelle femme était ma mère, un monstre et une monstruosité tout ensemble”
Je pense enfin à Nietzsche, qui détestait Bernhard Förster, le mari de sa soeur Elisabeth, un agitateur antisémite. Derrière l'homme, Nietzsche condamne ses idées : la haine des juifs, l'illusion d'une race aryenne, qui mèneront l'europe à sa perte au 20e siècle.
Christophe et Nathalie Prince ont fait de l'opposition entre les deux hommes le noeud dramatique de leur livre Nietzsche au Paraguay. Ce roman d'aventure raconte la fondation en 1886 de la colonie Nueva Germania, destinée à être une société modèle de la race aryenne en Amérique du Sud. Créée par Elisabeth et son mari, cette colonie utopique va vite dégénérer : rien ne marchera comme prévu, la jungle sera trop hostile, les colons décimés par la maladie et l'incapacité à fertiliser les sols.
Enchâssées dans le récit se trouvent les lettres que Friedrich Nietzsche envoie à sa soeur, dans lesquelles il dénonce l'idéologie Aryenne, qu'il oppose à sa propre philosophie. On entend sa voix en contrepoint, elle fustige son époque comme sa propre famille. Seul contre tous, la folie le guette, on perçoit dans ses lettres la montée d'une crise de démence qui lui fera perdre entièrement l'esprit jusqu'à sa mort en 1900.
J'ai adoré ce roman, sa forme est exceptionnelle, son écriture novatrice. Cette exofiction enchâsse et romance de nombreux documents hétérogènes : lettres, journaux d'expédition et notices commerciales. Elle dénonce la face cachée de l'histoire : ce beau-frère que Nietzsche eu malgré lui, et son utopie délirante qui présagera des massacres nazis un demi-siècle plus tard.

Un livre qui résonne alors que la France renoue avec de vieux démons de l'histoire.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
EvadezMoi
  17 février 2019
Quand on a un minimum de curiosité littéraire, on est parfois interpelé par un titre, une couverture, ou les deux. Là, ça a été les deux et je me suis alors penchée sur la quatrième de couverture qui a fini de me convaincre de lire ce « docu-fiction ».
Et, comme souvent, ça a été un bon choix.
Ce roman, basé sur des faits réels bien que romancés et un peu tronqués, a deux intérêts majeurs.
Le premier, c'est un roman d'aventure dans cette forêt Paraguayenne de la fin du 19ème, l'histoire d'une colonisation allemande de territoires pourtant loin d'être déserts, dans le plus grand mépris des populations autochtones. La soeur du philosophe Friedrich Nietzsche et son mari le docteur Förster quittent l'Allemagne pour créer une colonie au Paraguay, la Nueva Germannia, une colonie « pure », non « dégénérée » par le mélange de sang et non « viciée » par l'argent. Une communauté qui a tout d'une secte dont le gourou serait le docteur.
Parce que ce roman démontre la folie d'un homme, certes, mais aussi des idées délirantes qui constituent le racisme et par-dessus tout l'antisémitisme, on assiste là, déjà, au discours que reprendra un tristement célèbre monstre de la première moitié du 20ème siècle. Ce texte met à mal chacune des théories nazies et on pourra être choqué par certains propos reportés dans ce roman. Cependant, à vouloir atténuer les choses, on a tendance à les accepter trop facilement.
Le second intérêt que l'on trouvera à ce roman, pour peu qu'on veuille s'y intéresser, et c'était aussi le but de cette lecture, ce sont les lettres que Friedrich Nietzsche envoie à sa soeur et qui ponctuent ce récit. On y observe la déchéance mentale du philosophe, due à la maladie qui l'emportera quelques années après ces évènements. Friedrich qui essaiera de ramener à la raison sa soeur et qui restera opposé à l'idéologie défendue par son beau-frère jusqu'au bout.
Enfin, je voudrais terminer en vous parlant des auteurs. Vous ne connaissez pas Christophe et Nathalie Prince ? C'est un couple d'auteurs. Lui est malheureusement décédé en 2017. Son épouse a donc terminé le roman et c'est réellement un superbe hommage posthume.
Mais Christophe Prince, certains le connaissent puisque ce n'est autre que Boris Dokmak qui a publié plusieurs romans dans une maison d'édition que je ne souhaite pas citer.
Je suis ravie que Flammarion ait choisi de publier ce roman qui mérite réellement d'être lu pour son côté historique, pour son analyse d'une idéologie d'hommes aliénés, bien que le terme d'homme ne soit pas vraiment adapté.
Je ne vous conseillerai qu'une seule chose : soyez curieux et lisez ce texte, que vous le preniez comme un roman d'aventure ou comme un document, peu importe.

Lien : http://www.evadez-moi.com/ar..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
yv1
  20 février 2019
Court préambule avant de parler de cet étrange roman. Ecrit à quatre mains, par Christophe et Nathalie Prince et finalisé par la seule Nathalie Prince, puisque son mari est décédé fin 2017. Je le connaissais sous son pseudonyme de Boris Dokmak (Les Amazoniques et La femme qui valait 3 milliards) et dire qu'il m'avait impressionné est un euphémisme. Ces deux romans furent de véritables coups, ce genre de livres inoubliables (particulièrement Les Amazoniques, avec ses références et goût du Voyage au bout de la nuit de Céline ou d'Apocalypse Now de FF Coppola). Apprendre qu'il est décédé à cinquante ans m'a fait une sensation bizarre et je remercie son épouse pour l'envoi de ce roman si joliment dédicacé.
Nietzsche au Paraguay est moins flamboyant que les deux précédents, mais plus original, plus étrange, ce qui en fait un roman très attirant. Pour remettre les choses dans le contexte, il faut savoir que la Nueva Germania fut une réalité, menée par la soeur de Nietzsche et son mari (Elisabeth Niezsche, fut à la fin de sa vie, en accord avec les théories nazies). Se greffent sur cette réalité, des personnages de fiction, mais les notes de bas de pages, les envois vers des oeuvres littéraires existantes ou fictives brouillent les pistes pour qui voudrait connaître précisément la frontière entre le réel et l'inventé. Ce n'est pas mon cas, embarqué que je fus dans cette histoire folle et menée de mains de maîtres. S'ajoutent à l'histoire racontée par Virginio, des extraits de son livre de bord, des lettres de Friedrich Nietzsche -dont la santé mentale faiblit en la fin 1888 -il finira interné, dans un état mental quasi végétatif-, des fiches de renseignements écrites par le Doktor Förster.
Inclassable, original, ce roman montre la folie des hommes lorsqu'ils s'enfoncent dans des théories de supériorité des uns par rapport aux autres, cinquante ans avant l'arrivée de Hitler au pouvoir. Il parle de l'aveuglement des moins forts prêts à suivre n'importe qui leur promettra une vie meilleure même si c'est au détriment d'autres, enfin, je ne vais pas vous la faire sur la théorie nazie, sur l'antisémitisme ces pensées et doctrines immondes qui ont tendance à resurgir, menées par des tarés frustrés, envieux et cons. Il montre bien également la montée de la folie chez un grand penseur de la fin du XIX°siècle.
C'est un roman foisonnant, un truc comme on en lit peu. Raison de plus, s'il en fallait une, pour s'y plonger.
Lien : http://www.lyvres.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
amelitunlivre
  17 mars 2019
L'histoire était prometteuse, le sujet, une histoire vraie, était passionnant. Mais la structure du livre m'a parfois perdue…
On commence par un journal de bord, puis une partie romancée qui ne s'insère pas dans la chronologie précédente, on retrouve parfois des notices, puis d'autres parties romancées du point de vue d'un autre narrateur (Clara Schulz par exemple), puis enfin des lettres de Nietzsche à sa soeur, mais sans les réponses de cette dernière. Il y a de quoi être perdu. J'ai énormément aimé le sujet et découvrir l'histoire de la Nueva Germania. L'antisémitisme fou du Dr Förster est effrayant, tout autant que son obsession de la pureté du sang et de la race.
Être du point de vue de Miramontes est intéressant puisqu'il découvre petit à petit le pourquoi de cette colonie et les idées ahurissantes de ceux qui la dirige. Mais est-il si différent ? L'idéologie de supériorité sur laquelle est basée la Nueva Germania diffère-t-elle de la supériorité que Miramontes imposait lorsqu'il était au service de Toro Pichai ?
Un livre entre fiction et réalité qui m'aura fait passer un bon moment mais que j'aurai parfois eu du mal à suivre…
Lien : http://amelitunlivre.com/201..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Marti94Marti94   06 avril 2019
Il faut comprendre ce qu'était la nouvelle Germanie. La misère y était permanente et la détresse multiple : les maladies, la vermine, l'humidité, le dénouement, l'isolement, la crétinerie du couple Förster, leurs entêtements moraux et politiques, les Indiens, la faim et l'interdiction de manger de la viande, de faire appel à une quelconque aide extérieure, l'angoisse omniprésente...
Commenter  J’apprécie          30
Marti94Marti94   06 avril 2019
Un Allemand qui, simplement parce qu'il est allemand, prétend être plus qu'un juif, à sa place dans tous les asile d'aliénés du monde.
Commenter  J’apprécie          00
Marti94Marti94   06 avril 2019
Le couple et aussi peu apparié qu'une colombe empapaoutée par un rhinocéros.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Christophe Prince (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christophe Prince
Retrouvez votre livre dans notre librairie en ligne ! :
Nietzsche au Paraguay de Christophe Prince et Nathalie Prince aux éditions Flammarion https://www.lagriffenoire.com/145218-romans--nietzsche-au-paraguay.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
autres livres classés : colonisationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1603 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre