AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782258152168
320 pages
Presses de la Cité (04/10/2018)
4.12/5   12 notes
Résumé :
Patou, c'est l'idiot du village. Il a grandi dans ces terres du Nord, entre marais et champs aux sillons interminables. Seul son cheval Chico a su adoucir la solitude de ses jours. Puis est arrivée la jolie Isabelle. Qu'est-ce qui vaudra à Patou d'être condamné à mort, en 1863, à la prison d'Arras ?

Patou ne parle pas et ne s'exprime qu'à travers le rire. Il grandit auprès de sa grand-mère et de son père, un gueux habitant dans les misérables baraquem... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Ladybirdy
  21 novembre 2018
Fin des années 1800 naît Patrick alias Patou qui comme citerait son père, il n'a pas tout Patou.
L'enfant naît avec un handicap, attardé, il ne parlera jamais et ne s'exprimera qu'à travers le rire ou des gémissements. Patou grandit sans mère, morte en couches, auprès d'un père rustre occupé à vendre ses chicons. Sa grand mère Mamina s'occupera de lui et sera la seule personne à lui témoigner un peu de tendresse.
Ce roman s'orchestrant autour de la différence dans un milieu ouvrier en pleine campagne avait tout pour me plaire. Surtout s'il est question d'amour envers les chevaux. Je n'ai néanmoins pas été charmée.
Difficile de s'attacher à Patou quand on ne sait trop ce qu'il ressent mis à part son obsession à 15 ans pour les filles. On ignore ses états d'âme, perçoit-il sa différence, qui est-il dans le fond mis à part un simplet avec une tendance masochiste à l'égard des animaux. Sa particularité est de rire constamment peu importe les situations. Cela m'a particulièrement agacée, un personnage attardé clownesque bon pourquoi pas mais encore faut il qu'il soit crédible et attachant. Je pensais aussi découvrir une belle histoire d'amour entre un enfant et son cheval et il n'en fut rien. Les émotions et les sentiments manquent cruellement à ce roman. Il a manqué la profondeur à une thématique qui a été traitée selon moi superficiellement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
purgi89
  10 octobre 2018
Cela va bientôt faire 3 ans que je lis les romans d'Emmanuel Prost. Après avoir lu ses premières parutions qui ont toutes été des coups de coeur (avec une préférence pour La descente des anges qui pour moi reste LE roman qui m'aura fait découvrir Emmanuel), il me tardait de lire ses nouveaux romans. C'est donc avec impatience que j'attendais L'Antichambre du bon Dieu. 
Ce roman c'est l'histoire de Patrick Combez dit Patou ou l'idiot du village. Sa mère est morte en couche, il a été élevé par sa grand-mère et un peu par son père. Ce dernier passait plus de temps à l'enguirlander et l'insulter que de lui donner affection et tendresse. Car Patou est un enfant particulier. Il ne parle pas, et pour s'exprimer il rit.
Il vit proche des marais dans des baraquements de bois insalubres avec son père qui est le pestiféré du village.
L'histoire commence en 1862 suite à la condamnation à mort de Patou. Que s'est-il passé pour qu'il soit condamné à une si lourde peine? 
Patou va toujours être un enfant solitaire jusqu'au jour où la jument de son père met bat d'un poulain mort-né. Enfin c'est ce que pense Raoul le père de Patou quand il va laisser ce dernier surveiller la jument. Car le lendemain matin, il va trouver le poulain sur ses 4 pattes, plein de vie. Chico va dorénavant embellir un peu la vie de Patou. Ces deux-là sont des écorchés de la vie et se sont bien trouvés. 
Et puis Patou va rencontrer Isabelle, qui va devenir sa meilleure amie. Pourtant, Isabelle est issue d'une famille plutôt noble et vit au château de la ville. Pas vraiment le style à fricoter avec l'idiot du village. Patou quant à lui va tomber amoureux d'Isabelle.
Emmanuel Prost a le don de créer des personnages atypiques et toujours attachants. Il fallait le faire, trouver une histoire qui met en scène un attardé et nous le rendre des plus touchants. L'époque où se situe le roman y fait aussi beaucoup. Dans ce livre, l'histoire va se situer 50 ans après la Révolution française jusqu'au début du 20ème siècle. 
Comme toujours les faits historiques sont très bien présentés. L'auteur fait des clins d'oeil à des personnages historiques ou des faits marquants de l'Histoire (la guillotine, les différents remaniements politiques de la France, l'ouverture des premières mines dans le Nord de la France....).Le Nord est donc encore une fois de plus le lieu principal de cette histoire. Lieu qui est cher à notre auteur. 
Les sentiments humains sont toujours très bien développés. L'émotion qui se dégage de cette histoire est omniprésente tout au long du roman. J'ai eu beaucoup de mal à poser ce livre et à laisser de côté les personnages et l'histoire. Et une fois fini, je suis triste de ne plus les retrouver au cours de séance de lecture. 
J'avais déjà comparé le style de l'auteur avec Zola, Süskin et Steinbeck et j'ai encore une fois retrouvé tous les ingrédients de ces grands auteurs dans L'Antichambre du bon Dieu. Il m'a surtout fait penser à Des souris et des hommes par rapport au personnage de Patou.
C'est donc encore une fois un immense coup de coeur. Emmanuel nous offre une fois de plus un roman magnifique qui restera gravé dans nos esprits un bon bout de temps! 
Lien : https://livresaddictblog.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ingridfasquelle
  02 mars 2019
Passionné de littérature et de cinéma, Emmanuel Prost a rapidement été attiré par la volonté d'écrire : il s'essaye d'abord aux nouvelles avec Concerto sur le Sornin, puis il vient au roman. Tout d'abord publié aux éditions de Borée avec La descente des anges (2014), Les enfants de Gayant (2015) puis Un été 48 (2016), il continue aujourd'hui à rendre hommage à l'ex-bassin minier artésien. Publié aux éditions Presses de la Cité, son dernier roman, L'antichambre du bon dieu, est un hommage tendre, émouvant et sincère à l'histoire de sa région d'adoption et à sa population.
Avec ce quatrième roman, Emmanuel Prost signe une histoire poignante, à l'époque où le Pas-de-Calais devient le bassin minier. Il entraîne le lecteur sur les pas de Patou, un simple d'esprit, dont le cheval Chico est l'unique compagnon de jeu. Considéré comme un indésirable, Patou, dont le rire n'attire que les railleries, l'incompréhension et la haine de ses semblables, trouve refuge entre les champs d'endives de son père et les marais environnants aux légendes endormies…
Mais à l'époque où les campagnes sont peu à peu grignotées par les cités minières, des ouvriers arrivent de toute la région pour travailler dans les mines et laisser un avenir meilleur à leurs descendants. Patou fait alors la connaissance de la jolie et intrépide Isabelle, la fille d'un instituteur venu des Flandres pour alphabétiser les mineurs. Ainsi commence l'histoire d'amitié inattendue mais sincère entre Isabelle et Patou. Des rires en guise de mots, des sentiments purs, toujours flanqués de Chico, ils couleront ensemble des jours de bonheur et de complicité enfantine avant que Patou ne plonge inexorablement dans l'enfer de la mine, de la sueur et des Gueules Noires…
Si l'histoire de l'attendrissant Patou est avant tout une quête d'amour, un appel au respect, à la dignité et au droit à la différence, pour le fondu d'histoire locale qu'est Emmanuel Prost, c'est aussi l'occasion de se replonger dans les traditions et le savoir-faire d'une région qui l'a adopté et qu'il a appris à connaître. L'antichambre du bon dieu est un roman de terroir qui se réclame tout autant du document historique que de la chronique villageoise. Grâce à une documentation précise et rigoureuse, l'auteur fait revivre tout un pan de l'histoire du Nord de la France, à une époque cruciale où l'explosion des grandes fortunes et l'industrialisation provoquent inquiétudes, doutes, grèves et colères chez les mineurs. On y retrouve un univers proche de celui de Germinal, une peinture sociale très fidèle de ce que pouvait être le quotidien, le rude labeur et la souffrance des mineurs.
Organisant son récit comme un roman à suspense, Emmanuel Prost signe avec L'antichambre du bon dieu un vibrant plaidoyer en faveur des déshérités et des exploités. C'est passionnant de bout en bout !
Lien : http://histoiredusoir.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
alainfabre
  24 mars 2019
Un bon roman est, pour moi, celui dans lequel on entre et on oublie sa propre vie, son époque et tout ce qui nous entoure. Emmanuel PROST est de ces excellents écrivains dont les oeuvres correspondent à cette définition.
« L'antichambre du bon Dieu » ne déroge pas à cette règle et, dès qu'on a commencé la lecture on est pris par l'histoire de ce PATOU condamné à mort en ce milieu du XIXème siècle.
Qu'est-ce qui a pu entraîner cette condamnation d'un garçon que le destin n'a guère épargné ?
Emmanuel PROST nous fait vivre, avec sa grande sensibilité et souvent avec poésie, les circonstances dramatiques de sa naissance et de son enfance avec la seule affection de « Mamina », sa grand-mère. On a de la peine de le voir rejeté comme « idiot du village » qui ne sait communiquer que par le rire. On est heureux de partager cette amitié avec Isabelle la fille d'un des personnages les plus importants de ce village. On comprend sa relation fusionnelle avec « Chico » le cheval avec lequel il partage les meilleurs moments de sa vie.
Une fois encore, l'auteur nous plonge dans l'univers de la région Nord, Pas-de-Calais et dans son histoire en évoquant, en bon historien, les premières années de l'exploitation minière du charbon et les faits politiques.
Le fait que ce roman se déroule dans les dernières décennies du XIXème siècle, le style de l'auteur et la recherche des raisons du comportement des personnages par l'influence du milieu où ils vivent nous font immédiatement penser aux naturalistes. Et ceci, pour moi, est une qualité.
Une qualité que reconnait Annie DEGROOTE qui a préfacé l'ouvrage.
Un roman qu'il faut avoir lu et qui reste dans l'esprit du lecteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Valmyvoyou_lit
  19 août 2020
Le prologue indique qu'un drame s'est produit. En 1863, Patrick Crombez, âgé de vingt ans, est condamné à mort. Emmanuel Prost retrace la chronologie des évènements qui ont abouti à cette tragédie.

Patrick, que tout le monde appelle Patou, est né en 1843, le cordon ombilical coincé autour du cou. Sa grand-mère lui a sauvé la vie, mais sa mère est morte en couches. Patou ne parle pas, il ne s'exprime que par des rires, des onomatopées et des ricanements. Considéré par tous comme l'idiot du village, sa vie s'éclaire lorsqu'il rencontre Isabelle. L'adolescente est la fille de l'instituteur, employé par les mines, avec pour objectif d'alphabétiser les mineurs. En 1858, le Pas-de-Calais est devenu un important bassin minier.

Avant cette rencontre, un être avait aussi changé la vie de Patou : Chico, un poulain que le jeune garçon a sauvé, à la naissance. Entre les deux, une relation forte s'établit. Aussi, lorsque son père lui arrache son ami, en le vendant à la compagnie minière, Patou décide de s'y faire embaucher.

Même si sa grand-mère est attachée à lui, Patou a eu une enfance solitaire. La naissance de Chico et sa rencontre avec Isabelle sont ses premières vraies expériences de respect et de tolérance pour sa différence. Ses deux amis, humain et animal, l'acceptent comme il est et l'aiment pour celui qu'il est. Cependant, Emmanuel Prost n'a pas choisi la facilité : mes sentiments envers Patou sont très ambivalents. Il m'a parfois émue, mais aussi choquée et révoltée, puis, j'ai essayé de tenir compte du contexte et de son environnement. Est-on coupable du mal que l'on veut faire, que l'on passe à l'acte ou non ? L'entourage, n'est-il pas responsable s'il n'explique pas le bien et le mal à un enfant ?

Je n'ai pas toujours été d'accord avec les choix des personnages, mais la magie de la lecture, quand vous êtes fan d'une plume, comme je le suis de celle d'Emmanuel Prost, fait que l'auteur vous emmène là où il le désire, tant vous aimez sa manière de le faire, et vous écoutez sa lecture des faits. Et au final, vous vous rendez compte que votre coeur a une vision différente de celle de votre raison.

Comme dans ses romans précédents, Emmanuel Prost rend hommage à la région du Nord, chère à son coeur… et au mien. J'y suis née […]

La suite sur mon blog...

Lien : https://valmyvoyoulit.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
LadybirdyLadybirdy   21 novembre 2018
Ses proches discouraient à longueur de temps et se montraient ennuyeux, moralisateurs. Ils camouflaient leurs sentiments, leur cœur, derrière des murs de mots qui ne servaient qu’à duper. Il était tellement plus plaisant – et reposant –de se contenter d’être. Et de rire.
Commenter  J’apprécie          360
Entre2LivresEntre2Livres   14 octobre 2018
«Ah, Patou ! Patou ! Patou ! Y a pas à dire, il lui va bien, c'nom-là ! Parce que pour sûr qu'il a pas tout !
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Emmanuel Prost (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Emmanuel Prost
Chaque vendredi matin, Valérie Expert vous donne rendez-vous avec Gérard Collard pour leurs coups de c?ur... Voici les références des livres présentés dans l'émission du 24 novembre 2017 :
Et soudain, la liberté de Evelyne Pisier et Caroline Laurent aux éditions Les Escales https://www.lagriffenoire.com/90260-bd-et-soudain--la-liberte.html
Femmes d'ici, cuisines d'ailleurs : Trésors culinaires familiaux de Emmanuel Prost et Alexis Jenni aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/95579-cuisine-femmes-d-ici--cuisines-d-ailleurs.html
Correspondance: (1944-1959) de Albert Camus et Maria Casarès aux éditions Gallimard https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=99345&id_rubrique=341
La Maison au bord de la nuit de Catherine Banner et Marion Roman aux éditions Presses de la Cité https://www.lagriffenoire.com/76802-divers-litterature-la-maison-au-bord-de-la-nuit.html
Le Parrain et le Rabbin de Sam Bernett aux éditions du Cherche Midi https://www.lagriffenoire.com/94630-divers-litterature-le-parrain-et-le-rabbin.html
Empire : Un fabuleux voyage chez les Romains avec un sesterce en poche de Alberto Angela et Nathalie Bouyssès aux éditions Payot https://www.lagriffenoire.com/86937-romans-empire.html
Une histoire d'amour de Gilles Bachelet aux éditions Seuil Jeunesse https://www.lagriffenoire.com/99418-divers-jeunesse-une-histoire-d-amour.html

Vous pouvez commander cette sélection sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
autres livres classés : handicapVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
289 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre