AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 225306940X
Éditeur : Le Livre de Poche (11/05/2016)

Note moyenne : 4.02/5 (sur 158 notes)
Résumé :
À la veille de sa mort, Guy de Maupassant connaît une ultime idylle avec la peintre Lioubov Andréievna Vassilkova. Les tribulations d'Alexis, leur fils irrévélé, le conduisent dans la Russie révolutionnaire. Bientôt le jeune médecin fait partie de l'entourage proche de Staline et se retrouve déporté au goulag de Mirny, en Sibérie, où il est initié à la franc-maçonnerie dans une loge clandestine. Ses engagements, sa bonne fortune, l'appui occulte d'un chamane yakoute... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (82) Voir plus Ajouter une critique
Souri7
  30 septembre 2016
Je ressors de cette lecture avec des étoiles dans les yeux malgré le contexte de l'histoire qui n'était pas des plus bucolique.
C'est grâce en grande partie aux critiques lues ici que vous m'avez donné envie de le lire.. et rien que pour cela MERCI !!
Ce roman est une épopée en trois temps. La première époque relate rapidement la rencontre de Liouba avec Guy de Maupassant, leur amour dont naîtra Alexis et la chute de l'auteur dans la folie jusqu'à son décès.
La seconde période retrace la vie incroyable D Alexis qui par décision de Staline se retrouve condamné et déporté dans un Goulag, rencontre Ayami son épouse. Suite à la naissance de leur fils, Amayat, Alexis décide de s'évader et arrive en France occupée depuis où il devient résistant jusqu'à la libération.
La troisième période concerne la vie d'Alexis de la libération à son décès en 1981.
Ce livre se lit aisément avec une intrigue se déployant comme un ruban sans anicroche. Nous avons dans ce roman, un résumé de l'histoire de l'Europe de la fin de la première guerre mondiale jusqu'aux années 1980.

Les personnages sont attachants et incroyables avec notamment Alexis Vassilkov qui vient au monde avec un héritage incroyable (fils De Maupassant !), devient un ami proche de Staline, est déporté dans un goulag où malgré les exactions atroces perpétré là-bas, il arrive à se créé un réseau d'ami et a fondé une famille. Une fois évadé, il arrive à Marseille pour apprendre que le pays est occupé et, sans hésité devient résistant. Les autres personnages sont tous secondaires mais tracés avec une finesse incroyable. Je souris rien qu'en pensant encore à l'acrobate voltigeur qui donna un spectacle incroyable lors de son évasion ratée par avion... ou encore le manchot qui donna sa vie en fomentant une mutinerie pour permettre à Alexis de fuir le camp sans avoir les gardes à ses trousses.... Il y en a tant d'autres ....
Le fil rouge de l'histoire est sans contexte l'histoire. Bernard Prou nous relate ici dans les grandes lignes les raisons des conflits en Europe et les horreurs qu'elles ont entraînées. Quand on pense seconde guerre mondiale, on ne pense souvent qu'à notre petit univers France alors que là, nous en découvrons les conséquences dans les pays de l'est. Ce qui est merveilleux dans ce roman, c'est le ton utilisé pour relater les horreurs comme une sorte de détachement : par exemple, le cannibalisme, la violence gratuite des gardes sur les prisonniers, les peines de prison à rallonge et même l'amour au travers de l'histoire de ce couple de prisonnier qui se termine en bain de sang.
Malgré l'horreur relatée je me suis à de nombreuses reprises retrouvé à rire en lisant certaines scènes relatées comme celle des pets ou de l'écrou qui fut responsable de la défaite de la Russie. ^^ Le contraste entre ces passages et ce qui étaient raconté était étonnant !

La structure du récit en 3 temps est efficace et bien pensé notamment la dernière qui m'a énormément plu. Effectivement, près toute cette épopée, Alexis prend le temps de se poser et de penser. Les horreurs de la guerre lui sont de nouveau rappelé au travers de la découvertes que fait Isabelle dans un grenier avec son fils... Ce fils Amayat qui boucle la boucle de l'histoire en étant lui aussi condamné à la prison.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          802
tynn
  30 juin 2016
Combien de vies a vécu Alexis Vassilkov?
Entre la France et la Russie de Staline, le parcours du fils de Maupassant s'apparente à un récit d'aventures épiques.
Né du dernier amour de l'auteur avec une jeune peintre russe, les voies du destin vont ballotter le jeune homme jusqu'au fin fond de la Sibérie, et fermer la boucle de cet insolite et dangereux parcours dans la Résistance française sous occupation allemande.
En parallèle de cette épopée personnelle, Bernard Prou nous offre de nombreux destins tout aussi extraordinaires, des chercheurs d'or, un empereur devenu ermite, des zeks chanteurs ou voltigeurs, une loge de francs-maçons dans un bagne du bout du monde...toute une fresque de personnages picaresques. Se glissent aussi des destins malheureux ou dramatiques de juifs, de résistants ou de salauds de la pire espèce.
Conquise par la publicité appuyée, faite par un certain libraire à la houppette, j'ai suivi ce conseil de lecture et le résultat est plutôt positif. Je pense aussi que Bernard Prou doit une fière chandelle à Gérard Collard, pour la lisibilité donnée à son livre. Il ne reste pas moins que le talent est au rendez vous; c'est de la belle littérature, entre vérité et fiction, inventive, documentée et bien écrite, s'appuyant sur un solide contexte historié.
Et dernier détail qui m'amuse: les éditions de la Brouette!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          470
berni_29
  09 juin 2018
Connaissez-vous Alexis Vassilkov ? Quoi ?! Vous ne connaissez pas le célèbre Alexis Vassilkov ? le fameux Alexis Vassilkov ? Je vais donc vous parler brièvement du livre qui fait le récit de sa vie.
Alexis Vassilkov ou la vie tumultueuse du fils De Maupassant, on dirait presque le titre d'un roman d'aventures écrit par Jules Verne. Il n'en est rien. Ce livre est de Bernard Prou, enseignant à la retraite, et ce récit à multiples facettes et au souffle épique peut bien être qualifié de roman d'aventures, bien qu'il soit totalement inclassable.
Dans un récit que j'ai trouvé enlevé, l'auteur nous raconte donc la vie improbable du fils illégitime de Guy de Maupassant. Rien que ça...
Si Maupassant a eu lui aussi une vie tumultueuse, avouons-le entre nous sans que ce soit préjudiciable à l'image de ce grand auteur, elle l'était essentiellement sur le plan sentimental et cela se limitait à quelques alcôves ou maisons de passe... Celle d'Alexis Vassilkov nous ouvre l'espace et fait traverser l'Europe et ses guerres de part en part.
Mais la question n'est pas de savoir si Alexis Vassilkov a existé ou pas. Peut-être, peut-être pas... D'ailleurs, c'est sans doute mieux de ne pas savoir ; laissons un peu de mystère autour de ce récit.
Le roman s'ouvre en 1891 sur la rencontre de Liouba Vassilkova, femme peintre russe avec Guy de Maupassant. de cette histoire d'amour naîtra Alexis, malheureusement l'auteur déjà gravement malade, atteint de syphilis, ne tardera pas à basculer dans la folie puis la mort, alors qu'il venait enfin de connaître le bel amour.
La confrontation de Liouba Vassilkova avec la mère de Maupassant, femme acariâtre et détestable au possible, pour faire reconnaître ses droits et la légitimité de son enfant, est un des premiers moments savoureux du roman.
Ici la Grande Histoire côtoie mille petites histoires qui sont des petites pépites merveilleuses et insolites, comme si l'existence d'Alexis Vassilkov avait autant d'intérêt à se déplier dans la grande fresque du XXème siècle que dans une multitude d'anecdotes et de rebondissements, convoquant des personnages, multiples et hauts en couleurs.
Ici justement ce sont des personnages parfois réels, d'autres fois sans doute inventés, mais qui se déploient et grandissent dans de magnifiques amitiés et élans de solidarité.
Dans ce récit hallucinant, Alexis Vassilkov va ainsi connaître et côtoyer... Ah, non, chut ! Ne comptez pas sur moi pour vous dévoiler ici l'intrigue et le dénouement de cette incroyable épopée romanesque.
Bernard Prou a fait beaucoup de recherches historiques pour écrire ce livre, mais c'est vraiment son imaginaire foisonnant qui l'emporte et qu'il délivre comme un éloge à la confiance et la générosité de l'humain.
Au départ, Bernard Prou s'éditait lui-même, créant sa propre maison d'édition, les Éditions La Brouette, ça ne s'invente pas ! et s'occupait lui-même de la livraison de son roman en faisant du porte à porte. C'est peut-être ce qui explique le nom original de sa maison d'édition. Il a ainsi tout d'abord fait imprimer 500 exemplaires. Puis le bouche à oreille a commencé à faire son effet. Il a ainsi mis pas moins de 7000 ouvrages en cartons qu'il expédiait ou livrait lui-même tout d'abord auprès de petites librairies indépendantes qui ont cru en lui, preuve s'il en est qu'il faut continuer de soutenir ce réseau essentiel et non pas acheter les livres dans de grandes surfaces aseptisées et anonymes et encore moins en ligne chez Machin. Na !
Et je vous avouerai, autre raison de le lire : j'ai trouvé que c'est très bien écrit.
Saisir ce livre, en parler, le faire vivre bien après sa parution est un véritable moment de grâce. Gageons que l'épopée d'Alexis Vassilkov n'en finira pas de se déplier à l'infini entre vos mains...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          351
LiliGalipette
  21 avril 2016
Guy de Maupassant et Liouba Vassilkova ont vécu une éphémère passion lors des derniers mois de l'écrivain. de ces amours est né Alexis, le fils non reconnu De Maupassant. Liouba, peintre et femme engagée, élève son fils en lui inculquant sa passion. Quand Alexis a quatorze ans, mère et fils rentrent en Russie, mère patrie secouée par la révolution rouge. En 1936, Alexis perd la faveur de Staline dont il était le médecin personnel. « La révolution pour laquelle nous nous sommes engagés est vidée de son sens. Un tsar rouge remplace un tsar noir. » (p. 59 & 60) Envoyé dans le goulag de Mirny, en Sibérie, Alexis est initié à la franc-maçonnerie dans une loge clandestine et découvre ce qu'il est advenu d'Alexandre Ier. La vie dans le camp est intolérable, entre hivers glacés interminables et étés étouffants, à exploiter de précieuses mines de diamants. S'il y a de nombreuses crapules à Mirny, il y a aussi les victimes des absurdes purges staliniennes. « Dis-moi, pourquoi j'ai pris cinq ans ? J'ai rien fait. / T'as pas encore compris ! Les innocents n'existent pas. Et d'abord, t'es un menteur : quand t'as rien fait, c'est dix ans ! » (p. 104) Alexis s'éprend d'Ayami, la fille d'un chamane. Avec leur fils, il s'échappe du goulag, direction la France. Hélas, le pays d'origine D Alexis est soumis aux Allemands. Pendant la guerre, il se cache avec sa famille en Auvergne et intègre la résistance. La paix revenue en France, les aventures du fils de Guy de Maupassant ne sont pas terminées.
Impossible de résister au rythme enlevé de ce texte : ce pourrait être une pure fiction si des documents et des extraits de textes réels ne parsemaient pas les pages. Tout est vrai ici, mais raconté avec une telle plume qu'on croit lire les fabuleuses péripéties d'un héros aventurier. La réalité se charge de faire garder aux lecteurs les pieds sur terre : les terribles sévices du goulag, les insoutenables exactions de la milice collabo, tout ça est bien vrai et dépeint avec forces détails. Les personnages sont hauts en couleur et attachants. C'est avec un immense plaisir que j'ai découvert l'existence du fils caché De Maupassant !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          302
RatonLaveur
  08 juin 2016
Oh que j'ai aimé ce livre !
Juste le titre m'aurait incité à me le procurer (car c'est bien un roman ?).
Et quand, Gérard Collard de la librairie Griffe Noire en a parlé à son émission de télé, je n'ai pas pu résister.
MAIS !
Et oui, un gros MAIS car ce roman n'est pas disponible au Québec !
Alors, comme je suis débrouillard (merci aux éditions Bayard), j'ai contacté l'auteur et dans sa grande gentillesse, Bernard Prou m'a fait parvenir un exemplaire de son roman … dédicacé !
Voilà ! J'ai reçu le bouquin et l'ai lu pendant les vacances.
Je vous le dis, mes efforts en valaient la peine.
« Alexi Vassilkov ou la vie tumultueuse du fils De Maupassant » est un roman inclassable et même si je le voulais, je n'arriverais pas à lui trouver une case. Et c'est tant mieux ! Après ma lecture, je me suis posé quelques questions qui heureusement sont restées sans réponse. Est-ce une biographie ? Une biographie romancée ? Une fiction basée sur des faits véritables ?
Comme je le dis souvent : je n'en ai aucune idée !
Tout ce que je sais, c'est que j'ai eu beaucoup de plaisir à lire ce récit.
Lançons-nous donc dans l'histoire.
1891. À travers son oeuvre, une jeune femme tombe en amour avec l'écrivain qu'elle admire. Liouba Vassilkov décide de lui avouer son admiration et commence alors une relation épistolaire passionnée entre elle et Guy de Maupassant. Faisant fi des ragots ou des racontars, elle décide de lui rendre une visite ; elle cogne à sa porte, à l'improviste. L'accueil est chaleureux et très rapidement cette relation épistolaire devient une relation, tout court.
Grâce à son talent de peintre, Loubia devient vite la coqueluche du monde artistique de Paris tout en continuant à fréquenter l'écrivain vieillissant. Maupassant devient de plus en plus malade et la fin approche. Ravagé par la maladie, il apprend la nouvelle : Loubia est enceinte. Un enfant de lui.
En septembre 1892, Alexis Vassilkov voit le jour pendant que son père s'enfonce de plus en plus dans les ténèbres de la mort. Moins d'un an plus tard, Guy de Maupassant meurt et laisse un héritage substantiel à son amour et à son fils.
Et c'est ce fils que nous suivrons dans son voyage à travers le XXe siècle. Élevé par sa mère en Russie, Alexis ne sait rien de son père. Il fait des études en médecine, devient par la suite psychiatre et sera remarqué par Staline qui l'engage comme médecin personnel. Sa position privilégiée (?) fait en sorte qu'il connaît mieux le vieil ours que lui-même. Il sait pertinemment qu'un jour, victime de la paranoïa de son unique patient, il subira ses foudres, accusé de trahison.
Sa prédiction devient réalité en juillet 1936, lorsqu'il est arrêté à Leningrad et déporté au Goulag, condamné à l'exil pour une période indéterminée. L'auteur nous guide alors, à travers les yeux de son personnage, dans l'horreur des convois vers l'est de la Russie, dans le monde violent de la Sibérie, au milieu des horreurs du Goulag jusqu'au périple de son héros vers la liberté. Enfin, en mai 1940, en pleine tourmente de l'invasion allemande, Alexis et sa famille débarquent à Marseille, en route vers Paris.
Finalement, abordant une autre partie de sa vie, le lecteur verra Alexis, reprendre sa nationalité française et retrouver ses racines grâce aux tableaux de sa mère et il partagera ces informations avec son fils Amagät.
Je vous le dis, ce roman est passionnant ! Je ne sais pas si tout est vrai (Gérard dit que oui …), mais cette lecture dépasse grandement la simple biographie. L'histoire de ce personnage est digne des meilleurs romans d'aventures, à la hauteur des très bons romans d'histoire et aussi prenante que les meilleurs « road books » ! Vous ne vivrez aucun moment d'ennui à vous (faire ?) balader dans la Russie d'avant la Révolution, dans les loges mystérieuses de la Franc-Maçonnerie, dans les officines de Staline, dans le goulag de l'URSS et aussi, dans les recoins de la résistance française de la Seconde Guerre mondiale.
Et, en plus, ce qui ne gâche rien, Bernard Prou nous raconte cette histoire avec un style très agréable, parfois cru, mais toujours en cohérence avec le récit.
Mais, car il y a un mais … je vous disais en début de chronique que ce roman n'était pas disponible au Québec. Et bien, il semblerait qu'il est tout aussi difficile de mettre la main sur ce livre en France ! Si j'ai réussi à vous convaincre de lire ce roman, je vous invite à contacter la maison d'édition en envoyant un courriel à cette adresse :
brouette.editions@gmail.com
Ainsi, comme moi, vous pourrez partir à la découverte de cet homme fascinant et le suivre dans ses aventures rocambolesques à travers l'histoire du XXe siècle.
Et je profite de cette chronique pour remercier Bernard Prou pour cet excellent roman, mais aussi de m'avoir facilité la tâche et de m'avoir fait parvenir le livre … par-delà l'Atlantique. Je me permets de citer la dédicace de monsieur Prou: « Je suis très fier d'être votre premier lecteur canadien. »
Quelques extraits :
En parlant de la faim qui régnait en Sibérie : « On aurait bouffé le cuir de nos bottes, si on en avait eu ! »
« Sur cette terre de nulle part, sur cette île de naufragés médusés dans un océan de solitude, les corps abdiquaient et les esprits divaguaient, au cours des jours inachevés et des nuits avortées. »
Et la magnifique invective que voici : « Par la bite du Christ ! Que Dieu vous encule tous ! »
« Ce fut un insigne morceau d'anthropologie, une de ces scènes qui égayent les mornes études notariales de province. »

Bonne lecture !

Alexis Vassilkov ou la vie tumultueuse du fils De Maupassant
Bernard Prou
Brouette éditions
2014
360 pages

Lien : http://lecturederichard.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
Souri7Souri7   30 septembre 2016
— T’éternues : dix ans ! Tu pètes de travers : dix ans ! Double tarif si on détecte l’odeur !
« Ici tu peux péter tout ton saoûl, tu ne risques plus rien. D’ailleurs, personne ne se gêne pour péter. La nuit, c’est comme au pensionnat, ça pète dans tous les coins. Les pets fusent comme des cris de liberté aux multiples accents. Ah, qu’il est beau le pet du zek !
« Pète, je te dirai d’où tu viens !
« L’accent traînant du pet géorgien est reconnaissable entre tous ; le Caucasien a le pet guttural, le Sibérien pète, en sifflant, comme une marmotte ; on ne peut pas se tromper sur la perlouze raffinée du Pétersbourgeois et le Moscovite, toujours plus fort que les autres ! Le Tchétchène est identifiable à ses flatulences fuyantes et le Tsigane te tire des larmes.
À ce moment, un des malades alités ne put se retenir ou voulut mettre Chakhmatov à l’épreuve en laissant échapper bruyamment un gaz.
— Et celui-là, d’où il vient ? s’exclama-t-il.
— Toi, l’Ukrainien ! Tu croyais passer incognito ?
Et tous se mirent à rire comme des potaches dans le dortoir.
Encouragé par son succès, Ivan Ivanovitch continua : « Tel pet, tel maître ! »
— Pète, je te dirai qui tu es !
— Le pet révèle ton caractère : le timide pète avec retenue, le m’as-tu-vu pète interminablement, le bureaucrate pète menu-menu. Contre toute attente, les grandes gueules dégazent petitement, le faux-cul se trahit par son pet foireux et le pourri emboucane !
— Quand on sortira, faudra se visser un bouchon dans l’trou du cul !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Souri7Souri7   30 septembre 2016
« Le 17 février 1918, lors de la contre-attaque menée par l’armée soviétique contre les forces allemandes, un des écrous de type B14P, qui fixaient l’axe de transmission du char commandé par le lieutenant Baykov, céda.
« Cette rupture déséquilibra le serrage des autres écrous qui se dévissèrent. Sous l’effet des vibrations ainsi engendrées, l’axe de transmission quitta son logement et se bloqua dans la chenille gauche, entraînant son déchenillage. Devenu incontrôlable, l’engin percuta une demi-douzaine de véhicules blindés dans nos propres rangs. Les tanks ennemis s’engouffrèrent dans la brèche ouverte sur notre aile droite.
« La bataille fut perdue au prix de pertes incalculables en hommes et en matériels et le camarade Lénine dut signer la paix désastreuse de Brest-Litovsk.
« Cet écrou défaillant nous coûta l’Ukraine, la Pologne, la Finlande et les pays Baltes.
« Il est avéré que l’écrou de type B14P à l’origine du désastre avait été fabriqué avec de l’acier provenant de la coulée C415-1917 effectuée dans la fonderie de Kharkov dont vous étiez le directeur.
« Vous êtes accusé de sabotage en temps de guerre en ayant sciemment dégradé la qualité de l’acier par un surdosage de carbone lors de la coulée. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Souri7Souri7   29 septembre 2016
Les journaux ignorèrent quelques jours la tentative de suicide de l’écrivain, mais on ne pourrait longtemps cacher la vérité. Liouba prit l’initiative de regagner Paris avec Guy et obtint son admission dans la maison de santé du docteur Blanche, à Passy, dans l’ancien hôtel de Lamballe.
L’événement fut à la hauteur de la renommée de l’auteur du Horla. À Paris, les salons caquetaient :
« Fou ! Ce pauvre Maupassant est fou ! »
Le bourgeois exultait :
« Enfermé ! Maupassant enfin enfermé ! »
La rue se lamentait : « Maupassant agonise ! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Souri7Souri7   30 septembre 2016
Staline était le maître absolu. Ses soupirs étaient des ordres exécutés dans l’heure. Une fois désigné, celui qui avait cessé de plaire était un coupable déjà condamné.
Nul besoin de prétexte pour être arrêté, emprisonné ou exécuté. À l’origine : une histoire à trois kopecks ! Les tchékistes étaient chargés d’écrire une intrigue si bien ficelée, que les prétendus traîtres avouaient des crimes inventés, persuadés de les avoir commis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Souri7Souri7   30 septembre 2016
— Ah oui, les bottes ! Avant la guerre on les importait d’Allemagne, nos bottes. Dans les tranchées on attendait qu’ils nous les livrent, nos bottes !
— Z’aviez qu’à les chercher vous-mêmes, vos bottes !
— C’est bien c’qu’on a fait ! On détroussait les cadavres ! Mais encore fallait-il trouver chaussures à son pied !
— Avant de l’flinguer, le mec, t’avais qu’à lui demander sa pointure !
Commenter  J’apprécie          170
Videos de Bernard Prou (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bernard Prou
Le libraire Jean-Edgar Casel et le journaliste David Medioni recevait sur la scène des déblogueurs les auteurs Bernard Prou et Romain Slocombe à l'occasion de la dixième édition du salon international du livre de poche Saint-Maur En Poche.
Retrouvez vos livres dans notre librairie en ligne ! :
Délation sur ordonnance de Bernard Prou aux éditions Anne Carrière https://www.lagriffenoire.com/98578-divers-litterature-delation-sur-ordonnance.html
Alexis Vassilkov ou La Vie tumultueuse du fils de Maupassant de Bernard Prou aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/38946-divers-litterature-alexis-vassilkov-ou-la-vie-tumultueuse-du-fils-de-maupassant.html
L'Affaire Léon Sadorski de Romain Slocombe aux éditions Point https://www.lagriffenoire.com/89329-divers-polar-l-affaire-leon-sadorski.html
Sadorski et l'ange du péché de Romain Slocombe aux éditions Robert Laffont https://www.lagriffenoire.com/120453-article_recherche-sadorski-et-l-ange-du-peche.html
Monsieur le commandant de Romain Slocombe aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/21646-divers-litterature-monsieur-le-commandant.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
Facebook ? http://www.facebook.com/lagriffenoire Twitter ? http://twitter.com/lesdeblogueurs?lang=fr
Retrouvez l'ensemble des coups de coeur de Gérard Collard et de vos libraires préférés ici : https://www.lagriffenoire.com/11-coups-de-coeur-gerard-coll? https://www.lagriffenoire.com/
#soutenezpartagezcommentezlgn
Merci pour votre soutien et votre fidélité qui nous sont inestimables. Gerard collard? Jean-Edgar Casel
#soutenezpartagezcommentezlgn #librairie #livres #livre #lecture #culture #passiondulivre #lirepourleplaisir #lirerendheureux #bookstagram #livrestagram #instaculture #instalecture #instalire #romans #roman
+ Lire la suite
autres livres classés : goulagVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Bernard Prou (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1635 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
.. ..