AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Souri7


Souri7
  30 septembre 2016
Je ressors de cette lecture avec des étoiles dans les yeux malgré le contexte de l'histoire qui n'était pas des plus bucolique.
C'est grâce en grande partie aux critiques lues ici que vous m'avez donné envie de le lire.. et rien que pour cela MERCI !!

Ce roman est une épopée en trois temps. La première époque relate rapidement la rencontre de Liouba avec Guy de Maupassant, leur amour dont naîtra Alexis et la chute de l'auteur dans la folie jusqu'à son décès.
La seconde période retrace la vie incroyable D Alexis qui par décision de Staline se retrouve condamné et déporté dans un Goulag, rencontre Ayami son épouse. Suite à la naissance de leur fils, Amayat, Alexis décide de s'évader et arrive en France occupée depuis où il devient résistant jusqu'à la libération.
La troisième période concerne la vie d'Alexis de la libération à son décès en 1981.

Ce livre se lit aisément avec une intrigue se déployant comme un ruban sans anicroche. Nous avons dans ce roman, un résumé de l'histoire de l'Europe de la fin de la première guerre mondiale jusqu'aux années 1980.


Les personnages sont attachants et incroyables avec notamment Alexis Vassilkov qui vient au monde avec un héritage incroyable (fils De Maupassant !), devient un ami proche de Staline, est déporté dans un goulag où malgré les exactions atroces perpétré là-bas, il arrive à se créé un réseau d'ami et a fondé une famille. Une fois évadé, il arrive à Marseille pour apprendre que le pays est occupé et, sans hésité devient résistant. Les autres personnages sont tous secondaires mais tracés avec une finesse incroyable. Je souris rien qu'en pensant encore à l'acrobate voltigeur qui donna un spectacle incroyable lors de son évasion ratée par avion... ou encore le manchot qui donna sa vie en fomentant une mutinerie pour permettre à Alexis de fuir le camp sans avoir les gardes à ses trousses.... Il y en a tant d'autres ....

Le fil rouge de l'histoire est sans contexte l'histoire. Bernard Prou nous relate ici dans les grandes lignes les raisons des conflits en Europe et les horreurs qu'elles ont entraînées. Quand on pense seconde guerre mondiale, on ne pense souvent qu'à notre petit univers France alors que là, nous en découvrons les conséquences dans les pays de l'est. Ce qui est merveilleux dans ce roman, c'est le ton utilisé pour relater les horreurs comme une sorte de détachement : par exemple, le cannibalisme, la violence gratuite des gardes sur les prisonniers, les peines de prison à rallonge et même l'amour au travers de l'histoire de ce couple de prisonnier qui se termine en bain de sang.
Malgré l'horreur relatée je me suis à de nombreuses reprises retrouvé à rire en lisant certaines scènes relatées comme celle des pets ou de l'écrou qui fut responsable de la défaite de la Russie. ^^ Le contraste entre ces passages et ce qui étaient raconté était étonnant !


La structure du récit en 3 temps est efficace et bien pensé notamment la dernière qui m'a énormément plu. Effectivement, près toute cette épopée, Alexis prend le temps de se poser et de penser. Les horreurs de la guerre lui sont de nouveau rappelé au travers de la découvertes que fait Isabelle dans un grenier avec son fils... Ce fils Amayat qui boucle la boucle de l'histoire en étant lui aussi condamné à la prison.

Commenter  J’apprécie          802



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (19)voir plus