AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2764601816
Éditeur : Boréal (05/09/2002)

Note moyenne : 3.53/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Florence n'aime pas les écrivains, ces êtres névrosés, et encore moins leurs livres, ces choses corpulentes qui ne sont même pas vraies. Florence n'aime pas non plus les chiens, l'alcool, les vieux, le plaisir, l'amour. Elle n'aime que Zéno, mais elle ne l'avouerait jamais, même sous la torture. Zéno est son partenaire dans la petite entreprise de conception de sites Web, Mahone inc., qui s'ingénie à donner vie et éclat à des artistes et à des écrivains en mal de no... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
LN
  19 novembre 2015
"On n'est jamais aussi heureux que lorsqu'on n'avait pas prévu de l'être." p. 146
Florence et Zéno dirigent une agence chargée de promouvoir des artistes en leur offrant un site Web "percutant". Si Florence semble blasée par ce projet, plus emportée par l'enthousiasme de Zéno et par son amour pour lui que par sa propre volonté, Zéno est quant à lui survolté, se démenant corps et âme pour ses artistes, un peu trop au goût de Florence. Aussi quand par hasard, Florence se retrouve sur les traces du romancier mythique Pierre Laliberté qui cache son identité, Zéno l'encourage-t-il à poursuivre l'enquête pour découvrir qui se cache derrière lui.
"On ne connaît personne. On a beau tâter chaque centimètre de peau, mémoriser la couleur de la voix et les soubresauts de l'humeur, étudier, comparer, analyser et croire enfin que ça y est, un être humain qui tient dans une éprouvette à nous étiquetée et familière, on ne connaît personne." p. 49
A travers le personnage de Pierre Laliberté, inspiré de l'écrivain québecois Réjean Ducharme qui lui aussi a choisi de vivre dans l'anonymat, Monique Proulx offre une belle réflexion sur les feux de la rampe qui exposent les artistes, sur l'art et finalement sur ce qui constitue le sel de la vie. La jeune Florence quant à elle est une jeune femme perdue, souvent révoltée dans un monde qu'elle ne comprend pas toujours :
"Et de l'autre côté, à l'Ouest et au Nord, à Montréal et ailleurs, des hommes, des femmes, et bientôt des enfants, gaspillent en ce moment leur énergie vitale dans des boulots qui les rapetissent, courent après les heures extra et les contrats lucratifs, se morfondent d'impuissance dans leurs bureaux aseptisés, leurs usines débilitantes, se font pincer les nichons par des patrons crétins, s'agitent trop et vieillissent vite, bazardent leurs idéaux et leur intégrité d'antan pour parvenir à acheter ces tissus exotiques, ces meubles, ces parfums ruineux, ces bijoux en or, ces automobiles polluantes, ces voyages et ces fuites qui se révèlent insuffisants dés le départ et réclament des remplaçants.
Où sont les perdants ? Au Nord ou au Sud ?" p. 223
Florence évolue au fil des pages et des rencontres, elle s'apaise pour plus d'harmonie, pour un passage en douceur vers l'âge adulte.
"Les transitions sont des moments dangereux qui nous perchent au milieu de rien, désintégrés par la perte de l'instant fort auquel on s'était habitué et l'inexistence de celui qui suivra (manger ? travailler ? pleurer ?). C'est sûrement dans les transitions que les dépressifs sombrent dans la dépression, les criminels dans le crime, et les artistes dignes de ce nom dans des illuminations qui bousculeront leur vie et celle des autres."
Mes réserves : La voix à la première personne de la narratrice m'a gênée : mièvre, faible face à ses sentiments, elle ressemble à une adolescente à qui on aimerait donner des claques pour qu'elle se bouge...
Lien : http://www.lecturissime.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Cocotte8017
  19 février 2015
Âgée de 25 ans, Florence travaille avec Zeno chez Mahone inc., une entreprise de conception de sites web. Elle n'aime pas les livres et les écrivains alors que Zeno est en adoration avec l'auter Pierre Laliberté dont l'identité demeure un mystère. Zeno chérit le rêve de le rencontrer. Drôle de coincidence, c'est Florence qui fera la rencontre du grand Pierre Laliberté, rencontre qui la transformera à jamais.
Quel beau livre! La plume de Monique Proulx est toute simple, rythmée et très jolie. J'ai bien aimé suivre le parcours de Florence, cette femme orgueilleuse, parfois froide, mais tout à fait brillante et attachante. C'est passionnant de suivre son évolution : comment elle apprend à apprécier les livres, à s'ouvrir aux autres, à mieux se connaître.
Commenter  J’apprécie          10
Karen
  08 mars 2009
Une superbe plume découverte, un titre accrocheur, des personnages intéressants... j'ai beaucoup apprécié ce roman. À lire!
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
DanieljeanDanieljean   19 novembre 2015
Je succombe toujours aux gens qui rient. Les gens qui rient m'introduisent un instant dans leur propre tribu. Qu'est-ce qu'un rire, après tout ? Une explosion d'enfance partagée. C'est dans le rire que l'humanité nivelle ses différences et efface ses rides.
Commenter  J’apprécie          110
LittleMary226LittleMary226   03 août 2011
Il y a des personnes qui m'aiment, trois exactement, et qui m'offrent des cadeaux. Ces trois personnes, auparavant, m'ont assuré une enfance tranquille et douce. Même la quatrième personne, celle qui n'est plus à la table et que je continue de ne pas chérir, n'a jamais troublé mon existence. N'a jamais exercé de violence contre moi, n'a jamais exigé de moi quoi que ce soit d'aisé ou de difficile, n'a jamais porté la main sur moi. (Jamais touchée, jamais caressée, jamais bercée, jamais embrassée, jamais jamais.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LittleMary226LittleMary226   03 août 2011
Quand je marche, il m'arrive d'accepter de ne plus rien avoir, aucun garde-fou, aucune certitude, aucun trésor à moi, et de m'en sentir vraiment légère, puisque le sol infatigable continue de me supporter.
Commenter  J’apprécie          60
joiedelirejoiedelire   28 juin 2010
Les transitions sont des moments dangereux qui nous perchent au milieu de rien, désintégrés par la perte de l'instant fort auquel on s'était habitué et l'inexistence de celui qui suivra (manger? travailler? pleurer?). C'est sûrement dans les transitions que les dépressifs sombrent dans la dépression, les criminels dans le crime, et les artistes dignes de ce nom dans des illuminations qui bousculeront leur vie et celle des autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
DanieljeanDanieljean   19 novembre 2015
À quoi l'on sert quand on ne rend personne heureux ?
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Monique Proulx (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Monique Proulx
Événement passé - 19 septembre 2015 / 14h00
La Librairie Monet, en collaboration avec les Éditions du Boréal, vous invite à une rencontre avec la romancière Monique Proulx, à l'occasion de la parution récente de son roman Ce qu'il reste de moi.
Marie-Andrée Lamontagne animera cette causerie.
L'auteure:
Née à Québec, Monique Proulx a obtenu un baccalauréat en littérature et en théâtre de l'Université Laval. D'abord animatrice de théâtre, puis professeur de français et agente d'information au siège social de l'Université du Québec à Montréal, elle est aujourd'hui connue comme romancière, nouvelliste et scénariste.
Le roman:
Qu'ont en commun l'hassid de la rue Durocher se pressant vers la synagogue, l'artiste qui donne une performance dans son atelier du quartier des spectacles et la foule au centre Bell galvanisée par un but des Canadiens ? Ils ont Montréal. Ils ont la ferveur, l'appel au dépassement, la quête de transcendance enfouie dans le sol montréalais. Selon Monique Proulx, un gisement mystique se cache sous les pieds des Montréalais, les contaminant et les embrasant, et c'est là leur plus grande richesse - bien davantage que le gaz de schiste.
Vingt ans après son recueil de nouvelles Les Aurores montréales, Monique Proulx donne ici le grand roman de la métropole. Remontant aux origines mêmes de la ville, elle décrit le rêve insensé qui lui a donné naissance. Elle montre comment la vision incroyablement audacieuse des fondateurs perdure dans le concentré d'humanité que Montréal est devenue aujourd'hui.
Marie-Andrée Lamontagne est écrivaine, éditrice et journaliste. Parmi ses dernières publications, on trouve: L'homme au traîneau (Leméac, 2012) et Montréal, la créative (Autrement, coll. «Mook»/ Héliotrope, 2011). Elle publie régulièrement des textes de fiction et de critique dans diverses revues littéraires et anime l'émission littéraire Parking nomade, à l'antenne de Radio VM (91,3 FM Montréal). Elle prépare actuellement une biographie de la romancière et poète Anne Hébert (à paraître aux éditions du Boréal).
+ Lire la suite
autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1765 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre