AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Antoine Compagnon (Éditeur scientifique)
EAN : 9782070381357
648 pages
Éditeur : Gallimard (03/05/1989)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 4.29/5 (sur 396 notes)
Résumé :
Marcel Proust est probablement le premier des grands écrivains qui ait franchi les portes de Sodome et Gomorrhe en flammes. Il songea d'ailleurs à donner le nom des deux cités bibliques à l'ensemble de son oeuvre - l'objet véritable de son étude n'est pas l'idéalisation d'une passion singulière ni l'explication philosophique de son mystère ni la psychologie amoureuse de ses desservants - psychologie qui obéit simplement aux lois générales de l'amour. C'est le portra... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
Gwen21
  03 juin 2019
Voilà, c'est dit, c'est fait, j'aurai calé au tome 4... comme une indigestion de madeleines. Et ce qui s'appelle calé, 50 pages avant la fin de ce pavé. J'aurais pourtant aimé aller jusqu'au bout mais après une longue lutte, je n'ai plus réussi à tourner la page suivante et tant pis, je ne vais pas me flageller. J'ai été heureuse de découvrir Proust jusque là : chaque année je m'attelais à un tome de "La Recherche", savourant le style particulier mais souffrant comme beaucoup des digressions et de la chronologie anarchique, ces éléments qui constituent peut-être le génie de l'auteur mais qui ont fini par me rebuter.
"Sodome et Gomorrhe" est, comme l'indique son titre, un volet centré sur l'homosexualité tant masculine que féminine, un thème qui déjà ne m'attire pas particulièrement, non par pruderie mais simplement par manque d'intérêt.
Ce que je retiendrai de mon expérience proustienne, au final, c'est la remarquable évocation de cette Belle-Epoque tout en contrastes, celui du grand monde, celui du demi-monde et l'art de vivre à la française des classes dites supérieures. Les atermoiements du narrateur m'auront certes lassée mais resteront gravées dans mon esprit plusieurs scènes fortes et finement retranscrites, dans un souci aigu d'esthétisme, un peu trop maniéré à mon goût.

Challenge MULTI-DÉFIS 2019
Challenge XXème siècle - Edition 2019
Challenge PAVES 2019
Challenge SOLIDAIRE 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Charybde2
  05 septembre 2013
Le 4ème tome, point de bascule de l'ensemble et explosion du "point aveugle" de l'homosexualité.
Publié chez Gallimard également en deux volumes, en 1921 et 1922, le quatrième tome de "La Recherche", "Sodome et Gomorrhe", est aussi le dernier à avoir été publié du vivant de Proust, et donc le dernier auquel il ait pu consacrer les relectures fiévreuses lui ayant jusqu'alors toujours permis de maintenir la cohérence globale de son incroyable enchevêtrement chronologique.
Il s'agit sans doute du tome "central" de l'oeuvre, à la fois par sa position en "ligne de crête" entre la jeunesse et la vieillesse (il n'y a guère d' "âge adulte", en réalité, dans les 2 500 pages du roman), et par l'explosion (normalement inattendue du lecteur, même si elle a été fort soigneusement préparée par l'auteur) d'un grand "point aveugle" du roman, déterminant pour la lecture et pour le destin de nombreux protagonistes, à savoir l'homosexualité masculine ("Sodome") et féminine ("Gomorrhe").
La scène initiale du volume, sans doute l'une des plus célèbres de toute la Recherche, est très atypique, puisque terriblement « dans le vif du sujet », et sans fioritures, incluant le fameux parallèle avec le « vol du bourdon » : le narrateur est témoin oculaire – et ignoré - de l'un des secrets jusqu'alors les mieux gardés (en théorie) de Charlus, à savoir son homosexualité et sa recherche plutôt agressive de « rencontres » (même si le narrateur « âgé », depuis le bout de la Recherche d'où il écrit, avait bien entendu laissé nombre d'indices plus ou moins directs au lecteur), donnant l'occasion au narrateur d'un exposé décapant sur le statut social de l'homosexualité masculine en ce début de vingtième siècle. Fidèle néanmoins à sa manière désormais familière au lecteur de laisser le moins possible un élément de narration servir une seule cause, l'auteur poursuit l'un de ses tissages les plus chers, celui qui questionne sans relâche les apparences, et plante avec détermination certaines banderilles essentielles pour les deux tomes qui suivront.
« Dès le début de cette scène une révolution, pour mes yeux dessillés, s'était opérée en M. de Charlus, aussi complète, aussi immédiate que s'il avait été touché par une baguette magique. Jusque-là, parce que je n'avais pas compris, je n'avais pas vu. le vice (on parle ainsi pour la commodité du langage), le vice de chacun l'accompagne à la façon de ce génie qui était invisible pour les hommes tant qu'ils ignoraient sa présence. La bonté, la fourberie, le nom, les relations mondaines, ne se laissent pas découvrir, et on les porte cachés. Ulysse lui-même ne reconnaissait pas d'abord Athéné. Mais les dieux sont immédiatement perceptibles aux dieux, le semblable aussi vite au semblable, ainsi encore l'avait été M. de Charlus à Jupien. Jusqu'ici je m'étais trouvé en face de M. de Charlus de la même façon qu'un homme distrait, lequel, devant une femme enceinte dont il n'a pas remarqué la taille alourdie, s'obstine, tandis qu'elle lui répète en souriant : « Oui, je suis un peu fatiguée en ce moment », à lui demander indiscrètement : « Qu'avez-vous donc ? » Mais que quelqu'un lui dise : « Elle est grosse », soudain il aperçoit le ventre et ne verra plus que lui. C'est la raison qui ouvre les yeux ; une erreur dissipée nous donne un sens de plus. »
Cette dernière phrase, à l'échelle de l'ensemble de la Recherche, est particulièrement terrible, et contient presque tout le volume suivant, « La prisonnière », en gestation.
L'auteur, à la lumière de son violent et bref (24 pages) chapitre introductif, se permet ensuite, en un premier chapitre de 90 pages, une relecture de la présence de Charlus dans le monde, proposant au passage un décodage différent de l'univers Guermantes, à un moment où, de plus, l'affaire Dreyfus étend son ombre et ses clivages sur la France comme sur les salons. Dans un jeu à nouveau ironique, machiavélique, confinant déjà au tragique, voire au pathétique, qui s'emparera par la suite du baron, le narrateur nous donne à voir un tout nouveau Charlus, réitérant par exemple l'un de ses « numéros » passés, amplifiés, auprès de Marcel, sans savoir que celui-ci « sait ». Signe aussi que l'on est en train de passer la ligne de partage des eaux de la « Recherche », et que l'on glisse désormais, dans cette chronologie brouillée et parfois bien incertaine, qui, grâce au talent de l'auteur, reste de bout en bout réjouissante, la rencontre du narrateur avec un Swann malade, épuisé et prématurément vieilli, arrive comme un choc feutré, alors même que parallèlement les nouvelles « situations » d'Odette et de Gilberte sont en train de prendre leur essor (comme cela nous avait déjà été annoncé, à mots couverts, dès « Un amour de Swann »).
Le deuxième chapitre et le troisième chapitre, et leurs 250 pages à eux seuls, comptent parmi les plus denses en "événements" de toute la Recherche : avec le deuxième séjour à Balbec, surviennent ensemble la véritable naissance de "l'amour" (les guillemets me semblent ici indispensables) du narrateur pour Albertine, le début de l'asservissement amoureux et de la glissade sociale de Charlus, l'extraordinaire "zoom" sur le salon Verdurin "deuxième époque", loin des balbutiements des débuts, encore largement grotesque, mais préparant son envol, tout en jouant, comme à l'accoutumée désormais, avec la "résolution" de points posés il y a deux voire trois volumes (les Cambremer et les Legrandin, par exemple), et en préparant attentivement les cataclysmes des deux tomes suivants.
Surtout, la mécanique fatale au narrateur est désormais enclenchée, et semble d'ores et déjà impossible à arrêter : instruit par sa découverte de la nature de Charlus, le narrateur (dans son obsession inavouée, bien entendu) déchiffre désormais le monde à cette aune, et voit donc partout le lesbianisme rôdant autour d'Albertine, s'imaginant tour à tour des "choses" qui n'existent pas, et en ratant d'autres, presque évidentes pour le lecteur grâce à la duplicité du narrateur "âgé", qui intervient plus que jamais, pour annoncer, à la manière d'un Tirésias, les inexorables malheurs à venir.
Dans un sursaut de lucidité ou d'intelligence prémonitoire vis-à-vis de lui-même, c'est vers la fin de ce troisième chapitre que le narrateur semble tenter de rompre avec Albertine, apportant peut-être ainsi le salut à long terme. Las, le lapidaire chapitre final de "Sodome et Gomorrhe" (14 pages) voit un revirement brutal, dans un quasi-réflexe sur lequel le narrateur ironise vis-à-vis de lui-même, entre les lignes, tant apparaît reptilienne cette volonté de s'emparer "pour de bon" de quelqu'un qui semble devoir nous échapper - et l'on se doit d'ajouter, "surtout au profit d'autres femmes". Et ainsi Marcel clôt le tome en annonçant à sa mère sa ferme intention de se marier avec Albertine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
jeeves_wilt
  03 juin 2019
Première critique écrite avec plaisir, envie, car envie vraiment de faire lire cet auteur, c'est plus un avis, critique ça fait un peu trop littéraire pour un chômeur, vous ne trouvez pas?
C'est à la suite de la lecture d'une citation de Louis-Ferdinand à l'encontre de Marcel ; 300 pages pour expliquer que Tutur encule Tatave c'est trop long à mon goût, qui m'a donné la curiosité de lire l'ancêtre du premier.
Quoi de mieux qu'une lecture alternée, un derby, une comparaison, entre Céline (Guignol's band I et II) et Proust (Sodome et gomorrhe) pour se faire une idée de la justesse de cette citation, ou bien ?
Je me suis donné, étant ignare, inculque, en jachère les moyens d'avoir un regard des plus objectifs car ma critique a pour but d'orienter le futur lecteur (féminin itou) sur l'interêt de les lires(syllepse si jamais le s...!).
L'envoutement de ma personne se fit au Tome quatre d'à la recherche du temps perdu, c'est pas un hasard, voir le titre...!
Etonné positif, subjugué, biché par ce tome 4, il m'a piqué de sa plume l'ami Marcel, je l'ai trouvé charmant, humain, éloquent, bref un vrai gendre idéal.
D'abord j'ai lu le voyage, ensuite Mort à crédit, 1500 pages de Céline faut faire le ménage ensuite sinon vous culbutez la première qui passe, troussée positive, sans sommation, l'épée pas encore sorti du fourreau, sans penser à mal, juste enivré par l'écriture de l'auteur.
Mais qui peut contrebalancer un Céline? quel antidote?
Il l'a donné lui-même, Proust.
En effet ses deux auteurs se compètent, l'un ayant vécu avant l'autre c'est sur que Marcel influence Céline mais que la réciproque malheureusement n'a pas eu lieu, pour cause d'espace temps, on irait rit beaucoup.
Moi ce qui me plait chez les auteurs, ce sont ceux, comme le disait récemment Onfray dans une interview à Bordeaux pour son livre les simulacres, de nos jours tout est plat, aseptisé, prémaché, presque uniformisé, et sans caractère, à l'inverse ce sont les grandes gueules qui donnent du piment aux choses.
Preuve en est ce roman apologue exceptionnel d'humanité.
Les relations humaines mondaines expliqué par un de leur "Fou", "Agitateur", "Amuseur" je dirais sans aucune retenue, c'est assez osé, si j'ose dire.
Attention : c'est une avalanche de connaissance qui défile sous vos yeux et si vous pensiez tout savoir ou réviser pour un jeu télévisé, c'est le livre idéal, j'ai eu l'impression de ne jamais être allé à l'école...!
Quel boulot ça a du être d'écrire tout cela !
Les notes et explications sont essentiel pour savourer l'essence de l'oeuvre, même s'il ne m'en reste que peu au regard du volume, au moins chez Céline je retiens un peu c'est de l'argot, qu'utilise aussi Marcel mais avec sa classe évidemment parcimonieusement, encore un point commun.
Lisez, lisez, l'auteur de "La madeleine" exemple insignifiant de son oeuvre, proféré par des cuistres qui sans ça en choisirait un autre bien plus formateur pour notre civilisation de consommation, voilà, c'est dit, mais je ne reviendrais pas en arrière comme le héros de Sodome, ma rancune envers eux étant tassé.
Quatrième volume sur sept la vertu est franchie (In medio stat Virtus) extrait du volume bien évidemment! Je compte bien finir la recherche, piqué que je suis de cet auteur formateur et partageur d'interprétations de compréhensions, d'explications sur le genre humain, exceptionnel de véracité, de logique et de philosophie, bâti sur la connaissance et le savoir.
J'adore son genre fils à papa, dragueur souffreteux, et intello, tout à fait l'inverse de Céline, deux antagonismes, deux auteurs à lire ensemble, enfin, c'est ma recommandation, pour les réunir dans l'art littéraire, leur art.
Ce sur quoi je n'aurais jamais parié, pas même pour faire plaisir à ma grand-mère, et oui on a un point commun Macel et moi nous étions très proche de notre grand mère, à ce propos, veuillez excuser ma digression, Proust apporte par le truchement de sa maman et de sa grand-mère des principes éducatifs retrouvés chez Sartre, dans les Mots, et donc efficacent, merci à eux !
Important: Proust pas avant 40 ans et Céline surtout avant 15 ans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          83
keisha
  19 mars 2018
Sodome et Gomorrhe s'ouvre avec le passage où Charlus et Jupien se rencontrent et flashent l'un sur l'autre (et plus car affinités, d'ailleurs), ce qui permet à Proust un long développement sur ces hommes ne préférant pas vraiment les femmes. Ce cher Marcel sait de quoi il parle, ce n'est pas un scoop, même si dans son gros roman il refuse d'en donner l'impression.
Après une soirée chez la Princesse de Guermantes, Proust cite le nom de la baronne Putbus (et sa fameuse femme de chambre!) personnages qui jamais n'apparaîtront 'en vrai' dans le roman, nous reparle de Gilberte, de sa mère Odette, l'épouse de Swann, dont le salon monte tranquillement.
Vous arrive-t-il d'avoir 'sur le bout de la langue' le nom d'une personne? Les pages 650 et 651 sont pour vous.
" Une dame qui vint me dire bonjour en m'appelant par mon nom. Je cherchais à retrouver le sien tout en lui parlant; je me rappelais très bien avoir dîné avec elle, je me rappelais des mots qu'elle avait dits. Mais mon attention, tendue vers la région intérieure où il y avait ces souvenirs d'elle, ne pouvait y découvrir ce nom.Il était là pourtant. Ma pensée avait engagé comme une espèce de jeu avec lui pour saisir ses contours, la lettre par laquelle il commençait, et l'éclairer enfin tout entier. C'était peine perdue, je sentais à peu près sa masse, son poids, mais, pour ses formes, les confrontant au ténébreux captif blotti dans la nuit intérieure, je me disais : 'Ce n'est pas cela.' Certes mon esprit aurait pu créer les noms les plus difficiles. Par malheur il n'avait pas à créer mais à reproduire. Tout action de l'esprit est aisée si elle n'est pas soumise au réel. Là, j'étais forcé de m'y soumettre. Enfin d'un coup le nom vint tout entier: 'Madame d'Arpajon.' J'ai tort de dire qu'il vint, car il ne m'apparut pas, je crois, dans une propulsion de lui-même. Je ne pense pas non plus que les légers et nombreux souvenirs qui se rapportaient à cette dame, et auxquels je ne cessais de demander de m'aider (par des exhortations comme celle-ci: 'Voyons, c'est cette dame qui est amie avec Mme de Souvré, qui éprouve à l'endroit de Victor Hugo une admiration si naïve, mêlée de tant d'effroi et d'horreur'), je ne crois pas que tous ces souvenirs, voletant entre moi et son nom, aient servi en quoi que ce soit à le renflouer. Dans ce grand 'cache-cache' qui se joue dans la mémoire quand on veut retrouver un nom, il n'y a pas une série d'approximations graduées. On ne voit rien, puis tout d'un coup apparaît le nom exact et fort différent de ce qu'on croyait deviner."
Je renonce à citer la suite, aussi finement observée, et surtout le dialogue qui suit, entre l'auteur et le lecteur impatient de reprendre le cours du récit... Proust peut se révéler amusant, et surtout, bonnes gens, admettez que ses phrases peuvent être courtes (OK, parfois, pas toujours)
Arrive le célébrissime (OK pour les proustolâtres) passage Les intermittences du coeur. le narrateur se retrouve à Balbec, dont la chambre où il logeait, un certain été, celui des Jeunes filles en fleurs. Là subitement le 'calendrier des faits' coïncide avec 'celui des sentiments' et il réalise pleinement le décès d'une personne chère: 'je venais d'apprendre qu'elle était morte'. Ce n'est pas la première fois que je lis ce passage, mais c'est la première fois qu'il me touche autant, ayant vécu cela ... Proust n'est pas qu'un gentil visiteur frivole des salons, il sait aussi toucher au coeur ses lecteurs.
Balbec donc, où le narrateur a désormais ses marques, et fréquente par le petit train d'intérêt local les bonnes demeures des environs, retrouvant Albertine, ses amies, les Verdurin, les Cambremer, Charlus, Saint-Loup, et faisant connaissance de bien d'autres, Morel, les Cottard, etc. Y compris une certaine Céleste Albaret!!! (un hommage?)( p 847)
Passé présent et futur se fondent souvent dans une admirable fluidité. On s'amuse beaucoup, on s'émeut aussi, si on aime l'étymologie des lieux normands, on est ravi (c'est mon cas), on plaint ce pauvre Charlus et on s'agace du narrateur et de ses atermoiements avec Albertine (c'est mon cas!)
Tiens, voilà ce qu'il écrit à propos de Gilberte, mais qui en dit long sur son mode de fonctionnement
"Je n'avais plus envie de la voir, ni même cette envie de lui montrer que je ne tenais pas à la voir et que chaque jour, quand je l'aimais, je me promettais de lui témoigner quand je ne l'aimerais plus."(p 713)
Allez, on s'amuse
"Je sais qu'elle avoua plus tard à Cottard qu'elle me trouvait bien enthousiaste; il lui répondit que j'étais trop émotif et que j'aurais eu besoin de calmants et de faire du tricot." p 898)
Autres passages:
"Dans [le nom] d'un fin diplomate, D Ormesson, vous retrouvez l'orme, l'ulmus cher à Virgile et qui a donné son nom à la ville d'Ulm"(p 931)(oui, notre Jean d'O avait un père ambassadeur, un oncle diplomate)
"Le valet de chambre entra. Je ne lui dis pas que j'avais sonné plusieurs fois, car je me rendais compte que je n'avais fait jusque là que le rêve que je sonnais. J'étais effrayé pourtant de penser que le rêve avait eu la netteté de la connaissance. La connaissance aurait-elle, réciproquement l'irréalité du rêve?"(p985)
Lien : http://enlisantenvoyageant.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
chartel
  28 juillet 2011
Le thème de l'inversion est abordé dès les premières pages de ce quatrième tome de la Recherche avec un passage anthologique décrivant une scène d'approche entre le baron de Charlus et Jupien, coïncidant avec l'arrivée simultanée d'un bourdon sur une fleur.
Si le thème est bien prosaïque, Proust n'en demeure pas moins un grand esthète et fait encore éclater tous ses talents littéraires.
Autant masculine que féminine, l'homosexualité est partout, même là où on ne l'attend pas et n'a que faire des catégories sociales (Proust choisi ses personnages parmi tous les milieux pour bien le souligner). Bien que mieux acceptée aujourd'hui, l'inversion avant-guerre était sévèrement jugée, le procès d'Oscar Wilde en étant un bon exemple. le narrateur évoque donc tous les subterfuges employés par les homosexuels pour masquer leurs penchants qui ne suffisent pas à tromper sa grande acuité. Et il arrive parfois que l'effet donné soit complètement contraire à celui souhaité à cause d'une volonté trop marquée de cacher ses "vices".
Le personnage le plus emblématique de ce tome est le baron de Charlus, frère du Duc de Guermantes. Il introduit (si j'ose dire) le récit avec Jupien, mais montre tous ses talents de prédateur avec le jeune violoniste Morel.
Ne croyez pas cependant que Sodome et Gomorrhe ne traite que d'inversion. La description des ridicules mondains y est encore bien présente, que ce soit à Paris chez les Guermantes ou à Balbec, lors d'un second séjour du narrateur, chez les Verdurin ou les Cambremer. Ce dernier univers de la mondanité estivale est d'ailleurs magistralement présenté à partir de la ligne de chemin de fer qui relie toutes les petites localités voisines de Balbec. On découvre ainsi les multiples personnages comme l'on voyage d'une station à une autre.
Comme dirait la vieille Madame de Cambremer, c'est à croquer – délicieux – exquis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (87) Voir plus Ajouter une citation
MeduzanticMeduzantic   18 décembre 2015
[La marquise] avait deux singulières habitudes qui tenaient à la fois à son amour exalté pour les arts (surtout pour la musique) et à son insuffisance dentaire. Chaque fois qu'elle parlait esthétique, ses glandes salivaires, comme celles de certains animaux au moment du rut, entraient dans une phase d'hypersécrétion telle que la bouche édentée de la vieille dame laissait passer, au coin des lèvres légèrement moustachues, quelques gouttes dont ce n'était pas la place. Aussitôt elle les ravalait avec un grand soupir, comme quelqu'un qui reprend sa respiration. Enfin, s'il s'agissait d'une trop grande beauté musicale, dans son enthousiasme elle levait les bras et proférait quelques jugements sommaires, énergiquement mastiqués et au besoin venant du nez. Or je n'avais jamais songé que la vulgaire plage de Balbec pût offrir en effet une "vue de mer", et les simples paroles de Mme de Cambremer changeaient mes idées à cet égard. En revanche, et je le lui dis, j'avais toujours entendu célébrer le coup d’œil unique de la Raspelière, située au faîte de la colline et où, dans un grand salon à deux cheminées, toute une rangée de fenêtres regarde, au bout des jardins, entre les feuillages, la mer jusqu'au delà de Balbec, et l'autre rangée, la vallée. "Comme vous êtes aimable et comme c'est bien dit : la mer entre les feuillages. C'est ravissant, on dirait... un éventail." Et je sentis à une respiration profonde destinée à rattraper la salive et à assécher la moustache, que le compliment était sincère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
PilingPiling   20 mai 2009
Mais dès que je fus arrivé à la route ce fut un éblouissement. Là où je n'avais vu avec ma grand-mère, au mois d'août, que les feuilles et comme l'emplacement des pommiers, à perte de vue ils étaient en pleine floraison, d'un luxe inouï, les pieds dans la boue et en toilette de bal, ne prenant pas de précautions pour ne pas gâter le plus merveilleux satin rose qu'on eût jamais vu et que faisait briller le soleil ; l'horizon lointain de la mer fournissait aux pommiers comme un arrière-plan d'estampe japonaise ; si je levais la tête pour regarder le ciel entre les fleurs, qui faisait paraître son bleu rasséréné, presque violent, elles semblaient s'écarter pour montrer la profondeur de ce paradis. Sous cet azur une brise légère mais froide faisait trembler légèrement les bouquets rougissants. Des mésanges bleues venaient se poser sur les branches et sautaient entre les fleurs, indulgentes, comme si ç'eût été un amateur d'exotisme et de couleurs qui avait artificiellement créé cette beauté vivante. Mais elle touchait aux larmes parce que, si loin qu'elle allât dans ses effets d'art raffiné, on sentait qu'elle était naturelle, que ces pommiers étaient là en pleine campagne comme des paysans, sur une grande route de France. Puis aux rayons du soleil succédèrent subitement ceux de la pluie ; ils zébrèrent tout l'horizon, enserrèrent la file des pommiers dans leur réseau gris. Mais ceux-ci continuaient à dresser leur beauté, fleurie et rose, dans le vent devenu glacial sous l'averse qui tombait : c'était une journée de printemps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
MeduzanticMeduzantic   13 janvier 2016
- Ah ! oui, les voici, s'écria M. Verdurin avec soulagement en voyant la porte s'ouvrir sur Morel suivi de M. de Charlus. Celui-ci, pour qui dîner chez les Verdurin n'était nullement aller dans le monde, mais dans un mauvais lieu, était intimidé comme un collégien qui entre pour la première fois dans une maison publique et a mille respects pour la patronne. Aussi le désir habituel de M. de Charlus de paraître viril et froid fut-il dominé (quand il apparut dans la porte ouverte) par ces idées de politesse traditionnelles qui se réveillent dès que la timidité détruit une attitude factice et fait appel aux ressources de l'inconscient. Quand c'est dans un Charlus, qu'il soit d'ailleurs noble ou bourgeois, qu'agit un tel sentiment de politesse instinctive et atavique envers des inconnus, c'est toujours l'âme d'une parente du sexe féminin, auxiliatrice comme une déesse ou incarnée comme un double, qui se charge de l'introduire dans un salon nouveau et de modeler son attitude jusqu'à ce qu'il soit arrivé devant la maîtresse de maison. Tel jeune peintre élevé par une sainte cousine protestante, entrera la tête oblique et chevrotante, les yeux au ciel, les mains cramponnées à un manchon invisible, dont la forme évoquée et la présence réelle et tutélaire aideront l'artiste intimidé à franchir sans agoraphobie l'espace creusé d'abîmes qui va de l'antichambre au petit salon. Ainsi la pieuse parente dont le souvenir le guide aujourd'hui entrait il y a bien des années, et d'un air si gémissant qu'on se demandait quel malheur elle venait annoncer, quand, à ses premières paroles, on comprenait, comme maintenant pour le peintre, qu'elle venait faire une visite de digestion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
MeduzanticMeduzantic   15 décembre 2015
Bouleversement de toute ma personne. Dès la première nuit, comme je souffrais d'une crise de fatigue cardiaque, tâchant de dompter ma souffrance, je me baissai avec lenteur et prudence pour me déchausser. Mais à peine eus-je touché le premier bouton de ma bottine, ma poitrine s'enfla, remplie d'une présence inconnue, divine, des sanglots me secouèrent, des larmes ruisselèrent de mes yeux. L'être qui venait à mon secours, qui me sauvait de la sècheresse de l'âme, c'était celui qui, plusieurs années auparavant, dans un moment de détresse et de solitude identiques, dans un moment où je n'avais plus rien de moi, était entré, et qui m'avait rendu à moi-même (...). Je venais d'apercevoir, dans ma mémoire, penché sur ma fatigue, le visage tendre, préoccupé et déçu de ma grand'mère, telle qu'elle avait été ce premier soir d'arrivée ; le visage de ma grand'mère, non pas celle que je m'étais étonné et reproché de si peu regretter et qui n'avait d'elle que le nom, mais de ma grand'mère véritable dont, pour la première fois depuis les Champs Élysées où elle avait eu son attaque, je retrouvais dans un souvenir involontaire et complet la réalité vivante. Cette réalité n'existe pas pour nous tant qu'elle n'a pas été recréée par notre pensée (sans cela les hommes qui ont été mêlés à un combat gigantesque seraient tous de grands poètes épiques) ; et ainsi, dans un désir fou de me précipiter dans ses bras, ce n'était qu'à l'instant - plus d'une année après son enterrement, à cause de cet anachronisme qui empêche si souvent le calendrier des faits de coïncider avec celui des sentiments - que je venais d'apprendre qu'elle était morte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
MeduzanticMeduzantic   08 décembre 2015
Un de ces petits accidents, qui ne se produisaient guère qu'au moment où la brise s'élevait, fut assez désagréable. On avait fait croire à Mme d'Arpajon que le duc de Guermantes - en réalité non encore arrivé - était avec Mme de Surgis dans les galeries de marbre rose où on accédait par la double colonnade, creusée à l'intérieur, qui s'élevait de la margelle du bassin. Or, au moment où Mme d'Arpajon allait s'engager dans l'une des colonnades, un fort coup de chaude brise tordit le jet d'eau et inonda si complètement la belle dame que, l'eau dégoulinant de son décolletage dans l'intérieur de sa robe, elle fut aussi trempée que si on l'avait plongée dans un bain. Alors, non loin d'elle, un grognement scandé retentit assez fort pour pouvoir se faire entendre à toute une armée et pourtant prolongé par périodes comme s'il s'adressait non pas à l'ensemble, mais successivement à chaque partie des troupes ; c'était le grand-duc Wladimir qui riait de tout son cœur en voyant l'immersion de Mme d'Arpajon, une des choses les plus gaies, aimait-il à dire ensuite, à laquelle il eût assisté de toute sa vie. Comme quelques personnes charitables faisaient remarquer au Moscovite qu'un mot de condoléances de lui serait peut-être mérité et ferait plaisir à cette femme qui, malgré sa quarantaine bien sonnée, et tout en s'épongeant avec son écharpe, sans demander le secours de personne, se dégageait malgré l'eau qui mouillait malicieusement la margelle de la vasque, le Grand-Duc, qui avait bon cœur, crut devoir s'exécuter et, les derniers roulements militaires du rire à peine apaisés, on entendit un nouveau grondement plus violent encore que l'autre. "Bravo, la vieille !" s'écriait-il en battant des mains comme au théâtre. Mme d'Arpajon ne fut pas sensible à ce qu'on vantât sa dextérité aux dépens de sa jeunesse. Et, comme quelqu'un lui disait, assourdi par le bruit de l'eau, que dominait pourtant le tonnerre de Monseigneur : "Je crois que Son Altesse Impériale vous a dit quelque chose. - Non ! c'était à Mme de Souvré", répondit-elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Marcel Proust (151) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marcel Proust
LE FESTIVAL AUQUEL VOUS AVEZ [HÉLAS] ÉCHAPPÉ !
Nous étions heureux d'accueillir Joseph Ponthus en partenariat avec le CipM et la bibliothèque l'Alcazar. Alors que le confinement nous offrait l'occasion idéale de relire tout Proust, il s'est contenté plus modestement de répondre à son célèbre questionnaire…
À lire : Joseph Ponthus, À la ligne, Feuillets d'usine, La Table ronde , 2019.
http://www.ohlesbeauxjours.fr
autres livres classés : classiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Que savez-vous de Proust ? (niveau assez difficile)

De combien de tomes est composé le roman "A la recherche du temps perdu" ?

5
6
7
8

8 questions
433 lecteurs ont répondu
Thème : Marcel ProustCréer un quiz sur ce livre

.. ..