AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean Milly (Directeur de publication)Emily Eells-Ogée (Éditeur scientifique)
EAN : 9782080704771
Éditeur : Flammarion (04/01/1999)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 4.41/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Ce volume pourrait avoir comme sous-titre : Le Côté de Sodome. Le narrateur revient sur sa découverte de l'homosexualité du baron de Charlus qui lui inspire un rapprochement avec la condition des Juifs. Cette pause dans le récit (Sodome et Gomorrhe I) sert d'ouverture à Sodome et Gomorrhe II qui développe les mêmes thèmes. Le soir de cette découverte, les invités d'une soirée chez la princesse de Guermantes se révèlent sous un nouveau jour. La recherche du temps per... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
DD78
  16 juin 2013
Ce qu'il y a de bien dans la grande fresque de Proust, C'est la galerie des personnages, que l'on retrouve au gré de l'évolution de notre héros principal. Celui-ci perd d'ailleurs de notre estime: d'un jeune homme timide et cultivé, il entre dans une passe frivole, où son désir d'amusement dépasse sa vocation d'écrivain qu'il n'arrive pas à mettre en oeuvre.
Par contre, là où cela commence à être lassant, c'est la manie de Proust à restituer en totalité la vie mondaine du jeune homme, encore et toujours fasciné par les cercles, que ce soit celui des Guermantes ou bien ici celui des Verdurin. Si ces descriptions avaient le charme de la nouveauté dans "Le coté des Guermantes", cela devient ici quelque peu répétitif, voire rébarbatif.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
lanardlanard   19 novembre 2017
— Je veux savoir ce que vous disiez de Mécène. Ça m’amuse, moi, na ! » redit Mme Verdurin à Brichot, par une amabilité qui grisa celui-ci. Aussi pour briller aux yeux de la Patronne et peut-être aux miens : « Mais à vrai dire, Madame, Mécène m’intéresse surtout parce qu’il est le premier apôtre de marque de ce Dieu chinois qui compte aujourd’hui en France plus de sectateurs que Brahma, que le Christ lui-même, le très puissant Dieu Jemenfou. » Mme Verdurin ne se contentait plus, dans ces cas-là, de plonger sa tête dans sa main. Elle s’abattait, avec la brusquerie des insectes appelés éphémères, sur la princesse Sherbatoff ; si celle-ci était à peu de distance, la Patronne s’accrochait à l’aisselle de la princesse, y enfonçait ses ongles, et cachait pendant quelques instants sa tête comme un enfant qui joue à cache-cache. Dissimulée par cet écran protecteur, elle était censée rire aux larmes et pouvait aussi bien ne penser à rien du tout que les gens qui, pendant qu’ils font une prière un peu longue, ont la sage précaution d’ensevelir leur visage dans leurs mains. Mme Verdurin les imitait en écoutant les quatuors de Beethoven pour montrer à la fois qu’elle les considérait comme une prière et pour ne pas laisser voir qu’elle dormait. « Je parle fort sérieusement, Madame, dit Brichot. Je crois que trop grand est aujourd’hui le nombre des gens qui passent leur temps à considérer leur nombril comme s’il était le centre du monde. En bonne doctrine, je n’ai rien à objecter à je ne sais quel nirvana qui tend à nous dissoudre dans le grand Tout (lequel, comme Munich et Oxford, est beaucoup plus près de Paris qu’Asnières ou Bois-Colombes), mais il n’est ni d’un bon Français, ni même d’un bon Européen, quand les Japonais sont peut-être aux portes de notre Byzance, que des antimilitaristes socialisés discutent gravement surles vertus cardinales du vers libre. » Mme Verdurin crut pouvoir lâcher l’épaule meurtrie de la princesse et elle laissa réapparaître sa figure, non sans feindre de s’essuyer les yeux et sans reprendre deux ou trois fois haleine. Mais Brichot voulait que j’eusse ma part de festin, et ayant retenu des soutenances de thèses, qu’il présidait comme personne, qu’on ne flatte jamais tant la jeunesse qu’en la morigénant, en lui donnant de l’importance, en se faisant traiter par elle de réactionnaire : « Je ne voudrais pas blasphémer les Dieux de la Jeunesse, dit-il en jetant sur moi ce regard furtif qu’un orateur accorde à la dérobée à quelqu’un présent dans l’assistance et dont il cite le nom. Je ne voudrais pas être damné comme hérétique et relaps dans la chapelle mallarméenne, où notre nouvel ami, comme tous ceux de son âge, a dû servir la messe ésotérique, au moins comme enfant de chœur, et se montrer déliquescent ou Rose-Croix. Mais vraiment, nous en avons trop vu de ces intellectuels adorant l’Art, avec un grand A, et qui, quand il ne leur suffit plus de s’alcooliser avec du Zola, se font des piqûres de Verlaine. Devenus éthéromanes par dévotion baudelairienne, ils ne seraient plus capables de l’effort viril que la patrie peut un jour ou l’autre leur demander, anesthésiés qu’ils sont par la grande névrose littéraire, dans l’atmosphère chaude, énervante, lourde de relents malsains, d’un symbolisme de fumerie d’opium. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SZRAMOWOSZRAMOWO   26 décembre 2016
Oui, c’était de là qu’Albertine venait. C’était là que, dans chaque maison, elle était sûre de retrouver, soit l’amie de Mlle Vinteuil, soit d’autres. Les habitudes d’enfance allaient renaître, on se réunirait dans trois mois pour la Noël, puis le 1er janvier, dates qui m’étaient déjà tristes en elles-mêmes, de par le souvenir inconscient du chagrin que j’y avais ressenti quand, autrefois, elles me séparaient, tout le temps des vacances du jour de l’an, de Gilberte.
(...)
Comme jadis quand je voulais aller à Balbec, ce qui me poussait à partir c’était le désir d’une église persane, d’une tempête à l’aube, ce qui maintenant me déchirait le cœur en pensant qu’Albertine irait peut-être à Trieste, c’était qu’elle y passerait la nuit de Noël avec l’amie de Mlle Vinteuil : car l’imagination, quand elle change de nature et se tourne en sensibilité, ne dispose pas pour cela d’un nombre plus grand d’images simultanées. On m’aurait dit qu’elle ne se trouvait pas en ce moment à Cherbourg ou à Trieste, qu’elle ne pourrait pas voir Albertine, comme j’aurais pleuré de douceur et de joie !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lanardlanard   20 novembre 2017
Les distances ne sont que le rapport de l’espace au temps et varient avec lui. Nous exprimons la difficulté que nous avons à nous rendre à un endroit, dans un système de lieues, de kilomètres, qui devient faux dès que cette difficulté diminue. L’art en est aussi modifié, puisqu’un village, qui semblait dans un autre monde que tel autre, devient son voisin dans un paysage dont les dimensions sont changées. En tout cas, apprendre qu’il existe peut-être un univers où 2 et 2 font 5 et où la ligne droite n’est pas le chemin le plus court d’un point à un autre, eût beaucoup moins étonné Albertine que d’entendre le mécanicien lui dire qu’il était facile d’aller dans une même après-midi à Saint-Jean et à la Raspelière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lanardlanard   20 novembre 2017
Quand, pour une raison quelconque, on introduit une fois pour toutes un changement dans le calendrier, ou dans les horaires, si on fait commencer l'année quelques semaines plus tard, ou si l'on fait sonner minuit un quart d'heure plus tôt, comme les journées auront tout de même vingt-quatre heures et les mois trente jours, tout ce qui découle de la mesure du temps restera identique. Tout peut avoir été changé sans amener aucun trouble, puisque les rapports entre les chiffres sont toujours pareils. Ainsi des vies qui adoptent « l'heure de l'Europe Centrale » ou les calendriers orientaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Marcel Proust (123) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marcel Proust
« Du côté de chez Swann » et « Le Temps retrouvé », ouverture et clôture d’« À la recherche du temps perdu », sont deux arches de bienvenue et d'adieux construites en parallèle, sur lesquelles prend son assise le chef-d'œuvre de Marcel Proust. Ces deux textes définissent « La Recherche », cette histoire de vocation, de salut par l'écriture.
Le comédien Jean-Louis Trintignant a enregistré ces extraits choisis de « La Recherche » en 1987. Son interprétation mûre en fait un des plus grands succès de La Bibliothèque des voix.
Pour fêter les 40 ans de la collection, les éditions des femmes-Antoinette Fouque rééditent cet enregistrement d'anthologie.
Musique : « Sonate pour violon et piano » de César Franck, production Etcetera.
Direction artistique : Michelle Muller.
+ Lire la suite
autres livres classés : homosexualitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Que savez-vous de Proust ? (niveau assez difficile)

De combien de tomes est composé le roman "A la recherche du temps perdu" ?

5
6
7
8

8 questions
456 lecteurs ont répondu
Thème : Marcel ProustCréer un quiz sur ce livre