AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782378340063
368 pages
Éditeur : Stéphane Marsan (14/08/2019)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 23 notes)
Résumé :
« Je vais rassembler tous les petits morceaux que tu as cassés, cachés dans les tiroirs, balayés sous le tapis, et je me reconstruirai. Je deviendrai ce que j’ai toujours voulu être. Je ne renoncerai pas aux rêves que tu t’es acharné à briser. » Kathryn Brooker, respectable épouse et mère de famille, vient d’assassiner son mari. Derrière la brutalité de ce meurtre, il y a le poids du silence. Pendant quinze ans, elle a subi des sévices physiques et psychologiques sa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
Ydamelc
  08 septembre 2019
Il est mort cette ordure !!!
Et j'espère bien que vous prendrez autant de plaisir que moi en découvrant son agonie...
En la savourant, même...
Elle l'a tué !
Cette pure pourriture ne méritait pas mieux...
15 ans de destructions psychologiques.
15 ans de sévices physiques, d'humiliations.
15 ans à fermer sa gueule, à subir dans le silence, loin des regards de tous.

A la lumière, il a su briller, être respecté de tous.
Mais dès les portes du foyer familial fermées, le proviseur dévoilait sa vraie nature...
Celle d'un manipulateur, d'un putain de pervers narcissique, doublé d'une crevure !
Celle d'un monstre qui ne prend plaisir qu'à rabaisser, briser, détruire la femme qui partage sa vie.
Par les actes, les blessures, les mots...
Même pour les enfants, c'était normal qu'on "parle" comme ça à maman...
15 ans, de résignation...
A se persuader qu'elle ne méritait que ça...
Jusqu'au geste de trop.
Celui qui déclenchera le déclic pour se libérer de son emprise.
Une seule solution. Le tuer.
Et pour le pire, c'est le récit poignant de Kathryn.
De ce qu'elle a vécu pendant ces nombreuses années, auprès de son tyran de mari et père de ses 2 enfants.
De ses années de prison.
Mais surtout de sa reconstruction.
Parce que, le chemin est très long...
Parce que, il y a les incompréhensions malgré les faits.
Parce que, il était un bon père pour ses enfants.
Parce que, les dégâts ne s'arrêtent pas à la mort du bourreau...
L'histoire d'une femme aussi forte que fragile à la fois.
Un roman qui a su me toucher profondément.
Un sujet, tragique, révoltant, si fort, si saisissant, abordé avec délicatesse et sobriété. Avec une grande pudeur.
Un livre auquel on ne peut rester insensible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          496
ValerieLacaille
  01 septembre 2019
Je referme ce roman et déjà, j'ai une certitude : il va me hanter longtemps. Je sens bien qu'il ne va pas m'être possible d'oublier le personnage de Kathryn Brooker de sitôt. La plume habile d'Amanda Prowse m'a permis de côtoyer cette femme, héroïne de papier, dont la vie n'a rien d'un conte de fée. Combien de fois ai-je eu une boule dans la gorge ou le ventre contracté à la lecture d'un passage ? Impossible de les compter. Ces moments de lecture, si bien écrits, peuvent se montrer éprouvants car l'auteure sait créer une réelle empathie entre son personnage et le lecteur. J'avoue avoir eu les larmes aux yeux, en même temps que Kathryn lors d'un passage particulièrement éprouvant au niveau de la violence psychologique que lui fait subir son mari, Mark. Je ne dirai pas lequel, par discrétion…
Mais quel monstre que cet homme ! Impossible de me rassurer en me disant qu'il ne s'agissait qu'un personnage de fiction : les actualités nous révèlent trop souvent l'existence de ces pervers narcissiques qui ne savent se réjouir qu'en humiliant leur épouse. Mais là, sachez que nous sommes encore au-delà… Chez les Brooker, l'humiliation passe par des actes de torture.
Kathryn assassinera son mari.
Cet acte étonnera leur entourage ; leurs deux enfants en premier lieu. Car cette épouse modèle a toujours tu son calvaire et joué le rôle de l'épouse et mère épanouie.
Se taire pour ne pas risquer de perturber les enfants…
Le choix de ce texte par l'éditeur Stéphane Marsan est vraiment judicieux en cette période « post- #Metoo » car il narre sous forme fictionnelle le calvaire qu'endurent des milliers (millions ?) de femmes à travers le monde. Car outre Kathryn, d'autres femmes elles aussi malmenées par les hommes ou la vie traversent le roman.
C'est parce qu'il est si justement sensible à la cause féminine que Stéphane Marsan a choisi de publier ce texte en cette rentrée littéraire. Sa maison d'édition, créée en mars 2018, publie une dizaine de romans par an ; des récits qui sont donc choisis avec soin. Dans le cas de celui-ci, c'est Claire Kennedy, l'éditrice d'Amanda Prowse qui a proposé ce texte à notre éditeur français, se doutant que l'émotion qu'il engendre saurait séduire le lectorat français. Deux éditeurs qui ont vu juste quant à la pertinence de ce récit qui mérite d'être lu, partagé, débattu autant par des lectrices que par des lecteurs… du monde entier.
Sa construction, basée sur une narration alternée qui revient sur les « racines du Mal » et sur la vie après la prison de Kathryn, qui tente de se reconstruire, permet de comprendre les étapes qui ont mené notre personnage principal là où elle en est au tout dernier chapitre, permet de construire un suspens addictif tout en permettant au lecteur d'aborder la vie des Brooker avant de se faire son propre avis sur la culpabilité de Katryn.
Bref, un roman brillant, utile et vraiment émouvant. Une pépite dans toutes ces publications de la rentrée littéraire de septembre 2019.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          195
Luxi
  14 octobre 2019
"C'était un monstre qui se faisait passer pour un homme qu'il n'était pas, et j'étais une victime qui se faisait passer pour une femme que je n'étais pas… Reconnue coupable."
Cette citation résume à elle seule le roman d'Amanda Prowse : révoltant, puissant, déchirant.
Cette chronique sera courte parce que j'ai vécu un gros blocage avec ce roman et que je n'arrive pas à en parler. Pour être plus précise, j'ai refermé le livre après une scène atroce et ne l'ai plus rouvert avant des jours.
Nous suivons donc Kathryn Brooker sur plusieurs périodes de sa vie : la femme qu'elle était au moment du drame, il y a dix ans, lorsqu'elle a assassiné son époux, et puis l'après-prison, tout ce qu'elle a dû soigner en elle, dépasser et reconstruire. Parce que le monstre est mort mais c'est elle qu'on accuse et qu'on enferme, c'est encore elle qui paye. Kathryn est une héroïne sublime dans ses doutes et ses errements, ses instants de lumière aussi, et porte ses "cicatrices de bataille" avec une détermination et une force d'âme admirables.
Les premières pages du livre sont surprenantes et mémorables. La plume d'Amanda Prowse sonne intimiste, mêlant la douceur à la délicatesse ; ses dialogues sont réalistes et ses personnages hautement inspirants. Pas de leçon de morale dans cette fiction qui nous livre un tableau glaçant d'une femme que l'on brise dans sa chair et son âme, mais qui parvient pourtant à se réparer comme elle peut pour se bâtir une seconde vie.
C'est un roman dur et cruel dans les faits qu'il raconte mais c'est surtout le témoignage d'une résilience, lorsque l'être humain est plus fort que ce qu'on lui a fait subir. C'est l'histoire d'un lent et long cheminement de l'horreur jusqu'à la lumière du jour. C'est l'histoire de tous ces non-dits et faux semblants qui pourrissent une famille, ces masques qu'on porte pendant des années jusqu'au jour où, devenus suffocants, on les brise dans la fureur.
Trop violent pour moi au moment où je l'ai lu mais magnifique et porteur d'un désir de vivre inouï. Merci à Babelio et aux éditions Stéphane Marsan pour cette lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LireEnBulles
  08 novembre 2019
Amanda Prowse est une auteure britannique vivant actuellement à Bristol avec son mari et ses deux enfants. Avant de se lancer dans l'écriture, elle a travaillé pendant dix ans en tant que consultante en management. Elle apparaît également de manière régulière dans des programmes en journée sur les chaînes britanniques, en radio, et en radio où elle est connue pour son humour et son sens de l'observation sur la nature humaine. du côté de l'écriture, on peut dire d'elle prolifique puisqu'elle compte une vingtaine de romans à son actif, ainsi qu'une dizaine d'histoires courtes, traduites en plusieurs langues. Plusieurs de ses ouvrages ont figuré dans le classement des Best Sellers, avec plusieurs prix à la clé. Citons les One Love, Two Stories, Lake Union, Another Love, Perfect Daughter, ou encore A Mother's Story traduit sous le titre Histoire d'une mère, L'autre femme de mon mari (mon avis ici), tout deux édité en français chez Milady. Et pour le pire (What Have I Done ?) est paru en VO en 2013, et arrive cette année aux éditions Stéphane Marsan.
Kathryn Brooker est une épouse modèle et respectable. Mère de famille et mariée à Mark, ils forment un couple à l'apparence parfaite. Un jour, elle passe un coup de fil à la police et annonce qu'elle a tué son mari. Arrêtée, Kathryn va dévoiler le sombre secret de sa vie sur 15 ans de violence subie sous les coups et les mots de son mari. Stupeur dans l'entourage, Kathryn va devoir expliquer ce qu'elle a vécu, encaisser les critiques et les regards accusateurs, tout en tentant de se reconstruire en aidant d'autres femmes en détresse.
Et pour le pire est un roman qui aborde de plein fouet les violences conjugales. Un sujet dur à traiter du point de vue de l'écriture pour l'auteure mais également pour le lecteur qui le lis. Kathryn est un personnage écrit avec bienveillance et possédant un regard très réaliste sur sa situation et surtout la gravité de son geste. En aucun elle ne va tenter de se cacher derrière une folie passagère ou quoique se soit. C'est une femme qui dans un premier temps va se livrer à son avocat et ami Roland. Comme lui, le lecteur est invité à replonger dans le passé de cette femme qui a tout de suite subi la violence psychologique et physique de l'homme qui partageait sa vie. Comme souvent dans ce genre de cas, cela commence par des remarques désobligeantes, jusqu'à se transformer en insultes, pour se terminer par les coups. Malgré le thème, Amanda Prowse ne tombe pas dans la surenchère et dans les moments chocs simplement pour marquer l'esprit. Au fur et à mesure, nous découvrons comment un homme à l'apparence si douce pour les autres était en réalité un véritable pervers narcissique. La narration alterne entre passé et le présent, qui sont séparés par 10 ans. Nous faisons donc la connaissance de deux Kathryn. L'une privée de liberté dans le moindre de ses faits et gestes, dans sa manière de s'habiller, etc., et l'autre après sa détention qui va découvrir, enfin, ce que c'est d'être libre. Dans les deux cas, les difficultés sont nombreuses, mais Kathryn est une femme de courage. le lecteur ne peut que sympathiser avec elle malgré son geste que la justice condamne et de nombreuses personnes aussi. L'auteure invite chaque lecteur à analyser la situation de Kathryn et la violence conjugale de manière dans notre société.
La plume d'Amanda Prowse possède toutes les caractéristiques particulières du style britannique. Entre la scène du début où l'héroïne appelle la police pour se dénoncer qui surprend et les moments plus sombres, l'auteure arrive immédiatement à capter notre attention. La lecture s'avère fluide, agréable, pleine de sagesse et de matière à réfléchir. L'édition papier du livre par Stéphane Marsan se bien en main et possède une bonne qualité d'impression. Comme toujours le choix d'illustration de couverture est toujours dans le mile.
En conclusion, Et pour le pire est un roman qui ne laisse pas indifférent aussi bien au niveau du sujet et de son personnage féminin, que du style de l'auteure. Une lecture touchante de fiction mais qui, malheureusement, est vécue par de trop nombreuses femmes à travers le monde. Un roman beau pour des dizaines de raisons, que l'on ne peut que trouver inspirant à bien des égards.
Lien : https://lireenbulles.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
thebooktaster
  01 novembre 2019

Aujourd'hui je vous parle d'une lecture émouvante celle de Et pour le pire de Amanda Prowse.
Sujet plus que d'actualité, Et pour le pire, j'en attendais le meilleur. Je ne fus point déçue. Roman difficile de par sa thématique sur les violences conjugales mais roman très bien construit.
On va suivre Kathryn qui dès le début annonce qu'elle a tué son mari. Après le récit est entrecoupé de flash-back de sa vie d'avant le drame et de sa situation actuelle.
Comme d'habitude avec ce genre de thématique je passe par plusieurs sentiments. Celui d'injustice et de colère face aux agressions subies par l'héroïne et la compassion et l'empathie pour cette héroïne qui tente de se reconstruire.
C'est toujours délicat de faire un roman sur ce sujet et je trouve que celui-ci est très bien construit car il raconte aussi l'après. Pas juste les moments horribles mais aussi les moments de réadaptation à une nouvelle vie, sans vivre dans la peur. Un beau roman sur les secondes chances. Ce n'est pas un thriller ou un polar c'est vraiment un roman mais il est très intéressant, surtout dans la manière d'aborder le sujet.
Un livre intelligent, parfois difficile mais toujours optimiste. Une lecture que je recommande si vous voulez découvrir un sujet complexe mais très bien traité. Je recommande aussi l'excellent Les blessures du silence de Natasha Calestreme qui sur fond de thriller évoque ce sujet. Et dans un registre différent car il s'agit vraiment d'un pur thriller, Perfide de Hollie Overton. Je n'avais jamais autant détesté un personnage dans un roman 😅
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
YdamelcYdamelc   16 août 2019
Je vais rassembler tous les petits morceaux que tu as cassés, cachés dans les tiroirs, balayés sous le tapis et fourrés derrière des coussins, et je me reconstruirai. Je deviendrai ce que j'ai toujours voulu être. Je ne renoncerai pas à tous ces rêves que tu t'es acharné à briser.
Commenter  J’apprécie          190
ValerieLacailleValerieLacaille   28 août 2019
- Si je ris, c'est parce que ça fait dix-huit ans que j'aurais voulu que quelqu'un s'inquiète pour moi et me vienne en aide. Mais à présent, pour la première fois depuis que je me suis mariée, je n'ai plus besoin qu'on se soucie de moi: je suis enfin en sécurité.
Commenter  J’apprécie          30
mimo26mimo26   07 novembre 2019
— Ici les urgences, quel service demandez-vous ?

— Oh, bonjour, euh… je ne sais pas trop quel service demander.

— Vous ne savez pas ?

— Je pense qu’il faudrait la police ou une ambulance… Peut-être les deux. Désolée. Comme je disais, je ne suis pas trop sûre…

— Puis-je vous demander la raison de votre appel, madame ?

— Oh, oui, bien sûr. Je viens d’assassiner mon mari.

— Pardon, vous avez fait quoi ? La ligne est très mauvaise.

— Oh, je sais. Je suis désolée, je vais essayer de parler un peu plus fort. On a toujours une très mauvaise liaison, ici, même quand je passe un appel local. C’est parce que je suis en haut, dans la grande chambre, et la réception est vraiment mauvaise. Mon fils pense que c’est peut-être dû aux arbres tout autour. On en a coupé il y a un an, mais je ne crois pas que ça ait changé quoi que ce soit. En plus, on a des interférences avec les ordinateurs du bâtiment d’à côté. On voulait faire venir quelqu’un, mais on oublie toujours. Bon, bref. Je disais : j’ai assassiné mon mari.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
mimo26mimo26   07 novembre 2019
Kathryn Brooker regardait la vie s’écouler de lui, convaincue qu’elle pouvait voir l’esprit noir se glisser hors de son corps comme un serpent et disparaître à travers le plancher dans un tourbillon sans fin. Elle s’appuya sur le dossier de sa chaise et prit une profonde inspiration. Elle s’était attendue à éprouver de l’euphorie, ou au moins du soulagement. Ce qu’elle n’aurait pas pu prédire, c’était l’engourdissement qui l’enveloppait à présent. Elle songea à ses enfants, qui dormaient dans la pièce d’à côté, ferma les yeux et espéra qu’ils profitent d’un long sommeil paisible, car elle savait que ce ne serait plus le cas avant longtemps. Quelle que soit la situation, elle se préoccupait toujours de ce qui était meilleur pour eux.

La pièce semblait vide malgré le corps dégoulinant de sang allongé au milieu du lit. Il y régnait une atmosphère paisible, une température idéale.

Kathryn remarqua qu’elle ne ressentait qu’une pointe de déception. Elle s’était attendue à plus d’émotions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   16 août 2019
Ma vie m’a semblé tellement dénuée d’intérêt, comme si ce qui m’arrivait était sans conséquence. Je suis devenue invisible. Très souvent, je parle et personne ne m’entend. Plus tôt aujourd’hui, il s’est passé quelque chose qui m’a transformée, Roland. Je ne peux pas dire que c’était un grand événement, ni même un événement mémorable, mais quelque chose s’est passé, et j’ai su que j’en avais assez supporté. L’heure était venue. Mon heure était venue.

Il réfléchit à ce qu’elle venait de dire et décida de ne pas lui demander tout de suite ce qui, au juste, l’avait transformée.

— Tu dois peser tes mots, Kathryn. Je veux que tu penses avec beaucoup, beaucoup d’attention à ce que tu dis, et à qui tu t’adresses. Tes paroles et tes actes à partir de maintenant peuvent avoir un impact déterminant sur la suite des événements. Toute information qui sortira de ta bouche sera enregistrée et aura des conséquences sur ton avenir.

Le même petit rire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : violences conjugalesVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1973 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre