AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791092387858
Éditeur : Éditions Underground (15/03/2019)

Note moyenne : 5/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Les flics s’affolent. De multiples homicides aux modi operandi aussi étranges qu’atroces ont été commis. Le responsable aime jouer avec le psychisme de ses victimes. Pris au piège, des hommes doivent se plier à une seule règle pour survivre : obéir et souffrir. Mais parviendront-ils à supporter ce qui les attend ? Car le prix que le maître du jeu a fixé est exorbitant. Qui se cache derrière ces scénarios macabres ? Et quelles sont ses motivations ? Pris dans une fol... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Soukiang
  05 juillet 2019
Cachez-vous des cadavres dans votre placard ?
N'avez-vous jamais eu cette impression de vivre avec une épée de Damoclès au-dessus de votre tête ?
A partir d'un prologue à vous glacer le sang, ce thriller va vous faire mordre la poussière graduellement, au point d'en ressentir toutes les effluves nauséabondes, comme ces eaux usées qui serpentent dans les caniveaux, vous en retiendrez votre respiration, il est crucial de vous mettre dans cette zone de non retour, une histoire qui continuera à titiller vos neurones bien après le mot FIN, ne serions-nous pas des pantins manipulés par des puissances obscures ?
Ce qui importe dans les thrillers est ce point de rupture des personnages avec leur environnement familier, désarticulés ou poussés dans leur limite, il n'existe aucun moyen de prévoir jusqu'où l'être humain peut défier l'entendement, parfois cela peut être ... pire que la mort !
Après avoir découvert la plume de l'auteur niçois avec L'âme au fond et Kirsten, un recueil de nouvelles et un roman dans le registre de l'horreur et du fantastique qui restent encore prégnant dans ma mémoire de lecteur accro au genre, en attendant de découvrir Les initiés (en collaboration avec Frédéric Livyns et édité chez Sema), il me tardait de replonger dans l'univers particulier de Sebastien Prudhomme-Asnar avec un pur thriller, que je qualifierai d'alternative en l'espèce, c'est d'ailleurs le slogan de l'éditeur Éditions Underground, l'alternative littéraire, une couverture signée Julien Lesne qui vous convie dans une dimension spéciale, celle de tous les possibles et de tous les excès, bienvenue en enfer !
3
Fort de références culturelles cinématographiques (Saw, Une nuit en enfer, Evid Dead ...), cette histoire est de celle qui transcende le simple pitch de départ, un huis-clos dans lequel des personnages se retrouvent emprisonnés sans savoir encore qu'ils sont tombés dans un piège machiavélique, l'ambiance vire rapidement au cauchemar absolu, chacun cherche encore à comprendre comment ils en sont arrivés là, cette sensation étouffante d'évoluer dans cette promiscuité grandit au fur et à mesure des révélations du cadeau empoisonné, définitivement anxiogène, développer les états d'âme et les raisons d'être laissent à penser qu'un maître se cache derrière tout le scénario macabre à l'oeuvre, l'atmosphère malsaine et poisseuse se transforme en une boîte prête à déflagrer tout azimut, sans concession et remise de peine, la narration implique des sentiments paradoxaux face à la peur et à l'inconnu, un style qui se joue des personnages entre violence extrême et l'humour noir, ce froid sinueux gouttant dans vos veines succède une forme de jubilation, reste que tout devient nauséeux et suffisamment percutant pour tourner les pages avec une curiosité avide.
2
Ce n'est pas le protagoniste borderline, ex-flic et désormais enquêteur privé, qui contredira l'expression "Ne jamais se fier aux apparences", jamais les rebondissements ne jaillissent d'une pichenette par hasard, pour Tobias D'hordain, tourmenté par un passé nébuleux, loin d'une mission de routine, s'il est le fer de lance de ce récit diabolique, entre un suspense alliant phases en staccato et crescendo, la musique a une place importante dans la tonalité de l'écriture, ne pas hésiter à se reporter, en parallèle à la lecture, à la Track list figurant en fin de livre pour s'imprégner de ces plages sonores, de AC/DC à Marylin Manson en passant par Metallica ou Janis Joplin, la musicalité des riffs en exergue et la pertinence des titres choisis n'est pas fortuite pour comprendre les différentes thématiques, de la responsabilité parentale à la culpabilité, de ces démons intérieurs empoisonnant l'âme au poids des décisions, les regrets devront attendre encore un peu avant de se trouver une place au coeur de certains personnages, en proie à une faim insatiable ou vénale, les sentiments libérateurs en gestation suscite l'envie d'éprouver une certaine empathie plutôt que le dégoût et la malsaine attirance, chacun scrutera ce besoin de confidences, comme si l'urgence de la situation faisait se précipiter le moment irréversible.
1
Entre Gunfight survitaminés et courses-poursuites digne des meilleurs séquences du genre, la générosité des détails écrase quelque peu des situations rocambolesques ou tirés par les cheveux, la plume de l'auteur a clairement évolué depuis ses premiers écrits, là où le style épuré laissait transpirer son amour pour la littérature de genre (horreur, fantastique ...), cette nouvelle direction est toujours un pari risqué, J.K. Rowling ne s'y est pas trompée en clamant "Tout est possible si vous avez assez d'audace", autant le dire clairement, Pire que la mort est un page-turner qui oscille entre effroi d'un monde à la dérive et un plaisir viscéral de lecture , découvrir une galerie de personnages ambivalents dans leur chair et état d'âme, tous plus captivant les uns que les autres, c'est l'avantage du roman de creuser en profondeur le champ sémantique et de réflexions, perte de contrôle et lucidité à toute épreuve, la peur de la vérité impliquant une responsabilité à affronter ses erreurs, passé et présent se mêlent dans une joute scabreuse pour tirer son épingle du jeu, l'action frénétique flirte avec les frontières de la mort, la vie devient le siège de la citadelle contre laquelle chacun cherchera à en affaiblir les prémices, étouffer l'oeuf avant qu'il n'éclot pour le meilleur mais surtout le pire !
0
La souffrance de l'être humain est proportionnel aux actes délictueux qu'il aura laissé dans son sillage, serait-il possible d'en mesurer la portée à l'échelle de l'univers, défricher un terrain pour semer de nouvelles graines aura-t-il le même effet que de chercher plutôt à en comprendre la source du mal, couper les jambes n'empêche pas de continuer à avancer autrement, il est des ramifications qui dépassent la logique des choses, le hasard ne naît-il pas d'une puissance divine, cette feuille morte qui tombe de l'arbre, le nuage qui traverse votre champ de vision ne cache-t-il pas une autre réalité ?
-1
Si vous cherchez à sortir de votre espace confortable de lecture, si vous survivez à cette expérience sensorielle, en apnée, peut-être alors entendrez-vous la petite voix intérieure vous invitant à faire le grand plongeon dans le tourbillon de la vie et de ... la mort ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Lect71
  14 mars 2019
Un roman que j'ai lu deux fois. La première, au moment où l'auteur achevait son histoire en cherchant une voie pour son tapuscrit. La seconde lorsque que les voix des Editions Underground se sont prononcées favorablement pour sa parution et sa mise en avant, histoire de voir ce que l'auteur avait changé à l'original et si le fil de l'écrit n'avait pas été sacrifié pour l'occasion.
L'honneur est sauf !
Qu'y-a-t'il de pire que la mort ?
« Rien ! » me diront les " petits cancres, là ", au fond de la bibliothèque.
Erreur ! lecteurs en marge d'une annotation.
Il existe ce roman.
Un récit qui décoiffe tout sur son passage avec son côté psychologiquement orienté horrifique, ascendant pervers.
Un programme sur mesure que je vous livre, façon flashs et projecteurs pour éclairer sans éblouir et pour rester dans les tons de l'impact lecture.
Certes le registre de l'auteur n'est pas celui de ses autres ouvrages, il n'en ressort pas moins que ça sent le sang et quand on perd son sang froid, c'est pas bon signe.
Gardons donc la trousse de secours à portée de main.
Ça sent le vomi, apporter une gerbe pour les funérailles.
Du champagne et des Ardennes, liquide moi ça à coup de calibre à bulles.
De la voiture de luxe pour que la course devienne poursuite.
Des marques de fabrique pour mélange des classes.
Des protagonistes atypiques, bien décrits, aux tempéraments de feux et futur(e)s feu(e)s.
Des prénoms de renoms Bernard, Michael, Kevin, le Piaf, Celia, Gaby et bien d'autres. Je pense également à Malaussenat, un nom à faire de la politique.
On fait dans le confort cosy pour effectuer les sales besognes ; c'est mondain pour de grossiers personnages qui fument, enfument les poumons de substances substantiellement illicites.
Une lecture qui préserve, hâtif ou non. Une lettre qui change tout dans ce monde, le « i » et un vol devient un viol, mais ça c'est une métaphore pour les forts.
Un roman huis clos en plein air, sur fond de musique et de peur, de questionnement, d'attente.
C'est agressif par le verbe, hargneux par le geste, sexuel par la pensée, cruel pour la victime, dérangeant pour la morale.
On s'agite pas seulement du bocal mais aussi du corps.
Psychologie et action, on maltraite le mal et le mâle traite le bien des êtres.
Tobias, avance et recule comment veut-il qu'on ... l'entende. Il reste en phase avec sa vision d'un jeu qui en vaut la chandelle à condition de ne pas être de mèche.
Bref, « Pire que la mort », ça ressuscite le lecteur.
L'écriture est instinctive comme une survie. La trame ne s'effiloche pas. La fin justifie les moyens et la faim de savoir attise l'appétit.
On sort un peu essoufflé parce que la vitesse nous grise mais on se sent mieux lorsque la violence cesse. Peut-être parce qu'on est devenu « Pire que la mort ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Sagweste
  23 mai 2019
Je remercie l'auteur et les éditions Underground pour m'avoir fait confiance dans la lecture de ce roman.
J'ai connu l'auteur grâce aux réseaux sociaux lors de la sortie de "Kirsten" qui m'avait enchantée: un thriller gore, marquant par l'imagination et la justesse de la plume de Sébastien Prudomme Asnar. Aussi j'avais hâte de le lire de nouveau et je suis conquise!
Ici bien sûr pas de terrifique mais un thriller à 100 à l'heure avec un héros à la fois antipathique et charismatique, opportuniste mais également accrocheur. Il est tenace comme un chien devant son os, il fouille, farfouille, déniche, forge de multiples élucubrations pour finalement suivre son instinct. Celui-ci est d'une intelligence rare, sensible et très fin.
Il met les pieds dans le plat, là où ça fait mal, là où il souffrira physiquement et moralement (bon les autres aussi hein!!), cela en devient, certaines fois, un roman noir, pour mon plus grand plaisir. Oui c'est un personnage borderline, mais son humanité m'a plue.
L'auteur ne nous épargne aucune description plus ou moins sanguinolente, j'y ai retrouvé sa 'patte', mettre le lecteur en émoi, le tenant sous une tension qui ne redescend jamais.
C'était une lecture jubilatoire, de celle qu'on ne veut pas lâcher, où l'on a envie de discuter toutes les 3 secondes avec l'auteur pour lui donner son ressenti en direct à chaque passage glauque, malsain mais si réaliste (sans spoiler, la scène de l'oreille coupée est répugnante LOL).
Alors bravo Sébastien, je souhaite à ce roman de voyager entre énormément de mains de lecteurs.
Un petit mot de la couverture qui est absolument magnifique, elle est signée Julien Lesne.
Enjoy!
Lien : http://saginlibrio.over-blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Melvie77
  15 mars 2019

Pire que la mort est un thriller survitaminé, violent, dynamique et riche dans son intrigue et qu'est-ce que c'est bon !!!
Jacques-Olivier Bosco a signé la préface de ce roman et connaissant la plume du monsieur, s'il a été bluffé par l'auteur, vous pouvez lui faire confiance aisément ;)

De quoi ça parle?
Une organisation secrète très puissante, personnifiée par l'énigmatique Faust, enferme des groupes d'hommes dans un endroit isolé et les met en face de leurs pêchés... Rares sont les survivants de ces mystérieuses séquestrations. Tobias, un ancien inspecteur, devenu privé, va se retrouver dans un terrible engrenage en essayant de démêler cette affaire. Les morts vont s'amonceler et Tobias va se rendre compte qu'on peut faire subir Pire que la Mort à certaines personnes...

Ça vaut le coup?
Mais carrément!!! C'est une enquête sévèrement burnée où rien ne sera épargné aux personnages, majoritairement masculins. Ça transpire la testostérone, ça défouraille dans tous les sens et surtout on ne s'ennuie pas une seconde. Un livre qui se lit comme on suit un film ou une série télé. J'ai pensé notamment à Seven, Saw et Braquo. Un véritable page-turner, un tout nouvel exercice pour cet auteur chouchou qui confirme son talent. Après l'horreur, il nous plonge dans un polar hardboiled qui nous prend aux tripes et nous secoue dans tous les sens jusqu'à la dernière page.

Vous êtes encore là?
Courez vite l'acheter ^^
Alors oui, il y a du gore, c'est cru et badass... Perso, j'adore ça et j'espère sincèrement que vous aurez la chance de vous prendre PIRE QUE LA MORT dans les mirettes ;)
Je ne vous souhaite pas bonne lecture, je sais qu'elle le sera :)

Lien : https://aufildesevasionslivr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Mylene0701
  09 juin 2019
Avis
Je ne connaissait pas la plume de cet auteur et bien franchement premier et pas le dernier un livre qui commence fort avec la mort horrible d'un homme des les premières pages.
Ce livre donc les chapitres suivent une fois Tobias une fois les 5 hommes enfermé une fois la fille d'un dealeur ma réellement embarqué.
Ce livre est violent riche en rebondissement.
Tobias ancien flics reconverti en détective suit les mort tragique et horrible d'hommes, il est à la fois touchant et trop impulsif ce qui lui a valut son renvois dans le passé.
Ce livre est une pépite pour moi il se lit vite tant l'écriture est fluide et vous entraine dès les premières lignes.( vous allez manquer de sommeil tant on ne peut pas le lâcher)
Merci Sebastien et franchement ton livre est un véritable coup de coeur je le recommande vivement
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : huis-closVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Sebastien Prudhomme-Asnar (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Harry Potter à l'école des sorciers

La famille Dursley vit à Privet Drive, à quel numéro exactement?

3
4
6
8

15 questions
4497 lecteurs ont répondu
Thème : Harry Potter, tome 1 : Harry Potter à l'Ecole des Sorciers de J. K. RowlingCréer un quiz sur ce livre