AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2012023754
Éditeur : Hachette Jeunesse (18/04/2012)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 170 notes)
Résumé :
Quatre adolescents, Ilsa, Mathilde, Émile et Zacharie. Leurs parents ont été assassinés parce qu’ils en savaient trop. En face de leurs noms, sur un rapport secret, la plus haute autorité de l’État a inscrit : « À traiter ». Eux ont échappé à la mort et n’ont plus d’existence légale. Condamnés à changer de nom et d’identité, ce sont des morts vivants en quelque sorte. Leur ange gardien : Nicolas Mandragore, ancien directeur de l’Institut médico-légal de Paris. Un pe... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (50) Voir plus Ajouter une critique
100choses
  25 février 2013
Je me souviens que j'avais lu un extrait fort alléchant de ce livre au moment de sa sortie et qu'il avait alors immédiatement rejoint ma wish-list, mais il a fallu attendre des mois avant qu'il soit enfin de retour à la bibli. Semaine après semaine il était emprunté et je commençais à être plus que frustrée quand j'ai enfin réussi à mettre la main dessus (note à moi-même : passer à la bibli en semaine plutôt que le week-end !). Je pensais juste passer un bon moment de détente avec ce roman mais au final j'ai adoré et c'est vraiment un gros coup de coeur.
Un complot mondial, des adolescents sauvés in extremis de la mort et forcé à vivre dans une clandestinité qui leur permet de devenir agents secrets, des gadgets et un entraînement dignes de 007 pour une histoire basée en France, autant vous dire que Bertrand Puard réunit dès le départ tout ce que j'aime et j'étais déjà totalement séduite avant même que l'intrigue ne démarre réellement. Je l'ai dit et redit, mais ayant passé une grande partie de mon enfance et de mon adolescence à rêver de devenir espion, je suis toujours très friande de romans sur ce thème. le début m'a vaguement fait penser à Time Riders dont je vous parlais récemment, mais l'intrigue prend vite un tour original.
L'intrigue justement m'a énormément plu, parce que le méchant est un vrai méchant, puissant, dénué de toute empathie et absolument terrifiant et prêt à tout. C'est un vrai sociopathe qui a parfois des réactions pour le moins… inattendues. Par moment il me faisait un peu penser à au Moriarty interprété par Andrew Scott dans Sherlock. J'ai vraiment apprécié que l'auteur n'édulcore pas le personnage bien que le roman soit proposé aux lecteurs à partir de 10 ans. J'ai aimé avoir peur et détester ce personnage au plan absolument monstrueux.
SPOILERS SUR LE BLOG
Personnages auxquels on s'attache assez vite. On a vraiment l'impression de vivre l'aventure à leurs côtés et plus d'une fois je me suis retrouvée à les conseiller/rassurer/houspiller (ne me dites pas que vous n'avez jamais crié à un personnage : non, mais ne fais pas ça crétin, c'est un piège !). On s'attache à eux donc, et pourtant, paradoxalement, je ne les ai pas trouvés forcément très touchants. Attachants parce qu'ils ont un comportement crédible : s'ils trouvent super-excitant de faire mumuse avec l'équipement du professeur Mandragore bien à l'abri dans sa villa, une fois projetés dans une vraie mission la peur naturelle prend le pas sur l'excitation. L'auteur n'oublie jamais que ses héros ne sont que des ados qui n'ont jamais demandé à devenir des Effacés.
En revanche, ils ne m'ont pas touchée, parce qu'on sait peu de chose d'eux, de leur vie avant, des causes et circonstances de leur décès (mais visiblement la préquelle remédie à cela). le seul dont on connait un peu plus les pensées, les réactions, c'est Neil et si je trouve tout à fait intéressant et justifié qu'il se pose des questions sur l'identité du Doc' et se rebelle contre cette situation qu'il n'a pas choisi, je n'ai pas trop aimé la forme que cela prend. J'ai trouvé ses réactions souvent bien trop impulsives et dénuées de maturité. Il pourrait se rebeller et questionner la légitimité de ce que leur demande Mandragore de façon beaucoup plus intelligente et subtile… Et puis c'est de sa faute si l'on referme le livre sur un cliffhanger de malade. Et puis que va devenir Elissa ?
Pour en revenir aux interrogations de Neil, je dois avouer que moi-même j'ai mille question à l'esprit depuis que je me suis plongée dans ce premier volume : qui est réellement Mandragore ? A-t-il encore une existence légale en tant que Mandragore ? D'où tire-t-il son argent, ses informations ? Pourquoi a-t-il choisi de créer les Effacés ? Travaille-t-il vraiment seul ? Gaaaah, c'est hyper frustrant et en même temps génial de ne pas tout savoir dès le début et d'avoir affaire à un personnage qui ne soit pas tout blanc ; au contraire il a quelque chose d'un peu inquiétant dans son apparente toute-puissance et son charisme évident. Les questions surviennent les unes après les autres et on a qu'une envie : lire la suite. Vite.
J'ai aussi aimé les références littéraires très nombreuses, glissées au fil des pages : Daniel Keyes (Des fleurs pour Algernon), Alexandre Dumas, Machiavel, Céline, Conan Doyle, Agatha Christie… J'ai retrouvé des héros que j'aime et j'ai noté tout un tas de titres à découvrir. Il y aurait presque de quoi organiser un challenge littéraire autour des titres et auteurs évoqués dans ce premier tome et j'espère que les volumes suivants seront aussi riches sur ce point.
Enfin, sur un plan plus anecdotique, je veux maintenant absolument aller à Guernesey manger des toats de poisson fumé et visiter la maison de Victor Hugo.
Bref, gros gros coup de coeur pour ce premier volume. L'histoire est captivante et follement excitante et je me plonge dans le tome 2 le plus rapidement possible !
Lien : http://leboudoirdemeloe.co.u..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Korto23
  19 juin 2012
Quatre adolescents : Ilsa, Mathilde, Émile et Zacharie. Leurs parents ont été assassinés parce qu'ils en savaient trop. En face de leurs noms, sur un rapport secret, la plus haute autorité de l'État a inscrit: «À traiter». Eux ont échappé à la mort et n'ont plus d'existence légale. Condamnés à changer de nom et d'identité, ce sont des morts vivants en quelque sorte. Leur ange gardien : Nicolas Mandragore, ancien directeur de l'Institut médico-légal de Paris. Un personnage bien mystérieux dont on ne sait rien. À eux quatre, ces adolescents vont tout faire pour lutter contre une société où seule la loi du plus puissant compte. Ils chercheront à rétablir la vérité sur des affaires trop vite classées par les autorités. Pour que les coupables soient châtiés. Et pour qu'il n'y ait plus jamais d'autres personnes supprimées au nom d'intérêts plus que controversés. Ils sont les Effacés.
Les Effacés sont constitués de cinq adolescents, ayant perdu leur identité aux yeux de la société actuelle, et d'un énigmatique mentor. Ensemble, ils vont s'efforcer de rétablir la vérité. Au début de ce premier tome, Neil, cinquième jeune acolyte recruté, était réfractaire à l'idée d'intégrer cette fameuse association justicière, mais il acceptera progressivement son nouveau statut. Toutefois, il a gardé toute sa franche répartie et son insubordination. On peut confortablement comprendre les réactions de ce dernier par rapport à la fraiche situation dans laquelle il se trouve, permettant de s'y attacher avec aisance. Quant aux autres personnages, ils sont intéressants, mais ne sont malheureusement pas mis assez en avant pour pouvoir se lier décemment avec eux. Cependant, j'espère que chaque tome sera raconté par une voix différente afin de pouvoir rencontrer chaque individualité dans les règles de l'art. Enfin, Nicolas Mandragore est le caractère le plus incompréhensible de ce premier tome, mais cela ne fait qu'apporter un plaisir supplémentaire au lecteur qui a constamment l'esprit torturé à chaque apparition de ce personnage.
« Il gagne celui qui sait ce qu'il va faire s'il perd »
La plume de Bertrand Puard est limpide et va à l'essentiel sans fioritures. Ce premier tome des Effacés est aisément accessible à tous les publics possibles, autres que les jeunes, et digne de tout bon roman d'espionnage qui se respecte, possédant un rythme trépidant et sans temps mort. Même si l'intrigue principale, qui est épatante et prenante au passage, est connue dès le prologue, l'auteur réussit brillamment à garder une part de mystère, rendant la lecture de ce premier opus totalement addictive et passionnante. En outre, les multiples rebondissements sont estomaquants et les révélations sont surprenantes. de plus, le lecteur fait la connaissance de toutes les facettes que peuvent contenir l'intrigue, permettant de cerner correctement la situation d'un bout à l'autre sans anicroches, mais administrant une bonne dose de stress supplémentaire au postulat de base. Bref, l'auteur conditionne son univers de manière ingénieuse, donnant un résultat décoiffant !
Cependant, il y a un seul et unique élément qui m'a perturbé tout au long de cette lecture. Dans l'ensemble, je n'ai pas eu l'impression que la trame générale de ce premier tome était très cohérente vis-à-vis de certains événements. Poussés par la vitesse de l'intrigue, ces derniers sont dénoués assez facilement. Même si cette lecture est principalement destinée à une jeune clientèle, cette incohérence dans la ligne directrice de l'intrigue fut quand même un problème pour ma part.
Conclusion, ce premier tome des Effacés est, malgré une incohérence vis-à-vis de certains événements, une très bonne lecture, me redonnant goût aux romans d'espionnage. de plus, la narration s'accélère de plus belle sur la fin, laissant l'auteur nous offrir un cliffhanger explosif ! À présent, j'ai hâte de pouvoir découvrir la suite afin d'avoir les réponses aux multiples questions que j'ai eu en ressortant de cette lecture.
Lien : http://bibliodekorto.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
c.brijs
  24 juin 2012
Ce titre est un mélange de James Bond, de Charlie et ses drôles de dames voire de Nikita, version ado! On y retrouve tous les ingrédients des films d'espionnage. Nos Effacés sont formés aux techniques de combat au corps à corps, apprennent à piloter voitures et avions, étudient les langues étrangères, possèdent the licence to kill même s'ils essayent dans la mesure du possible de ne pas utiliser d'armes pendant leurs missions, disposent des technologies informatiques de pointe, etc. Bref, de vrais petits espions dirigés à distance par leur mentor grâce à un implant miniature derrière l'oreille.
Même si les membres de cette organisation sont "liés par leur soif de justice et leur refus de tout pouvoir abusif", on ne peut que s'interroger, à l'instar de Neil, dernier arrivé, sur les zones d'ombre qui entourent celui qui tire les ficelles, Nicolas Mandragore. Pour quelles raisons n'a-t-il plus aucune empreinte digitale, d'où lui vient sa fortune et surtout pourquoi a-t-il choisi cinq adolescents pour déjouer des complots d'envergure internationale?
Pourtant, malgré ces nombreuses questions sans réelle réponse dans ce premier tome, on entre sans tarder dans l'intrigue qu'il est bien difficile de lâcher avant la fin. Final explosif qui vous laissera d'ailleurs sur votre faim avec une furieuse envie de croquer immédiatement dans le tome 2!
L'aventure est menée tambour battant et nos cinq jeunes doivent surmonter pas mal de contretemps pour contrer les plans des puissants de ce monde. Entièrement tournée vers l'action, cette intigue haletante laisse néanmoins peu de temps pour dévoiler la personnalité de nos jeunes héros. Deux Effacés sont cependant davantage sous les feux de la rampe. Il s'agit d'Ilsa et de Niel qui partagent de nombreux points communs. Tous deux se posent énormément de questions sur leur rôle et leur avenir même s'ils abordent le problème avec une sensibilité bien différente, plus dans la retenue pour la jeune fille, beaucoup plus dans la provocation pour le jeune homme. Tous deux sont également fous de lecture... Ce qui nous permet une petite incursion dans la maison de Victor Hugo à Guernesey ainsi qu'une description savoureuse d'une boutique de livres d'occasion à Lyon:
"Elle poussa la porte et reconnut instantanément cette odeur de vieux papier qu'elle aimait tant. Cette petite odeur de bon moisi, de moisi noble et serein qu'elle n'avait pas oubliée. (...)
L'endroit débordait toujours autant de bouquins. Il y en avait du plancher au plafond, empilés dans un désordre savant, reposant sur une équation alphabétique dont seul le propriétaire connaissait la solution."
Côté littérature, ce tome laisse également la part belle au Prince de Machiavel avec plusieurs citations énigmatiques
Quant au cadre, l'histoire se partage entre la France (Paris, Lyon (les Lyonnais y trouveront d'ailleurs une description assez minutieuse du vieux Lyon), vallée de Chevreuse) et le Québec (iles de la Madeleine) avec de petites incursions à Genève et Guernesey. Les différents lieux constituent d'ailleurs les titres des chapitres, ce qui permet au lecteur de suivre plus facilement les différents protagonistes et développements de l'histoire.
Le sujet, quant à lui, n'est pas vraiment neuf! Ce spectre de virus créé et diffusé par les groupes pharmaceutiques eux-mêmes afin d'engranger des plus values faramineuses en vendant par la suite le vaccin et l'antiviral est bien présent dans l'opinion publique. Là où l'auteur pousse le bouchon un peu plus loin, c'est lorsqu'il attaque directement l'Etat français! A la question de savoir pourquoi diffuser le virus en France, Amadieu répond: "Et bien parce qu'on y trouve, jusqu'au plus haut sommet de l'Etat, des gens prêts à vendre leur maman pour quelques euros." Une vision assez noire des collusions qui peuvent exister entre le pouvoir et l'argent!
En conclusion: une intrigue bien ficelée, de nombreux rebondissements, un suspense maintenu jusqu'au bout (et même au-delà puisque la dernière ligne offre un cliffhanger détonant), des personnages attachants qui n'ont pas encore livré tout ce qu'ils ont dans le ventre,... bref un excellent premier tome à emporter cet été!
Lien : http://lacoupeetleslevres.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Cielvariable
  18 avril 2014
Cette histoire de jeunes espions adolescents qui sont presque des superhéros (entraînés physiquement et mentalement) et qui n'ont plus de réelle identité m'a fait beaucoup pensé à la série de romans CHÉRUB. Par contre, j'ai trouvé que Les Effacés s'adressait peut-être à un public d'adolescents un peu plus vieux. D'ailleurs, les personnages sont plus près de la vingtaine que du début de l'adolescence (contrairement aux personnage de CHERUB). Pourtant, le principe reste le même: des jeunes entraînés et recrutés par des adultes qui sont les têtes dirigeantes et qui semblent être là pour déjouer des complots mondiaux contre l'humanité. Les amateurs de romans d'espionnage en ont pour leur argent, car 007 pourrait bien pâlir d'envie devant les personnages de ce roman.
Si la première partie du roman est longue et peu motivante (j'ai bien failli ne pas poursuivre ma lecture), la deuxième moitié, elle, est vraiment enlevante (à partir du moment où une agente s'infiltre comme employée au laboratoire de recherche en virologie), et ce, jusqu'à la fin. Évidemment, comme dans tout bon roman d'espionnage, les personnages sont un peu trop caricaturaux, les méchants sont trop radicalement méchants (sans aucune once d'humanité) et les gentils un peu trop "parfaits". Il serait peut-être plus intéressant de voir évoluer des personnages plus nuancés! Tout de même, je suis intriguée par la suite de l'histoire et je vais certainement lire le 2e tome.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MesNouvellesLectures
  24 janvier 2015
Ce livre possède tous les ingrédients d'un film d'espionnage classique, mais avec des adolescents. En effet, ces jeunes sont entraînés aux différentes techniques de combats, de tir, apprennent à conduire et l'un d'eux s'entraîne pour piloter des avions, ils apprennent aussi différentes langues étrangères, ont diverses connaissances au niveau technologique, médicale, musicale, etc.... Et ils ont un mentor, qui a pas mal d'informations via des contacts obscurs qui leur permet de mener à bien leur première mission.
Dans ce tome, nous suivons principalement un des jeunes, Neil. C'est un jeune garçon de seize ans, qui vit chez son oncle et sa tante depuis le décès récent de sa mère. Et un jour, suite à certains événements, il va croisé la route des Effacés et sa vie va changer. Il ne va pas tellement avoir le choix et il va prendre part à leurs activités. Ce va être l'occasion pour lui, de rencontrer les quatre effacés ainsi que Mandragore, de lié des amitiés mais surtout de connaître les objectifs de leur groupe et d'y participer.
En effet, les Effacés ont un but bien précis, celui de faire justice. Et ils vont très vite avoir l'occasion d'exercer leurs talents car une nouvelle affaire se profile. Et ils vont avoir pas mal de boulot sur la planche car l'affaire est de très grosse envergure. Mais pour résoudre cette affaire, il vont avoir besoin de l'aide de Neil, car il a les clés pour la résoudre ou en tout cas pour les mettre sur le bon chemin.
L'histoire a un très bon rythme, l'intrigue est bien faite, il y a pas mal de suspense, et ce, jusqu'à la fin. Même si je dois avouer que la fin m'a un peu laissée sur ma faim, c'est vraiment une fin explosive et je me demande ce qu'il va se passer dans le tome suivant. Les jeunes sont attachants, par contre on n'a pas beaucoup l'occasion de bien les connaître dans ce tome, ça changera sûrement par la suite vu que là on fait surtout connaissance avec Neil.
Au niveau de l'intrigue, on se rend compte qu'il y a pas mal de secrets dont on ne connaît pas encore les réponses, pas mal de questions sont sans réponses. On en aura sûrement par la suite, enfin c'est le sentiment que j'en ai. Mais malgré ça, ça ne m'a pas dérangée plus que ça. J'ai vraiment était intéressée par cette jeune équipe de justiciers, encore un peu inexpérimentés, qui souhaite rendre justice.
J'ai vraiment aimé cette lecture, je n'ai pas vu le temps passé et la fin est arrivée beaucoup trop vite à mon goût. Je suis pressée de lire la suite, chose que je vais vite faire à mon avis. Donc si vous aimez les livres avec des enquêtes et une bonne intrigue, je vous conseille ce livre, il est vraiment très sympathique. Ce n'est pas tout à fait un coup de coeur, mais presque ^^
Lien : http://mesnouvelleslectures...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (2)
HistoiresSansFin   20 août 2012
La fin nous laisse sur une issue fatale qui évidement nous donne envie de nous engager sur la suite.
Lire la critique sur le site : HistoiresSansFin
Ricochet   29 mai 2012
Suivis par un narrateur externe, les héros interviennent à peu près à égalité, chacun avec ses qualités propres. Ils ont des faiblesses aussi, qui les rendent humains […]. Un aspect psychologique toujours bienvenu dans un roman d’aventures, aussi mouvementé soit-il – et celui-ci est plutôt efficace !
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   18 avril 2014
Il vit un éclat métallique dans l’entrebâillement. Un pistolet. Puis la main de Mauriac qui tenait l'arme, un doigt ferme sur la détente. Le temps semblait comme arrêté. Zacharie s'imaginait livide, le visage si blanc qu'il allait bientôt devenir phosphorescent dans la pièce sombre. l'autre aurait juste à viser. Et à le tuer.
Tiens, c'était drôle. Mandragore ne leur avait jamais enseigner la conduite à tenir dans une telle situation. Foutu Mandragore !
Il le voyait devant lui, ses petits yeux étrécis, son front dénué de rides. Il l'entendait dire, de sa voix faussement nonchalante : " Le hasard gouverne un peu plus de la moitié de nos actions, et nous dirigeons le reste. " Du Machiavel dans le texte.
Le hasard, c'était le réveil de l'oncle de Neil. Le reste, c'était de sortir indemne de ce guêpier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
CielvariableCielvariable   18 avril 2014
Le volant de la voiture vibrait. Il luttait pour garder la trajectoire. A côté, la voiture accéléra encore. Pour, peut-être, leur couper bientôt la route. Mais surtout pour leur signifier de façon très claire leur supérioté.
- On va être obligés de s'arrêter, continua Zacharie qui peinait à déglutir. Sors ton flingue et tiens-toi prêt. On doit s'enfuir.
Neil était terrorisé. Un nid-de-poule que son acolyte ne put éviter fit trembler l'habitacle tout entier.
Voilà. Plus que deux cents mètres et Zacharie devrait piler. Mais l'autre s'écarta alors. Intentionnellement ? Pas le temps de réfléchir à la question. Zacharie asséna un coup de volant sec vers la gauche et percuta la voiture de ses poursuivants. La collision n'eut pas l'effet escompté. Les deux conducteurs perdirent le contrôle de leur véhicule au même instant. Ils dérapèrent sur une étendue herbeuse dans un grand fracas. Les tôles crissaient l'une contre l'autre.
Zacharie se dressa sur les freins mais la Rover n'arrêta pas sa glissade. L'herbe laissa place aux graviers pendant un court instant. Neil se tenait à la portière, tétanisé. Il eut tout de même l'occasion de discerner un visage lorsqu'un de leurs phares rencontra la vitre latérale de leurs agresseurs.
La brune avec le grain de beauté ! Celle du boulevard de Sébastopol.
Mais il ne vit rien de plus. Le noir se composa. La peur atteignit son paroxysme. Il ne pouvait arrêter le temps.
Les deux véhicules parvinrent au sommet de la falaise et basculèrent dans l'abîme.
Le gravier retomba. Puis il y eut un hurlement.
Et enfin le silence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CielvariableCielvariable   18 avril 2014
-Et la double porte en acier devant laquelle on est passés ? Cette grande pièce au milieu du dôme...c'est quoi ? Ton bureau ?
-Non mon bureau est situé juste là, derrière vos poste de travail. Vous n'y avaient d'ailleurs pas accès. La double porte, c'est une surprise un secret que nous te divulguerons si tu acceptes notre proposition. Ce n'est que lorsque tu auras décidé de devenir un Effacés que tu découvriras ce qu'elle cache.
-Les autres le savent donc...
Il se retourna vers Ilsa.
-Et sa vaut le coup ?
-Il te faut être patient, répondit-elle.
Neil ricana
-Waouh ! Tu parles comme un roman ! Tu as l'air d'être la plus drôle du groupe, Ilsa. L'humour, c'est une seconde nature chez toi. On va bien s'amuser ensemble, j'ai bien fait de venir !
Le visage de la jeune fille se durcit.
-Tu n'es pas venu, Neil. Nous sommes venus te chercher...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CielvariableCielvariable   18 avril 2014
- Bientôt, tu verra que cela n'a plus aucune importance explique Ilsa.
- Quoi?
- Les marques... précisa la jeune fille. Le fait de bien s'habiller tout ça. Je faisais attention a ma garde robe quand j'étais encore moi.
- Ah car tu n'est plus toi? rigola Neil.
-Je suis moi et une autre. Je ne suis personne. Je suis une effacée.
Neil partit d'un gros fou rire en entendant cette réplique.
-Trop drôle! hoqueta t-il. Tu es surtout la plus rigolote du groupe. Moi qui te prenais pour une fille vachement sérieuse. En faite tu es boute en train, toujours en avance d'une vanne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
orbeorbe   09 juillet 2012
Il y était écrit qu'il était mort. Mort et bientôt enterré. Effacé de la surface du globe alors qu'il se trouvait ici, dans cette chambre, en compagnie de ces gens étranges, bien vivants.
Un truc de dingue.
Commenter  J’apprécie          100
Videos de Bertrand Puard (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bertrand Puard
À l'occasion de la parution du premier tome des "Aventuriers de l'étrange", Bertrand Puard revient pour Hachette.fr sur cette toute nouvelle création de la Bibliothèque Verte. Une série notamment inspirée par les livres de cette mythique collection, d'Agathe Christie à Alfred Hitchcock en passant par Vladimir Volkoff, et dont le doublement primé à Cognac fut lui-même lecteur.
autres livres classés : virusVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

les effacés tome 1

Qui est l'auteur de ce livre?

Jule Verne
Bertrand Puard
Claire Gratias
Arthur Tenor

7 questions
28 lecteurs ont répondu
Thème : Les Effacés, tome 1 : Toxicité maximale de Bertrand PuardCréer un quiz sur ce livre
. .