AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Tout un été sans Facebook (51)

Kittiwake
Kittiwake   05 juin 2017
Un livre, c'est quelque chose de très personnel. On ne l'interprète pas tous de la même façon. Il ne réveille pas les mêmes émotions en chacun de nous. Que les gens lisent ce qu'ils veulent! Ce qui les fait le plus vibrer, croire, rêver, mais qu'ils lisent!
Commenter  J’apprécie          480
Ptitgateau
Ptitgateau   19 juillet 2017
Ils ont découvert ce qui fait grossir dans les hamburgers, l'informa Agatha.vous ne devinerez jamais. La petite rondelle de tomate...
Les sourcils du superintendant se levèrent sous l'effet de la surprise. Il regarda son assiette, perplexe.
- Maintenant j'enlève la tomate, reprit-elle. Et je mets double ration de ketchup pour compenser.
Commenter  J’apprécie          310
Kittiwake
Kittiwake   28 mai 2017
Je ne peux m'empêcher de penser avec tristesse à tous ces beaux livres qu'ils auraient pu écrire s'ils n'avaient pas écourté leur vie, à cette gigantesque bibliothèque des livres non écrits , que personne ne lira jamais...
Commenter  J’apprécie          310
Ptitgateau
Ptitgateau   18 juillet 2017
- Et comment s'appelle votre roman ?
- La vraie vérité sur l'affaire du cas Quebert.
- C'est quoi un kakeber ? Demanda Agathe intriguée. Ce n'est pas de l'anglais.
- Le cas Quebert, pas "kakeber"
- Oui," kakeber", c'est un mot français ? Vous savez ce que c'est ? Demande-t-elle en se trouvant vers le bûcheron.
- Un "kakeber" ? Non. jamais entendu parler.
- CAS-QUE-BERT! Hurla le jeune Dicker, d'un coup relégué au statut de témoin de sa propre conversation. C'est le nom de l'affaire, le nom de l'accusé. Il s'appelle Quebert et c'est son cas..
Commenter  J’apprécie          297
Kittiwake
Kittiwake   07 juin 2017
Un jour je suis tombée sur une version française du roman traduite par onze personnes! C'est un minimum pour traduire un truc de ce genre. Certains le considèrent comme un chef-d'œuvre. C'est marrant, c'est toujours ce qu'on dit des romans que personne n'a lus.
Commenter  J’apprécie          280
missmolko1
missmolko1   23 juillet 2017
- Eh bien, une bibliothèque, c'est comme un terminal d'aéroport. Imaginez une porte d'embarquement qui annoncerait Paris. Celle d'à coté, Caracas, une autre, Sydney, une autre, Singapour. Les livres d'une bibliothèque sont autant d'avions qui vous emmènent en voyage, à moindre coût, celui de quelques dollars et de votre imagination. En plus du voyage, on vous raconte une histoire. Tout le monde aiment les histoires. Et puis, dans un livre, vous vous identifiez au héros, vous devenez un médecin au temps des rois, un cosmonaute en pleine conquête de l'espace, un aristocrate français du XIXe siècle.
Commenter  J’apprécie          270
Ydamelc
Ydamelc   06 mai 2017
- [...]La dernière fois que j'ai vu un carnage pareil, je travaillais à Washington. Un type avait tué sa femme dans un moment de colère puis l'avait découpée en morceaux avec ce qu'il avait sous la main, un couteau à beurre.
- Un couteau à beurre ? répéta la policier à l'imperméable.
- Ça l'avait pris au petit déjeuner. Paradoxalement, un couteau à viande ou de boucher fait moins de dégâts. C'est plus propre, plus défini. Mais avec un couteau à beurre, il faut s'acharner pour couper la peau. Et les os, je vous raconte pas ! De la charpie. Enfin, ça, quoi ! Du bacon.
Il montra la montagne de chair rouge.
- Le peintre ? demanda Agatha.
- Non, le jambon fumé.
Commenter  J’apprécie          250
Ydamelc
Ydamelc   07 mai 2017
L'homme sourit à nouveau ( provoquant sans le savoir le crash d'un avion piloté par une femme à quelques milliers de kilomètres au dessus d'eux). Puis il épongea son cou luisant avec la paume de sa main comme dans une publicité de gel douche (provoquant le crash d'un autre avion en Russie ainsi que l'évanouissement de cent trentre-quatre jeunes filles).
Commenter  J’apprécie          231
Antyryia
Antyryia   04 mai 2017
Ici, les gens sont foncièrement heureux car ils n'ont pas de portable, de Facebook, d'internet, d'Instagram pour les détourner des plaisirs simples de la vie, celui de se promener dans la forêt, de lire bercés par le seul chant des oiseaux, d'escalader des montagnes, de profiter d'un coucher de soleil sur le lac, depuis Tortilla Peak, sans nécessité de le photographier et de le mettre aussitôt sur les réseaux sociaux.
Commenter  J’apprécie          170
missmolko1
missmolko1   05 septembre 2017
- Betty, puisque tu l'as lu, j'aimerais que tu nous parles de Guerre et Paix.
- Bien sûr, bien sûr, dit la jolie jeune fille en remettant sa mèche blonde derrière son oreille. Eh bien voila, pour vous résumer un peu l'intrigue, et c'est assez complexe car c'est un sacré pavé, c'est l'histoire d'un prince russe au nom de magasin de chaussures, André, un homme glacial, et désabusé, qui apprend à aimer la vie lorsqu'il est sur le point de la perdre, sur le champ de bataille d'Austerlitz en 1912.
- Oui, le récit de cette mort est un très beau passage du roman et un grand classique.
- Ça dépend de ce que l'on entend par classique, dit Kevin. Pour moi, Baby de Justin Bieber est un classique.
Commenter  J’apprécie          160




    Acheter ce livre sur

    AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox