AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de gruz


gruz
  05 mai 2017
Après Ikea, les contrôleurs aériens et Napoléon, voilà que Romain Puértolas se frotte au polar. Il ne respecte donc rien ! ;-). Qu'on se le dise, Tout un été sans Facebook n'est bien évidemment pas un roman noir ordinaire, c'est du Puértolas tout craché. D'ailleurs, il appelle ça un « poilar ».

Let me introduce you Agatha Crispies. Lieutenant de police à New York (pas la grande ville, mais le trou du c… de l'Amérique dans le Colorado). Agatha est noire (ce qui détonne fortement dans ce patelin), énorme (puisque nourrie presque exclusivement aux donuts au chocolat) et a des méthodes plutôt particulières.

Elle tente de suivre les préceptes du manuel officiel du bon flic, mais a tendance à les interpréter de façon assez personnelle. Ça permet à son inventeur (du personnage, pas du manuel) de nous en apprendre de belles sur les méthodes théoriques policières.

Romain Puértolas, c'est une cartouche par phrase (on ne dit pas « balle », vous n'avez qu'à lire le livre pour savoir pourquoi). Lire Tout un été sans Facebook, c'est très vite se retrouver menotté par l'humour décalé de l'auteur, au point de ne plus pouvoir s'en détacher.

Puértolas se permet tout, y compris les idées les plus folles. Sa fantaisie est sa signature propre. Chacun de ses romans est un feu d'artifice de bons mots et de passages drolatiques. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il est toujours au sommet de sa forme avec ce nouveau roman. Je ne suis pas loin de penser que c'est son meilleur délire à ce jour.

Et vous ne savez pas la meilleure ? Il y a même une histoire derrière cette folie de passages cocasses. Et puis du fond aussi, comme avec son précédent roman. Cette parodie de notre monde lui permet de placer des passages aussi drôles que bien sentis sur le racisme ambiant ou encore le principe de tolérance.

Et sur la littérature aussi… Parce que son personnage principal est une passionnée des livres (même si elle a une manière assez personnelle de les conserver. La littérature ça (se) déchire). Romain Puértolas en profite pour clamer son amour de toute la littérature, classique ou moderne (((même si parfois c'est de l'amour vache (un rapport avec le fakir Ajatasharu Lavash ?) (c'est compliqué toutes ces parenthèses))).

Cette nouvelle extravagance est une réussite totale, un polar comme celui-ci vous n'en avez jamais lu. Un livre certifié à 99,99 % sans internet, mais avec plein de calories qui font du bien au moral. Juste irrésistible !
Lien : https://gruznamur.wordpress...
Commenter  J’apprécie          210



Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Ont apprécié cette critique (19)voir plus