AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2889083802
Éditeur : La Joie de Lire (21/09/2017)

Note moyenne : 3.48/5 (sur 44 notes)
Résumé :
Gaspard, brillant trisomique de trente ans d’une curiosité insatiable, vit chez ses parents qu’il adore et cumule deux emplois : vendeur dans une boutique de souvenirs made in China le matin et renifleur d’aisselles pour un fabriquant de déodorant le soir. Mais suite à un tragique accident, ses deux patrons disparaissent et il se retrouve sans emploi du jour au lendemain. Que faire maintenant ? Quel métier exercer ? Détective privé ? Pour Gaspard ce serait le métier... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
Antyryia
  26 septembre 2017

J'ai découvert Romain Puertolas il y a bientôt deux ans, avec sa nouvelle le premier Rom sur la lune, dans le second recueil de l'anthologie 13 à table !
J'avais trouvé son texte très réussi : il était à la fois amusant, voire délirant, tout en prônant une forme de tolérance. Ca avait été le déclic pour me plonger dans le reste de sa bibliographie.
A l'exception du fakir coincé dans son armoire Ikea, j'ai pris plaisir à lire chacun des livres qui ont suivi, retrouvant à chaque fois cet humour ( pourtant lourd ) qui me détendait et quelques réflexions plus profondes, plus enrichissantes, en particulier sur toutes les formes de discrimination.
Persuadé que j'allais encore passer un excellent moment, je me suis procuré dès sa sortie ce détective très très très spécial. Un titre idéal pour une nouvelle aventure policière, après Tout un été sans facebook qui avait montré que dans le style du polar humoristique, Puertolas pouvait plutôt bien tirer son épingle du jeu.
Je n'ai pas eu l'ombre d'un sourire durant ma lecture des aventures de ce fameux détective.
Et si les tentatives d'humour tombent à plat dans un Puertolas, c'est tout le plaisir de lecture qui est divisé par deux.
Gaspard, trente ans, a trois chromosome 21, soit un de trop.
Malgré son handicap, sur lequel il a énormément de recul, il s'en sort plutôt bien dans la vie puisqu'il a deux emplois. Il vend des souvenirs aux touristes de Montparnasse ( casquettes, tour eiffel miniature ... ), et il est également renifleur d'aisselles. Ses talents olfactifs lui ont en effet permis de tester des effluves de déodorants avant leur commercialisation.
"On est dans la gastronomie olfactive, dans le déodorant qu'on ne met que pour les grandes occasions."
Il vit toujours chez ses parents en attendant de prendre un jour peut-être son indépendance. Sa mère est kinésithérapeute et son père professeur de dessin.
Suite à une malheureuse coïncidence, il perdra ses deux patrons, et donc ses deux emplois. Alors, il postulera dans une agence afin de devenir un détective très ( très, très ) spécial. Et on est déjà à plus de la moitié d'un roman de 130 pages quand vient le moment de résoudre le mystère : Un assassinat potentiel au sein d'un établissement spécialisé dans lequel Gaspard pourra travailler sous couverture.
Voilà ce que j'ai noté dans mon carnet rouge, celui qui sert à dire ce que je n'ai pas aimé :
Un catalogue. Voilà ce que j'ai eu l'impression de lire. Avec l'impression que pour préparer son roman, Puertolas avait simplement pris note d'anecdotes culturelles surprenantes sans aucun lien les unes avec les autres, puis avait décidé de les restituer de façon un peu fourre-tout sous la forme de pensées confuses. Et pour justifier de ces nombreux thèmes sans aucun lien, de ces idées déroutantes, quoi de plus idéal que de prendre pour héros un personnage atteint du syndrome de Down ?
Parfois, on est dans le sujet. J'ai appris par exemple que dix personnes atteintes de trisomie 21 avaient été scolarisées jusqu'à l'obtention de leur licence, et que leur record de longévité était de quatre-vingt trois ans.
J'ai appris aussi que le poids pouvait varier de quelques grammes selon l'endroit du globe où on se pesait. Qu'on était donc notamment plus léger en Australie qu'au pôle sud.
Ou que les cornes des rhinocéros étaient parfois percées puis teintées de rouge dans certains pays d'Afrique pour éviter que les braconniers s'en prennent à eux.
Après, je n'avais pas forcément besoin qu'on me rappelle les règles d'orthographe du mot "cent".
"Le mot cent s'écrit au pluriel lorsqu'il est multiplié, comme dans cinq cents euros, mais il ne prend pas de s quand il est suivi d'un autre chiffre : cinq cent quarante euros."
Et j'ai été agacé par ces histoires de singes qui ont une chance de reproduire Hamlet de Shakespeare s'ils écrivent pendant des dizaines d'année au hasard sur des machines à écrire. Oui, statistiquement, l'un d'eux finira par reproduire le chef d'oeuvre littéraire. La théorie est archi-connue. Etait-ce bien utile pour autant de reproduire deux pages entières de "(...)56ytrewsdfgwefobebrewcacbcaqufqf (...)" pour démontrer que ça ne se ferait probablement pas du premier coup ?
J'ai aussi été irrité par l'énigme d'Einstein, celle où il faut retrouver qui de l'anglais, du norvégien, du slovène, de l'islandais ou de l'espagnol habite la maison rouge, boit de l'eau, élève un zèbre. Là encore l'énigme est célèbre, et cet exercice de logique prend beaucoup trop de place dans ce court roman.
"Un trisomique avec un peu de jugeote peut aisément y arriver."
La plupart des idées, des curiosités ou des défis de Gaspard qui nourrissent le personnage et donc le livre ne sont donc pas de l'auteur, qui a selon moi manqué de créativité, d'originalité.
Je ne m'intéresse absolument pas à Michael Jackson et à l'origine du Moonwalk.
Et je n'ai pas aimé non plus retrouver tellement de références à la marque IKEA, comme si l'auteur voulait rappeler que c'était lui aussi qui avait rédigé l'histoire du fakir, comme s'il s'agissait de sa propre marque de fabrique.
"J'ai un chromosome de trop, comme cette pièce de trop qu'il nous reste dans les mains quand on a monté une armoire Ikea et dont on ne sait que faire."
Ni retrouver à l'identique la phrase de son précédent roman : "On n'a jamais une deuxième occasion de faire une bonne première impression." La première fois c'est drôle. La seconde, six mois plus tard à peine, c'est juste redondant et peu inspiré.
J'ai bien compris qu'avec ce livre, l'auteur cherchait à nous mettre dans la tête de quelqu'un qui ne pensait pas de la même façon que nous, dont la logique ou les système de mesure étaient différents des nôtres.
Quelqu'un de différent et pourtant profondément humain et attachant, avec ses propres intérêts, sa soif d'apprendre virant souvent à l'obsession. Avec sa propre culture et sa propre intelligence, souffrant juste d'un léger décalage mais certainement pas d'un handicap dans son quotidien.
Mais non seulement je doute que les trisomiques vivent réellement dans ce genre de monde un peu à part, mais je n'ai donc absolument pas succombé aux tentatives d'humour maladroites ni à ce florilège de touches pseudo-culturelles éparses partant dans tous les sens dignes d'un mauvais Werber.
Pour autant, j'ai annoté quelques bricoles dans mon cahier vert, celui que je consacre au positif, aux belles choses.
Si je ne me suis pas du tout amusé, je dois cependant reconnaître que j'ai été ému à plusieurs reprises. Et que le message de tolérance passe plutôt bien.
Parce que Gaspard, on s'y attache.
Oui, il est différent physiquement. Oui, il ne raisonne pas tout à fait comme nous. Et alors ?
Il démontre que son intelligence n'a rien à envier à la majorité d'entre nous, qu'il a de l'ambition, des projets, des connaissances.
Il a conscience de ses particularités, il fait avec mais sous ses airs détachés, on sent une souffrance quand les gens le rejettent parce qu'ils craignent sa morphologie, son handicap, parce qu'ils ne parviennent pas à le considérer comme un être humain à part entière.
"Il a peur des gens différents."
"Un client trisomique, ça ne lui posait pas de problème, mais un employé trisomique, c'est une toute autre histoire."
Il déteste la condescendance.
Il se considère comme une anomalie.
"Maman est belle. Je ne sais pas comment un monstre comme moi a pu sortir d'une chose aussi belle."
Et quand il infiltrera le centre spécialisé, on le sentira comme perdu entre deux mondes. Parce que s'il a du mal à s'insérer dans la société, sa place n'est certainement pas parmi les patients lourdement handicapés de l'établissement.
Quant à la fin, même si elle était prévisible, l'anticiper ne dispense pas le lecteur d'avoir le coeur qui se serre avec beaucoup d'émotion.
Laissant place cette fois à une véritable réflexion.
Bilan plutôt négatif donc pour ce court roman qui part dans tous les sens avant de rentrer tardivement dans le vif du sujet et l'enquête tant attendue. Les tentatives d'être drôle demeurent vaines.
Beaucoup de passages m'ont ennuyé, parce que ce personnage de Gaspard et les étranges circonvolutions de son esprit, je n'y ai jamais vraiment cru. J'attendais plus une enquête un peu barrée et moins de passages de remplissage censés montrer un esprit différent.
Mais j'ai aimé la fin et le message de tolérance, et contre toute attente j'ai finalement été touché, même si le chemin pour y parvenir a été long.
J'en attendais simplement plus d'un roman de Romain Puertolas.
Ma déception n'est pas partagée par la majorité des lecteurs, donc n'hésitez pas à vous faire votre propre opinion.
Il semblerait que ce petit roman soit avant tout adressé à un jeune public, et je pense effectivement que j'aurais été plus à même de l'apprécier si je l'avais lu jeune adolescent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          231
gruz
  21 septembre 2017
Bonjour, je m'appelle Gaspard. Mon papa de plume (non ce n'est pas un gallinacé, c'est un écrivain) ne m'a pas rendu la vie très facile, et pourtant c'est un tendre le Romain Puértolas.
On pourrait croire que le fait d'être trisomique me rend l'existence impossible, mais je suis au contraire plein d'énergie et de curiosité. Je m'intéresse à tout, des choses les plus importantes (l'origine du Moonwalk), aux plus futiles (comme de tenter de résoudre le test de QI d'Einstein). Romain raconte une de mes aventures, et non des moindres, sans jamais tomber dans le pathos (mot venant du grec, et qui signifie « souffrance, passion, affect », c'est marqué sur internet).
Il n'insiste pas sur ma pathologie (encore un « patho » quelque chose !), mais plutôt sur ce que je suis vraiment : un fouineur du quotidien, curieux de tout. Ben quoi, je suis comme vous, non ? A part juste un chromosome en plus.
Franchement, qu'a t-il de plus que moi ce Romain Puértolas ? Bon ok, son humour est irrésistible, son sourire ravageur, sa gentillesse confondante et il écrit des livres adorés par des centaines de milliers de gens. Mais à part ça, c'est quelqu'un de normal…
Dans ses livres, les « héros » sont toujours des personnages à part. A part de la société (et un peu aussi dans leurs têtes). Moi je trouve que c'est ça qui les rend attachants (et je ne dis pas ça pour me vanter). Que ce soit son fakir Ikea, sa petite fille et son nuage, son Napoléon, ou son lieutenant de police amateur de donuts, je sais que je ne les oublierai jamais !
On dit que mes (courtes) aventures ont été écrites pour les ados, à partir de 13 ans. C'est vrai, mais on a tous encore une partie de nous qui a treize ans, non ? (si ce n'est pas votre cas, veuillez sortir et retourner devant votre télé).
Mes pérégrinations, donc (c'est plus compliqué à prononcer que « aventures », mais je trouve ce mots bien plus rigolo)… L'ami Romain me lance dans une drôle d'enquête et voilà que le trisomique se change en Un détective très très très spécial.
C'est clair, j'ai mes méthodes à moi, tirées de mon expérience (sur internet) et de mes deux boulots : vendeur de souvenirs made in China aux chinois et renifleur d'aisselles (oui, ce livre a des odeurs aussi, il est trop fort cet auteur !).
Romain Puértolas a une imagination débordante (à mon avis il doit avoir au moins 7 ou 8 chromosomes en plus, ce n'est pas possible autrement). Son humour est juste irrésistible (mais jamais méchant, c'est ça qui est bien) et ça rend mes aventures complètement loufoques. Franchement, moi qui connaît toute l'affaire, rien que de la relire j'en ai mal au ventre à force d'en rire.
Et vous ne connaissez pas le fin mot de l'histoire ! Parce que, mine de rien, la chute est à tomber… Franchement, même moi j'ai du mal à m'en remettre tellement ce final est surprenant.
Oui, je suis Un détective très très très spécial grâce à Romain Puértolas, et ça vaut vraiment la peine de mener la petit enquête avec moi si vous êtes curieux de nature.
Lien : https://gruznamur.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
orbe
  21 septembre 2017
Gaspard est trisomique. Il a trente ans vit chez ses parents. Il exerce par ailleurs deux métiers très différents.
Le matin il travaille dans une boutique à touriste proche de la tour Eiffel. L'après midi il se sert de son odorat particulièrement développé pour participer à des tests pour de nouveaux déodorants.
Sa vie tranquille s'arrête pourtant un jour de manière soudaine. Gaspard saisit cette occasion pour devenir détective privé.
Pour sa première enquête il va devoir intégrer un centre d'éducation spécialisé pour trisomiques...
Un roman haut en couleur avec des situations fantasques qui accrochent tout de suite le lecteur et donne au jeune handicapé l'étoffe d'un héros. Sa curiosité insatiable et son ouverture aux autres forment un vrai plaisir de lecture.
Sa construction en deux parties dynamise le récit et le retournement final donne envie de relire l'histoire à la manière d'une nouvelle à chute.
J'ai particulièrement apprécié la façon dont l'auteur nous fait partager les rouages de la pensée de Gaspard, que l'on sent proche de nous en dépit de ses différences. Ce qui offre en définitive un savant mélange entre émotion et action.
A découvrir !

Lien : http://www.nouveautes-jeunes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Tristale
  01 décembre 2017
Dans cette courte histoire nous découvrons Gaspard. Il a trente ans et vit chez ses parents.Il cumule deux emplois, vendeur de souvenirs à Montmartre et renifleur d'aisselles pour de grandes marques de déodorant. Un gars normal quoi, sauf que Gaspard il a un chromosome en plus alors du coup il est un peu différent de vous et moi. Mais ça ne l'empêche pas d'être très curieux et de se poser mille et une questions. Il sait beaucoup de choses grâce à internet, plus ou moins utiles certes, mais qu'il nous sert avec parfois beaucoup d'humour.
Et comme Gaspard est un jeune débrouillard, et plein d'imagination, lorsqu'il perd ses deux emplois il va foncer lorsque l'opportunité de faire ce dont il a toujours rêvé se présente. Devenir détective privé et mené une enquête.
Réflexions loufoques, citations parfaitement inutiles, mais aussi découvertes fortes intéressantes vont jalonner ses investigations jusqu'au final totalement inattendu.
Romain Puértolas a écrit ce livre pour un jeune public mais pour la lectrice éclectique que je suis, je l'ai trouvé parfaitement à mon gout. Parce que L'auteur y mélange de façon subtile cette petite différence qui n'empêche nullement l'humour, la curiosité, la gentillesse, le partage et les rêves d'aventure.
Une jolie réussite que ce roman jeunesse qui invite chacun à la tolérance, à la joie de vivre et à regarder l'autre avec bienveillance quelque soit ce qui le rends différent de nous.
Merci à la masse critique Babélio pour cet agréable lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
peti_lu
  02 octobre 2017
Gaspard a un chromosome de plus, marqueur de la trisomie 21. Il habite et travaille sur Paris, mais se rêve d'être détective privé, le premier détective trisomique !
Je vais arrêter là pour le contenu, j'ai assez peur de spoiler.
Côté écriture, Romain Puertolas nous emmène de nouveau dans un univers, à un rythme effréné (d'ailleurs ce serait ma déception ... Ce roman est trop court et trop rapide à lire) ! J'aime cette écriture du "Je" pleine de vie et d'actions. Certaines réflexions de Gaspard ont été entendues en écho à celle de mon cousin ... Et ceci reste toujours troublant : ce roman n'est pas romancé il met en forme les mots de la réalité.
Commenter  J’apprécie          50

critiques presse (1)
Actualitte   01 septembre 2017
Il y a dans tout cela un effet Shutter Island, évidemment pas le même, mais qui vient renverser tout le récit. Un dénouement passionnant, qui amplifie ce regard profondément humain porté sur la maladie, sans condescendance.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
AntyryiaAntyryia   23 septembre 2017
Il paraît que si l'on crie pendant environ huit ans, sept mois et six jours, on produit assez d'énergie pour chauffer une tasse de café.
Commenter  J’apprécie          132
marionfmarionf   05 novembre 2017
Je l'ai déjà dit, papa est professeur de dessin. Il exerce depuis trente ans dans un collège huppé de la capitale. C'est la seule personne que je connaisse capable de réaliser un cercle parfait à main levée. Je demande parfois aux gens que je rencontre d'en dessiner un au crayon sur mon cahier orange. J'en ai maintenant une collection qui s'étale sur une trentaine de pages mais aucun ne surpasse celui que papa a tracé sur la première. Lorsque je le montre comme modèle, tout le monde pense qu'il a été dessiné au compas. Pour cette raison et même s'il n'a jamais eu l'occasion de faire la guerre ou de sauver des vies dans un tremblement de terre, pour moi, mon père est un héros.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
kesketulikesketuli   02 novembre 2017
On ne m'attend plus nulle part d'ailleurs.
Hier soir, durant le dîner, j'ai raconté la nouvelle à papa et maman. Si maman ne s'était pas levée de table pour allumer la télévision et si elle n'avait pas vu, en gros sur l'écran, la photographie de mes deux patrons morts, elle ne m'aurait jamais cru. Elle dit que j'invente des choses et qu'un jour, il m'arrivera ce qui est arrivé à Pierre, de Pierre et le loup. Hier soir, j'en ai eu la désagréable exemple. Je hais quand maman ne me croit pas et que c'est vrai. Peut-être plus encore que quand elle ne me croit pas et que c'est un mensonge.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Armony22Armony22   16 décembre 2017
Aujourd’hui, il parait qu’un bébé sur dix est concu dans un de ses lits en bois de pin. Je n’ai jamais demandé à mes parents si c’était le cas pour moi, ce qui expliquerait bien des choses, surtout le fait que mes gènes aient été livrés en kit à la naissance.
Commenter  J’apprécie          20
letilleulletilleul   24 septembre 2017
Au premier abord, cela paraît tout simplement absurde. Un violoncelliste qui boit du jus d'orange, un sculpteur avec un âne, on se croirait dans un pièce de Ionesco.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Romain Puértolas (35) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Romain Puértolas
Bande annonce du film L'EXTRAORDINAIRE VOYAGE DU FAKIR (2018), adaptation du roman de Romain Puértolas
autres livres classés : Trisomie 21Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





. .