AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de IchirinNoHana2


IchirinNoHana2
  20 mai 2020
J'inaugure la nouvelle collection d'Urban Comics, URBAN LINK, avec le titre Breaking Glass qui nous propose de découvrir une Harley Quinn adolescente déjà bien déjantée et une origin story revisitée.

La collection URBAN LINK prend le pari de revisiter les personnages DC pour proposer des thématiques plus modernes et qui sauront plaire aux grands adolescents et jeunes adultes.

Ici, Mariko Tamaki (Cet été-là) nous propose une Harley Quinn, âgée de 15 ans qui débarque à Gotham pour vivre avec Mama, gérante d'un bar de drag queen. Accompagnée par les fabuleux traits de Steve Pugh, l'auteure réinvente totalement l'histoire de notre arlequine préférée. L'intrigue dévie totalement de l'histoire majoritairement connue de la petite amie du joker pour nous en proposer une beaucoup plus moderne. Mariko Tamaki nous propose une histoire très intéressante très marquée par le féminisme, l'activisme et plus en arrière plan par la cause LGBTQ+. le point de vue est innovant et passionnant cependant j'avoue avoir été un peu perdue car peut-être un peu trop éloigné de l'histoire que l'on connaît. Harleen Quinzel est une adolescente très indépendante qui a envie de changer les choses (à sa façon certes) et veut par dessus tout le bonheur des personnes qui l'entourent et qu'elle admire.

Breaking glass est donc un récit avec lequel j'ai passé un bon moment. L'intrigue est innovante et prenante mais souffre de quelques lenteurs et est beaucoup trop éloignée de ce que l'on connaît de l'héroïne pour véritablement parler d'une réadaptation réussie. Breaking Glass reste malgré tout un récit de qualité qui se lit parfaitement bien et qui surtout, se dévore par les yeux tant les planches de Steve Pugh sont superbes !
Commenter  J’apprécie          20



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (2)voir plus