AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782742745487
175 pages
Actes Sud (01/12/2003)
3.75/5   154 notes
Résumé :
Par une petite annonce du Chasseur français, Eudoxie, quarante-sept ans, rencontre et bientôt épouse Armand, sexagénaire, veuf comme elle, flanqué de Lucien, son fils — trente ans passés, taciturne, sauvage, peut-être même à moitié fou. Et voici qu'elle s'installe dans le modeste pavillon de Meudon Val-Fleury où habitent les deux hommes... Deux ? Pas pour longtemps. La guerre qui survient est fatale à Armand : il laisse à Eudoxie la charge de l'encombrant beau-fils ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
3,75

sur 154 notes
5
6 avis
4
18 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
1 avis

sylvaine
  06 octobre 2022
Surprenant, dérangeant, hallucinant voir asphyxiant.. Ce roman, récompensé par le prix Goncourt lycéens 1994, est à la fois inclassable et intemporel.
"veuf, cinquante-six ans, sérieux, souhaite finir vie tranquille avec femme douce, bonne ménagère ,en vue mariage et affection" Cette annonce dans le Chasseur français a été rédigée par Alphonse Bouvier, Eudoxie, veuve également , 47 ans y a répondu. L'annonce précisait aussi "maison de rapport avec jardin, banlieue Paris, un enfant"...
mais ne précisait pas que l'enfant avait passé les trente ans, qu'il était un peu "bizarre" . C'est ainsi que Eudoxie est devenue la Belle-mère de Lucien à la vie à la mort oserais-je dire, parce qu'en 1935 lorsqu'une femme s'engageait elle ne rompait pas sa parole.Elle n'avait juste pas prévu de vivre cinquante ans en compagnie de son beau-fils...
Ce roman m'a fait pensé à un vieux film en noir et blanc, où chaque geste semble sortir du néant, où tout bouge lentement, très lentement , où les personnages principaux vieillissent côte à côte sans beaucoup échanger si ce n'est sans doute l'essentiel.
L'écriture de Claude Pujade-Renaud confère à ce texte une tonalité et une densité très particulière. Un roman qui pose les éternelles questions de la vieillesse et de la différence . Une lecture un brin éprouvante mais enrichissante
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          361
Annette55
  12 juin 2014
Eudoxie, épouse à quarante - sept ans, Armand, sexagénaire et veuf, père de Lucien, trente- deux ans, sauvage , taciturne , peut- être à moitié fou....
Celle- ci s'installe donc dans le modeste pavillon de Meudon Val- Fleury où habitent les deux hommes......elle se retrouve veuve peu de temps aprés, la guerre est fatale à Armand., seule, face à ce beau- fils, avec lequel il faut bien tenter de vivre.....
Madame Pujade Renaud brosse ici deux portraits forts et attachants: Lucien,fuyant sans cesse, jaloux, exclusif,gourmand, bricoleur ingénieux qui "bichonne " sa " fiancée" , la voiture, et Eudoxie,couturière, économe, travailleuse, qui apprivoise Lucien et sa paranoïa,l'apaise, l'amadoue, étaye ses désordres psychiatriques(obsessions, hypocondrie, tendance aux interprétations, mutisme prolongé).Une belle histoire qui aborde avec sensibilité et justesse la relation à l'autre quand celui- ci est différent, c'est une relation difficile mais Lucien n'est pas aussi fou....il tente de montrer son affection à sa belle- mère...cela en fait un être à part pour l'époque....Eudoxie est un personnage fort , elle s'affirme et s'émancipe peu à peu......
Quand les hasards de la vie amènent une belle- mère et son beau- fils à cohabiter des décennies durant, le rejet et l'ignorance de l'autre se muent, au fil du temps, en un indéfectible attachement d'un couple que les voisins au fil du temps viennent parfois à prendre pour mari et femme, tant la vieillesse émousse les différences d'âge...., ici, quinze ans....les désagréments de la vieillesse sont de plus en plus nombreux... Mais l'amour de la vie et l'attachement s'expriment avec force...Lucien offre une plante nommée belle mère à Eudoxie pour ses 80 ans...
Une analyse psychologique très fine et une évocation du grand âge, empreinte de beaucoup d'émotion et d'une grande pudeur, un panorama très juste de la vie que les "gens de peu", les humbles travailleurs pouvaient mener dans ces modestes pavillons de la banlieue parisienne , au cours des années 1950 à 1990....
Un roman tendre, une histoire émouvante, celle de ce couple insolite qui restera ensemble.. Jusqu'à la lente et inexorable entrée dans le grand âge,cet "arrangement " pas toujours simple entre deux êtres que tout sépare,ainsi , pour Lucien, Eudoxie , de belle- mère devient Belle Mère.....
Un magnifique roman sur la vieillesse( surtout dans la 2° partie),à propos de l'anormalité,sur les relations de confiance qui peuvent s'établir entre deux personnes que tout sépare...
Madame Pujade Renaud a su trouver avec son talent habituel, les mots simples du quotidien, les phrases emplies de tendresse et d'humour aussi, avec,en prime une agréable promenade dans une banlieue qui se modernise........
Une belle histoire, bienveillante et douce,un vrai bonheur de lecture avec une fin insoupçonnée,mais logique.....ce n'est que mon avis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
Laccrocheplume
  20 octobre 2021
Une très belle histoire qui ne peut laisser quiconque insensible. Avec une approche psychologique très fine et pleine de tendresse, Claude Pujade-Renaud aborde les problèmes de la vieillesse, les problèmes de la cohabitation quand les manies et habitudes s'installent. Et les miracles de la vie, le bonheur que nous offre une relation même quand l'horizon est opaque et l'avenir bloqué.
Eudoxie, couturière à domicile, tente d'apprivoiser Lucien, le beau-fils que lui a laissé Armand disparu pendant la guerre. C'est dans une annonce du chasseur français, qu'elle avait rencontré cet homme, comme il était assez courant à cette époque.
Se noue alors un arrangement, une vie à deux dans le quartier tranquille pavillonnaire de Meudon Val-Fleury entre elle, 47 ans, et son beau-fils de 30 ans. Cet étrange garçon d'abord taciturne qui écrit des lettres à sa défunte mère où il l'informe qu'aucune femme ne la remplacera est hypocondriaque. Il déclenche une crise d'asthme à la moindre contrariété. Malgré ce comportement étrange, Eudoxie, avec finesse, se rapproche de ce garçon attachant. Un garçon intelligent auquel aucun mécanisme ne résiste, un bricoleur ingénieux qui lui répare d'un coup de main habile sa Singer.
De confidence en confidence, entre deux mots échangés et quelques tâches ménagères, travaux de toutes sortes, ce couple insolite apprend à se connaître. Ces deux êtres qui tout sépare finissent par s'apprivoiser. Non sans quelques agressions. Avec le sourire. Quelques ruses et concessions. Ils traversent plusieurs décennies comme un vieux couple le ferait.
Un roman subtil servi par une plume extrêmement belle.
4.25/5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
Symphonie
  15 avril 2020
L'annonce dans le chasseur français stipulait : Veuf, cinquante-six ans, sérieux, souhaite finir vie tranquille avec femme douce, bonne ménagère en vue mariage et affection. Maison de rapport avec jardin, banlieue Paris, un enfant. Eudoxie, âgée de quarante-sept ans, veuve de son état a répondu à cette demande et quelques mois plus tard, elle épouse Armand. Heureuse, elle l'est sûrement, enfin presque. Et pour cause : L'enfant mentionné dans la publication, s'avère être en réalité un jeune homme, Lucien, d'une trentaine d'années , perturbé, insondable, souffrant d'un comportement imprévisible qui l'évite, ne lui adresse pas la parole, se terre dans sa chambre, ignore totalement sa présence. Déstabilisée par le comportement de ce dernier, Eudoxie découvre des écrits de Lucien adressés à Blaisine, sa défunte mère, indiquant que jamais personne ne la remplacera, aucune autre femme ne prendra la place qu'elle occupait dans son coeur et dans sa demeure. Voilà qui promet bien du fil à retordre à sa belle-mère.
Malheureusement, au décès d'Armand, Eudoxie va devoir faire face à la présence de Lucien, supporter ses moments de folie et son mutisme d'où une divergence qui ne présage rien de bon entre ces deux protagonistes.
Pourtant, si pour Armand, son fils est " fou ", la réalité en est tout autre. S'il est certain que Lucien présente des failles qui se ressentent sur son comportement énigmatique, au fil des jours, Eudoxie découvre en cet homme fuyant, une incroyable ingéniosité, féru de mécanique, lésé de n'avoir pu déposer un brevet qu'un autre venait juste de présenter peu de temps avant lui. Petit à petit comme l'oiseau fait son nid, ces deux écorchés, solitaires vont s'apprivoiser, se soutenir, travailler et marcher ensemble sur le chemin de la vieillesse, si proches et si complices que l'on croirait voir presque un vieux couple.
Claude Pujade-Renaud nous dépeint la trajectoire de deux personnages hors du commun, unis par un concours de circonstances.
Une lecture émouvante sur l'attitude de deux êtres que tout opposait, la vie telle qu'elle se présente avec son lot de contingence qui réserve parfois des bien belles surprises.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          213
brigittelascombe
  01 janvier 2013
"-La belle-mère c'est parce que je pique?
-Des fois...Mais le plus souvent vous avez la peau douce."
Belle Mère, roman tendre à souhait, conte l'apprivoisement de Lucien, un jeune homme "sauvage" qui "a le génie de la mécanique" mais passe pour un débile léger par sa belle-mère Eudoxie, deuxième épouse de son père, qui à la mort de ce dernier durant l'exode de la deuxième guerre mondiale et son retour dans la maison familiale se voit obligée de cohabiter avec cet ours.Sans enfants, mais maternelle, cette "couturière à domicile" arrive à l'amadouer peu à peu, à l'apaiser et à étayer ses désordres psychiatriques (obsessions, hypocondrie, tendance aux interprétations..).
De chat Nonotte en chat Nonotte, de secret de famille en confidences mutuelles, de framboises en "billets doux", une véritable relation de couple (bien que platonique) s'instaure et cinquante ans de vie s'écoulent. On pense bien-sûr à la complicité décrite par Marie-Sabine Roger dans La tête en friche entre Germain et Marguerite car Belle Mère est un roman plein d'espoir pour un inadapté à la société.
Claude Pujade-Renaud, rédactrice, nouvelliste (cf: Vous êtes toute seule?), romancière a obtenu pour Belle Mère le Goncourt des lycéens en 1994.
Elle brosse ici deux portraits forts et attachants. Lucien: "fuyant", "inventeur","jaloux",exclusif, gourmand qui bichonne sa "fiancée", en l' occurence sa voiture et Eudoxie: économe,travailleuse qui remue cet homme infantile et secoue ce "rentier" amorphe mais ingénieux.
C'est pétillant de vie!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
brigittelascombebrigittelascombe   29 décembre 2012
-Ma marraine s'appelait Eudoxie Couture, c'est pour ça.
-Que vous êtes devenue couturière?Mais c'est extraordinaire!Une fée marraine a déposé sur votre berceau des doigts de fée,avec un dé et des ciseaux d'argent,je parie.
Elle sourit,elle n'y avait jamais pensé.
Commenter  J’apprécie          110
raynald66raynald66   04 décembre 2013
Il a posé sur la table de la salle à manger une énorme plante grasse hérissée de piquants.
- c'est quoi ?
- une belle mère. Pour vos quatre vingts ans.
- Ah bon... euh, merci.
Une drôle de surprise. Elle n'ose embrasser Lucien. Ils restent face à face, bras ballants,décontenancés...
Commenter  J’apprécie          90
SymphonieSymphonie   14 avril 2020
Lucien ne prenait plus le temps d'aller à la municipale et fait avec plaisir une cure de Kipling, Jack London et Mark Twain, les livres soi-disant pour les enfants, conviennent fort bien au quatrième âge, constate-t-elle.
Commenter  J’apprécie          112
Annette55Annette55   12 juin 2014
Elle sourit de ce principe, au fond là réside la morale de Lucien, ne pas se mélanger.
Surtout pas avec une femme. À elle il n'est pas mêlé, mais agglutiné.
À Levallois on disait être à la colle c'était très fréquent dans cette banlieue rouge.
Eh bien à soixante - dix ans, la voici à la colle, c'est plutôt drôle, non merci elle ne goûtera pas de ce riz plâtreux.
Commenter  J’apprécie          30
marlene50marlene50   27 décembre 2017
Elle hausse les épaules et parvient mal à masquer une vague rougeur derrière le grand bol de café qu'elle soulève avec une lenteur précautionneuse.
Ridicule d'être ainsi troublée, telle une jeune mariée au premier matin de son voyage de noces.
Elle n'en a jamais eu, de voyage de noces, Gilbert et elle étaient trop fauchés et avec Armand ils étaient trop vieux.
Elle repose son bol, sourit en dedans, elle allait oublier qu'elle commence à être très vieille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Claude Pujade-Renaud (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claude Pujade-Renaud
Le 7 mars 2013, François Busnel reçoit :
Benoîte Groult, Ainsi soit Olympe de Gouges Alix de Saint-André, Garde tes larmes pour plus tard, à propos de Françoise Giroud, Histoire d'une femme libre : un manuscrit retrouvé par Alix de Saint-André à l'IMEC et publié par cet écrivaine à titre posthume. Andreï Makine, Une femme aimée Claude Pujade-Renaud, Dans l'ombre de la lumière
La Grande Librairie

France 5 #LGLf5
-- François Busnel propose en direct chaque jeudi à 20h35 sur France 5, un magazine qui suit de près l'actualité littéraire avec pour seul mot d'ordre, le plaisir.
Retrouvez toutes les informations sur les invités et leur actualité sur notre site : http://www.france5.fr/la-grande-librairie Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux pour suivre notre actualité : https://www.facebook.com/pages/La-Grande-Librairie/512305502130115 https://twitter.com/GrandeLibrairie Et réagissez en direct pendant l?émission avec le hashtag #LGLf5.
+ Lire la suite
autres livres classés : Belles-mèresVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1335 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre