AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Le Parrain (29)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
balrog
  11 septembre 2012
Des romans sur "cosa nostra", on en trouve pas beaucoup, et la plupart sont écrits par M. Puzo. La Mafia est la source d'inspiration de cet écrivain, son terrain de jeu ; et on peut dire qu'il connait ce terrain comme sa poche...Je me demande même si Puzo n'entretenait pas des relations avec des gangsters à l'époque.
L'histoire du parrain, beaucoup la connaissent grâce à l'adaptation cinématographique dont je n'émettrais pas d'avis car je n'ai pas vu le film...Le livre me suffit !
Tout les personnages ici sont fascinants, qu'ils soient principaux ou secondaires, Puzo prend un malin plaisir à parfaire leurs personnalités. Il est vrai que certains passages ne sont pas indispensables au bon déroulement du récit, mais l'auteur a un tel talent de conteur, que ses " petites dérives " reste un plaisir à la lecture.
Puzo n'utilise pas le langage soutenu , mais il ne tombe pas non plus dans la vulgarité, ce que j'apprécie énormément, car il est facile de tomber dans la grossièreté dans ce genre d'histoire.
Le parrain est un livre qui m'a beaucoup marqué, le suspense est terrible et certains passages sont inoubliables, et quand on observe le visage de la Mafia à l'heure actuelle, on constate que Puzo était un visionnaire...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2117
dourvach
  09 septembre 2018
Authenticité. Maître-mot de cette oeuvre maîtresse...

1968 : Mario PUZO, autant dire un presque inconnu, livre son roman décrivant par le menu la vie d'une des six familles new-yorkaise de "Notre Chose" ("Cosa Nostra"), sur une soixantaine d'années – depuis l'aube sicilienne du XXème siècle.

Il co-écrira très vite le scénario des deux films de Francis Ford COPPOLA ["The Godfather"/ "Le Parrain" I & II, 1972 & 1974] qui rendront le roman et son adaptation cinématographique également et justement célèbres.

On sait que le film - aux deux puis trois Parties - est un adagio, un chant funèbre d'où émergent les figures tragiques inoubliables incarnées par Marlon Brando et Robert de Niro (Le "Don", Vito Corleone, âgé puis jeune), James Caan ("Sonny"-Santino Corleone, l'aîné fougueux), John Cazale ("Fredo"-Frederico Corleone, le terne second fils du patriarche), Al Pacino ("Mikie"-Michael Corleone, le benjamin et futur héritier du trône), Talia Shire ("Connie"-Constanza Corleone, la soeur victime de violences conjugales), Robert Duvall (Tom Hagen, fils adoptif du "Don" et son futur "consigliere"), Al Martino (Johny Fontane, le "Frank Sinatra" De La Famille... et filleul choyé par son "Parrain"), Richard S. Castellano et Abe Vigoda (Peter Clemenza et Tessio, les deux "caporegime" du Don, associés de la première heure de la "Genco Olive Oil Company"), Lenny Montana (Luca Brasi, le tueur De La Famille, occis à la cordelette sicilienne), Al Lettieri ("Le Turc"-Virgil Solozzo) mais aussi la troublante Diane Keaton (Kay Adams, la petite amie puis seconde épouse de Michaël Corleone), Simonetta Stefanelli (Apollonia, l'épouse secrète de "Mikie", colombe qui mourra dans l'explosion qui aurait dû tuer son mari...) ou encore Salvatore Corsitto (Amerigo Bonasera, le croquemort au prénom emblématique dont le visage capté en clair-obscur ouvre le film...).

Le livre de Mario Puzo est une mine d'informations. Chef d'oeuvre de psychologie banalement humaine, ouvrage aux sources mystérieuses, étonnant de justesse et incroyablement documenté : car "ces Gens-là" ne sont pas des monstres, tout juste de "simples" animaux humanisés comme nous autres... Une famille presque banale.

Bien sûr, Vito a "réussi"... à survivre d'abord en se sauvant de son village de Corleone à ses douze ans (suite à l'assassinat de son père, persiste la crainte que le fils ne le venge... )... puis en se débarrassant de "Don Fanucci", ridicule figure de "la Main Noire" en complet et chapeau crème, rackettant tous les petits trafics de la "Little Italy" new-yorkaise... enfin, en laissant venir à lui les demandes de "protection" liées à son nouvel aura – gentil petit commerce tournant très vite gros "business", développant ainsi sa silencieuse arborescence sous couvert de la respectable "Genco Olive Oil Company"...

Un récit passionnant, ethnologiquement "utile", psychologiquement éclairant ; ici, aucun jugement – ce qui le différencie nettement de la "Trilogie cinématographique de la Mafia" que peignit avec son immense talent Martin SCORSESE ("The Goodfellas"/ "Les Affranchis" [1990], "Casino" [1995], "The Departed"/"Les Infiltrés" [2006]) où, comme au travers des grilles d'un zoo, nous observerons le côté le plus bestial de ces humanoïdes qui – étrangement – nous ressemblent.

Une famille "presque" comme les autres, au fond...

Voilà, au fond, l'origine secrète du capitalisme : cette simple soif humaine de "réussir"... quel qu'en soit le (futur) prix à payer.

Et puis il nous faut bien comprendre ce qu'est un "poinçonneur" : simple "soldat" précurseur – sans plus d'états d'âme – de "nos" futurs empoisonneurs au glyphosate... Humanoïdes anonymes travaillant avantageusement dans l'ombre, auxquels on pourrait rendre hommage en citant le titre du célèbre roman de Robert MERLE : "La mort est mon métier" [1952] ...

Sous ses airs de simple auteur d'un livre phare "sur la Mafia" – comme l'est également le témoignage "Gomorrha" [2006] de Roberto SAVIANO, décrivant de l'intérieur les méandres tentaculaires de la "Camorra" napolitaine – , le new-yorkais Mario Puzo (1920-1999) nous fait l'effet d'un "Grand auteur du passé" dont nous méconnaîtrions de plus en plus l'aura et la puissance de feu prophétique...

Regard omniscient de l'auteur pénétrant son archipel d'âmes si ordinaires.

Un grand peintre Primitif, par ailleurs si grand connaisseur de la Psyché humaine (Ψυχή) et de ce "Milieu" pas si étranger à notre humanité familière...

Son livre "brut" est – avec ses répétitions comme "motifs" utiles, ses incessants et éclairants retours-au-passé, ses fausses digressions – absolument définitif, hélas pérenne et littérairement indémodable.

Traduction française précise et exigeante de Jean PERRIER pour le compte des éditions Robert Laffont [1970, revue en 2011] ; ouvrage de 816 pages (Ah, ce premier chapitre "d'exposition" comptant 114 pages !) dans son édition magnifique et bon marché - 12,50 € - "Pavillons Poche", où j'ai relevé seulement deux coquilles...
Lien : http://fleuvlitterature.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Davalian
  21 décembre 2013
Entamer la relecture d'un monument, d'un livre qui a laissé une telle empreinte dans un parcours de lecteur n'est pas un exercice que l'on entreprend avec sérénité. le temps passé, les lectures faites depuis, les découvertes réalisées, le changement de regard fixent des exigences nouvelles. Elles ont d'autant plus fortes lorsque le sujet est un polar.
Encore faut-il préciser que s'il s'agit d'un roman noir, il s'agit d'une étiquette commode, utile pour classer rapidement ce roman qui offre un nombre important de facettes insoupçonnées. Oui, il a bien une histoire de gangsters, un fonds de polar. Dans ce cas, les sceptiques s'interrogent déjà : quel intérêt de connaître cette histoire que tout le monde a déjà vu à l'écran ? Et bien, découvrir toutes ces facettes justement, s'ouvrir au-delà de la simple intrigue, quitte à devoir composer avec des histoires secondaires à peine évoquées ou tout simplement passées sous silence. Ainsi les histoires de Lucy, Johnny Fontane, du périple de Las Vegas... bref autant de moments qui offrent bien plus au lecteur qu'une simple impression de bonus télévisuel passé à l'écrit. Et nous parlons là d'une adaptation réussie ! Voilà de quoi convaincre les fans encore récalcitrants...
Ce roman glisse un nombre incroyable d'explications quant au phénomène de la mafia. Si vous désirez comprendre le symbole inscrit sur la première de couverture, il vous faudra lire, puis réfléchir. Car les pistes évoquées par Mario Puzo ne sont pas inintéressantes. Bien au contraire. Elles sont par ailleurs inscrites dans le contexte actuel. certes, nous ne sommes plus en 1945 ni en 1947, mais les temps de crise laissent à réfléchir...
L'histoire est également un joli traité sur l'hypocrisie et la manipulation. Une vraie petite bible du genre. Elle est d'autant plus intéressante à suivre que les leçons se dessinent alors que les chapitres lus s'accumulent les uns après les autres.
Le style de Mario Puzo est efficace, masculin, sans effets de style, mais terriblement percutant. L'enchainement des passages, la maitrise de l'intrigue, la grande variété des épisodes évoqués... tout cela est époustouflant ! Enfin cerise sur la gâteau : la traduction. les puristes (lecteurs en VO) vont se sentir humiliés, il n'empêche que l'insertion du vocable emprunté au cinéma d'Audiard est un vrai régal !
Un chef d'oeuvre à lire, relire, voir, revoir et à méditer !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Crossroads
  29 novembre 2010
Monumental , incontournable , culte!!!
LE livre sur la Mafia...beaucoup plus fouillé et détaillé que ne l'est le film meme si Brando en Don Corleone est magistral..
Commenter  J’apprécie          130
eco
  23 octobre 2013
Excellent livre! Si j'ai eu un peu peur de sa taille et de certains commentaires freinés par la multitude de personnage,s j'ai trouvé l'histoire limpide et claire. Pour autant que je m'en souvienne, les films sont assez proches du livre. "Le Parrain" est écrit d'une manière telle que la lecture est fluide et jamais laborieuse. Je ne vais pas vous manquer de respect en refaisant le pitch mais sachez que si vous avez vu les films il y a longtemps, si vous projetez de les voir, si les histoires de Mafia vous plaisent… Et bien foncez!
Commenter  J’apprécie          124
Nessah
  14 août 2012
Après avoir vu le film "x fois" , j'ai voulu savoir si l'adaptation cinématographique était fidèle au livre. Je n'ai pas été déçu . Mario Puzo fait le récit de cette famille qui veut s'intégrer dans le système américain, mais, tout en gardant son héritage sicilien, dans une définition "sonna coca nostra" "ce sont nos affaires", tout est réglé par la" famille" et l'amitié est la première chose que demande le parrain en échange de son aide, mais le livre ne se focalise pas seulement sur la famille proche, l'auteur nous révèle un peu plus sur l'histoire de Johnny Fontane, Lucie Mancini, Albert Neri, qui sont proches au coeur du "parrain".
Je pense que Coppola à vraiment été imprégné par le livre de Mario Puzo pour en faire une si bonne adaptation.
Commenter  J’apprécie          90
Ciella
  04 décembre 2012
A part quelques différences avec le film qu'on peut compter sur les doigts d'une seule main : Michael qui a deux fils au lieu d'un fils et d'une fille, un Michael défiguré, tombé dans un coma d'une semaine, Michael et Apollonia qui vivaient chez Don Tommasino et pas dans une demeure propre à eux, Kay qui vient demander auprès de Michael après son retour de la Sicille, alors que c' lui qui prend l'initiative de l'aborder dans le film,.. ce dernier demeure fidèle au roman qui l'a inspiré. C'est La première fois que je ne suis pas déçue d'une adaptation cinématographique. Bravo le réalisateur mais avant bravo l'auteur dont le roman a servi de solide base pour le travail. Les 821 pages du roman sont un vrai régal. le livre nous rapproche d'une façon pas possible de la mafia italienne, plus exactement sicilienne ( la cosa nostra, l'omerta,.. ) avec plus de détails même sur les personnages secondaires. L'auteur s'attarde sur le caractère et la vie de chacun.

Grande Mario, sans toi, une telle trilogie n'aurait pas vu le jour et nous serions tous été privés d'un tel chef d'oeuvre. Dans ta langue, je te dis Grazie :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
sl972
  12 décembre 2017
Même ceux qui ne savent pas qu'elle est adaptée d'un roman connaissent – au moins de nom – la trilogie du Parrain, réalisée par Francis Ford Coppola. Mais avant les films, il y a donc eu un livre. Et pas n'importe quel livre.
Le Parrain fait partie de ces pavés qu'on voit par hasard sur une étagère, autour desquels on hésite, on se tâte, on se raisonne avant de partir puis de revenir et de repartir… en l'emportant avec nous. Il a traîné longtemps sur une table, à attendre que je veuille bien daigner le commencer. Oui, il m'a fallu du temps pour le commencer mais, après ça, je ne l'ai pas lâché.

On lit le Parrain pour l'histoire qu'il raconte – plus ou moins connue d'ailleurs – et pour son impressionnante galerie de personnages. On le lit parce que chacun a son rôle, même s'il peut paraître très secondaire à l'histoire. On peut avoir ses préférences mais tous les personnages fascinent, et c'est pour cela qu'on ne peut pas refermer ce livre avant d'en avoir atteint la fin.
Tout n'est pas rose – on parle quand même de la cosa nostra – mais ce que Mario Puzo nous raconte est totalement captivant. Il emploie un style abordable, pas trop soutenu mais sans tomber non plus dans l'excès inverse qui est le trop familier ; non, on lit ce livre comme on écouterait quelqu'un nous le raconter au détour d'une conversation. le style est faussement simple, très direct, et c'est aussi cela qui fait la force et le charme de ce roman.

On est vraiment loin de l'image que l'on se fait habituellement de la mafia. le résultat est un livre devenu un classique du genre et un véritable chef-d'oeuvre que je conseille à tous de lire et de relire. Vous ne serez absolument pas déçu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Caalfein
  17 juillet 2017
"Le Parrain" c'est l'immersion dans l'univers de l'une des familles mafieuses les plus puissantes de New York, les Corleone, sur une période de onze ans post seconde guerre mondiale.
Au-delà du Parrain lui-même, un Don Vito Corleone charismatique, qui nous charme par sa perfidie, son intelligence, sa finesse et sa classe, Mario Puzo nous offre une galerie de personnages travaillés aux petits oignons.
Loin des clichés mafieux et à travers une écriture simple et sobre, Puzo développe une histoire, celle des Corleone, mais aussi des histoires dans l'histoire. On a ainsi droit à un mélange de roman noir, de romance et de roman historique.
C'est un monde d'hommes misogynes où la place de la femme est souvent réduite à celle du plaisir du mâle et de l'enfantement, mais on y entre, grâce à l'auteur, avec les doses de fascination et de répulsion qui vont bien, nous permettant d'apprécier à sa juste valeur un long récit. On comprend alors le succès qu'à rencontrée l'adaptation cinématographique de Francis Ford Coppola, resté aussi fidèle que possible à l'oeuvre de Puzo même s'il lui manque le petit supplément d'âme que confère le livre à cette histoire ainsi que pas mal de détails qui permettent de comprendre les moeurs, la psychologie des personnages et certains faits. 
J'ai cependant regretté quelques longueurs dans ce pavé de plus de 800 pages en format poche et parfois des informations répétitives à quelques lignes d'intervalle. J'ai aussi été déroutée par la façon dont l'auteur à construit son roman. Il est en effet composé de six livres chacun découpé en chapitres, dont certains font la part belle à des personnages qui de secondaires deviennent principaux et où la famille Corleone est absente. Impatiente de les retrouver, et sans toujours saisir l'intérêt de ces intermèdes par rapport aux protagonistes Corleanais, je me suis sentie frustrée par moments. Ce n'est qu'après avoir refermé le livre et pris un peu de recul, que j'ai compris que c'était aussi une façon pour l'auteur de nous montrer comment toute personne qui croise un jour le chemin d'un Corleone est marquée d'un fer invisible qui influera sur la suite de sa vie, pour le meilleur ou pour le pire, directement ou indirectement. Et là on se dit Whaou, trop forts les Corleone et bien joué Mario !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          64
neptune
  18 novembre 2008
Beaucoup mieux que la version cinématographique si on désire connaître les pensées et la psychologie des personnages.
Commenter  J’apprécie          60


Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1045 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre