AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2879293502
Éditeur : Editions de l'Olivier (24/08/2017)
Résumé :
Anil et Mirna ont une vie bien réglée, entre les enfants et le magasin de vêtements qu’ils possèdent. Ce jour-là, comme tous les autres jours, Anil quitte la boutique à midi pour aller déjeuner avec son ami Rakesh. Et ne reparaît pas. Comme s’il s’était volatilisé. Désespérée, Mirna fait face à cette absence qui ressemble à un abandon. Jusqu’au moment où, de guerre lasse, elle décide de refaire sa vie. Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Car nous sommes à l’île Ma... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Citations & extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   03 octobre 2017
Il prenait le bon là où il y en avait à prendre et tant pis pour la réputation qu’il se bâtissait avec le temps.
   Ce qui comptait le plus pour lui, c’était de profiter au maximum de chaque instant et chaque situation qui se présentait.
   Il jouait ce soir pour la troisième fois du mois dans un nouveau bar à jazz de Lausanne, « le Queens », salle mal aménagée pour jouer de la bonne musique et remplie de soûlards divorcés et dépressifs qu’il côtoyait malgré lui dans ces clubs fermés. Il avait l’habitude de voir ce genre de pauvre type par ici. Le genre de mec qui donne envie de lui payer un dernier verre pour qu’il vous raconte, entre deux gorgées, ses malheurs. Souvent les mêmes histoires, le mec s’était rendu compte que des cornes lui poussaient du front parce que sa femme s’était trouvée bien mieux chatouillée par un type de quinze ans son cadet. Et pour couronner le tout, la garce avait gardé maison et enfants, bien sûr. Beau tableau, toujours pareil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   03 octobre 2017
Qu’ils étaient inventifs, ces gamins, toujours à raccommoder des mots avec des images, et cruels par-dessus le marché ! À la moindre dispute avec quiconque de ses camarades, on lui rebattait les oreilles de son surnom sur tous les tons, lui demeurait sans voix, incapable de se défendre, son insigne flottant autour de lui comme sur une banderole le pétrifiait de honte, l’empêchant la nuit venue de trouver le sommeil. Heureusement qu’en grandissant, ils l’ont délivré, de guerre lasse, de ce mauvais sort qu’il a confiné avec ses autres secrets d’enfant dans un coin obscur de sa mémoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   03 octobre 2017
Sa situation ces trois dernières années s’était bougrement améliorée et le faisait jubiler. Il n’aurait voulu pour rien au monde changer ses habitudes. Rien, Nada. Tout lui plaisait, à commencer par ses petits rituels de célibataires comme les matchs de foot à la TV le mardi soir avec ses potes fans de leurs équipes respectives, des beuveries inattendues avec d’autres et rentrer à pas d’heure sans avoir à se justifier face à un regard féminin glacial et rancunier, ou encore se réveiller ailleurs que chez lui et en très bonne compagnie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   03 octobre 2017
Incontestablement, tout comme ces marabouts africains guérissent des maladies en faisant ingurgiter à leurs patients une mixture des plus douteuses, ou précisent quel jour et à quelle heure la pluie va enfin s’abattre sur leurs terres dans la simple contemplation d’un marc de café stagnant dans le fond d’un bol, ou encore prédisent l’avenir des gens en contemplant le trou du cul d’une poule, Laurent Trod, lui, prétendait avoir le don de lire dans les hanches des femmes. Bien heureux à lui si sa faculté se révéla vraie !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   03 octobre 2017
De son côté, heureuse avec Mathias, dont elle aimait à peu près tout ou presque, Maryvonne faisait de la couture pour des femmes du quartier, ce qui lui procurait d’autres petites rentrées d’argent à déposer à la banque. Le «presque» qu’elle reprochait à son mari était de ne jamais lui dire qu’il l’aimait lorsqu’ils étaient au lit et qu’elle le questionnait sur le sujet. Et Mathias de lui répondre chaque fois: «C’est-tu bien nécessaire? Tu l’sais!»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Video de Barlen Pyamootoo (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Barlen Pyamootoo
Salogy's de Barlen Pyamootoo .« Comme tous ses frères et s?urs, ma mère a fréquenté l?école primaire qui longeait le canal derrière le cinéma Buckingham. J?ignore ce qu?on lui a appris, je sais qu?elle a été punie pour ce qu?elle était : pour l?ignorance et la pauvreté de ses parents, pour son vocabulaire restreint, l?aspect de ses vêtements et probablement la couleur de sa peau. Elle a arrêté l?école à huit ans sans savoir lire ni écrire. » Barlen Pyamootoo est l?auteur et le narrateur de ce livre, le livre de sa mère, Salogi, et de tout ce qui a fait ce qu?elle était : son enfance et la misère de ses parents, ses efforts ensuite pour réparer cette injustice, son attachement aux traditions avec les rites et les cérémonies, sa passion pour les feuilletons bollywoodiens, ses générosités de mère, la boutique qui ne marche pas, le chômage qui sévit à l?île Maurice dans les années 1970 et l?exil. Il fait revivre Salogi avec pudeur. Sa voix singulière, par sa sobriété et son classicisme, impose une manière de dire ce qui ne peut être dit. http://www.editionsdelolivier.fr/livre/Salogys/9782879295855
+ Lire la suite
autres livres classés : misèreVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle






Quiz Voir plus

Quiz "Une jeunesse au temps de la Shoah ; Extraits d'une vie" Simone Veil

Quel est le nom de jeune fille de Simone ?

a) Veil
b) Jacob
c) Steinmetz

10 questions
447 lecteurs ont répondu
Thème : Une jeunesse au temps de la Shoah : Extraits d'Une vie de Simone VeilCréer un quiz sur ce livre