AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Bernard Turle (Traducteur)
EAN : 9782213021294
279 pages
Fayard (01/02/1989)
3.65/5   74 notes
Résumé :
Les demoiselles Bede, deux sœurs d'âge moyen et de caractères opposés, ne vivent que pour les intrigues de leur paroisse de campagne. Harriet, douillette, élégante et irrésistiblement gaie, a une passion : s'occuper des nouveaux vicaires, surtout s'ils sont jeunes, pâles et minces.

Sa sœur Belinda, plus timide, se désintéresse de la mode, et cultive depuis trente ans une sage dévotion pour l'archidiacre Hoccleve.

Un vieux comte italie... >Voir plus
Que lire après Comme une gazelle apprivoiséeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
3,65

sur 74 notes
5
6 avis
4
18 avis
3
3 avis
2
5 avis
1
0 avis
Vieilles dentelles sans arsenic! C'est peut-être d'ailleurs ce qui manque pour que Comme une gazelle apprivoisée soit inoubliable. En l'état, c'est un équivalent de Clochermerle, version british, avec les rideaux faits pour être soulevés lorsqu'un mouvement est détecté chez le voisin, l'oeil exercé à détailler la tenue vestimentaire des passants, les interprétations incessantes des faits et gestes de chacun avec beaucoup de suppositions (BFM TV avant l'heure).

C'est qu'il date ce roman qui brosse le portrait de deux soeurs matures, célibataires mais néanmoins convoitées (plusieurs demandes en mariage auront lieu), et qui font malgré tout les difficiles : trop mous, trop typés, trop laïcs… les prétextes sont multiples pour refuser les propositions.

L'ensemble manque de relief. Certes l'ambiance y est, mais le roman évoque plus une toile de fond, sur laquelle manque un événement marquant, un petit crime peut-être, ou un joli scandale, quelque chose qui apporte du piment dans la vie policée du village.

Le sentiment d'ennui est pardonné en raison de l'ancienneté de la publication princeps, en 1950, et on les excuse quand même ces demoiselles condamnées à vivre dans leur époque sans avoir l'audace de bousculer les lois qui gouvernant la bienséance.

Merci aux éditions Belfond.

#CommeUneGazelleApprivoisée #NetGalleyFrance

Lien : https://kittylamouette.blogs..
Commenter  J’apprécie          780
N'avez-vous jamais rêvé de rentrer dans le quotidien de vos personnages préférés en dehors de tout drame ? Parfois, la vie sentimentale d'un inspecteur ou les relations d'une enquêtrice avec ses proches sont tellement bien croquées qu'on se plairait à imaginer qu'elles ne soient plus seulement l'arrière-plan d'une intrigue policière mais deviennent l'objet d'un roman à part entière.

Cette fantaisie est devenue réalité avec Comme une gazelle apprivoisée. Ses deux héroïnes, les demoiselles Bede, semblent en effet tout droit sorties d'un roman d'Agatha Christie avant qu'aucun meurtre ne soit commis. Dans un village d'Angleterre du début du 20e siècle, les deux soeurs, à la fleur de l'âge bien entamée par une cinquantaine assumée, vivent une confortable et convenable existence de bonnes paroissiennes.

Bien qu'assez malhabile, à ses dires, l'ainée, Belinda, participe à la préparation de la kermesse dans le jardin de son amour de jeunesse, l'archidiacre Hoccleve, un homme pompeux, paresseux et tout à fait imbuvable, ce qu'elle ne parvient pas tout à fait à nier mais qui ne lui enlève aucun des tendres sentiments qu'elle continue de lui porter secrètement. Tandis qu'elle élabore des pyramides de courges, sa soeur Harriet met la dernière main au plantureux repas qui sera servi au jeune vicaire. Harriet a une passion immodérée pour les vicaires. Elle n'aime rien tant que de les gaver de volailles et de gelée de pomme maison, leur tricoter des chaussettes grises, toujours légèrement trop grandes ou trop petites, fidèle en cela à la ligne de conduite que semblent s'être fixé toutes ces dames à l'endroit des hommes d'église qu'elles choient avec autant de zèle que d'approximation. Pour ces guirlandes de vicaires qui se succèdent au fil des ans affichant une similitude physique et morale des plus remarquables, Harriet cultive une coquetterie vestimentaire qui met en valeur ses formes rondes.

Dans le cercle étroit de leurs estimables relations, les soeurs comptent, outre l'archidiacre et le vicaire du moment, un comte italien de tout temps épris d'Harriet, un bibliothécaire, un évêque anglican, une couturière qui n'est pas tout à fait de leur monde et quelques vieilles filles qui n'ont pas leur charme. Ce petit monde s'observe, se reçoit et se jauge, passant au crible des bonnes moeurs revendiquées le moindre geste de ses voisins.
Bien sûr, tout ceci nous est raconté avec l'humour et la finesse d'analyse d'une romancière délicieusement anglaise. Ainsi cet échange avec le bibliothécaire d'un collège d'Oxford après qu'il aura précisé que le chauffage central et des cabinets de toilettes pour les dames ont été installés depuis une dizaine d'années : « « Je n'aime pas beaucoup cette attitude révérencieuse et pleine de discrétion à l'égard de notre grande bibliothèque. Après tout, elle est faite pour les êtres humains, n'est-ce pas ? – oui, je le suppose », répondit Belinda peu convaincue : elle se rappelait en effet les personnages étranges qui y travaillaient du temps où elle était étudiante et dont beaucoup, si l'on s'en tenait à leur apparence, n'auraient guère mérité ce qualificatif. »

Il parait que le vicaire se serait fiancé. Harriet est aux quatre-cents coups. Belinda renonce à tricoter un chandail pour l'élu de son coeur. La couturière a trouvé une chenille dans le gratin de chou-fleur qu'on lui a servi. L'épouse de l'archidiacre part prendre les eaux quelques semaines pour remédier à ses rhumatismes. Il n'en faut pas plus pour rendre toute chose cette brave Belinda bien qu'elle ne parvienne pas réellement à profiter de la situation. « Et pourtant, comment pouvait-on profiter pleinement de l'absence de la femme d'un archidiacre ? Aucune demoiselle vraiment respectable n'aurait pu, ni voulu, le faire. C'est ce qu'elle rappela à Harriet, laquelle, avec son obstination caractéristique, refusa de comprendre, et se contenta de souligner que nous ne rajeunissons pas. »

Et voilà qui fera l'intégralité du roman. Il sera à peine question de demandes en mariage, juste assez pour que la potentialité d'un changement rende plus rassénérant le retour à la tranquille normalité d'une vie où il ne se passe absolument rien. Mais de manière si délicate, désuète et surannée qu'on en redemanderait (presque). Il est toutefois remarquable que ce charmant roman malgré qu'il ait abordé la condition des femmes célibataires et autonomes, les colonies anglaises en Afrique, les prétentions d'une élite culturelle bien peu à même d'utiliser son bagage au service d'un regard plus clairvoyant sur le monde, n'ait strictement rien dénoncé. Peut-être que toute la charge doit être assumée par un regard amusé, à peine taquin, pas même mordant ?

Quoiqu'il en soit, après ces délices suaves et subtiles qui feraient passer une tasse de tilleul pour un alcool fort, je me suis sentie d'attaque pour entamer quelque chose d'un tout petit peu plus costaud. Quelque chose où il y ait un peu d'action, tiens.
Commenter  J’apprécie          3518
De ces pages de Barbara Pym, au délicieux accent vieillot, s'échappent de pittoresques ecclésiastiques, d'attendrissantes vieilles filles encore dans la fleur de l'âge, divers tricots en cours, des petits tracas récurrents soulevés par le choix de repas à servir aux invités, des sermons plus ou moins soporifiques et des litres de thé ! le tout blotti dans un joli petit village anglais où les coeurs battent toujours vers la recherche d'un être à aimer.

Deux soeurs nous ouvrent leur porte. Harriet et Belinda affichent chacune une belle cinquantaine. Franche et enjouée, prompte à s'enticher de chaque nouveau vicaire (Ah, les jeunes ecclésiastiques !), Harriet se soucie de son apparence et prend plaisir à assortir chacune de ses tenues. Belinda, timide mais observatrice, douce et romantique, garde son coeur intact depuis trente ans en restant fidèle au pasteur de leur paroisse, l'archidiacre Hoccleve. Quel dommage que celui-ci ait épousé la rigoureuse et barbante Agatha !
Ce soir, le dernier vicaire en date, le jeune révérend Edgar Donne, doit venir souper et l'effervescence est à son comble chez nos irrésistibles anglaises.

Rien d'ébouriffant ni d'exceptionnel dans la vie de ces vieilles filles, mais quel plaisir de se plonger dans cette atmosphère surannée, simple et douillette ! Avec toutefois de nombreuses observations où pointent une adorable moquerie, comique et subtile, sur bon nombre de personnages, nous dévoilant les petits défauts des uns et des autres.
L'archidiacre par exemple, d'après Belinda, est loin d'avoir toutes les qualités qu'un homme d'église est censé avoir mais il a tant de charme ! Même si ses sermons sont ennuyeux à mourir, elle trouve toujours des excuses face aux critiques proférées par sa soeur. Il se dérobe pourtant facilement devant les tâches fastidieuses, aime se lever tard, se plaint de sa femme… le sentiment amoureux est plein d'indulgence…
Revenons à nos soeurs célibataires qui s'activent pour les kermesses, s'inquiètent d'un repas servi à la couturière, se gênent pour une pièce non époussetée, tricotent des chaussettes ou un chandail avec une laine d'un joli gris ecclésiastique. Harriet gâte le jeune vicaire de fruits juteux et de friandises et refuse inlassablement les demandes en mariage d'un conte italien pourtant plein d'élégance et de gentillesse et qui, le pauvre, parcourra le roman en amoureux transi éternellement éconduit.
De demandes en mariage, il en sera question mais faut-il vraiment prendre le risque de chambouler une existence bien huilée ? Celle-ci peut sembler monotone mais elle a le charme ouaté et confortable d'une vie prévisible sans devoir affronter « les vicissitudes inconnues de la vie conjugale. »
Et puis il ne faut pas oublier les convenances afin de ne pas alimenter les cancans colportés si promptement par les domestiques. Irrésistibles sont les petits dialogues sur les petites choses gênantes du quotidien qui font rougir dès que ces sujets légèrement scabreux sont abordés dont ceux qui se réfèrent aux petits coins sanitaires. Est également d'une grande importance le fait de réfléchir sur le choix approprié ou non de tel ou tel hymne chanté à l'église. Alors, est-elle si monotone que cela la vie de deux vieilles filles, dames patronnesses dans la campagne anglaise ?
Elles ont même de nombreux vers réconfortants offerts par quelques poètes anglais pour étayer certains évènements ou sentiments et dont Barbara Pym embellit son texte.

« Comme une gazelle apprivoisée » nous invite juste à prendre le thé, enfin plusieurs théières de tea, tout en écoutant les commérages d'une paroisse, les sermons passionnants ou assommants qui y sont donnés et surtout les quêtes d'un être à aimer et c'est déjà beaucoup pour une petite récréation estivale avec la nostalgie des choses simples et désuètes !
Commenter  J’apprécie          310
Dans une petite ville de la charmante campagne anglaise, les soeurs Bede, deux célibataires sexagénaires vivent ensemble. Belinda, l'aînée, éternelle sentimentale, se morfond d'amour pour Henry, l'archidiacre, depuis trente ans, épiant tous les signes d'un amour qu'elle voudrait reciproque alors qu'il a choisi Agatha, une femme de tête. Quant à Harriet, la plus jeune, elle refuse toutes les demandes en mariage. La vie des deux soeurs est ponctuée de thés de l'après-midi, de déjeuners après l'office, de kermesse et de fêtes de Noël ou l'on croise des personnages tels que les fameux archidiacre et sa femme, mais également le vicaire tout jeune à qui l'on prête une romance avec une jeune niece d'Agatha, uen comte italien amoureux éconduit d'Harriet, une ancienne baroudeuse qui a recueilli une lointaine cousine, sans parler de deux bibliothécaires de Londres, de passage dans la région, dont l'un apprécie particulièrement ses passages dans le pub local. Tout ce monde se réunit régulièrement, partageant les potins, s'amusant des petits événements de la vie locale.

Une peinture plaisante de la vie provinciale de l'Angleterre des années cinquante, entre visites chez les uns et offices du dimanche où l'on commente les sermons et les tenues vestimentaires des unes et des autres, avant d'aller boire un sherry, où l'on suit les aventures sentimentales de Belinda qui rêve sa vie et s'imagine une histoire d'amour en laquelle elle est la seule à croire et sa soeur qui profite de la vie, plus enjouée mais qui privilégié sa vie affective avec sa soeur.
Barbara Pym, avec son regard tendre et humoristique, révèle les failles de ses personnages, leurs petites manies et leurs sentiments avec beaucoup d'humanité et de subtilité.
Commenter  J’apprécie          370
Ah, l'amour, cette douce sensation qui donne le sourire….de l'amour il y en a dans ce roman, du moins, c'est l'impression que l'on peut en avoir en lisant le récit de ces successions de demandes en mariage !
Mais l'amour peut avoir bien des visages...entre Belinda qui aime le même homme depuis 30 ans alors qu'il a choisi de se marier avec une autre, Harriet qui adore s'occuper de très près des jeunes vicaires mais qui refuse systématiquement les demandes en mariage répétées d'un voisin italien pourtant attentionné et les visites de plusieurs hommes tous célibataires et désireux de trouver une compagne, la vie de ce paisible village anglais va être bien mouvementée.
Deux soeurs célibataires sont les héroïnes de cette histoire où le sentiment amoureux est finalement le personnage principal.
Barbara Pym aime se moquer de ses personnages, elle nous les rend attachants tout autant que pathétiques car finalement personne ne joue vraiment franc-jeu, entre ceux qui font semblant de ressentir de l'amour alors que leurs intentions sont beaucoup plus terre à terre, ceux qui croient être amoureux mais ne sont amoureux que de l'amour, ceux qui se plaignent sans cesse de leur célibat alors qu'ils adorent la liberté qu'offre le fait de vivre sans conjoint et ceux qui ne savent pas reconnaître que leur couple leur convient finalement très bien, aucun des protagonistes de cette jolie comédie toute douce ne semble réellement sincère.
Mais que de péripéties dans ce petit village et en si peu de temps, un vrai vaudeville qui se joue dans des salons où l'on prend le thé chaque jour à heure fixe, pendant les offices religieux ou durant la kermesse du village.
Un roman qui se savoure comme un thé agrémenté de scones et de marmelade faite maison.
Commenter  J’apprécie          340

Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
Il avait par ailleurs l'intention d'aménager un plan d'eau, avec des nénuphars et des poissons rouges : quel serait, d'après Harriet, le meilleur endroit pour le recevoir ?
"Oh, Ricardo, quelle idée exquise ! s’exclama Harriet, enthousiasmée par le projet. Pensez-vous vous y baigner ? Avec un bon fond en ciment, ce serait très propre, et tellement romantique de nager au clair de lune en compagnie des poissons..."
Belinda eut la chair de poule en imaginant le frôlement des poissons froids et visqueux ; d'ailleurs Ricardo ne faisait jamais rien d'aussi extravagant. " Leigh Hunt a écrit de belles phrases sur les poissons, dit-elle à voix haute : Sans pattes, sans amour, odieusement chastes" ; elle s'interrompit. Peut-être la citation était-elle déplacée, et elle se sentit un peu honteuse de l'avoir faite – mais ce genre de réminiscences culturelles vous échappait toujours au moment le moins approprié.
Commenter  J’apprécie          70
Le nouveau vicaire semblait être un jeune homme très convenable, mais quel dommage que l’on vît, dès qu’il s’asseyait, le bas de ses caleçons longs négligemment fourrés dans ses chaussettes ! Belinda l’avait déjà remarqué lors de leur première rencontre au presbytère la semaine précédente, et en avait été fort gênée. Peut-être Harriet pourrait-elle lui en toucher un mot ; avec ses manières enjouées et sa franchise, elle parvenait toujours mieux que la timide Belinda à expliquer aux gens ces petits détails embarrassants. Bien sûr, il pourrait penser que cela ne les regardait pas, ce en quoi il n’aurait pas tort, mais, à en juger par la qualité de son premier sermon, Belinda doutait que penser fût chez lui une activité très fréquente.
Chapitre premier, premier paragraphe
Commenter  J’apprécie          80
Bien sûr, il ne faisait aucun doute que les Mbawawas représentaient une juste cause, mais n'étaient-ils pas plus heureux avec leurs fleurs et leurs feuilles ? Certes, on souhaitait les faire profiter des avantages du christianisme ; mais il était difficile de savoir où s'arrêter. Ils ne pouvaient guère assister à l'office en costume de feuilles, songea-t-elle, alors qu'elle-même jugeait une robe à manches courtes à peine décente. Mais fallait-il aller jusqu'à leur faire porter ces vêtements de coton informe ? Peut-être l'architecture de l'église avait-elle quelque chose à voir là-dedans : les vêtements qu'on portait devaient plus ou moins s'accorder avec son style … Ses pensées divaguèrent sur le fond sonore que leur procuraient les bêlements de l'évêque : il avait abordé le domaine musical.
Commenter  J’apprécie          70
Sans aucun doute, la personne la mieux habillée était Lady Clara Boulding, à qui reviendrait l’honneur de prononcer le discours d’inauguration. Ce qui était d’ailleurs dans l’ordre des choses, puisqu'elle était fille de comte et veuve de leur précédent député, un excellent homme à sa manière, bien qu’à la Chambre, on ne l’eût jamais entendu prononcer un mot, excepté le jour où il avait demandé si l’on pouvait fermer la fenêtre - à moins que ce ne fut le contraire.
Commenter  J’apprécie          100
- Il parlera sans doute de Noël, puisque nous en sommes si proches.
- En effet, c’est mardi prochain, répondit le vicaire. Je ne parviens pas à le croire, le temps est si clément.
- Noël vert, du monde au cimetière, comme on dit, déclara Harriet, d’un air satisfait. Je crains que certains vieillards ne nous quittent.
Commenter  J’apprécie          100

autres livres classés : soeursVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (166) Voir plus



Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
20154 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre

{* *}