AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Fanchita Gonzalez-Batlle (Traducteur)
ISBN : 2867465451
Éditeur : Liana Lévi (07/05/2010)

Note moyenne : 3.38/5 (sur 164 notes)
Résumé :
En vacances à Wuxi, l'inspecteur Chen rencontre la troublante Shanshan. Militante pour l'environnement, elle lui raconte son combat : sauver le lac Tai des déchets toxiques. Quand le directeur d'une usine chimique est assassiné, tous les regards se tournent vers la jeune activiste. Chargé de l'enquête, Chen oscille entre les beaux yeux de Shanshan et ses soupçons. Les écologistes seraient-ils plus dangereux que la pollution ?
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (42) Voir plus Ajouter une critique
sandrine57
  10 janvier 2016
C'est à Wuxi, au bord du lac Tai, que l'inspecteur principal Chen Cao est convié à venir se reposer dans le centre de villégiature réservé aux cadres du Parti. Son rang ne lui donne pas accès à ce privilège, mais son protecteur à Pékin, le secrétaire général du Comité de discipline du Parti à la retraite Zhao, pris par ses obligations, lui a cédé sa réservation. Officiellement en vacances, le policier en profite pour explorer la ville et les abords du lac qu'il fréquentait, enfant, avec ses parents. L'endroit a perdu de son charme, essentiellement à cause des nombreuses usines qui se sont installés sur ses rives. Entraînant une pollution des eaux, comme le lui explique la belle Shanshan, ingénieur à l'usine de produits chimiques Numéro Un et militante écologiste, rencontrée par hasard à la terrasse d'une gargotte. Sous le charme de la jeune activiste, Chen lui cache sa véritable profession, passant pour un professeur de lettres prompt à déclamer des vers. Mais, même en vacances, l'inspecteur ne peut échapper au crime. Quand sa belle est accusée du meurtre de Liu, directeur de l'usine où elle travaille, Chen vole à son secours, se mêlant discrètement de l'enquête par l'intermédiaire de Huang, un policier local qui lui voue un véritable culte.
Petite parenthèse romantique pour le camarade Chen Cao qu'on savait poète mais qui, sous le charme de la belle Shanshan, se lâche carrément, abreuvant sa conquête des plus beaux vers de la poésie chinoise augmentée de ses propres productions. Inspiré par la jeune fille et sa lutte, il flirte et couche ses émois sur le papier. Mais son destin est bel et bien d'être policier. Quand un meurtre est commis, il ne peut s'empêcher de s'en mêler, d'autant que Shanshan est suspectée...
Xiaolong Qiu s'intéresse ici à la croissance économique chinoise qui se fait aux dépends de la protection de l'environnement. Économie contre écologie, profits et rentabilité contre préservation de la nature. le Parti n'ignore pas les problèmes mais, soucieux de ne surtout pas freiner l'élan économique du pays, préfère fermer les yeux et les quelques mesures décidées à Pékin, ne sont pas respectées par les industriels. Et tant pis pour la qualité de l'air et de l'eau. Bien sûr des voix s'élèvent mais il n'est jamais bon de protester dans la Chine communiste.
Chen reste spectateur de tout cela même si la ferveur de Shanshan ne le laisse pas indifférent. Pragmatique, il sait que l'essor économique de son pays et la légitimité du Parti ne peuvent s'embarrasser d'un idéal écologique. Or, Chen est en pleine ascension...Alors il compatit, il se désole, mais il peut difficilement agir sans compromettre sa position.
Le lac Tai lentement se détériore, ses eaux polluées nuisent à la santé de ses riverains, la Chine poursuit sa course effrénée sur la route du capitalisme...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          394
tousleslivres
  27 janvier 2013
Mon premier polard chinois !!! et j'ai aimé !!!
La Chine... le lac Tai... un endroit idyllique pour passer des vacances, surtout quand celles-ci sont offertes par camarade secrétaire Zhao . En effet, l'inspecteur Chen Cao vient d'arriver au centre de détente de Wuxi, réservé aux cadres.
Chen Cao, 35 ans, grand, une beauté austère, légèrement pédant, cultivé et parsème ses conversations de poésie.
Tout en essayant de se détendre et de prendre du bon temps, chose que Chen n'est pas habitué, il va rencontrer, au petit restaurant au bord du lac, Shanshan, une militante pour l'environnement. Elle milite pour sauver le lac Tai, des déchets toxiques y sont jetés tous les jours et tout le lac est pollué.
Chen ne veut pas penser à son travail d'enquêteur, mais celui-ci va le rattraper car, même dans ce lieu idyllique il se passe des choses étranges. le directeur de l'usine chimique qui pollue de plus, est assassiné. Cette enquête va le mener en sous-marin. Il préfère mener son enquête presque incognito, il va pouvoir passer inaperçue et aborder plus simplement les habitants autour du lac.
Une très grosse enquête qui va plonger le lecteur dans une Chine traditionnelle éloignée des grandes agglomérations. Un paysage d'un lac totalement empoisonné de déchets toxiques. A l'heur du thé chinois, l'argent des industries est roi, le profit, l'appât du pouvoir est au détriment des gens, toujours plus pour gagner encore plus...
Mon premier roman Chinois, et bien je l'ai trouvé très intéressant, j'ai vraiment beaucoup aimé. L'auteur Qiu Xiaolong, nous plonge, comme je le disais plus haut, au bord de ce lac à l'agonie, mais tout en nous plongent dans un monde d'une beauté sublime. Ce que j'ai aussi ressenti, c'est la tranquillité de ce lac, les habitants y vivent à l'heure du thé et très certainement à l'heure des saisons, malgré que les touristes commencent à arriver, on sent comme un certain effet d'apaisement qui ressemble bien au peuple Chinois.
Une très belle première expérience que je vais renouveler...
Lien : http://tousleslivres.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Eric75
  06 août 2012
L'inspecteur principal Chen Cao prend des vacances, quasiment imposées par le camarade secrétaire Zhao, grosse huile pékinoise. Zhao lui demande de bénéficier à sa place d'un séjour au bord du lac Tai, dans le Centre de Wuxi destiné au repos des cadres dirigeants du Parti. Ça ne se refuse pas, et ça ressemble bien à une mission secrète commandée par Pékin (en tout cas, c'est ce que tout le monde pense, Chen Cao de disposant pas du statut qui lui permettrait de bénéficier d'un accès au Centre). Chen Cao est très vite confronté à deux problèmes : la pollution du lac en raison de la prolifération des algues vertes, décrite par Shanshan, une jeune militante écologiste rencontrée sur place, et le meurtre de Liu, le directeur de la principale usine chimique de la région, où travaille justement Shanshan.
Notre héros, s'étant fait largué par sa compagne dans les romans précédents, a tôt fait de s'amouracher de Shanshan, et lui fait la cour en cachant sa profession véritable (moins reluisante, sans doute que ce que laisse supposer son séjour à Wuxi). Ce faisant, il prend un risque : Shanshan ne fait-elle pas partie des suspects potentiels dans l'enquête pour meurtre ? On est surpris par autant de légèreté de la part de Chen Cao, qui nous avait habitués à plus de retenue orientale. Chen Cao sera amené à aider en sous-marin Huang, le jeune sergent chargé de l'enquête, qui lui voue une admiration sans borne et le compare volontiers à Sherlock Holmes.
L'intérêt de ce nouvel épisode des aventures de Chen Cao réside surtout dans sa relation avec la jolie et énigmatique Shanshan, car nous avons ici affaire à une vraie parenthèse romantique dans une série habituellement consacrée prioritairement aux enquêtes policières (même si la vie privée et sentimentale de Chen a déjà été évoquée dans les romans précédents). Pour autant, le suspense policier n'est pas totalement absent, et si les suspects restent classiques et immédiatement identifiables, bien malin celui qui aura deviné le coupable et son mobile avant la fin de l'enquête. Enfin, ce roman est l'occasion de dénoncer une dérive de la modernisation accélérée qui s'opère actuellement en Chine. La prospérité et la réussite économique ne doivent pas occulter la réalité de la pollution industrielle chinoise, nous dit Qiu Xialong, et nous ne devrions pas laisser aux générations futures le soin de trouver la solution à ce qui constitue déjà un problème de santé publique en Chine. Qiu Xialong ne va tout de même pas jusqu'à devenir un militant écologiste engagé. Tout comme Chen, il observe mais semble admettre qu'après l'idéalisme, vient le pragmatisme. Pour le bien de sa carrière, Chen, lucide, se résout à abandonner ses illusions, non seulement sur Shanshan, mais aussi dans sa capacité à aller à l'encontre du pouvoir en place.
Pour moi, Les courants fourbes du lac Tai est l'un des romans les plus aboutis de Qiu Xialong, qui donne matière à réfléchir. Dans le monde de la politique et de l'écologie, tout comme dans le monde des polars, la recherche des coupables n'est pas toujours innocente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
sevm57
  27 février 2019
Une des choses que j'apprécie dans les romans policiers au delà de l'intrigue et du suspens, c'est qu'ils sont aussi un excellent moyen de faire découvrir un pays et sa culture.
Ainsi, j'ai adoré découvrir le Botswana avec Mme Ramotswe, et j'ai un peu eu le même coup de coeur avec cette série que j'ai trouvé particulièrement originale et dépaysante puisqu'elle se déroule en Chine.
En vacances au bord du lac Tai dans un camp pour cadres du régime, l'inspecteur Chen rencontre une charmante et troublante jeune femme, Shanshan, qui essaie de le sensibiliser à la pollution du lac. Il est ensuite sollicité pour enquêter en parallèle de la police locale sur l'assassinat du directeur de l'usine chimique qui pollue le lac , pour lequel on soupçonne évidemment les militants écologistes, dont Shanshan.
J'ai beaucoup aimé le personnage de l'inspecteur Chen, que je découvrais dans ce roman et que je vais continuer à suivre. J'ai évidemment été sensible à son côté poète, mais également au regard qu'il porte sur le régime chinois.
J'ai également trouvé très intéressante la réflexion sur le développement de la Chine et sur son coût écologique.
Cela fait de ce roman policier un livre extrêmement riche, présentant plusieurs facettes : intrigue policière, histoire d'amour, réflexion politique, engagement écologique. Je me suis donc passionnée en le lisant à travers ces différents prismes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
domisylzen
  24 septembre 2015
Les bouquins qui se passent en Chine, j'adore. Celui-là ne fait pas exception à la règle.
L'inspecteur Chen est en vacances sur les bords du lac Tai, un magnifique lieu de villégiature. Une semaine de vacances offerte par le parti. Mais ce paradis est pollué par les usines qui l'entourent. Dès son arrivée le directeur d'une des usines est assassiné. L'inspecteur Chen rencontre l'énigmatique Shanshan qui milite pour la défense de l'environnement. Avec elle, il fera de longues promenades romantiques, une histoire d'amour à l'orientale. Pour Chen l'enquête est inévitable : Shanshan coupable ou innocente ?
Une réflexion sur la Chine et son développement très, trop rapide sur fond d'enquête policière et d'histoire d'amour. Passionnant.
Commenter  J’apprécie          200
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
Eric75Eric75   06 août 2012
- Je vais vous confier une chose. L'eau du lac contient deux cents fois plus de matières toxiques que la moyenne nationale, et le centre de contrôle sanitaire de Wuxi lui-même ne nie pas ce chiffre, dit-elle en buvant une gorgée à la bouteille. Bien entendu, il n'y a pas une cause unique. Outre la pollution industrielle, le traitement des eaux usées est aussi en retard par rapport au développement social et économique du delta du Yangzi. Au début des années quatre-vingt-dix, on estimait à cinq cent quarante millions de tonnes annuelles la quantité des eaux usées provenant de l'industrie qui se déversaient dans le lac, et à trois cent vingt millions celle des eaux usées domestiques. Mais aujourd'hui, les total dépasse les cinq milliards trois cent mille. Seulement trente pour cent des eaux usées domestiques sont traitées avant d'atteindre le lac.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
domisylzendomisylzen   25 septembre 2015
- Jiang va être accusé et condamné, je le crains, commença Chen. Dans deux jours.
- Comment est-ce possible ? Ils n'ont pas l'ombre d'une preuvre.
- Ils croient en avoir. Et c'est ce qui compte. Ce ne sont pas des policiers ordinaires, vous savez. C'est la sécurité intérieure.
Commenter  J’apprécie          130
SpilettSpilett   13 avril 2014
A une époque aussi polluée que la nôtre, la poésie est un trop grand luxe, au même titre qu'une bouffée d'air pur ou une goutte d'eau claire. La poésie ne peut rien, sauf satisfaire l'imagination.
Commenter  J’apprécie          60
ErrantErrant   01 septembre 2016
— En l’absence d’un ordre juridique solide, et en raison de la désillusion idéologique généralisée, notamment suite à la désastreuse Révolution culturelle, les gens se jettent sur ce qu’ils peuvent, à tout prix, dans notre époque d’hyperavidité. Certains économistes déclarent même que le désir de posséder est un mal nécessaire au développement. L’ironie, c’est que Marx lui-même a dit quelque chose dans ce sens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ErrantErrant   01 septembre 2016
Chen s’amusait parfois à se considérer avec ironie comme un esthète détaché, tel le personnage des vers de Bian Zhilin : Tu regardes la scène, / et le spectateur te regarde. Façon élégante de décrire une beauté qui éclipse la scène. Bian était un poète contemporain qu’il avait étudié à l’université, mais qui avait dans la réalité quelque chose du Prufrock de T.S. Eliot. Chen avait choisi de se considérer comme différent. Toutefois, il n’y avait rien de mal, se dit-il pour se rassurer, à ce qu’un poète regarde avec détachement, sans parler de son métier de policier qui le portait naturellement à l’observation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Xiaolong Qiu (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Xiaolong Qiu
L'auteur chinois Qiu Xiaolong, connu pour sa série en langue anglaise ayant pour héros l'inspecteur Chen Cao, est venu nous présenter sa première adaptation en bande dessinée : La Danseuse de Mao. Une affaire entre la Chine de la fin des années 90 et celle de la Révolution Culturelle, où la vérité sur l'histoire d'une supposée maîtresse de Mao n'est pas forcément celle qu'attendent ses supérieurs.
Vidéo réalisée par Yves Czerczuk. Cadrage et montage : Yves Czerczuk.
Découvrir "La Danseuse de Mao" : https://www.hachette.fr/livre/la-danseuse-de-mao-9782811620400
Voir la vidéo sur Hachette.fr : https://www.hachette.fr/videos/qiu-xiaolong-presente-la-danseuse-de-mao
+ Lire la suite
autres livres classés : chineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
750 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre
.. ..