AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Une enquête de l'inspecteur Chen tome 12 sur 13
EAN : 9782757891599
288 pages
Points (11/02/2022)
3.61/5   107 notes
Résumé :
L'inspecteur Chen n'est plus à la tête des affaires spéciales de la police de Shanghai. Directeur du nouveau Bureau de la réforme judiciaire, légèrement désoeuvré, il caresse l'idée d'écrire une nouvelle autour du célèbre juge Ti. Vieux Chasseur le contacte pour lui demander de l'aider dans une enquête sur Min, une courtisane, accusée du meurtre de sa cuisinière.
Elle recevait à sa table des « gros-sous » et vient d'être appréhendée par la Sécurité intérieure... >Voir plus
Que lire après Un dîner chez MinVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
3,61

sur 107 notes
5
4 avis
4
19 avis
3
6 avis
2
0 avis
1
1 avis
La table de Min, c'est l'endroit où il faut être vu à Shangai. Gros sous et huiles du Parti y ripaillent ou aimeraient le faire, car la dame est sélective et choisit avec soin ses clients. Les élus ne sont qu'éloges à son égard, les recalés répandent les pires rumeurs à son sujet.
Quand son aide-cuisinière est assassinée, Min est immédiatement arrêtée et, si certains s'en réjouissent, d'autres sont très inquiets. Leur hôtesse pourrait divulguer certains secrets sous la pression de la Sécurité intérieure.
Chargé de disculper la cuisinière par un riche homme d'affaires, Vieux Chasseur demande à Chen Cao de lui prêter main forte. Mais l'ex-inspecteur principal a les mains liées. Mis sur la touche par le Parti, il est désormais directeur du Bureau de la réforme judiciaire en convalescence forcée et doit faire profil bas pour ne pas envenimer sa situation déjà précaire. Pour s'occuper, il se plonge dans une enquête du juge Ti du hollandais Robert van Gulik. Toujours prompt aux comparaisons poétiques, il établit un parallèle entre l'héroïne du roman et la malheureuse Min. Aussi, sans avoir l'air d'y toucher, et épaulé par sa nouvelle assistante, la dynamique, jeune et jolie Jin, le directeur Chen se mêle dans l'enquête.

C'est toujours un plaisir de marcher dans les pas de Chen Cao dans les rues de Shangai. Mis au placard, l'ex-policier se languit, dans l'attente d'une décision du Parti. Son éviction est-elle définitive ou peut-il encore espérer une réhabilitation ? Désormais célèbre et reconnu comme le meilleur enquêteur de la ville, voire du pays, Chen jouit d'une notoriété sans précédent parmi la population et sur les réseaux sociaux. le Parti marche donc sur des oeufs, encombré de ce policier opiniâtre qui a souvent froissé la susceptibilité de messieurs haut placés. Et il en va de même pour Chen qui essaie de se faire discret même quand l'envie d'enquêter le titille. Par bonheur, sa nouvelle assistante est douée pour lire entre les lignes et se substitue à lui sur le terrain sans qu'il n'ait à le lui demander explicitement. Ensemble, ils partagent petits plats, phrases à double sens et révélations cryptées jusqu'à la résolution de l'enquête.
Promenade gastronomique et poétique pour ce dernier opus un peu longuet. Si Jin apporte une touche de modernité, adepte qu'elle est d'internet et des macha latte de chez Starbucks, Chen Cao semble épuisé comme si le Parti avait réussi à le persuader que son repos forcé n'était pas le fruit de manigances politiques mais véritablement nécessaire à sa santé. Il traîne un peu la patte mais reste le policier perspicace qu'il demeurera toujours. de plus la comparaison filée tout au long du récit entre l'affaire Min et les enquêtes du juge Ti paraît artificielle. On sent bien que c'est un prétexte pour l'auteur qui cherche déjà à vendre son prochain livre.
On aime parce qu'on est attaché à Chen mais il faudra se reprendre et lui proposer des aventures plus palpitantes à l'avenir.
Commenter  J’apprécie          390
A force de déranger le parti au pouvoir, Chen a été mis au placard et relégué à un poste de directeur judiciaire; présentée comme une promotion , c'est une mise au placard déguisée.
Ses anciens collègues ont pourtant besoin de lui : Un meurtre a été commis lors d'un repas privé organisé par la très belle Min. Un commanditaire est prêt à payer très cher pour que Chen Cao fasse la lumière sur ce meurtre .

Si vous aimez les policiers tendus, à suspens, engendrant un vague frisson sur l'épiderme à la tournée d'une page...passez votre chemin.
Les enquêtes de Chen peuvent se résumer à 50 pages écrites bien gros , dénuées de subtilité et pas bien denses en suspens.
L'intérêt est donc ailleurs . L'inspecteur Chen nous balade "gastronomiquement "tout le long de ses enquêtes, et c'est un vrai plaisir d'imaginer l'odeur du tofu mariné, de la perche aux bambous ou autres mets exotiques.

Mais ce qui fait la force des romans de cette série est la vision que l'auteur donne de sa ville, Shanghai, de son évolution inéluctable, de la spéculation à tout va quand le coté historique de la ville tente de résister..
Ici, on se balade au marché du mariage, où les parents viennent déposer une annonce sur un parapluie pour vanter les mérites de la progéniture , injustement célibataire à ce jour.
Et à travers Sghanghai, c'est toute la Chine contemporaine qui est analysée, de l'omnipotence du parti aux contournements sur internet de la censure.
Le seul souci, c'est que les dialogues , très clairs pour les non initiés tombent parfois un peu à plat ou tout au moins semble un peu improbables entre deux locaux. Mais bon , culturellement c'est intéressant.
Enfin , comme souvent Chen nous amène chez les Tang où la poésie faisait fureur.Ici, le célèbre juge Ti est omniprésent, et c'est une bouffée culturelle supplémentaire pour le même prix.
Livre policier sans intérêt, au style "moyennasse" mais très instructif sur la société chinoise du passé et du présent.
Commenter  J’apprécie          426
L'inspecteur Chen Cao n'est plus policier, il a été mis au placard par sa hiérarchie, car il essaie toujours de faire la lumière sur des affaires étroitement liées à la politique et cela donne une mauvaise image du Parti.
Désormais directeur d'un service plus ou moins fictif, il va profiter de son temps libre pour aider une vieille connaissance à résoudre un affaire épineuse, tout en envisageant de se mettre à l'écriture d'un roman.
En effet, Min, une sorte de courtisane moderne recevant chez elle des hôtes de marque pour des diners d'exception est accusée du meurtre de sa jeune cuisinière.
Et au fur et à mesure que Chen Cao approche de la vérité, les meurtres s'accumulent.
Encore une fois, l'enquête sera semée d'embuches, surtout qu'il n'est plus autorisé à enquêter légalement, il devra donc travailler dans l'ombre.
La corruption et les magouilles de Parti sont encore une fois au centre de cette intrigue.
J'aime vraiment beaucoup cette série qui montre bien la réalité quotidienne des chinois, et dans ce volume la littérature et la poésie sont une fois encore au coeur des préoccupations de Chen Cao.

Commenter  J’apprécie          420
Quel plaisir de retrouver l'inspecteur Chen Cao dans le dernier roman de Qiu Xialong Un dîner chez Min !
Un mois auparavant, l'inspecteur principal de la police de Shanghai a été nommé Directeur du Bureau de la réforme du système judiciaire, puis mis en "congé de convalescence". Il est clair que le cadre du Parti est mis à l'écart. Ses succès à résoudre des enquêtes ont certainement déplu en haut lieu.

Chen profite de ce repos forcé pour découvrir Assassins et Poètes, roman de Robert van Gulik qu'on vient de lui offrir : une bonne occasion pour découvrir ce fameux Juge Ti, et relire les poèmes de Xuanji ! Repos de courte durée car Chen est bientôt sollicité de manière tout à fait officieuse pour résoudre une nouvelle enquête - il s'agit de disculper Min Lihua - une mingyuan, très belle et très renommée "courtisane" qui organise des dîners raffinés privés auxquels seuls sont conviés des hommes très riches et influents. A la suite d'un de ces dîners huppés, un meurtre a été commis chez Min que tout accuse et celle-ci vient d'être mise au secret, elle fait l'objet d'un terrible shuanggui, on ne peut plus la contacter, encore moins la défendre....

Chen Cao mène l'enquête et il est bien sûr qu'il va résoudre l'énigme. Mais, à mes yeux, l'intérêt du roman de Qiu Xialong réside bien plus sa description minutieuse de Shanghai et de toute une myriade de faits, de détails qui pourraient rester inconnus du lecteur occidental. Les parapluies déployés cachent les annonces matrimoniales de parents à la recherche de maris ou femmes pour leurs enfants, les repas gargantuesques ne peuvent cacher les déjeuners miteux, réchauffés aux micro-ondes communautaires pour d'autres. La pollution de l'air, mais surtout les luttes d'influence, le poids du Parti et de la Sécurité Intérieure sont bien là... et l'on voit également le rôle joué par les écoutes téléphoniques, le Filet du Ciel (les caméras de surveillance installées partout), internet, les réseaux sociaux et la messagerie We Chat, et cerise sur le gâteau, les drones....

Comment donc le Juge Ti pourrait-il venir au secours de Chen Cao ? Dans le monde de Chen Cao, les poètes, tout autant que les assassins, ont un rôle à jouer.

Une fois de plus, Qiu Xiaolong se livre à un superbe exercice de décryptage. Une lecture que l'on quitte à regret, mais qui nous promet de belles découvertes.
Commenter  J’apprécie          283
Difficile de mener une enquête sous le régime d'une dictature.
Voilà en quelques mots le paysage qui s'imprègne de ce livre.

Un roman policier passionnant se déroulant en chine. Même si tout est plus ou moins évident. Rien n'est vraiment une surprise.

Les points fort c'est l'exploration d'un pays, ses coutumes et sa nourriture. Et puis cette inlassable dictature qui domine ce pays. Et ses habitants perpétuellement piégés dans ses nouvelles doctrines. Ont-ils le choix ? Non bien sûr !

Une chose essentiel dans ce recueil, c'est l'inspecteur Chen qui nous parle du juge Ti et de l'auteur Robert van Gulik, ce qui me donne envie de découvrir ses ouvrages.

Un livre en emmène souvent d'autres !

Bonne lecture !
Commenter  J’apprécie          353

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
- Mais j'aurais tendance à vous conseiller d'écrire une fiction plutôt qu'un article de fond. Pour une raison très simple : une étude comparative des systèmes judiciaires constitue un sujet trop sensible en ce moment. Vous allez être obligé d'aborder certains thèmes épineux comme la séparation des pouvoirs ou l'indépendance judiciaire. Entre nous, nous avons reçu des instructions nous interdisant de publier le moindre papier qui ait trait à ces notions. Le contrôle idéologique se resserre. Il y a un mois, Zhou Qiang, le chef de la justice chinoise, a déclaré que le Parti devait être prêt à "sortir l'épée" pour se battre contre la séparation des pouvoirs.
Commenter  J’apprécie          170
"Et vous ne savez pas non plus si le bureau existera encore quand vous reviendrez... Si vous revenez....
- Le bureau a été créé il y a un mois seulement, quand j'ai été démis de mes fonctions dans la police.

Dis-toi bien/Que l'histoire a maints passages subtils, maints corridors/ Et issues dérobés.. Désolé, je cite toujours Eliot. (poème Gerontion, de T.S. Eliot)

-- Une des choses que j'ai retenues de mes cours à la fac, c'est que l'histoire est toujours l'histoire d'aujourd'hui. Les gens ne cessent de l'interpréter et de la réinterpréter selon le point de vue du moment. Il ne faut donc pas prêter trop d'attention à ce que les autres ont dit avant nous.
- Et au moment où nous parlons, le présent est déjà en train de devenir le passé.
- Il ne nous reste donc que le moment présent, fugace et fragile. Qu'arrivera-t-il demain ? Personne ne le sait".
Commenter  J’apprécie          120
Le ciel était clair, sans le moindre nuage, mais après tout, il n'était pas si étonnant qu'un vieil homme en habits neufs ait décidé par précaution d'emporter de quoi se protéger de l'orage.
"Vous comprendrez bientôt pourquoi j'ai pris ce parapluie de couleur vive", expliqua Vieux Chasseur avec un sourire énigmatique digne d'un acteur sur le point de révéler un secret incroyable qui fera basculer l'intrigue.
En entrant dans le parc, ils tournèrent à droite et s'engagèrent sur un sentier arboré jalonné de bancs peint en vert. Le jardin avait rétréci au fil du temps, grignoté par les gratte-ciel et les stations de métro, mais il ravivait toujours en Chen des souvenirs et des émotions ambigus.
Vieux Chasseur pointa du doigt une foule assez dense au sortir d'un virage. La plupart des gens étaient âgés, les cheveux gris ou blancs. Assis sur des tabourets ou accroupis, ils criaient comme devant les étals d'un marché.
Chen remarqua alors qu'ils avaient tous des parapluies ouverts devant eux sur le sol. On aurait dit une poussée surréaliste de champignons colorés après une pluie printanière.
_"Vous voyez, expliqua Vieux Chasseur en s'approchant d'un des parapluies. Ils font office de stands. Des descriptions et des photos de célibataires sont scotchées dessus. Les parents s'efforcent d'attirer l'attention et de fournir un maximum de détails pour trouver des maris et des femmes à leurs enfants.
- Et ils peuvent aussi servir en cas de pluie. Je vois. C'est très malin. Cette pratique n'est pas sans rappeler la tradition des mariages arrangés dans la Chine ancienne, n'est-ce pas ?
- Si vous voulez en savoir plus sur les coutumes de la Chine ancienne, vous devriez écouter les opéras de Suzhou. On y parle en détail des rites de mariage, du rôle des entremetteuses, de la divination, de l'horoscope chinois et de l'importance des dates de naissance des futurs mariés dans le choix de la date propice à l'union..." Vieux Chasseur s'emballait. "De nos jours, les mariages arrangés par les parents ne reposent que sur des critères financiers. Que voulez-vous, c'est tout ce qui compte maintenant. "
Commenter  J’apprécie          30
Etait-ce à cause des relations secrètes qu’elle entretenait avec des « personnes très haut placées » ? Chen ne pouvait renoncer à cette hypothèse, surtout dans un contexte de lutte de pouvoir acharnée.

Les tensions entre les princes rouges issus de la première génération de cadres du Parti et les nouveaux membres de la Ligue de la jeunesse communiste chinoise ne faisaient que s’intensifier. Si Min avait noué des liens avec un membre d’un de ces clans, l’autre faction tentait peut-être d’utiliser cette information pour faire tomber l’adversaire.

Le témoignage de Min contre son amant – ou ses amants – aurait de quoi déclencher un raz-de-marée politique. »
Commenter  J’apprécie          70
Chen tourna les yeux vers les montagnes aux sommets découpés contre le ciel assombri. Il crut entendre le murmure d'une cascade et le frissonnement des pins au fond de la vallée. Il aperçut au loin une faible lumière. D'où pouvait-elle venir ? La lueur brilla encore une seconde avant de disparaître.
Des milliers d'années plus tôt, un autre homme - le juge Ti peut-être - s'était tenu là, comme lui, face aux montagnes enveloppées de nuit, sous le scintillement des étoiles.
Les mêmes montagnes, la même lune, le même vent. La même question, peut-être. Mais laquelle ?
Chen prit une profonde inspiration et tenta de disperser la brume qui planait sur son esprit. Il n'était pas un fonctionnaire de haut rang comme le juge Ti qui avait su tirer son épingle du jeu dans la sphère politique impitoyable et complexe de la dynastie Tang.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Xiaolong Qiu (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Xiaolong Qiu
À l'occasion de la 19ème édition du salon "Lire en Poche" à Gradignan, Qiu Xiaolong vous présente son ouvrage "Amour, meurtre et pandémie" aux éditions Liana Lévi.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2815909/xiaolong-qiu-une-enquete-de-l-inspecteur-chen-amour-meurtre-et-pandemie
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (199) Voir plus



Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1217 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..