AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2702162711
Éditeur : Calmann-Lévy (12/09/2018)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
En 1976, Yann Queffélec, marin passionné, accoste à Belle-Ile après une croisière mouvementée. L'éditrice Françoise Verny l'attend sur le quai. Elle le convainc qu'il est fait pour être écrivain. Le récit du chemin que parcoururent ensemble ce jeune homme encore inconnu et cette femme emblématique de l'édition française.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
dechosal
  19 septembre 2018
On savait que les personnages de Yann Queffelec étaient hauts en couleurs, truculents, sauvages, parfois violents, souvent excessifs. le personnage principal (en dehors du narrateur) de son récit "Naissance d'un Goncourt", n'échappe pas à la règle. A ceci près qu'il a réellement existé.
"Naissance d'un Goncourt" se présente en effet comme les débuts d'un écrivain, mais aussi comme une défense et illustration de celle qui fut son accoucheuse, Françoise Verny, grande papesse de l'édition sous les couleurs successives des écuries Grasset, Gallimard et Flammarion. Ne serait-ce que pour le portrait de cet "hénaurme" personnalité (comme aurait dit Flaubert), le livre de Queffelec vaut le voyage. Forte femme (dans tous les sens du terme), fumeuse et buveuse invétérée (Gitanes et whisky de préférence), grande gueule, n'ayant peur de rien (sauf de Dieu, peut-être), elle fut à l'origine de l'éclosion de plusieurs jeunes auteurs (Marie Nimier, Alexandre Jardin, entre autres) et leur tint lieu de seconde mère, et c'est d'ailleurs ainsi que Queffelec nous la présente. On aura du reste une idée assez précise de "la" Verny en visionnant sur Youtube une ahurissante interview que Thierry Ardisson lui consacra dans les années 90.
On aurait tort d'aborder "Naissance d'un Goncourt" en voyeur, escomptant une immersion dans les arcanes du jury de Drouant, ses accommodements, ses compromis, ses jeux de coulisse. Rien de tout cela. C'est bien des tout débuts d'un écrivain qu'il est question ici, avec ses doutes, ses emballements soudains, ses désillusions. le récit, tout de déconstruction, est coloré, parfois grave, souvent drôle. On relèvera entre autres choses un très amusant et très déjanté passage sur un voyage en Concorde. Et il n'est d'ailleurs pas interdit de penser que le romancier Queffelec s'est autorisé quelques libéralités avec le réel...
Les deux premiers livres de Yann Queffelec, "Le charme noir" et "les Noces barbares" (Prix Goncourt 1985), sont probablement le meilleur de sa bibliographie. On peut légitimement faire la fine bouche avec les suivants, tant il est vrai qu'il est souvent difficile de rebondir après un grand prix littéraire. Il me semble toutefois qu'avec le récent "Homme de ma vie" (sur son père Henri Queffelec) et ce "Naissance d'un Goncourt", YQ nous aura montré que ses talents d'écrivain sont encore bien vivaces.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
ProfesseurDan
  11 octobre 2018
Dans ce récit, Yann Queffelec, après s'être épanché sur les liens qu'il entretenait avec sa mère dans le Piano de ma Mère et ceux qu'il entretenait avec son père dans L'Homme de ma vie, s'attelle à redonner vie à sa première éditrice, la très fantasque Françoise Verny (qui nous a quittés en 2004).
Ce livre m'avait attiré, car il relatait la rencontre entre l'écrivain et l'éditrice que Yann Queffelec avait racontée il y a quelques années lorsqu'il était invité dans l'émission de Frédéric Lopez La parenthèse inattendue.
Concernant le livre en lui-même, Yann Queffelec redonne vie à Françoise Verny d'une telle manière que si je ne savais pas qu'elle avait existé, j'aurais pu croire que l'auteur l'eût inventée de toutes pièces, tellement le caractère qu'il décrit paraît hors du commun et fantasque à un point inimaginable. Françoise Verny était, si l'on en croit Yann Queffelec, un personnage héneaurme (dans le sens flaubertien ou rabelaisien du terme) et son écriture ne trompe pas : il nous décrit avec délice, malice et tendresse une femme qui au-delà de manger une quantité énorme de nourriture, n'hésite pas à la lancer sur ses invités, une femme qui boit du champagne comme du petit lait, qui se permet d'être familière, voire parfois grossière avec ses amis. En somme, une écriture malicieuse pour une femme qui fait vraiment sourire, voire rire.
Le parcours de Yann Queffelec en lui-même et ses multiples rendez-vous (souvent ratés) avec Françoise Verny et ses difficultés d'écriture sont en général très intéressants à lire. de plus, quelques mini-chapitres explicatifs sur des éléments historiques (dont la création du prix Goncourt) sont un petit plus qui se déguste.
Mais, deux petits points négatifs : pour un non-initié à l'écriture de Yann Queffelec, l'agencement de certaines phrases, de certains paragraphes pourraient paraître lourd et de là découlerait une lecture peu fluide, mais c'est une question d'habitude. de plus, dans la deuxième partie, j'ai trouvé la digression sur les trajets en avion relativement inintéressantes, ce qui est dommage, car cela prend tout de même une bonne vingtaine de pages. Mais c'est le seul passage qui m'ait réellement ennuyé.
En bref, un bon récit destiné à ceux qui ont aimé les derniers récits de Yann Queffelec (même si le style est loin de celui de ses romans comme Les Noces Barbares) et au personnage de Françoise Verny (qui, toutefois, mérite d'être connu de tout le monde et pas que des initiés), malgré une légère tendance à la lourdeur dans l'écriture de certains passages et une vingtaine de pages peu intéressantes vers la fin.
Lien : http://leslecturesduprofesse..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
ProfesseurDanProfesseurDan   11 octobre 2018
Avec tout ça, je ne vous ai pas dit, ou trop vite, à quoi elle ressemblait. J'ai lu, à sa mort, qu'elle avait "le physique ingrat". Non mais quel Adonis bidon, quel aigri du manuscrit refusé a pu concevoir et signer cette ignominie ! Ingrat, le physique de Françoise ? Il était comme son intelligence : hors du commun, dionysiaque, au-delà des critères, d'une beauté primitive de volcan ou d'aurochs. Il irradiait comme une allégresse - le seul diapason qui mit d'accord les sages et les fois, chez elle, au 46, on disait tous le "46". (p. 52)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ProfesseurDanProfesseurDan   11 octobre 2018
C'est un drôle d'oiseau, Les Noces barbares. Il marque le retour de la narration dans le roman français qui s'en croyait émancipé. Branle-bas de combat chez les missionnaires de l'écriture blanche. Il ne faudrait surtout pas que cette bluette fasse parler d'elle plus qu'elle ne le fait déjà : surtout pas qu'elle ait un prix d'automne, et surtout pas le prix Goncourt. (p. 206)
Commenter  J’apprécie          00
ProfesseurDanProfesseurDan   11 octobre 2018
La vie ? Je ne sais pas ce que c'est, l'histoire humaine, sa destinée. Si la vie est un rêve, je veux bien rêver des milliers d'années, l'écrire indéfiniment. Si c'est un cauchemar, il me reste la violence et le sourire des mots pour l'amadouer. Si le temps doit se poursuivre ailleurs, je ne demande qu'à me réveiller sain et sauf, là-bas, chez les miens. (p. 226)
Commenter  J’apprécie          00
ProfesseurDanProfesseurDan   11 octobre 2018
Qui n'est pas le convalescent d'un souvenir plus fort que les autres, auquel il ne repense jamais sans en raviver les délices ou la plaie ? (p. 25)
Commenter  J’apprécie          10
ProfesseurDanProfesseurDan   11 octobre 2018
Si Françoise avait une bête noire, en mode whisky, c'était la femme d'écrivain, la plus "noire" étant la femme d'écrivain écrivain, catégorie montante au début des années 70. Les auteurs amenaient leur femme en confiance, et la femme souhaitait ne plus jamais revenir dîner au 46. (p. 109)
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de Yann Queffélec (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yann Queffélec
Yann Queffélec - Naissance d'un Goncourt
autres livres classés : littérature françaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox






Quiz Voir plus

Les noces barbares

Le héros de ce livre se prénomme:

Hugo
Ludo
Martin
Micho

20 questions
39 lecteurs ont répondu
Thème : Les noces barbares de Yann QueffélecCréer un quiz sur ce livre