AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791034200856
Éditeur : Nutty Sheep (23/12/2016)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 5 notes)
Résumé :
1814. Au crépuscule du Premier Empire, l'étau se resserre sur le « sans-culotte », un tyranneau vieillissant qui a mis une bourgade de l'ouest de la France en coupe réglée. Ce soir, Augustine, la sorcière du village, a décidé d'en finir avec tout cela. La vérité qui va éclater avec l'orage ne sera pas belle à voir.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
AmeliaVarin
  20 février 2017
En ce qui concerne l'histoire, on va suivre une jeune femme qui est à la fois sage-femme, médecin, etc… Une sorte de sorcière comme certains aiment à le dire. L'intrigue est très simple, rien d'extraordinaire. Juste une gamine qui accouche et qui meurt en couche, comme cela est déjà arrivé à tant d'autres. le coeur de l'histoire est alors cet homme, ce « sans-culotte » qui tyrannise son village natal. Et qui semble avoir pour but de repeupler ces terres avec seulement ses descendants. Or, durant cette nuit, une nuit comme les autres, bien que la tempête fasse rage, une nuit comme tant d'autres… Cette nuit, quelque chose est arrivé. Et, la jeune sorcière décide que c'est bien là le meilleur moment pour mettre fin à son règne.
Autant dire que j'ai adoré cette nouvelle. J'ai retrouvé la plume caractéristique de Patrice Quélard et son amour pour l'Histoire. Une histoire très courte qui, au lieu de passer trop vite, reste et ne nous quitte pas. Incisif et mémorable sont les deux mots que j'utiliserais pour qualifier ce récit, comme nul autre pareil. En fait, ce qui m'a le plus étonné est que, comme dit un peu plus haut, l'intrigue n'est en rien exceptionnelle. Mais, ce maniement des phrases, cette maîtrise de l'action… Tout ça fait que Patrice Quélard nous offre un super moment de lecture, entre répulsion pour cet homme et sympathie pour cette femme.
Au final, j'adore. Que dire de plus ? Encore un régal pour mon appétit de lectrice, jamais rassasié. Et vous savez quoi ? J'en redemande ! Encore et toujours, parce que les nouvelles des éditions Nutty Sheep sont devenues mon petit péché-mignon.
Lien : https://leshistoiresdameliae..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Murphy
  04 mars 2018
Le bilan est plutôt mitigé pour cette nouvelle qui me tentait pourtant à coeur pour son sujet : la sorcellerie (j'ai écris moi-même sur le sujet récemment, alors forcément, on est toujours curieux de voir ce qui se fait en la matière !).
Le décor est bien planté, la lecture rapide et facile d'accès. Tout se lit de façon plutôt fluide et on arrive à la fin sans même s'en rendre compte.
Mais je suis un peu resté sur ma faim. J'aurais aimé en savoir un peu plus, aller un peu plus loin, quitte à doubler la longueur du texte.
Je me suis aussi trouvé hermétique face aux personnages. Cette femme qui accouche, rejette son bébé et meurt, m'a laissé assez indifférent. Peut-être qu'un texte plus long aurait pu développer cet aspect.
Reste que le mystère plane bel et bien - qui est cet enfant, est-il humain ? - et que le surnaturel suggéré fonctionne assez bien pour le coup.
En somme, une lecture en demi-teintes pour moi, pour un texte pourtant aussi bien écrit que les précédents que j'avais bien aimés du même auteur (Un bien mauvais client et Dybouk pour les nommer).
Lien : http://murphypoppy.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lizzoneimaginativeetlitteraire
  31 janvier 2018

J'avais beaucoup aimé la dynamique de Dybouk, et j'avoue que cette fois, ça m'a un peu manqué.
J'ai aimé l'ambiance sombre de ce récit et le mélange d'histoire et de fantastique. Encore une fois, les repères historiques sont très bien passés et permettent de mieux connaître un personnage central de l'histoire que l'on voit pourtant peu le "sans-culotte". Il y a beaucoup de mystère autour de lui malgré les révélations faites. Il nous est clairement antipathique.

Augustine par contre gagne peu à peu notre affection. Tout d'abord d'écrite comme un recluse, sorcière, elle se montre très expressive et empathique. L'intrigue tourne autour d'un accouchement compliqué que la sorcière pratique et qui se révèle assez spécial... Ce qui fait remonter toute la colère d'Augustine pour ce tyran qui profite honteusement des femmes, au détriment de leur santé et de celle des enfants à naître.

La nouvelle est bien écrite et malgré qu'il y ait une chute, j'aurai aimé que l'histoire soit un peu plus longue et peut-être encore un peu plus poignante.
Lien : http://lizzoneimaginativeetl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
A2livres
  14 mai 2018
Courte nouvelle finement écrite avec une légère touche de surnaturel. Contexte historique précisément documenté qui souligne d'autant la noirceur de la situation apparaissant ainsi avec une réalité glaçante. Texte poignant mettant en scène un duel de personnages que tout oppose, qui met en lumière les tréfonds de l'âme humaine et nous montre que dans la bataille du bien contre le mal, la vie ne saurait choisir un camp, punissant les deux aveuglément.
Lien : https://www.facebook.com/A2l..
Commenter  J’apprécie          10
EgideOfBooks
  02 mars 2017
Merci à Patrice Quélard de m'avoir permise de découvrir La fin des règnes.

Comme je vous l'ai signalé pour la chronique précédente, les légendes et croyances, j'aime ça alors autant vous dire que je suis...
Lien : https://egideofbooks.blogspo..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
A2livresA2livres   14 mai 2018
Et pendant que le tyran se goinfrait de chair fraîche, il n’hésitait pas à payer des gueuletons aux sergents recruteurs du petit caporal, qui venaient pour ramasser des gamins de seize ans à peine et les emmener au casse-pipe. Depuis le désastre de la retraite de Russie, c’était fini les tirages au sort, fini également les achats de bons numéros pour les villageois les plus fortunés. Désormais, tout le monde avait un mauvais numéro d’office. Absolument pas moyen d’y couper, à condition d’être à peu près valide. Alors la dernière fois, le fils de la Germaine n’avait pas hésité : pour ne pas y aller, il s’était arraché toutes les dents de devant avec les tenailles de son forgeron de père. C’était en effet le moyen infaillible pour être réformé : sans incisives, impossible d’ouvrir les cartouches de poudre en carton.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : tyranVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1603 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre