AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782848103587
48 pages
Éditeur : Emmanuel Proust (20/10/2011)
3.2/5   46 notes
Résumé :
Le déclenchement de la première guerre mondiale en Europe ne change rien aux habitudes festives de Tahiti où débarque Simon Combaud, venu pour élucider un crime perpétré à Paris quinze ans plus tôt...
Or, alors que deux croiseurs allemands menacent l'île paradisiaque, on. découvre plusieurs meurtres de vahinés. A partir d'un fait historique méconnu (l'attaque de Tahiti par des navires allemands) et sur fond de colonisation et de guerre, les auteurs réalisent ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
3,2

sur 46 notes
5
4 avis
4
7 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
1 avis

Presence
  13 août 2021
Un tableau est toujours plus beau par temps de paix.
-
Ce tome est le premier d'un diptyque, constituant une histoire indépendante de toute autre. La première édition de cet ouvrage date de 2011. Il a été réalisé par Didier Quella-Guyot, scénariste, et Sébastien Maurice, dessinateur et couleurs, aidé par Sébastien Hombel du studio Makma pour les pages 20 à 48. La deuxième partie du récit se trouve dans Papeete 1914, tome 2 : Bleu horizon (2012). le tome se termine par une postface du scénariste expliquant que l'idée de cette histoire lui est venue en lisant un texte d'Émile Vedel, puis le livre Sur Mer - 1914 de Claude Farrère (1876-1957) & Paul Chack (1876-1945) comme matériau de recherche. Il explique qu'alors que le projet était en cours est paru Tahiti 1914 - le vent de guerre (2009) de Michel Gasse. Puis viennent ensuite la reproduction d'un texte de Marau Taaroa, la reine de Tahiti, relatant la nuit des bombardements, un texte de Pierre Loti, une page d'explication sur les établissements français de l'Océanie et le rôle du gouverneur, et pour terminer quelques dates de l'histoire de Tahiti de 1876 à 1919.
Papeete, le premier août 1914, un voilier arrive dans le port, observé par des tahitiens sur leur pirogue à balancier unique, puis par les personnes présentes à quai, et par le curé, au-dessus du rideau à la fenêtre du café. Simon Combaud en descend, en chemise avec noeud papillon, costume noir, chapeau melon et pipe au bec. Dans le café, le curé annonce qu'il y a la guerre en Europe. René le patron lui demande comment il le sait, et le taquine car il n'y a même pas la TSF sur l'île. Est-ce un secret de confession ? Cette remarque fait rire tous les clients, et énervé, le curé indique que c'est un passager qui lui a dit, et que l'information a été confirmée par le quartier-maître de la Zélée. Combaud est entré dans le café et il demande une bière au patron. le curé continue : il estime qu'avec l'ouverture prochaine du canal de Panama, l'île devrait être militairement bien équipée. Au lieu de cela, les autorités ont même désarmé la batterie du mont Faiere. le patron en rajoute une couche en lançant une pique : le curé est juste jaloux parce qu'il n'a pas même pas été invité avec les gradés sur le Montcalm.
Sur le Montcalm, le capitaine discute avec un membre de son équipage. La situation est très tendue en Europe : un attentat dans les Balkans aurait mis le feu aux poudres, l'héritier de l'empire austro-hongrois et son épouse assassinés à Sarajevo. Mais c'était en juin, pourtant la France mobilise dès demain. Bon, d'un autre côté, ce n'est pas une petite guerre à 18.000 kilomètres qui va leur gâcher la soirée. Il laisse là cette discussion et invite une dame à danser, alors que s'ouvre le bal. À terre, dans le café, piqué au vif, le curé décide d'aller discuter avec le nouveau venu. Il lui demande ce qui l'amène, tout en supposant qu'il est venu pour les femmes, conséquence logique du livre du dandy efféminé. Son interlocuteur répond qu'il n'est pas venu pour ça, et demande au curé s'il a connu Pierre Loti. le curé renchérit : que oui ! Ce romancier exotique a donné envie à des idiots de venir à Tahiti avec leurs dévergondages.
Difficile de résister à l'invitation de séjourner à Papeete avec les dessins de Sébastien Morice. Lui et Didier Quella -Guyot avaient déjà collaboré pour une bande dessinée précédemment : Boitelle et le café des colonies (2010), l'adaptation d'une nouvelle de Guy de Maupassant. Par la suite, ils ont encore collaboré à deux reprises pour Facteur pour femmes (2015), et L'île aux remords (2017). La couverture promet une jolie vahiné, et le récit tient cette promesse. le lecteur remarque la fluidité de l'eau, le motif du paréo, et les courbes de la dame. L'artiste n'a pas encore atteint le summum de la beauté fluide de ses albums suivants, mais ces planches dégagent une séduction irrésistible. le lecteur commence par découvrir Simon Combaud dans son costume strict et il le plaint immédiatement de devoir le supporter en pleine saison des pluies, avec plus de 95% d'humidité. Il admire son maintien et son sérieux, et il sourit franchement en voyant qu'il ne résiste pas longtemps aux avances de Mareta, une belle vahiné. Il fait ensuite connaissance avec le curé, sa mine renfrognée, son embonpoint et sa soutane, blanche dans le civil, noire pour les offices religieux. Il sourit également devant sa mine sévère, manifestation de sa contrariété à ne pas pouvoir lutter contre la douceur paradisiaque de la vie tahitienne et des vahinés. René, le patron du café, fait montre également d'un vrai caractère, avec son embonpoint et son humeur changeante. Les différentes vahinés sont bien sûr à l'honneur, parfois dénudées, mais sans que le lecteur n'y voit une obsession des auteurs, juste une réalité des moeurs tahitiennes. L'artiste sait donner une personnalité visuelle à chaque personnage, avec des tenues particulières à chaque fois, pour le curé, pour les militaires, avec les motifs du paréo des vahinés, pour la reine Marau Taaroa, ou encore Max Bopp le photographe, mademoiselle Jeanne la postière.
Bien évidemment, le lecteur est également venu pour la dimension touristique du récit. Il ouvre donc grand les yeux, et profite du spectacle dès la première case de la première page, avec un motu (îlet) en fond de case, une belle eau pour l'océan, et une pirogue à balancier unique (va'a) en premier plan. Ça continue avec une vue de l'île depuis le lagon, avec ces montagnes si vertes. Puis en page 14, le lecteur peut admirer Raiatea dans une vue du ciel, avec son lagon. Il s'assoit ensuite en compagnie de Simon et Mareta sur une belle plage de sable blanc, un détail un peu surprenant du fait que la plupart des plages de Tahiti ont du sable noir. Il accompagne ensuite les mêmes personnages pour une balade en montagne, avec cette végétation luxuriante. La randonnée se termine sous l'eau d'une cascade bien fraîche. S'il a déjà séjourné à Tahiti, le lecteur reconnaît immédiatement le style des habitations. Éventuellement il aurait apprécié que l'artiste se montre plus descriptif en ce qui concerne la végétation si impressionnante dans sa vigueur, et que la ville de Papeete ne ressemble pas uniquement à quelques maisons éparses.
Bien que le niveau descriptif visuel puisse être un peu en deçà des attentes du lecteurs, la reconstitution ne s'arrête pas là. le scénariste intègre des termes locaux à bon escient, sans perdre le lecteur : vahiné bien sûr, mais aussi tane (le pendant masculin de vahiné), métro (pour métropolitain), maori (peuple autochtone de Polynésie) et coprah (la noix proprement dite de la noix de coco). Il mentionne également différents quartiers autour de Papeete comme Arue, Pare, Faaa, Punaauia, et d'autres îles comme Tuamotu, Raiatea, Moorea. Il évoque également les différents explorateurs Louis-Antoine de Bougainville (1729-1811), Jean-François de la Pérouse (1741-1788), Jules Dumont d'Urville (1790-1842), Abel Aubert du Dupetit-Thouars (1793-1864). Ces éléments associés aux dessins aboutissent à une reconstitution solide des lieux et de la société, inscrite dans L Histoire. En outre, il fait également référence à Pierre Loti (1850-1923) et à son livre le mariage de Loti (1882) qui raconte son voyage en Polynésie, et bien sûr à Paul Gauguin (1848-1903) et son installation en Polynésie de 1891 à 1983, puis son retour en 1895. Enfin, l'année du titre évoque forcément le début de la première guerre mondiale, et effectivement il est fait mention de l'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand d'Autriche-Este (1863-1914), mais aussi du passé au travers de la guerre de 1870/1871, et de la notion de la ligne bleue des Vosges.
De fait, l'histoire mêle deux fils narratifs : l'enquête de Simon Combaud qui reste très mystérieuse durant ce premier tome, et l'arrivée de deux croiseurs allemands Scharnhorst & Gneisenau en vue de Tahiti. le scénariste développe l'organisation de la défense de l'île par le commandant Destremau. le lecteur suit donc plusieurs personnages : ledit commandant, le clerc de notaire Simon Combaud, le curé et Mareta une vahiné. Au fil du récit, plusieurs thèmes sont évoqués. Bien évidemment, il y a un portrait des tahitiennes, aux moeurs légères, ou du moins dont l'activité sexuelle est régie par un autre code moral que celui de la métropole. Il y a les hommes blancs qui sont bien contents d'en profiter, et les tahitiens mâles sont presque absents du récit. Cela peut donner une image un peu naïve du bon sauvage, pas forcément facile à accepter. L'autre thème très prégnant est celui de la guerre qui fait irruption dans ce paradis terrestre. Quella-Guyot entrecroise les réactions de plusieurs personnages. le commandant Destremau fait observer qu'être militaire, c'est prévoir les risques, et c'est presque toujours pour rien. le peintre Octave Morillot s'engage dans les volontaires pour défendre Papeete, car un tableau est toujours plus beau par temps de paix. le curé n'entretient pas non plus d'illusion : en temps de guerre, personne n'a jamais pu compter sur Dieu. le récit met en évidence la réalité des affrontements, la destruction, les morts, et les traumatismes des hommes au combat (au travers de René qi a fait la guerre de 1870).
Alléché par la couverture, et peut-être parce qu'il a déjà apprécié d'autres oeuvres de ce tandem, le lecteur se lance dans cette bande dessinée, en se disant qu'elle doit se dérouler à Tahiti, et que les images seront superbes. L'artiste ne le déçoit pas, bien au contraire, et c'est un grand plaisir de bout en bout que de se projeter dans cette ville et ses alentours, de côtoyer des individus plausibles et attachants dans leurs imperfections. Il découvre un récit à plusieurs facettes, entre enquête, entrée en guerre, et rencontre de deux cultures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Shan_Ze
  20 novembre 2018
La couverture de cette bande dessinée est bien jolie même si le thème en lui-même est dur : la première guerre mondiale et une enquête sur le meurtres de vahinés à Papeete. On vient à peine d'entendre qu'une guerre commence en Europe, que bientôt, des navires allemands débarquent sur l'île.
J'aime le jeu sur le titre des albums diptyque : le premier tome s'appelle Rouge Tahiti avec la couverture en bleu (et celle arrière en rouge) et le second Bleu Horizon avec une couverture en rouge (et l'arrière en bleu). Après ça, j'ai bien aimé ce premier tome, je ne connaissais pas cet évenement lié à la Grande Guerre. le dessin est très agréable même si les personnages sont assez nombreux (et les vahinés se ressemblent pas mal).
La fin du premier tome amène la question de l'état de l'île après l'attaque en question et surtout, qu'en est-il du meurtrier ?
Bonus : de la documentation sur l'écriture de l'histoire en BD, les personnes de Tahiti comme Mauro Taaora, la dernière reine de Tahiti.
A suivre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          284
TheWind
  23 septembre 2017
Décor de rêve : Tahiti, son paradis de couleur et de lumière, ses vahinés embrasant les tableaux de Gauguin.
Epoque de merde : La Grande guerre.
Circonstances mystérieuses : Un Européen à la recherche d'on ne sait quoi...
Personnages historiques : Mauro Taaora, dernière reine de Tahiti, le Commandant Maxime Destremau, le peintre Octave Morillot ...
Des titres attirants : Rouge Tahiti, Bleu Horizon.
Des couleurs tout aussi attirantes...
Ce diptyque se lit plutôt bien. J'ai tout de même eu du mal à relier toutes les histoires entre elles : l'enquête fictive et la vraie Histoire. C'est un peu comme si chaque personnage qu'il soit fictif ou historique savait qu'il avait un rôle bien défini à tenir dans cette histoire et qu'il tentait à chaque planche de faire la lumière sur lui.
Commenter  J’apprécie          242
Ambages
  18 août 2016
1880.
Pomare V cède à la France ses états, Tahiti et dépendances, dont les sujets acquièrent la nationalité française.
1914.
13 août. Arraisonnement du cargo allemand Walkure par la Zélée.
22 septembre. Bombardement de Papeete par les navires allemands Scharnhorst et Gneisenau.
Défense de la ville par le commandant M. Destremau.
Il faut lire la quatrième de couverture ! Ça aide… Sauf que je ne le fais quasiment jamais, j'aime bien les surprises. Erreur. Au cas présent je me suis demandée ce que faisait, dans cette histoire, l'homme en noir, discret, fouinant un peu, profitant aussi de l'hospitalité des Tahitiennes. Je l'imaginais essentiellement au service de l'auteur l'utilisant en tant qu'intrus dans ce microcosme confiné de l'île, pour mettre en exergue certains pans de l'histoire ou encore montrer l'imbécillité du prêtre…. Oui, aussi. Mais j'apprends à la fin de ma lecture, en refermant la BD, qu'il est là pour élucider un crime perpétré à Paris quinze ans plus tôt. Voilà qui lève une part de mystère...
J'ai bien aimé cette BD car je ne savais absolument pas ce qui s'était passé à Tahiti en 1914 et encore moins comment pouvait être organisée la vie. Une bonne lecture mêlant polar et histoire avec des dessins agréables.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Vexiana
  25 avril 2019
Quel étonnant choix de titre...rouge Tahiti avec une couverture quasiment toute bleue. Couverture très prometteuse ceci dites particulièrement bien réalisée.
Jusqu'ici, j'ignorais tout des événements historiques qui se sont déroulés dans cette île aux airs de Paradis Perdu. Entre paysages de rêves, mœurs alanguies et personnages aussi suspects les uns que les autres, ce premier tome nous entraîne dans deux histoires simultanées - l'une historique et l'auteur policière - et également prenantes.
Le dessin est magnifique, dans un graphisme auquel j'adhère complètement.
Petit point noir, les vahinés se ressemblent fort et tous ses hommes qui portent très élégamment la moustache ne sont pas des plus identifiables non plus.
Vite, la suite (et la fin)
Commenter  J’apprécie          170


critiques presse (4)
BulledEncre   19 décembre 2011
Le ton est lancé dès la couverture – superbe – de cet album. Polar en milieu paradisiaque, Papeete 1914 est surtout une formidable histoire basée sur un fait historique réel, celui de la défense de Tahiti au début de la Première Guerre Mondiale.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
BDGest   13 décembre 2011
Marchant un peu sur le même principe – la guerre à l'autre bout du monde - que Commando Colonial d'Appollo et Brüno, Rouge Tahiti réussit néanmoins à se démarquer par son originalité propre et sa réalisation des plus soignées. À découvrir.
Lire la critique sur le site : BDGest
ActuaBD   17 novembre 2011
Une ambiance coloniale décrite avec précision, mais sans concession, magnifiquement servie par le trait (et les couleurs) de Sébastien Morice. Ici les « cartes postales » sont au service d’une narration juste, documentée et parfaitement efficace. Une vision « Pacifique » de la guerre 1914 bien loin des visions commémoratives ou traditionnelles du moment.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Sceneario   24 octobre 2011
La véracité historique est respectée, mais sans entamer l’ambiance “polar exotique” qu’ont voulu développer les deux auteurs. Du coup, la lecture est aussi intéressante qu’agréable à suivre. Nous avons, devant nous, une bonne galerie de personnages et des mystères qui ne demandent qu’à être résolus.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
TheWindTheWind   23 septembre 2017
Ici, on a l'impression qu'on ne vit pas sur la même planète qu'à Paris. Une insouciance générale assez désespérante !
La vie est trop mollassonne à mon goût. La lenteur, la langueur et le laisser-aller me mènent la vie dure, très dure.
Commenter  J’apprécie          190
AmbagesAmbages   18 août 2016
Quand on débarque à Tahiti, on se dit qu'on n'y restera pas longtemps...
Mais cette île lascive, alanguie sous le soleil, a tout d'une femme offerte pour séduire...
Commenter  J’apprécie          140
PresencePresence   15 août 2021
Bientôt cinq semaines que je suis là, et je dois l'avouer, j'ai peu avancé ! L'administration est plutôt léthargique et rechigne à ce que je consulte les dossiers. Beaucoup de fonctionnaires, mais peu de coopération. Ici, on a l'impression qu'on ne vit pas sur la même planète qu'à Paris. Une insouciance générale assez désespérante ! la vie ici est trop mollassonne à mon goût. La lenteur, la langueur et le laisser-aller me mènent la vie dure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
PresencePresence   15 août 2021
Les troupes sont pleines d'entrain, mais l'infanterie est trop lente, les canons automobiles en retard, sans parler d'un véhicule plusieurs fois en panne. On recommencera les manœuvres tous les matins, mais on sera prêt à canonner et à empêcher tout débarquement. Tout est prévu : la route a été refaite, on a creusé des tranchées, construit des abris, défriché, maçonné et édifié une batterie selon les règles, à contrepente, invisible de la mer et protégeant toute la rade. On a aussi miné les balises de la passe. Bref, notre défense est totale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PresencePresence   14 août 2021
Les tahitiennes ne sont pas plus belles que les femmes d'ailleurs. Elles ont toutefois une réputation de femmes faciles. Les petites sauvagesses promettent monts de Vénus et merveilles. Et les bougresses tiennent rudement parole.
Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
Videos de Didier Quella-Guyot (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Didier Quella-Guyot
Après une première oeuvre commune, mémorielle et « exotique » sur les Esclaves de l'île de Pâques, Didier Quella-Guyot et Manu Cassier ont réitéré une collaboration sur le tome 2 de Facteur pour femmes (le tome 1 avait été dessiné par Sébastien Morice). Mais ça, c'était... après ( ! ) cette interview, que nous avons filmée durant le festival d'Angoulême 2019. Une interview qui permet surtout au duo de revenir sur le contexte d'Esclave de l'île de Pâques, mais aussi d'esquisser l'envie d'une troisième oeuvre mémorielle commune, autour de la terrible colonisation de la Namibie par les allemands...
+ Lire la suite
autres livres classés : tahitiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox