AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782874592355
Éditeur : Chloe des Lys (01/06/2007)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Découragé par le combat quotidien contre un corps en souffrance, fatigué des contraintes que la médecine lui impose, un homme décide d’en finir avec la vie. Il s’organise une mort festive et décide de périr par son vice : la Chimay Bleue. Boire jusqu’à ce que mort s’ensuive ! Froidement, il planifie les derniers mois de son existence qu’il rythme selon une consommation soutenue de bières trappistes. Alors qu’il arrive au terme de son chemin de croix, il rencontre l’... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Bruno_Cm
  28 janvier 2019
Bon. J'ai pas mal lu sur l'alcoolisme et pour cause, je bosse comme psychologue dans un service qui s'occupe de personnes qui en souffrent.J'ai pas mal lu de livres psychologiques donc, aussi, de fait. J'ai aussi de bonnes connaissances de la justice pénale, les avocats, le système, la lourdeur, la rage et la honte ; et j'ai croisé avec sympathie l'auteur de ce roman.
Ceci étant posé, je peux dire que le personnage principal du livre, que l'on suit en first-person-shooter (si je peux dire) (oui je peux le dire) (en tout cas je l'ai dit) tient parfaitement la route, ce type malade physiquement suite à une vie trop excessive, qui décide de mourir de la plus belle mort qu'il puisse imaginer, s'enquiller des Chimay bleues est authentiquement crédible.
J'ai déjà rencontrés de ces spécimens.
Les détails du comment-réaliser-son-projet sont amusants (ce livre est baigné d'humour, bien nécessaire), bien trouvés, et on sent bien que l'écrivain connaît le sujet.
"Je ne demandais rien.
Si, juste une chose.
Le droit de boire jusqu'à en mourir."
Puis, bam, une rencontre. Une rencontre souvent ça change tout. Ici, la rencontre fait tout révéler, "tout" peut-il se rejouer...
"Elle était seule, la guinguette était boudée par la clientèle. Assise sur l'escalier de la terrasse, elle observait, mélancolique, les jeux des enfants dans la rivière, quelque chose au fond de son regard me portait à croire qu'elle regrettait avoir grandi.
Je partageais son opinion.
Elle me gratifia d'un sourire séraphin et d'un bonjour timide."
Progressivement, dans une forme de pire en pire, on avance. Pas le temps d'être triste qu'il faut être encore plus triste et pas le temps d'être encore plus triste pour exploser de rage et pas le temps d'exploser de rage qu'il faut à nouveau être triste... Assez terrible; D'aucuns pourraient penser que ce parcours (anti-)vita ou parcours mortis est impossible, que l'auteur exagère, qu'il en a trop fait, qu'il aurait dû s'arrêter, que c'est trop n'en jetez plus. Ben, en fait, non.
IRL (si je peux...), j'ai rencontré des parcours pareils, où la compassion est oversaturée tant il y a de quoi-s. Il y a trop. L'excès n'est pas que dans le produit, produit qui souvent aide, espoir de solution, de dissolution, jamais gagnant mais. Bref, oui, ça existe. Je ne sais pas si l'auteur lui-même croit en la crédibilité totale, s'il en a connu, s'il en a l'expérience indirecte, directe... Mais, hélas, oui, ce bleu qui passe au noir profond, ce n'est pas la mort, c'est la vie. La/le pute de chien-ne de vie. Vie à noyer. Voilà.
Un mot sur la construction et le style. Style sans fioriture inutile, les détails précis et justes servent le récit, ils sont nécessaires. Comme je disais, l'auteur insuffle une certaine dose d'humour et de bonhommie qui elles aussi permettent de respirer.
Comme dans une nouvelle (j'ai l'impression que l'auteur avait d'abord envisagé une nouvelle, puis), son personnage et son histoire, après le tournant, se rendent compte d'être sur une route à plusieurs tournants, une route infernale. Un chemin de croix (au pluriel) qui me fait penser à la référence ultime : Malcolm Lowry et son Au-dessous du Volcan, A ceci près qu'ici l'auteur table sur la densité et la brièveté des mots et du texte pour faire effet, alors que Lowry s'étend et étend la souffrance dans une longueur et langueur étouffantes. Deux partis pris pour des conclusions pas si différentes.
Du coup, comme il est court, ce roman peut être mis dans des mains que les pavés rebutent. Impossible de pas être touché. Peu ou prou.
Je re-commande (la tournée), vous l'aurez compris.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Aveclesourire
  27 décembre 2018
Dans ma mythologie festive personnelle, les bières fortes se dégustent à plusieurs et sont le prétexte de discussions animées où tout le plaisir consiste à savourer les histoires qu'on se raconte avec plus d'emphase et d'exaltation sous les effets conjugués de l'alcool et du bon goût du houblon. Il était donc facile pour moi d'entrer dans ce roman un sourire aux lèvres, d'y lire une farce, la plaisanterie d'un homme singulier qui décide de se suicider à la trappiste, un prétexte à faire rire en critiquant la vie de ceux qui ne savent pas y prendre du plaisir. La soûlographie a des rebondissements délectables ! Jean-Philippe Querton a la plume virevoltante et imaginative, quand elle est dopée à la Chimay bleue ! Et si son personnage boit seul, il me semble que c'est pour mieux convier le lecteur à sa table ! Puis, l'histoire prend une tournure plus sombre. L'homme rencontre une jeune fille qui pourrait interrompre sa beuverie suicidaire mais la bière est profondément noire. Et tandis que le lecteur que je suis dégrise, le personnage boit la Chimay jusqu'à la lie. Et la réalité rattrape ma mythologie personnelle : l'alcool triste succède souvent à l'alcool gai et tous deux terminent toujours par une énorme gueule de bois, à assumer seul au petit matin blême. Voilà une plongée profonde dans la vie d'un buveur de bière qui me fera lever mon prochain verre de trappiste avec plus de respect et de philosophie. Santé l'artiste !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Zoreillivre
  27 octobre 2012
Etonnant et épatant ! Tant dans la qualité d'écriture que dans le déroulement du scénario. Cette histoire m'avait attiré et je ne fut pas déçu, que du contraire. Un homme décide de se suicider en se noyant avec une des bières Trappiste belges les plus sacrée, la Chimay Bleue. Son projet est mené avec beaucoup de méthode et de conviction, le choix porté sur la célèbre bière est pleinement assumé et on se régale au fil des pages. On ne boit plus jamais une bière de la même manière. Et puis, il y a ces rencontres qu'on suit avec passion et la perdition programmée du personnage prend des allures insoupsonnées.
J'ai eu beaucoup de plaisir à lire ce livre que je n'oublierai pas. L'écriture est vraiment agréable et on est très vite pris dans le tourne page. L'auteur mérite à être plus connu, plus lu. L'ouvrage est édité par une petite maison d'édition qui envoie elle même l'ouvrage http://cactusinebranlableeditions.e-monsite.com/
Je recommande chaudement, une vraie découverte !
Commenter  J’apprécie          50
cavey
  29 avril 2015
Bien qu'il fasse partie de la collection « Cactus Noir » des éditions Cactus Inébranlable, on rentre dans le livre avec légèreté, presque distraitement, en suivant son ton badin comme le lapin d'Alice, sans savoir dans quelles profondeurs il risque de nous mener. Et là, il sera trop tard pour en ressortir. Car si l'auteur manie remarquablement l'humour et la langue française (on a l'impression que chaque mot, chaque phrase, sont distinctement articulés, ce qui est tout de même une qualité épatante pour un livre…), il nous fait également rentrer sans échappatoire dans le style subjectif du narrateur. On suit ses pensées, sa narration, de plus en plus noire et confuse au fur et à mesure qu'il s'enivre et se noie, comme annoncé, dans ses Chimay bleues. Et les badinages du début se font roman noir sans qu'on ait vu venir le changement de couleur.
Le résumé le plus succinct et le plus précis du livre se trouve bel et bien dans les quelques mots de l'incipit. le programme de l'Homme à la Chimay bleue, dont nous ne connaîtrons jamais le nom, semble drôle aux premiers mots, mais beaucoup moins au fur et à mesure de son application méthodique, d'autant que ladite botte de radis va sérieusement courber l'orientation du récit et les intentions du narrateur.
Cette écriture à la première personne qui nous emmène dans l'esprit de plus en plus confus du narrateur est étonnante à bien des égards. La précision du langage et les répliques inénarrables de l'auteur (qui commet et publie, par ailleurs, des recueils d'aphorismes, ceci éclairant peut-être cela) feront le bonheur des amateurs de langue française. Ces qualités d'écriture ne nuisent cependant pas au récit en lui-même, remarquable par sa courbe de narration, ses ellipses, ses non-dits et sa rapidité. Ici, pas de mots inutiles, de descriptions qui se complaisent dans leurs adjectifs, de récits emboîtés, de flous artistiques… L'histoire est d'autant plus limpide que le narrateur se trouble au travers de sa trappiste favorite. La course folle et précise de quelques mots jetés sur le papier, jusqu'à leur aboutissement final.
Un livre à déguster, une fois, deux fois, trois fois. Ce sera sans doute la meilleure.
Lien : http://metveelplaisir.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
jeanphilippequertonjeanphilippequerton   20 juin 2011
« Je remplis le verre d’un bon tiers, laissai la mousse retomber, écoutai les crépitements délicats provoqués par le rencontre du gaz carbonique avec l’air, observai, amoureux, la couleur noirâtre du nectar, l’humai, le portai à mes lèvres et en avalai deux gorgées. »
Commenter  J’apprécie          30
jeanphilippequertonjeanphilippequerton   20 juin 2011
« Je voulais des graisses, des lipides, des sauces, des calories.
Crever de lipoabsorption.
M’empoisonner dans la béatitude.
Périr dans l’euphorie.
Rendre l’âme dans la jouissance.
Mon anéantissement serait festif ou ne serait point ! »
Commenter  J’apprécie          20
jeanphilippequertonjeanphilippequerton   20 juin 2011
« Avant que le mot « fin » ne s’écrive en toute lettre sur le roman de mon itinéraire, ne manquait que l’épilogue que je rédigeais aujourd’hui, trempant ma plume dans la bière trappiste. »
Commenter  J’apprécie          20
Bruno_CmBruno_Cm   31 janvier 2019
La porte était fermée à clef, je n'avais donc pas reçu de visite. C'était donc moi le responsable de ce carnage.
La nuit, une autre personnalité agissait à mon insu dans cet univers. Contre qui m'étais-je battu ? Mon corps était investi d'un autre esprit qui agissait étrangement, il saccageait, démolissait, abîmait, détruisait le peu de choses qui m'appartenaient encore.
Je n'aimais pas cet autre moi-même.
Ce fou qui sommeillait en moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
jeanphilippequertonjeanphilippequerton   20 juin 2011
Il n'en pouvait plus de vivre, il voulait se noyer dans la bière trappiste et en crever...
Commenter  J’apprécie          30

Video de Jean-Philippe Querton (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Philippe Querton
Bob Boutique interviewe Jean Philippe Querton, auteur des éditions Chloe desq Lys, pour la toute première émission d' ACTU-tv le 8 février 2010, dans le studio de Humbeek.
autres livres classés : roman noirVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2041 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre