AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782021404210
120 pages
Éditeur : Seuil (11/10/2018)
5/5   1 notes
Résumé :
Les fantasmes qui nous hantent n'attendent pas pour conduire nos actions que nous y consentions. Ils n'attendent pas après le langage (qui n'envahit la tête que vingt-sept mois après notre conception, que dix-huit mois après notre naissance, qui nous quitte chaque nuit, avant de nous abandonner complètement dans la mort). Les fantasmes déterminent les jours, les rencontres, les heures, les gestes. Ils les contraignent. Ils présagent en silence. Ils s'imposent à nos ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

critiques presse (1)
LeDevoir   17 décembre 2018
Pascal Quignard réunit ici une cinquantaine de ces œuvres afin de réfléchir, dans autant de brefs textes philosophico-poétiques, à cette éternelle énigme qu’est le désir, sans s’empêcher de multiplier les poncifs très bof sur l’animalité première de l’être humain.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
marinos22898marinos22898   30 octobre 2018
L’origine, alors qu’elle était si loin de notre pensée ou de notre appréhension, tout à coup est là. Et quand l’origine est là, l’homme pâlit. Une eau sans âge, mystérieuse, insondable, attirante, transpire autour du corps et tisse une sorte de spectre, de vapeur atmosphérique, de rayonnement diffus. Une source naît et s’échappe, Mélanie Klein a écrit : L’angoisse est cette eau merveilleuse. L’angoisse et le désir ne se disjoignent jamais. À la fois la honte et l’envie rendent tout phosphorescent. Quelque chose bouleverse les humains dans le débourgeonnement et la floraison des pétales des fleurs au printemps sur les branches, dans l’érection et le durcissement des tétons des seins sur le torse des femmes, dans la protrusion des lèvres qui recherchent spontanément le baiser et derrière le baiser l’eau de l’autre, dans l’amplitude des pénis qui s’arquent et tremblent sur les bourses. “Effarer”, dans l’origine de notre langue, c’est rendre ferus, c’est réensauvager, c’est rendre fier, c’est s’extirper de la civilisation, c’est être brutalement restitué à l’indomptable. Quelque chose perd contenance dans la défloration de la fleur, quelque chose menace plus tenacement encore dans la véraison des fruits, quelque chose devient lourd, très lourd, pèse dans la maturation du fruit enfin complètement recouvert de toute sa stupéfiante couleur, tombe enfin au cours d’un inestimable vertige.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
marinos22898marinos22898   10 novembre 2018
On tremblerait si on faisait attention à ce qu’on hasarde soudain dans l’amour: tout. On se met entièrement nu dans cette eau invisible, on ouvre ses mains vides, on donne son corps et l’eau de son corps et, au-delà du corps, on donne tout ce qu’on ignore du corps de l’autre, on coule, on abandonne sa vie.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Pascal Quignard (42) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pascal Quignard
{Conférence-performance de Pascal Quignard}Dans le cadre de l'exposition qui lui est consacrée à la BnF, l'écrivain Pascal Quignard propose une conférence-performance inédite en lien avec son dernier ouvrage, Sur le geste de l'abandon.Conférence-performance enregistrée le 29 septembre 2020 à la BnF I François-MitterrandEn savoir plus sur l'exposition Pascal Quignard, fragments d'une écriture : https://c.bnf.fr/G8O
autres livres classés : fantasmeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Tous les matins du monde

En qu'elle année Pascal Quignard a-t-il écrit Tous les matins du monde?

1816
1917
1991
1899

10 questions
252 lecteurs ont répondu
Thème : Tous les matins du monde de Pascal QuignardCréer un quiz sur ce livre