AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070309139
304 pages
Éditeur : Gallimard (15/03/2007)
3.79/5   17 notes
Résumé :
"Les terreurs ne ressemblent pas aux bêtes qui les provoquent. Les affects n'ont pas les traits des ouragans dont la menace les effraie. Les blessures ne ressemblent pas aux armes. Les tristesses ne ressemblent pas aux mots. "
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
araucaria
  03 mai 2018
Lorsque Pascal Quignard avait obtenu le Prix Goncourt pour Les Ombres Errantes, j'avais feuilleté l'ouvrage, par curiosité, et tout de suite reposé pensant que ce livre n'était pas fait pour moi. Bien des années plus tard, je suis piégée en choisissant Sordidissimes à la bibliothèque. Cet ouvrage étant le cinquième tome de Dernier royaume; Les ombres errantes en étant le premier! Je découvre ce livre sans passion! J'apprends au passage, mais la structure du volume est complexe. Les chapitres s'enchainent sans présenter de liens les uns avec les autres : "Le silence du soir", "L'intervalle mort", "La fiançaille", "Le manteau de Monsieur de Chalais", "Sur la couille nue de l'empereur Héraclius"... etc, etc... Ce livre me semble bien énigmatique, même si l'écriture reste belle... J'éviterai à l'avenir les essais de l'auteur, privilégiant ses romans qui sont plus à ma portée et dont les sujets ont su, à plusieurs reprises, me séduire (Tous les matins du monde, Terrasse à Rome, ou encore Villa Amalia)...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
lebelier
  12 août 2021
Encore une fois il est difficile de classer ce livre de P. Quignard. Est-ce un essai philosophique, un recueil de contes moraux, une histoire de l'humanité vue par un détail d'où tout découle, un cours de philologie qui puisent chez les latins, les grecs, les japonais, les chinois ou encore un ouvrage de prose poétique et de méditation ? C'est impossible à définir bien que ce soit tout ça et plus encore.
Ce livre m'a servi, le soir, comme moyen de recueillement, de repos de l'âme après les turpitudes de la journée. Presque de livre d'heures, de missel. Mais je me méfie de Quignard. Il peut vous happer et vous entraîner très loin, vous faire voyager depuis votre position allongée. C'est un érudit qui touche à tout ce que la culture a de plus noble : poésie, philosophie, histoire, musique ou art pictural. Mais que raconte-t-il ? « C'est là le hic » disait Hamlet (Ay there's the rub !). Cette citation tirée du livre pourrait résumer son projet :
"En méditant sur les choses sordides je cherche à définir l'intervalle mort.
C'est le coeur du temps.
C'est le coeur qui bat au fond de la musique.
Je cherche ce minuscule spatium déjà à demi déchiré où peut battre le temps avant de commencer son mouvement."
Il y parle donc des « choses sordides » de la naissance, de la mort, de la vie, des instants morts, du désir sexuel et sa mécanique en de courts chapitres dont certains, à la façon qu'il a de disposer ses paragraphes, de choisir ses mots avec un soin jaloux, sont proches de la prose poétique. Il y va aussi de l'anecdote éclairée sur tel poète, tel musicien, tel prince qui pourrait amener du sordide à son propos. Par « sordide » n'entendons pas seulement « sale » - bien que ce soit présent – mais aussi tout ce qui se recroqueville dans une vie minuscule et participe de ce fameux « Jadis », fil conducteur du cycle de Dernier Royaume. Nous sommes ici au tome V.
"Les tout petits enfants ignorent le sale comme les chiens.
Cependant les chats - les tigres, les lions – connaissent le sale.
C'est sur cette frontière où se tend l'antagonisme entre propre et sale que naît l'objet inestimable."
Ne cherchons pas trop de cohérence dans ce livre qui se lit comme la pensée, de façon disparate en sautant un peu du coq à l'âne comme dans un rêve sur lequel j'ai pu lire une des plus belles phrases :
"Dans le rêve le sujet est présent, mais à la troisième personne, comme une image au milieu de toutes les autres."
Pour ma part, je vais laisser Quignard de côté pour un moment. Mais j'y reviendrai fatalement car La Barque Silencieuse, dernier tome de Dernier Royaume, glisse déjà sur le fleuve de mes envies.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
araucariaaraucaria   21 septembre 2017
A Bergheim on appelait les vêtements qui étaient en contact avec les parties sexuelles les Unaussprechlichen (Les "inexprimables".)
Pierre Nicole a écrit : Un pécheur est un homme réduit à une honteuse nudité parce qu'il a perdu la robe de l'innocence.
La robe animale était et n'était pas nudité.
La robe, le pelage, les plumes, la fourrure furent volés aux animaux. C'est ce qui fut volé aux animaux qui déclencha la nudité.
Comme la chasse, prédation acquise, fut dérobée aux fauves, comme la carnivorie.
Saint-Augustin a écrit : Tous les vêtements que portent les femmes et les hommes ne sont rien que panni diaboli - haillons du diable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
araucariaaraucaria   27 septembre 2017
Qu'est-ce que manger? Détruire l'objet.
Après la tétée le petit prédateur cesse d'être dangereux pour le sein qui ne l'attire plus. Le sein devient "objectif" pendant quelques heures aux yeux du nourrisson.
Même chose pour la période d'inexcitabilité après le coït chez les hommes. Durant un moment la femme devient "objective" aux yeux des hommes mûrs. Elle n'attire plus; elle se tient "devant" le corps qui la considère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
araucariaaraucaria   04 mai 2018
Lorsque nous passons le temps en faisant de la musique quelque chose dans le temps cesse de passer. Une joie revient sur nos visages au-delà de l'arthrose des doigts, au-delà du Dupuytren de la paume, au-delà du souffle qui défaille au fond de la gorge, au-delà du sang qui monte sur les lèvres.
Commenter  J’apprécie          120
araucariaaraucaria   21 septembre 2017
Tout être vit à partir d'un petit signal fascinant trouvé dans un autre être et comme sans cesse perdu pour lui-même. Tout homme passe sa vie à le rechercher pour le prendre pour lui. Il est sans cesse comme un éveillé au sortir de son rêve. Ce que l'autre a emporté dans la tombe avec son corps, plutôt que ce qu'il était, ce qui manque le plus avec lui, plus encore que son corps, plus encore que son identité, plus encore que son nom, plus encore que son lien (son cordon ombilical lui aussi jadis inhumé), plus encore que derrière sa maison sa poche (son vieux sac, sa secondine, son délivre), c'est ce qui le poussait à être.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
araucariaaraucaria   04 mai 2018
Qu'est-ce qu'une liste d'adieux? C'est l'envers d'une liste de courses.
Qu'est-ce que l'envers d'une liste de courses? Un roman.
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Pascal Quignard (45) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pascal Quignard
Le 13 août 2006, Daniel Mesguich lisait dans le petit cloître de l'abbaye de Lagrasse "Villa Amalia" de Pascal Quignard
autres livres classés : penséeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Tous les matins du monde

En qu'elle année Pascal Quignard a-t-il écrit Tous les matins du monde?

1816
1917
1991
1899

10 questions
254 lecteurs ont répondu
Thème : Tous les matins du monde de Pascal QuignardCréer un quiz sur ce livre