AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070437382
256 pages
Éditeur : Gallimard (16/06/2011)
3.92/5   50 notes
Résumé :

« Les romans imaginent une autre vie. Qu’est-ce qu’une autre vie sinon une autre intrigue ?Le large existe ».

Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
liberlibri
  29 novembre 2009
« A quoi sert d'écrire ? A ne pas vivre mort. »
Dans ce 6e volume de Dernier royaume, Pascal Quignard a fait le choix d'écrire précisément sur la mort et la « barque silencieuse » dont il est question est évidemment celle de Charon, qui n'est pas sans rappeler la « barque d'os » d'un Jaccottet. En quatre-vingt-six courts chapitres, Pascal Quignard mêle anecdotes historiques, récits, contes et mythes, autofiction même et il recrée une fois encore cette atmosphère propre à Dernier royaume. Il y décrit pléthore des rites qui entourent la mort, poussant parfois si loin le souci du détail qu'il explique au lecteur, avec une précision d'entomologiste, à quel rythme les chairs se décomposent, à quel moment les os se désunissent. Certaines pages sont pesantes mais vite ponctuées d'épisodes divertissants qui ne sont pas sans rappeler les romans terrifiants, notamment le Moine de Lewis dans la traduction d'Artaud. Inoubliable comtesse de Hornoc, triste petit crâne qui chante.
Certains aristarques ont pu reprocher à Quignard d'être bouffi d'érudition alors qu'il n'en est rien ; les vastes connaissances partagées ici servent au contraire les motifs du deuil et de la perte, sans jamais les occulter. Pascal Quignard n'a rien d'un mandarin, il tient plutôt du gardien de phare qui, nourri de lectures. Il n'hésite pas à confronter son lecteur à la peur du vide, à l'accompagner dans les questionnements qu'il fait émerger : « Tout destin humain est : l'inconnu de la mise au monde confié à l'inconnu de la mort. » C'est un livre dont on ressort avec l'impression d'avoir avancé.
Au fil du texte, l'écrivain fait ressortir tous les liens qui se tissent entre la mort et les mots. Comme les morts, les mots manquent à celui qui écrit. La lecture, quant à elle, renvoie à la solitude de l' »autre monde » mais elle constitue aussi une « retrouvaille possible avec l'interne ». Selon Quignard, tout être est à la recherche de l'antre originel du giron de la mère et souffre de cette perte. Chez D'aubigné par exemple, dont la mère mourut de l'avoir mis au monde, cette désolation est souvent exprimée, de même que la conscience d'être né d'un « sein-sépulcre ». Quignard ne fait pas mention de D'Aubigné mais cette conscience aiguë de la naissance qui laisse l'homme aller seul vers sa fin leur est commune.
La « barque silencieuse » qui glisse au fil des pages sans jamais faire frissonner l'onde met des mots sur bien des tabous. C'est une ode à la solitude, qui rappelle, citant Barthes que « la seule chose qu'un pouvoir ne tolère jamais c'est la contestation par le retrait. » C'est aussi le texte d'un défenseur acharné de la liberté individuelle qui répète à l'envi avec Epictète que « la porte est ouverte » car, pour lui, « le suicide est certainement la ligne ultime sur laquelle peut venir s'écrire la liberté humaine ». C'est enfin le plaidoyer d'un athée radical pour qui ne pas croire est l'expression ultime de la liberté de l'individu.
« Je nomme athée celui qui vit sans dieux, dont l'âme est sans foi, dont la conscience est exempte de peur, dont les moeurs ne s'appuient pas sur des rites, dont la pensée est sauve de tout référence à dieu, diable, démon, hallucination, amour, obsession, dont la mort est accessible à l'idée de suicide, dont l'après-mort est néant. »
Il faut lire ce livre de Quignard, ne serait-ce que pour cet incipit magnifique et presque testamentaire, qui livre une très juste définition du littéraire : « J'aurai passé ma vie à chercher des mots qui me faisaient défaut. Qu'est-ce qu'un littéraire ? Celui pour qui les mots défaillent, bondissent, fuient, perdent sens. »
Lien : http://www.liberlibri.fr/?p=..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Henri-l-oiseleur
  10 juillet 2016
Il n'est pas sûr que ma chronique serve à quoi que ce soit, mais je me lance quand même. J'ai lu (puis relu) cet ouvrage de Pascal Quignard, surtout celui-ci, avec ravissement, avec la même impression que nous laisse la lecture de Stendhal, celle d'être plus intelligents que nous ne sommes (selon les mots d'un critique stendhalien). Mais alors, d'où vient que, le volume refermé, il ne reste absolument rien de cette lecture, de ce ravissement ? Dois-je accuser ma mauvaise mémoire ? Faut-il que je lise moins, que je fasse un jeûne de lecture pour être plus profondément marqué par peu de livres mieux choisis ? Ces solutions ne sont pas à exclure, mais une autre me vient à l'esprit : lire Quignard, et voguer sur la Barque des Ombres, c'est marcher dans une Antiquité renouvelée, rafraîchie, tragique, relue littéralement par un moderne qui joue sans cesse - en poète - avec l'étymologie des mots : c'est une redécouverte. La multiplicité des anecdotes émiettées émerveille, et le récit tellement personnel qui en est fait. C'est comme un film plein de surprises, de sketches et d'aventures dont il ne resterait rien à la fin, peut-être parce que les principes unificateurs de l'ouvrage - formels souvent - échouent à lui donner de la cohérence et la force de s'imprimer dans les esprits. Par opposition, le livre sur Lycophron, Cassandre et les pensées de Zétès, d'une forte unité, transmet quelque chose au lecteur qui reste gravé dans sa mémoire. Ici, l'anecdotique charme, emporte, émerveille, éparpille l'attention, et disparait. Mais c'est peut-être moi qui ne suis pas à la hauteur de l'ouvrage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
lebelier
  03 septembre 2021
« J'aurai passé ma vie à chercher des mots qui me faisaient défaut. Qu'est-ce qu'un littéraire ? Celui pour qui les mots défaillent, bondissent, fuient, perdent sens. »
Ainsi commence le sixième tome de « Dernier royaume », un recueil qui, selon l'auteur récemment entendu, n'est pas près de finir.
Or c'est de finitude dont nous parlons ici. de la mort et de ces derniers instants, de l'altérité du temps et aussi de ces moments où l'on éprouve ce qu'il est convenu d'appeler des instants de bonheur car la mort peut aussi être un plaisir, le dernier plaisir sexuel.
«Le trait de l'orgasme est temporel : c'est la perte de conscience de la durée.
Ce trait est aussi celui de la lecture. »
Pascal Quignard me semble un des dernier humanistes et nous fait partager son érudition tant littéraire qu'historique, philologique, poétique, mythologique et même philosophique (et j'arrête, je n'ai plus mots en « -ique » !) ainsi que sont évoquées les traditions et superstitions qui entourent la mort
Dans la barque allégorique, on passe d'un temps à l'autre, d'une célébrité à l'autre, ainsi de Louise Brulé à Mallarmé aux philosophes latins, grecs ou chinois jusqu'à Henriette d'Angleterre dont la mort si bien mise en mots par Bossuet, confiant à madame De La Fayette, au seuil du trépas : « Mon nez s'est déjà retiré. » et ignorant qu'elle se référait à une superstition inuit.
Chaque chapitre est un monde clos sur lui-même, de même la solitude du lecteur (« in angulo cum libro ») et celle du mourant. La mort apparaît ici comme à un retour à l'état d'avant la naissance, enfermé dans un cocon rassurant :
« Nous avons besoin de narrations parce que chaque naissant fut un héros complétement perdu. »
Au début du chapitre, on est au début d'une histoire, d'un trait poétique ou d'une méditation nouvelle parce que les livres et la lecture régénèrent le héros que nous sommes de traverser la vie. Ainsi on se place, dans ce livre, du côté des athées : athées déçus et constatant comme Nietzsche : « Dieu est mort, nous l'avons tué. » ou athées presque militants comme Stevenson qui signait toujours ses lettres par « l'Athée ». On va même jusqu'à suggérer que Jésus s'est suicidé puis qu'il dit dans l'évangile de Saint Jean qu'il se « dessaisit de sa vie. »
« C'est Gentillet qui posa à la fin du XVIe siècle qu'être athée et être littéraire étaient synonymes.
Les athées sont des lettrés. »
À l'instar De Voltaire, les athées veulent par leur lucidité « ecr l'inf », « écraser l'infâme », le fanatisme, bien sûr. Et nous voilà en résonnance avec note actualité.
Alors pourquoi une étoile en moins que d'habitude ? Moins de surprise peut-être, moins d'émerveillement aussi mais toujours autant de plaisir à lire cet auteur et impatience de retrouver le tome suivant.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MarianneL
  26 avril 2013
Paru en 2009, la barque silencieuse est un recueil de textes autour du passage de la naissance et de la mort, un livre comme une constellation, faite d'étoiles brillantes et de trous noirs.
Les étoiles brillantes de ce recueil nous content les destinées de l'homme entre deux rives, de la voix d'un conteur qui entraîne dans le rêve, avec des récits qui empruntent à la mythologie ou à l'histoire des grands hommes ; elles nous content la solitude comme état premier de l'homme, celui d'avant la naissance, et le retrait, dans la lecture notamment, comme reconnaissance de l'extase de notre première solitude. Elles forment enfin une ode à la liberté et à la tolérance, même si cette liberté est celle du suicide.
Les trous noirs, eux, trop douloureux et narcissiques pour l'incurable optimiste que je suis, nous entraînent dans des visions obsédantes du sexe sanglant de la naissance et de la mort, dans une animalité morbide, une perception de la vie comme un mal-être à cause de la naissance décrite comme abandon originel.
« Il est possible qu'un pays où on puisse ne pas aimer les dieux, fumer du tabac en attendant un train, boire du vin sur une terrasse dans la rue, se promener sans papiers d'identité, dire ce que l'on pense partout, n'existe plus dans ce monde. […]
Chasser des animaux, pêcher des poissons, boire de l'eau, s'allonger où le soleil brille, suivre les rives des fleuves, longer les plages des mers devint inaccessible sans monnaie, sous mes yeux, durant le temps où je vivais. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
DanR
  21 décembre 2014
Je lis avec ce livre un deuxième tome du Dernier Royaume - après les Ombres errantes. Pascal Quignard nous livre son besoin d'être libre et quelques pistes pour y parvenir faites de réflexion et d'érudition. J'ai été au départ rebuté par tant de références aux "classiques" et à des passages par moi inconnus de l'Histoire. Mais au bout du compte ma lecture s'est transformé pour moi aussi en quête : qui ? où ? pourquoi ? comment ? quand ? La mort ? La naissance ? La vie.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
nadejdanadejda   30 septembre 2011
Une bêche, un sécateur, une hache pour le petit bois, deux bottes en caoutchouc pour la terre spongieuse, un parapluie jaune pour le ciel, un crayon à papier et le dos des enveloppes -- la vie solitaire ne coûte pas extrêmement cher quand on la rapporte aux sept bonheurs qui l'accompagnent.
Ce ne sont que les jours.
Plus d'autre musique dans ce monde que le bruit de l'eau et des barques précautionneuses des pêcheurs qui font glisser l'ancre avant de lancer leurs lignes dans la brume qui glisse sur l'eau grise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
GeraldineBGeraldineB   05 juin 2020
Lire est une expérience qui transforme de fond en comble ceux qui vouent leur âme à la lecture. Il faut serrer les vrais livres dans un coin car toujours les vrais livres sont contraires aux moeurs collectives. Celui qui lit vit seul dans son "autre monde", dans son "coin", dans l'angle de son mur. Et c'est ainsi que seul dans la cité, le lecteur affronte physiquement, solitairement, dans le livre, l'abîme de la solitude antérieure où il vécut. Simplement, en tournant simplement les pages de son livre, il reconduit sans fin la déchirure (sexuelle, familiale, sociale) dont il provient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121
nadejdanadejda   06 novembre 2011
Vieille Bible latine que je pris à ma grand-mère maternelle quand elle mourut, seule, sur le tapis du couloir, le long du long couloir tapissé de livres, rue Marié-Davy, dans le XIVe arrondissement. Au fond de moi je suis encore la rue d'Alesia. Je prenais la rue du Lunain. Sans cesse je tourne les pages que sans fin mouillant son doigt, elle tournait, les lunettes posées tout au bout de son nez, une grosse loupe dans la main, à l'angle de la fenêtre. Sans cesse je suis alors à ses côtés. Sans cesse je recopie le latin mystérieux.... p 87-88
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
nadejdanadejda   26 novembre 2010
Solitudo est un vieux mot latin qui signifiait le désert.
L'appel de la solitude est une des voix les plus irrésistibles qu'adressèrent dès l'origine les sociétés aux hommes.
La solitude est une expérience universelle. Cette expérience est plus ancienne que la vie sociale car toute la première vie, dans le premier royaume, a été une vie solitaire.
...En chinois lire et seul sont des homophones. Seul avec le Seul
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
PasoaPasoa   12 novembre 2020
Chaque aube le jadis pousse dans l'espace une nouvelle lumière. Il n'y a pas deux aubes. Tous les matins du monde sont sans retour. Il n'y a pas deux nuits. Chaque nuit est le fond de l'espace en personne. Il n'y a pas deux fleurs, deux rosées, deux vies. Il faut dire à tout instant : Toi. Il faut dire à tout ce qui vient : Arrive. La vie est un seul instant de re-citatio qui surgit en chacun de ses points, qui épure son bonheur à chaque occasion qui la renouvelle.

(extrait de "CHAPITRE LVI") - p.164
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Pascal Quignard (45) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pascal Quignard
Le 13 août 2006, Daniel Mesguich lisait dans le petit cloître de l'abbaye de Lagrasse "Villa Amalia" de Pascal Quignard
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Tous les matins du monde

En qu'elle année Pascal Quignard a-t-il écrit Tous les matins du monde?

1816
1917
1991
1899

10 questions
254 lecteurs ont répondu
Thème : Tous les matins du monde de Pascal QuignardCréer un quiz sur ce livre

.. ..