AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2714474225
Éditeur : Belfond (18/05/2017)

Note moyenne : 3.89/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Petite fille précoce et curieuse, Mimi mène une enfance protégée dans la ferme familiale. Il y a là Bud, son père cultivateur et répare-tout ; Miriam, sa mère infirmière ; ses deux frères, le taiseux Eddie et le caïd séducteur Tommy ; ainsi que Ruth, sa tante, qui, pour une raison étrange, ne s'éloigne jamais de la maison. Un monde rassurant, fait d'éclats de rire et de joie, que Mimi pense immuable. Mais nous sommes en 1966 et ces jours heureux sont comptés...
>Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
Gaoulette
  09 avril 2019
C'est bien dommage. Ce roman familial aurait pu être émouvant et excellent mais l'auteure donne beaucoup trop d'informations et on s'y perd à plusieurs reprises.
Le speech, j'ai eu du mal à le comprendre au départ sachant que je lis très rarement la quatrième de couverture. Mary Margaret une adolescente va raconter sa vie dans les années 60 pendant plusieurs décennies. Nous sommes à Miller's Valley où les habitants sont très attachés à leur bourgade. Pourtant celle-ci est amenée à disparaitre à cause des aléas climatiques. le gouvernement veut faire le ménage. C'est avec cette trame de départ que commence l'histoire d'Anna Quindlen.
Mais voilà cela ne s'arrête pas là. Mimi, la narratrice va raconter tout ce qui se passe dans sa vie, au village, autour d'elle en long en large et en travers. Et j'ai l'impression que cela ne suivait pas un ordre chronologique. Par moment, l'auteure faisait des bonds en avant en arrière et je me suis souvent perdue en route. Et puis j'en suis ressortie avec la question pourquoi à la fin. Pourquoi l'auteure n'a t'elle pas résolu l'affaire Ruth? Pourquoi l'auteure est-elle partie dans tous les sens? Pourquoi le synopsis dévoile la quasi totalité du roman? Pourquoi ne pas resté concentré sur l'histoire de Ruth? J'ai eu l'impression de lire plusieurs romans en un. Un gros gâchis pour moi alors que beaucoup de choses m'ont plu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
Selvegem
  16 mai 2017
Mimi vit entourée de sa famille, dans la ferme familiale. Il y a Miriam, sa mère infirmière ; Bud, son père bricoleur ; ses deux frères Eddie et Tommy, l'un est très calme tandis que l'autre est un caïd ; et enfin sa tante Ruth, qui n'est pas sorti de sa maison depuis des années.
Étant petite, Mimi pensait que tout allait rester pareil, que rien n'allait jamais changer. Mais en grandissant, devenant adolescente, elle s'aperçoit que tout change. Nous sommes dans les années 60, et Tommy part à la guerre au Vietnam, son père est malade, sa tante refuse toujours de sortir et le gouvernement projette de transformer la vallée où ils habitent en barrage.
La ferme des Miller est le second livre à paraître dans la nouvelle collection de Belfond, le Cercle. Une lecture que j'attendais avec impatience et inquiétude, sachant que Leopard Hall avait été une excellente lecture. Mais je me suis inquiétée pour rien : La ferme des Miller est excellent également ! Anna Quindlen nous entraîne dans une époque pas si lointaine, mais tellement différente malgré tout. En observant la vie de Mimi, nous grandissons et nous interrogeons en même temps qu'elle, que ce soit sur les secrets de sa famille, sur ses doutes concernant son avenir, sur l'attitude de ses proches et amies... Les horreurs de la guerre ont irrémédiablement transformés Tommy, l'éloignant de sa famille, tout comme Eddie s'est éloigné pour construire sa vie et sa famille à lui. Mais on se pose également des questions sur Ruth, son refus de sortir de la maison, et ses relations compliquée avec sa soeur. Mimi grandit dans cette vie, qui n'est ni complètement heureuse ni complètement malheureuse. Mais je dirais que c'est le lot de chacun d'avoir sa dose de bonheur et de malheur, nous devons simplement y faire face et essayer d'avancer. C'est ce que fait la jeune fille, qui se révèle un personnage très fort, très complexe, que j'ai adorée suivre et voir grandir. Outre la relation compliquée avec sa famille, nous avons également un plus grand tableau, celui du destin de la vallée. le gouvernement fait pression sur les habitants, tentant de les persuader de quitter leurs maisons, leurs souvenirs, afin de pouvoir construire un barrage.
(Mon avis complet sur mon blog.)
Lien : http://chezlechatducheshire...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Jazzynewyork
  18 juin 2017

" Lorsqu'on possède une ferme, on a le sens du temps, de la valeur d'un jour ou d'une année. Dans une ferme, un calme bien particulier règne au petit matin et en fait un moment de la journée différent des autres, tandis qu'un reliquat de ciel noir pâlissant sur les bords indique la fin de la nuit. Excepté la lueur d'une éventuelle lune, la seule lumière provient alors du plafond de la grange, telle une petite lune personnelle. On peut facilement s'y sentir satisfait de la vie - ou perdu. "

Mary Margaret Miller dite Mimi vit en Pennsylvanie à Miller's Valley. À 11 ans, elle est déjà trés mature et pose un regard clairvoyant sur la vie.
À travers son regard, nous allons découvrir l'histoire des Miller, sa famille.

Mimi mène une enfance protégée dans la ferme familiale. Entourée de son père, cultivateur, sa mère infirmière, ses deux frères, Eddie le taiseux et Tommy le caîd séducteur et de sa tante qui vit recluse dans la maison d'à coté.
" Ma mère disait parfois qu'ils avaient été proches quand ils étaient petits, mais c'était difficile à croire. À les voir, on aurait jamais dit qu'ils étaient frères, l'un avait l'air d'un flic et l'autre d'un criminel. "

Mimi est une jeune fille, bien comme il faut, qui n'hésitera pas à consentir à de gros sacrifices pour veiller sur les siens. Car malgré la quiétude apparente , tout est sur le point de changer. La vallée risque d'être engloutie sous les eaux ...
" Ainsi va le monde : des gens décident qu'ils veulent telle ou telle chose puis tentent de vous faire croire que vous le désirez autant qu'eux. "

Les années passent et les chagrins chassent le bonheur.
" Quelques kilomètres et quelques heures pouvaient faire toute la différence entre un quotidien ordinaire et une journée désastreuse. "
Mais Mimi reste, fidèle à sa vallée.
" La vie est pleine de Mystères. "

Anna Quindlen nous offre un magnifique roman, une saga familiale passionnante et bouleversante. Un roman plein de surprises, avec des personnages pleins d'humanité. Mimi est particulièrement attachante, toute jeune elle est déjà très responsable et déborde d'amour pour ses proches. Malgré l'adversité, des liens forts et profonds unissent cette famille.
Mère Thérèsa a dit : - L'amour commence quand nous nous consacrons à ceux qui sont à nos cotés, les membres de notre propre famille .
Une citation qui sied à merveille à ce roman, en particulier à Mimi.
Un roman puissant, un récit poignant, des personnages vibrants, une histoire qui nous transporte dans l'Amérique rurale et nous laisse de merveilleux souvenirs dans le coeur. Une superbe découverte qui va rejoindre ma bibliothèque dans mon panthéon des plumes américaines, auprès de Retour à Cayro de Dorothy Allison, ma toute première lecture chez Belfond il y a plus de vingt ans.

Une plume magnifique que j'ai hâte de retrouver.
Anna QuindlenAnna Quindlen est née à Philadelphie. C'est une célèbre journaliste américaine, récompensée par le prix Pulitzer en 1992 pour ses chroniques dans le New York Times. Elle est également l'auteur de huit romans, dont Contre coeur ( 1996) adapté au cinéma en 1999 par Carl Franklin sous le titre Contre Jour, avec Meryl Streep, Renée Zellweger et William Hurt. Noir comme l'amour (1999),Tous sans exception (2012) L'enfant sourira peut-être (2004) et Nature morte aux miettes de pain (2016). La Ferme des Miller est son quatrième ouvrage à paraître chez Belfond. Elle vit actuellement à New-York.




Lien : https://dealerdelignes.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Autantenemportentleslivres
  26 juin 2017
Mon avis:
J'avais très envie de découvrir la plume d'Anna Quindlen depuis la parution l'année dernière de son livre Nature morte aux miettes de pain. Je suis donc ravie que son dernier roman La ferme des Miller fasse partie de la collection le Cercle Belfond. Merci donc à la maison d'édition pour l'envoi de ce titre.
En lisant énormément j'arrive de plus en plus à cerner mes goûts en matière de littérature. Je sais souvent à l'avance si un roman va me plaire ou non, et je ne doutais pas de la beauté de celui-ci. C'est en pleine campagne américaine dans une petite bourgade de Pennsylvanie du nom de Miller's Valley que va se dérouler pratiquement toute l'intrigue de ce livre sur près de cinquante ans. Nous allons y suivre les Miller une famille de fermiers et plus particulièrement Mimi la fille cadette qui en est la narratrice. C'est à travers ses yeux que l'on va suivre petit à petit le récit de sa vie ainsi que celle des habitants de cette petite ville où elle a grandi. C'est une histoire familiale très riche que j'ai pris le temps de lire tellement je m'y suis sentie bien.
Pourtant les jours ne s'écoulent pas paisiblement chez les Miller. Entre leurs finances qui ne sont pas toujours au beau fixe, Tommy l'un des frères de Mimi qui tourne mal, les caprices de sa tante Ruth un peu folle qui vit au crochet de ses parents et qui n'a pas mis le nez dehors depuis de nombreuses années, le comportement un peu trop libéré de Larhonda une de ses camarade de classe, le départ de Donald son meilleur ami, en passant par la menace de destruction de toute la vallée au profit d'un barrage pour arrêter les inondations dont sont victimes régulièrement les habitants, on ne s'ennuie pas une seule minute. le récit est à la fois dynamique, simple, sincère, tantôt drôle et parfois très émouvant, on s'imprègne de ce lieu qui nous devient peu à peu familier et on s'attache à ces personnages hauts en couleurs qui deviennent pour le lecteur comme une seconde famille.
Et au milieu de ce capharnaüm ce trouve la douce et délicate Mimi. J'ai adoré ce personnage que j'ai trouvé très mature pour son âge. On a parfois l'impression que c'est elle le pilier de cette famille un peu bancale. Courageuse et téméraire elle n'hésite pas à donner un coup de main à la ferme alors que son rêve est de faire carrière dans les sciences, matière dans laquelle elle excelle. Elle est très attachée à sa famille et à son environnement qu'elle tente de protéger du mieux qu'elle peut des promoteurs peu scrupuleux. de nature méfiante, indépendante, observatrice et très perspicace, j'ai énormément aimé cette jeune fille à laquelle on s'attache tout de suite. Elle m'a beaucoup touché parce qu'elle est partagée entre son désir de partir afin de pouvoir faire carrière, et son devoir de rester pour s'occuper des siens, notamment de ses parents qui vieillissent, de sa tante Ruth et de son frère devenu délinquant. Au fil des pages nous la voyons peu à peu devenir femme après avoir subi les tracas de l'adolescence, tomber amoureuse, faire ses propres erreurs mais toujours en en tirant les bonnes leçons. Je me suis beaucoup reconnue dans ce personnage raisonnable mais souvent angoissé quant à son avenir, sur son incapacité à savoir ce qu'elle veut réellement et sur la nostalgie qu'elle ressent au fil des années qui passent.
C'est un roman qui nous fait du bien car il nous fait penser indubitablement à notre propre enfance, aux souvenirs que l'on a que ce soit du village où l'on a grandi, de la maison familiale, des copains d'école, des gens que l'on a connu aujourd'hui disparus. Tous ces éléments font partis de notre passé donc de nous, et il est bien difficile en grandissant de devoir faire une croix sur tout cela, d'autant plus parce que l'on sait que l'on ne pourra pas revenir en arrière et que cela nous confronte au futur, à l'incertain. Cependant on termine le livre la larme à l'oeil car on comprend que ce n'est pas une fin en soi. Nous laissons notre passé derrière nous pour mieux nous construire un avenir, car la vie continue malgré tout. Il y aura d'autres endroits, d'autres gens à aimer et encore de belles choses à partager.
Pour conclure:
Une véritable plongée en pleine campagne américaine dans les années 60 chez les Miller, une famille pas tout à fait comme les autres mais terriblement attachante. Un très beau roman sur la force des liens du sang et sur l'attachement à sa terre natale, porté par une jeune femme confrontée à un cruel dilemme : vivre pour sa famille ou pour elle-même ?
Ma note: 17/20.
Lien : http://autantenemportelesliv..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ingridfasquelle
  29 mai 2017
Anna Quindlen est une célèbre journaliste américaine, récompensée par le prix Pulitzer en 1992 pour ses chroniques dans le New York Times. Elle est également l'auteur de plusieurs romans, dont Noir comme l'amour (1999), L'enfant sourira peut-être (2004) et Nature morte aux miettes de pain (2016). La Ferme des Miller est son quatrième ouvrage à paraître chez Belfond. À travers le destin d'une famille de Pennsylvanie, elle y donne à lire tout un pan de l'histoire américaine de la seconde moitié du XXème siècle.
1966. À onze ans, Margaret Ann Miller, dite Mimi, coule des jours heureux dans son petit village de Miller's Valley. La journée, Mimi étudie dans l'espoir de devenir infirmière, comme sa mère. En rentrant de l'école, l'adolescente vend des épis de maïs avec ses amis Donald et LaRhonda, pour se faire de l'argent de poche. Mais c'est le soir que Mimi attend avec impatience. Là, l'oreille collée au tuyau de chauffage, elle peut écouter les conversations de ses parents. Les ragots du village, les esclandres de son indomptable frère Tommy, les tensions avec Ruth, sa tante qui vit en face et ne quitte jamais sa maison : Mimi sait tout. C'est ainsi qu'elle découvre l'étonnant projet du gouvernement de submerger la vallée pour en faire un barrage.
Doucement les années passent, et peu à peu tout change : Ruth devient de plus en plus folle, Tommy sombre dans la délinquance au retour du Vietnam, leur père tombe gravement malade, les amis s'éloignent. Et l'impensable se produit : les maisons de la vallée se vident peu à peu. Et bientôt, ne restent plus que Mimi et sa mère pour s'accrocher à leur ferme, à leurs terres. Mais pour combien de temps encore ? Car Mimi rêve de partir elle aussi, de devenir médecin ; de retrouver Donald, son amour d'enfance, parti en Californie. Qui pour défendre la vallée, alors ? Qui pour veiller sur les secrets qu'elle abrite ?
Entre histoire d'amour, drames et secrets inavouables, La ferme des Miller est un roman tendre et délicat qui dresse un portrait doux-amer de l'Américaine des années 1960. Anna Quindlen y invite le lecteur à l'introspection et convoque ses souvenirs. On regarde s'égrener la vie ordinaire de Mimi - ses joies, ses douleurs, ses tragédies, ses surprises et ses fêtes quotidiennes - comme on regarderait l'album-souvenir d'une famille dont on fait partie. Mais dès lors qu'on se penche sur chacune des images, que l'on prête aux scènes quotidiennes l'attention qu'elle méritent, le récit de la vie de Mimi, son parcours de fille, de soeur, d'amie puis de femme prennent l'allure d'un formidable témoignage des mutations sociologiques que l'Amérique a vécues dans la deuxième moitié du XXème siècle. C'est si passionnant qu'on ne peut plus lâcher le roman avant son dénouement !
Irrésistible chronique familiale au charme discret, La ferme des Miller fait partie de ces romans lumineux et bienveillants, qui, quelles que soient les tempêtes de l'existence, accueillent le lecteur comme dans un refuge, où l'on peut revivre, avec délice et nostalgie, les moments heureux de son enfance envolée...
Lien : http://histoiredusoir.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
FLaureVerneuilFLaureVerneuil   15 juillet 2017
Ainsi va le monde : des gens décident qu'ils veulent telle ou telle chose puis tentent de vous faire croire que vous le désirez autant qu'eux. (dans le prologue)
Pourtant, elle n'avait commencé à regimber lorsqu'il s'agissait de quitter son domicile que deux ans après avoir aménagé à côté de chez nous.
Dans mon esprit, l'enfance consistait en majeure partie à essayer de comprendre les adultes et de prévoir ce qu'ils allaient faire, puisque toutes leurs actions avaient des répercussions sur moi d'une façon ou d'une autre.(chapitre 6)
Ce qui me manquait le plus que tout, c'était la Mimi que j'avais été. (chapitre 10)
La conception que ma mère avait de la poussière était celle qu'un évangéliste fanatique avait du diable : elle était comme lui partout et à l'origine de tous les mots.(chapitre 13)
En fait, ce que l'on se rappelle, ce sont les petits moments étranges qui vivent en nous et qui passent de temps en temps la tête lorsque des fenêtres s'ouvrent dans notre esprit. (chapitre 21).
Référence en lecture numérique
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LaRousseBouquineLaRousseBouquine   12 mai 2017
Dans mon esprit, l'enfance consistait en majeure partie à essayer de comprendre les adultes et de prévoir ce qu'ils allaient faire, puisque toutes leurs actions avaient des répercussions sur moi d'une façon ou d'une autre.
Commenter  J’apprécie          00
LaRousseBouquineLaRousseBouquine   17 mai 2017
Le charme, c'est comme des guirlandes de Noël sans arbre de Noël - du papier d'alu en lanières.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : chronique familialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1042 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre
.. ..