AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Anne Joba (Traducteur)Marguerite Sauvage (Illustrateur)
ISBN : 2012012736
Éditeur : Hachette Jeunesse (04/01/2007)

Note moyenne : 3.61/5 (sur 53 notes)
Résumé :
Alice, Bess et Marion assistent par hasard à l'incendie d'une grande demeure en pleine campagne.
La jeune détective aperçoit un homme qui s'échappe des lieux du drame mais ne parvient pas à le rattraper.
En revanche, elle trouve sur le sol un carnet vert, rédigé en suédois, qui lui fournit des indices sur l'inconnu, que tout désigne comme l'incendiaire. Une fois de plus, Alice devra user de tout son courage et de sa perspicacité pour découvrir le vérit... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Woland
  14 octobre 2016
The Clue in The Diary
Adaptation française : Anne Joba
Illustrations : Albert Chazelle
ISBN : Inusité à l'époque
Livre très important dans la série puisque Mildred Wirt Benson y fait se rencontrer pour la première fois Alice et celui qui deviendra son boy-friend, Ned Nickerson, l'un des rares personnages américains à avoir conservé son nom originel dans la version française. Celle parue chez Hachette en 1962 est d'ailleurs une édition déjà abrégée par rapport à l'édition originale, parue chez Grosset & Dunlap, à New-York, en 1932. Nouveau tripatouillage dans les rééditions de notre époque où tous les passages incluant Ned et Alice sont réécrits de manière à faire croire qu'ils se connaissent peut-être pas depuis l'enfance, mais presque. Donc, un conseil : ou bien vous vous procurez l'original (ancien si possible) en anglais, ou bien vous vous en tenez à la version Hachette des années soixante qui, en dépit de ses "coupures" demeure relativement fidèle à son modèle. A moins que vous n'ayez la chance de tomber sur un exemplaire français Hachette intégralement couvert de toile verte et qui, lui, présente le texte intégral.
Selon l'ordre de parution américain, "Alice et le Carnet Vert" reste cependant le septième volume de la série. Alice fait la connaissance de Ned dans des circonstances un peu bizarres : stoppée par l'incendie d'une maison alors qu'elle rentre sur River City en compagnie de Bess et Marion, la fille de James Roy, lorsqu'elle veut quitter les lieux, aperçoit un jeune homme déjà au volant de son cabriolet et qui, comme il l'explique à une Alice tout d'abord méfiante, cherchait simplement à retirer la voiture d'une zone qui devenait dangereuse, l'incendie progressant à toutes flammes, poussé par un vent violent. Vous vous en doutez, Ned va tout faire pour revoir Alice et il deviendra très vite l'un des personnages récurrents de la série. Comme le veut l'époque, leurs relations restent très chastes. Les Japonais devraient songer à nous en donner une version "manga", tiens : je suis sûre que ça nous étonnerait sans, pour autant, tomber dans le vulgaire ...
Dans cette enquête qui commence par l'incendie de cette superbe maison, propriété d'un revendeur de brevets créés par les autres, Felix Raibolt, surnommé "Felix le Renard", le hasard veut qu'Alice croise un homme, grand, blond, au visage plutôt émacié et pour le moins inquiet, qui semble ni plus ni moins s'enfuir. Immédiatement, elle pense se trouver en face du pyromane mais le reste du livre va nous prouver le contraire. Alice découvre aussi sur le terrain un petit carnet à la jaquette verte et rempli de notes dont l'essentiel sont en suédois.
Or il se trouve, par le plus grand des hasards, qu'Alice et ses amies cherchent à venir en aide à Mrs Doll et à sa fille, une enfant charmante surnommée "Douce" - n'est-ce point tout dire ? - dont le père, qui créait des inventions et cherchait à vendre ses brevets avait justement rendez-vous avec Raibolt le soir de l'incendie. Ou quelque chose d'approchant. En tous cas, les deux hommes se connaissaient et il paraît bien que, fidèle à sa stratégie de fripouille ayant pignon sur rue, Mr Raibolt (dont on a perdu la trace entretemps, le même jour que l'incendie), avait bel et bien acheté l'un des brevets de Mr Doll - lequel, soulignons-le, a américanisé son nom car il est en fait d'origine suédoise - mais pour une poignée de sapèques - et encore ...
Au fur et à mesure que progresse le récit, tout accable de plus en plus le malheureux Doll qui se fait même arrêter pour la disparition de Raibolt. Mais, soutenu par son équipe habituelle, à laquelle nous pouvons désormais ajouter Ned Nickerson, Alice Roy / Nancy Drew veille au grain ...
Le lecteur de romans policiers averti s'étonnera sans doute que, bien qu'aucun cadavre n'ait été retrouvé dans les décombres, la police de River City estime dès le départ que Raibolt a achevé sa vie en fumée. Mais nous sommes dans la littérature pour la jeunesse et ce genre de détails n'est pas ici ce qui prime, au contraire de la personnalité de l'héroïne, de la bienveillance protectrice de son père (James Roy est un "pilier" sur lequel on peut compter et qui, de par sa profession, c'est très important, représente la Loi), des différences amusantes existant entre la brune Marion, le "garçon manqué" de la bande et sa cousine, Bess, blonde et plutôt potelée, toujours prête à s'évanouir à la vue du moindre bout de patte d'une araignée morte, de cette nouvelle pièce de l'échiquier, brune, jeune et séduisante, étudiant et de bonne famille, qui vient d'apparaître sous les traits de Ned Nickerson, victime de ce que l'on appelle encore de nos jours "le coup de foudre", de l'incontournable Sarah qui participe à cette enquête en permettant à Alice de faire traduire le fameux carnet par leur boulanger, un immigré suédois, de la véritable mégère que symbolise l'horrible Mrs Raibolt, qui joue encore à la veuve en grand deuil alors qu'on vient de retrouver son mari, bref, de toute cette ambiance si chaude, si rangée, si structurée où l'Aventure - on l'espère bien - va débouler comme un chien dans un jeu de bowling et autoriser une intrigue palpitante qui, une fois résolue, permettra de remettre les quilles en place pour le prochain strike.
A lire et à relire, bien sûr. Et à faire lire ! Ou alors, vous avez perdu toute l'enfance de votre coeur et c'est bien triste. ;o)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Jangelis
  03 juillet 2018
Un petit Alice de temps en temps, ça ne peut pas faire de mal !!
Je n'arrive pas à comprendre pourquoi mes petites filles, qui ont tellement d'autres livres récents à portée de main, se régalent de cette série (tout comme des Fantômette).
Alors que Alice et ses amies sont nettement plus âgées que leurs lectrices, que les histoires ont tout de même bien vieilli, et que ça se passe dans une Amérique dont elles ne connaissent rien (même celles qui y ont habité, c'est tellement un autre monde le cadre des Alice)
Mais ça ne m'empêche pas de les lire moi aussi !!
Celui-ci est passé chez moi d'une cousine à l'autre, et j'ai été surprise car le titre ne me disait absolument rien, alors qu'on découvre rapidement que c'est celui où Alice fait la connaissance de Ned, donc logiquement un volume du début.
Vérifications faites, ce titre n'a été traduit en français qu'en 1964 (date à laquelle je ne devais plus lire d'Alice ! mais j'ai recommencé depuis !), 32 ans après sa parution et dix ans après le début de la série en France. Traduction dès le début d'une version abrégée du roman.
Et plus curieux, si dans l'édition que je viens de lire, il est clair qu'Alice rencontre Ned pour la première fois, il semblerait que dans les versions ultérieures, parues après 2000, ce ne soit plus le cas, Ned et Alice se connaissant déjà.
Ce qui a dû demander une importante réécriture, car dans celui-ci, la rencontre d'un jeune homme inconnu, qui d'abord l'inquiète un peu, occupe une certaine place. Ses amies se moquent gentiment d'Alice, la soupçonnant d'être amoureuse. Ned téléphone pour reprendre contact , etc...
Je serais curieuse de comparer les deux versions, qui doivent différer de façon importante.
Pour le reste, une aventure plutôt classique, et sympathique puisque Alice et ses amies se lancent dans leur enquête surtout pour aider une famille en grande difficulté, et rendre son papa à une charmante fillette.
Péripéties, suspens, aventures, Bess toujours un peu plus froussarde que les autres, un peu d'aide du papa avocat, c'est pratique, et happy end évidente et indispensable.
Ça se lit vite, bien, et pour moi toujours avec plaisir !

Lien : https://livresjeunessejangel..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Elowynn
  02 novembre 2013
Un de mes Alice préférés, car on découvre comment notre détective rencontre Ned Nickerson, son chevalier servant dans toute la suite des histoires. Cela commence avec un incendie, et un petit carnet vert...
Commenter  J’apprécie          30
lovelybook
  26 juin 2014
Livre très passionnant. On découvre la première rencontre entre Alice et Ned, très charmant jeune homme. J'ai tellement aimé ce livre que j'ai lu les 200 pages en un jour.
Commenter  J’apprécie          20
marionf
  30 avril 2016
Un classique de la célèbre série de Caroline Quine.
On retrouve Alice une nouvelle enquête toujours aussi bien ficelée. L'histoire est bien menée et s'inscrit parfaitement dans la continuité des intrigues qui entrainent habituellement Alice.
A conseiller aux jeunes lecteurs.
Lien : http://troisiemesansascenseu..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
WolandWoland   14 octobre 2016
[...] ... - "Ça, par exemple !" s'écria-t-elle, interloquée. "C'est l'adresse des Doll !"

Très agitée parce qu'elle venait de découvrir, elle se précipita au téléphone et appela Bess, puis Marion. Elle les pria de venir la rejoindre. Les deux cousines n'eurent même pas besoin de presser sur le bouton de la sonnette. Alice, qui les guettait avec impatience, leur ouvrit dès qu'elles eurent posé les pieds sur le perron. Elle les fit entrer dans le salon et leur montra l'adresse écrite sur une page du carnet.

- "Villa Bellerive, Criqueville !" lut à voix haute Bess comme si elle ne parvenait pas à en croire ses yeux. "Mais c'est l'adresse des Doll !

- Eh bien ! Voilà qui complique l'affaire !" déclara Marion.

Alice approuva de la tête. Elle avait parfaitement conscience d'être tombée sur un indice précieux, mais des plus troublants. Serait-il possible que le père de Christine eût mis le feu à la maison Raibolt ? Et, dans ce cas, quels eussent pu être ses mobiles ? Quelque chose disait à la jeune détective qu'en exploitant cet indice elle allait briser le coeur de la petite fille et de sa mère.

Le trouble de leur amie était si visible que Marion et Bess la supplièrent de leur en dire la cause. Alice leur fit part de son inquiétude et de la chevalière que Ned lui avait apportée. Puis, posant le doigt sur l'adresse qu'elle venait de leur montrer, elle ajouta avec un soupir :

- "Jusqu'ici, c'est tout ce que ce carnet nous a révélé. Et je frémis en songeant aux conséquences possibles." ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
WolandWoland   14 octobre 2016
[...] ... Comme elle se remettait en marche, elle vit soudain un homme passer la tête entre des buissons, à quelques mètres d'elle. Que regardait-il ? L'incendie qu'il avait allumé ?

- "Hep, là-bas !" cria la jeune détective.

Surpris, l'inconnu tourna la tête vers elle et elle vit son visage. L'espace d'un éclair, mais cela lui suffit pour le photographier dans sa mémoire. C'était un homme blond, au teint de brique, au visage émacié. En un clin d'oeil, il plongea dans les feuillages et disparut dans l'épaisseur du fourré.

- "Il se comporte comme un coupable," observa la jeune fille.

Qui était-il ? Alice le vit se redresser de l'autre côté de la haie. Il était grand, maigre, très pauvrement habillé.

- "Pourtant, il n'a pas l'air d'un criminel", songea Alice, qui poursuivait son monologue intérieur. "Quoi qu'il en soit, son signalement intéressera les autorités."

Alice se passionnait pour les mystères policiers et il lui arrivait souvent d'aider son père à élucider des affaires embrouillées. Le contraire était également vrai, car Alice s'étant acquis une solide réputation de détective, les gens commençaient à avoir recours à elle et elle savait pouvoir compter sur son père, toujours prêt à la soutenir de ses conseils, de son expérience et de son affection. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Liseuse30Liseuse30   18 octobre 2016
Sans laisser à Ned le temps de l'interroger, elle le remercia de son aide et appuya sur l'accélérateur.
- Ne croyez pas que vous en ayez fini avec moi, cria gaiement le jeune homme. Je connais la route de River City. Ne vous étonnez pas, mesdemoiselles, si vous me voyez apparaître un de ces jours !
- As-tu entendu ce qu'a dit Ned Nickerson ? demanda non sans malice Marion à la jeune détective qui fit mine de s'absorber dans la conduite de la voiture. Je crois que tu lui plais.
- Allons, ne dis pas de bêtises, répondit Alice. Papa va avoir un choc en voyant l'état du cabriolet.
- Elle cherche à changer de sujet de conversation, reprit Marion, taquine. Regarde, Bess, comme elle rougit bien, notre Alice. Inutile de lui demander si Ned lui plaît.
- Et pourquoi ne me plairaît-il pas ? répliqua Alice, un peu pincée. En tout cas, sans lui, nous aurions été très ennuyées.
- Et il est beau garçon, ce qui ne gâte rien, dit Bess en réprimant avec peine une folle envie de rire. Quel joli regard avaient ses grands yeux bleus quand il les posait sur toi !
- Tiens, ils sont bleus ? J'avais cru qu'ils étaient...
Alice se tut... trop tard. Elle venait de comprendre que la malicieuse Bess lui avait tendu un piège dans lequel elle était tombée.
(Ext.1erEdit.de 1964)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Liseuse30Liseuse30   18 octobre 2016
Le vent redoublait de violence, les étincelles menaçaient d'atteindre les voitures. Bientôt un indescriptible embouteillage bloqua l'allée qui conduisait à la sortie du parc.
Enervés, les conducteurs ne cessaient de klaxonner ; les pare-chocs se heurtaient, d'aigres propos fusaient de toutes parts.
- Oh ! fit Marion exaspérée. S'ils pouvaient cesser cet infernal tintamarre ! A quoi cela sert-il ? S'ils ne se calment pas, nous risquons de passer la nuit ici.
Petit à petit, le cabriolet avançait sur le chemin. La circulation commençait à s'améliorer lorsqu'une pluie d'étincelles s'abattit sur les véhicules les plus proches. Anxieux de sortir de la zone dangereuse, les conducteurs des voitures touchées s'efforcèrent de se dégager de l'encombrement.
- Attention ! cria Marion. Cet homme va nous emboutir !
Alice était coincée. Elle tenta une manoeuvre désespérée. En vain. L'homme avait perdu le contrôle de sa direction. Crac ! Avec un grand bruit, il heurta l'arrière du cabriolet ; les trois jeunes filles donnèrent de la tête dans le pare-brise.
(Ext.1erEdit. de 1964)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Liseuse30Liseuse30   18 octobre 2016
Les trois amies s'étaient rendues à Criqueville dans le cabriolet d'Alice ; elles avaient goûté à toutes les joies de la foire, faisant le tour des manèges sans oublier les autos tamponneuses ni le train fantôme. Et, bien entendu, Alice avait flairé un mystère.
Dans la foule qui allait et venait sur le terrain de foire, son attention avait été attirée par une petite fille et sa mère, qui regardaient tourner les manèges avec une expression mélancolique et sans participer à la gaieté générale. Alice et ses amies avaient aussitôt deviné que la mère ne pouvait offrir à son enfant aucune de ces attractions qui enchantaient grands et petits. N'écoutant que leur coeur, elles avaient invité la petite Christine à faire plusieurs tours de manège.
Comment ne pas être séduites par cette fillette de cinq ans, vie et attirante en dépit de sa maigreur ? Sa robe, propre et bien repassée, attestait sinon la misère, du moins la gêne.
(Ext.1erEdit.de 1964)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : jeunesseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Alice et les chats persans

comment s'appelle la dame propriétaire des chats?

Mademoiselle Arnold
Agnès
Marion

3 questions
14 lecteurs ont répondu
Thème : Caroline QuineCréer un quiz sur ce livre