AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Julia Quinn (Autre)
EAN : 9782290254738
320 pages
Éditeur : J'ai Lu (06/01/2021)

Note moyenne : 4.3/5 (sur 78 notes)
Résumé :
"Très chers lecteurs, quelle saison !
Au rythme des bals et des réceptions, je vous ai narré le feuilleton haletant de la folle romance entre Mlle Daphné Bridgerton et Simon, le ténébreux duc de Hastings. Valses langoureuses, rebondissements cocasses et bagarres mémorables nous auront tenus en haleine jusqu’à l’épilogue d’un romantisme échevelé.
Aurons-nous le temps de reprendre notre souffle ? Il est à craindre que non, car il se chuchote déjà dans Lo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
Syl
  01 mars 2021
Après le succès de l'adaptation télévisée sur Netflix du livre de Julia Quinn, « Daphné et le duc », les Éditions J'ai lu ont réédité La chronique des Bridgerton dans un volume qui regroupe les deux premiers tomes, parus pour la première fois en 2000 et sortis plus tard en France dans la collection Aventures et Passions. En treize ans, l'auteur a écrit une série de onze tomes qui retracent dans la haute société de la Régence anglaise, les amours d'une fratrie de huit enfants ; quatre garçons et quatre filles.
Lady Violet Bridgerton, veuve depuis quelques années, a la lourde charge de veiller au bien-être de sa famille et de mener à bien les mariages de ses enfants. Ayant laissé à la mort de son mari la gestion de leur patrimoine à son fils aîné, le vicomte Anthony, elle se dévoue dans l'immédiat à Daphné qui a l'âge d'être courtisée et présentée à la cour. C'est la saison des bals, les jeunes célibataires se mettent en quête de trouver un mari, une femme, et Daphné, débutante accomplie, est la jeune fille la plus convoitée.
Il règne dans la demeure une joyeuse effervescence et si Daphné se prête au jeu des préparatifs avec complaisance, au plus secret de son coeur, elle rechigne à n'être qu'une proie pour des jeunes rapaces, et rêve de trouver un amour sincère.
L'actualité de cette aristocratie se partage entre les évènements mondains et les commérages sur une certaine lady Whistledown qui écrit des articles dans le journal La Chronique Mondaine. On ne sait rien de cette journaliste ou de ce journaliste et le mystère sur son identité alimente les discutions. Sur un ton humoristique, elle raconte l'intimité de la haute société avec beaucoup de piquant, son encre est parfois du vitriol, et chose surprenante, elle semble connaître les cachotteries des uns et des autres. Dans son dernier billet, elle annonce le retour du duc de Hastings, Simon Basset, qui avait quitté l'Angleterre après s'être disputé avec son père. Revenu pour prendre son titre à la mort de son géniteur, Simon va être l'un de ses sujets favoris… (avec Daphné).
Julia Quinn écrit dans son prologue les raisons pour lesquelles Simon a fui son père. On sait alors qu'à sa naissance sa mère mourut et que sa petite enfance ne fut pas heureuse avec un père violent et très sévère. le rejet a pour origine le bégaiement de Simon. Doté d'une intelligence peu commune, beau et fort, le petit garçon aurait pu être la fierté de sa famille, mais son « handicap » ne fut jamais accepté. Confié aux soins d'une gouvernante aimante qui fut pour lui une mère de substitution et qui lui apprit à bien respirer et à bien articuler, c'est à l'âge de onze ans que Simon se sentit capable d'affronter le duc. Mais c'est aussi à cet âge, qu'il prit conscience de l'inanité de son espoir… se faire aimer. En arrivant au château, il eut la surprise d'apprendre que pour tous, le jeune lord Clyvedon, héritier du duché, était mort. La confrontation avec son père fut une douleur supplémentaire et radicale car à compter de ce jour, le jeune Simon prit la décision d'être « l'exact opposé du fils désiré ».
Une jeunesse agitée, noceur et briseur des coeurs, le nouveau duc de Hastings a une sacrée réputation et pourtant, après une absence de six années passées à l'étranger, sa présence est recherchée car il est resté un homme intègre et bon. Fidèle en amitié, c'est avec une grande joie qu'il retrouve et renoue avec son meilleur ami d'Oxford et d'Eton, le vicomte Anthony Bridgerton, qui lui conseille de se montrer pragmatique en acceptant son héritage.
Les préoccupations des deux amis sont très différentes ! L'un est dans les souvenirs malheureux des relations avec son père et encore habité par la haine, et l'autre ne sait comment guider sa jeune soeur Daphné face à ses soupirants.
Bien que toujours souriante et enthousiaste, Daphné ne peut cacher à son frère ses véritables sentiments. Lasse, elle doute de ces damoiseaux si fades qui viennent la voir. Et ceux qu'elle trouve attirants n'osent pas s'approcher de peur de contrarier les frères Bridgerton.
Réunis en certaines occasions, bals, visites de courtoisie et promenades, Daphné et Simon vont se découvrir, sympathiser et conclure un pacte. Simon se plaint d'être poursuivi par les mères qui désirent avoir pour gendre un duc, et Daphné se plaint de ne pas avoir un véritable galant. Un complot assez fou germe dans la tête de Daphné qui lui propose des fiançailles de pacotille pour éloigner les marieuses et signifier que la demoiselle Bridgerton n'est pas si inaccessible…
A jouer avec le feu, on se brûle… et les deux jeunes gens vont être obligés de se marier. de la passion à l'amour, le chemin est plein d'embûches mais l'histoire sera belle.
Ce premier tome est plaisant à lire mais la romance a des passages assez critiques. Les obsessions de Daphné et du duc les conduisent à des actes peu honorables. Ça pourrait pimenter le scénario, mais à bien réfléchir ce n'est pas terrible…
Il faut donc s'attendre à lire une histoire romanesque légère et enflammée, qui charmera surtout la lectrice avec ses personnages secondaires et cette mystérieuse lady Whistledown qui ne dévoilera son identité que dans le quatrième tome.
Dans le second tome, c'est l'histoire d'Anthony qui est racontée.
Anthony prend la charge de sa famille à l'âge de dix-huit ans lorsque son père le vicomte décède. Aîné de la fratrie, il essaie d'être également le père manquant pour ses frères et soeurs, ainsi qu'un soutien infaillible pour sa mère.
Sa personnalité est complexe et double car il est tiraillé par ses devoirs de vicomte, l'image de droiture qu'il doit donner en exemple, et son tempérament de jouisseur. Traumatisé par la mort de son père à l'âge de trente-huit ans, il a la désolante idée que la vie est courte et que le grand amour n'est pas à la portée de tous.
C'est donc sans grande illusion qu'il décide un jour de se marier pour engendrer un héritier et qu'il jette son dévolu sur Edwina Sheffield, une jeune fille de dix-sept ans qui se lance dans le monde chaperonnée par sa soeur Kate.
Lorsque Kate Sheffield voit sa cadette danser au bras du vicomte de Bridgerton, c'est tout un chapelet de synonymes du mot « débauché » qui lui vient à l'esprit. Elle verrait plus un gentil mari pour Edwina, gentil et lettré, qui lui parlerait de littérature et lui réciterait de la poésie. Mais c'est sans compter la détermination d'Anthony qui voit en Edwina la mère parfaite de ses futurs enfants et qui adore encore plus faire enrager Kate.
Anthony s'applique à montrer ses meilleurs atouts et son charme fait des ravages. Il connaît bien les jeux de la séduction, et pourtant l'engrenage s'enraille quand son esprit songe à Kate… la belle et désirable Kate.
Un petit séjour à la campagne, dans la maison ancestrale, en compagnie des demoiselles Sheffield pourrait bien redéfinir les choses…
J'ai trouvé cette suite bien plus attrayante que le premier tome et pourtant l'histoire n'a rien d'original, mais lorsqu'on lit ce genre de romance, on n'en demande pas plus… Il est marrant de lire les tourments amoureux d'Anthony et de voir son personnage évoluer et s'abandonner à Kate.
Je tiens à préciser que cette saga a été écrite il y a plus de vingt ans et que la plume de l'auteur serait peut-être différente aujourd'hui.
Je suivrai avec plaisir les prochaines histoires qui raconteront les amours de Bénedict et de Colin Bridgerton.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
culturevsnews
  04 janvier 2021
Donc… écrire cette critique est délicat parce qu'il y a une scène très controversée dans ce livre que beaucoup de gens (à juste titre) détestent et cela les a aigris sur l'histoire. Je savais qu'une telle scène existait, même si je n'en connaissais pas tous les détails, et cela a peut-être coloré mon expérience.
Cela dit…. J'ai adoré le Duc et moi ! Et j'ai hâte de poursuivre la lecture de la série. Je suis tombée amoureuse des personnages, du monde et du ton presque immédiatement. de Lady Whistledown à la famille Bridgerton toute entière et à leur matriarche hilarante mais forte, en passant par les badinages et les situations comiques impliquant Simon et Daphné, je suis là pour tout cela. Je veux aborder la controverse parce qu'elle est sensible, mais aussi parce que je ne sais pas quelle est la dernière fois où je me suis sentie liée et investie dans une série romantique dès le début. Je peux déjà dire que c'est quelque chose que je voudrai relire à l'avenir.
Cela dit, parlons de l'éléphant dans la pièce : la scène en question se déroule après le mariage de Simon et Daphné. C'est une situation compliquée, et à partir de maintenant, vous devez vous attendre à des spoilers….
AVERTISSEMENT SPOILER !
Ce qu'il faut savoir : Simon a commencé à parler tard et a bégayé. Son trou du cul de père l'a traité de stupide et ne voulait rien savoir de lui. Maintenant, son père est mort, mais il a juré de ne jamais avoir d'enfants et ne prévoit pas de se marier. Ce qui se complique lorsqu'il s'agite avec Daphné et qu'il doit l'épouser pour préserver sa réputation….
Daphné (comme la plupart des jeunes femmes de son époque) n'a jamais suivi de cours d'éducation sexuelle et ne sait donc pratiquement rien sur le sexe ou le fonctionnement de la conception. Cela donne lieu à des scènes et des conversations hilarantes, mais c'est aussi tragiquement exact sur le plan historique. Ainsi, lorsqu'elle épouse Simon, elle ne se rend pas compte que lorsqu'il dit qu'il « ne peut pas » avoir d'enfants, ce qu'il veut vraiment dire, c'est qu'il « n'en aura pas ». Elle ne réalise pas non plus ce qu'il fait lorsqu'il se retire à chaque fois qu'ils ont des relations sexuelles. Simon profite de sa naïveté, même en connaissant son désir intense d'avoir des enfants, et lui ment en gros pendant des mois. Honnêtement, j'ai trouvé son comportement assez répréhensible et égoïste, même si nous comprenons qu'il est ancré dans un traumatisme.
Donc, lorsque Daphné en apprend plus sur la façon dont les choses fonctionnent et qu'elle réalise qu'on lui a menti, cela déclenche un conflit, compréhensiblement géant, où elle dit (à juste titre selon moi) à Simon qu'elle ne sera plus dans son lit. Il se saoule et rentre à la maison en lui demandant de rester avec lui et d'être avec lui. Cela ouvre la voie à un comportement plus horrible, où Daphné couche avec lui et refuse de le laisser se retirer. Ouf. Ok, donc il y a des gens qui disent que c'est fondamentalement un viol conjugal. Et en lisant la scène…en quelque sorte ? Il y a certainement des éléments de consentement douteux au moins.
Le truc c'est que ce n'est pas aussi bien peint, ou aussi sexy dans le livre. C'est très clairement dépeint comme mal, mais je pense aussi que du point de vue d'une jeune femme protégée et relativement impuissante à l'époque, je comprends en quelque sorte. Égoïste ? Bien sûr. Les deux sont égoïstes et font des choses terribles, mais pour moi, cela fait partie du but et de la façon dont elles ont appris et grandi ensemble. Je pense que l'auteur fait un travail fantastique en créant un portrait nuancé de ce que chacune d'entre elles a vécu et de la façon dont cela influence leurs choix.
Je suis heureux qu'un enfant n'ait pas été le produit de cette nuit-là. J'aurais eu plus de mal à gérer cela, mais ce n'est pas un problème. Je tiens également à dire que, parce que je savais qu'il y avait une sorte de scène potentiellement problématique, j'ai compris très tôt ce qui allait se passer. J'entends certaines personnes dire qu'elles ont été prises de court, mais pour moi, c'était comme regarder un train s'écraser sur la voie ferrée. Et c'est un vrai problème aussi, pas si différent de celui des femmes de la vie réelle qui « oublient » de prendre leur contraception dans l'espoir d'avoir un bébé dont leur partenaire ne veut pas. Car si les gens appellent cela un viol, ce n'est pas vraiment le sexe qui n'était pas désiré. C'était la grossesse potentielle. Ce qui n'est toujours pas correct, mais j'apprécie que l'auteur s'intéresse à cette question.
J'ai réfléchi à ce sujet pendant un certain temps avant d'écrire cette critique parce que je sais que c'est un sujet controversé. Pour les lecteurs qui ont détesté ce sujet et qui ne veulent plus rien avoir à faire avec ces personnages, c'est valable, surtout s'il s'agit d'un sujet qui suscite des réactions personnelles. J'imagine que si le livre était écrit aujourd'hui plutôt qu'il y a plus de 20 ans, l'auteur le traiterait peut-être un peu plus soigneusement (il est vrai que nous aurions peut-être eu besoin d'une plus grande conversation sur ce qui s'est passé entre les personnages plus tard), mais je l'ai trouvé convaincant et stimulant, et la plus grande partie du livre était juste très amusante et m'a fait rire à gorge déployée à de multiples reprises !
Lien : https://culturevsnews.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
Altervorace
  11 février 2021
Quiconque connaît bien cet espace et les articles que nous avons déjà publiés, risque de s'écrier : Quoi ? Altervorace a-t-elle perdu toute sa raison ? Voilà donc elle radote ! Car oui ami-lecteur, j'ai déjà chroniqué les deux premiers tomes de la Chronique des Bridgerton, en mai 2012 – outch le coup de vieux - ! À l'époque, la saga de Julia Quinn jouissait d'une certaine notoriété parmi les lecteurs de romances froufroutantes. Depuis, la série Netflix a propulsé ces romans au devant de la scène éditoriale. Bien entendu, comme c'est arrivé pour True Blood ou Outlander, ce succès médiatique a entraîné la décision de rééditer les bouquins. Logique… Moi qui ne disposais des Bridgerton qu'en ebooks, je me suis réjouie de la nouvelle : j'allais pouvoir facilement acquérir les livres papiers et les conserver dans ma bibliothèque. Et voilà qu'à la faveur d'une opération Masse critique sur Babelio, j'ai eu la chance de recevoir le premier opus qui réunit les deux premiers tomes de la saga : Daphné et le Duc et Anthony.
Tu me connais assez bien ami-lecteur pour savoir que je n'aurais pas accepté un tel partenariat si je ne pensais pas qu'écrire une critique serait pertinent. Alors pourquoi donc chroniquer des bouquins passés au crible presque 9 ans plus tôt aurait-il un quelconque intérêt ? Déjà parce que l'édition est un point important à mes yeux : qualité d'impression, couverture, format,… tout cela compte. Ensuite parce que je suis une adepte de la relecture. Or l'Altervorace qui a lu Julia Quinn en 2012 n'est pas tout à fait la même que celle d'aujourd'hui. de plus, relire est un acte différent, on ne réagit pas de la même façon quand on rencontre des personnages pour la première fois ou lorsqu'on les retrouve.
Tout d'abord, disons-le franchement, je suis bien contente de ne pas avoir acheté les livres papier à l'époque de ma première lecture. le texte est pourtant le même, puisqu'il s'agit des mêmes traductions que pour la première édition, celle de Cécile Desthuillers et celle d'Edwige Hennebelle… Deux points primordiaux, à mon humble avis, diffèrent : le format et la couverture. Pour le premier, nous sommes ici en présence d'un poche nourri aux hormones, avec 19 cm de hauteur et 13 cm de largeur. Pour une raison que je serai bien incapable de justifier, c'est un format que j'apprécie. Quant à la couverture…
Et bien je suppose que J'ai lu a bien conscience qu'avec la série Netflix, le marché de lecteurs potentiels de la Chronique des Bridgerton s'est élargi. Nous ne sommes plus dans la niche des amateurs de romances historiques ! Voilà sans doute pourquoi les ouvrages ont quitté la collection Aventures et Passions. Alors ici point d'estampille « ceci est de la littérature sentimentale ». Je n'ai pas honte d'en lire, tu me connais assez pour le savoir, mais sincèrement les couvertures que l'on trouve dans les collections dédiées frisent souvent le mauvais goût ( et parfois, le n'importe quoi). Ici, point de bellâtre vêtu d'une fine chemise qui dévoile un torse puissant, ici, point de couple sur le point de succomber à la passion...
Sur la couverture de la réédition figure un manoir de grande taille. Ce n'est pas seulement que c'est de meilleur goût, c'est aussi parce qu'il symbolise bien les récits de Julia Quinn. Les deux premiers tomes des Bridgerton – et c'est le cas aussi pour la suite – nous conte une histoire de famille. Daphné vient d'une grande fratrie, ils sont huit, et elle rêve de fonder une famille à son tour. Elle le dit elle-même, elle ne s'imagine pas sans plusieurs enfants et quand on voit les liens qui unissent les Bridgerton, on comprend ce besoin... Quant à Anthony, une grande partie de sa personnalité s'est construite en fonction de son père, décédé brusquement. Il a une conscience aiguë de ses devoirs et, admirant éperdument son défunt père, il ne cesse de tenter d'être à la hauteur de cette figure presque mythique. Oui, tout tourne autour de la famille dans la saga de Julia Quinn et quoi de mieux qu'une maison pour la couverture ? Je pense que c'est aussi pour cette raison que je relis régulièrement les Bridgerton. Ce n'est pas que je n'ai aucune mémoire et que j'oublie mes lectures, loin de là… C'est que je me suis attachée à cette famille pleine d'humour et de tendresse. Quand j'ai le moral un peu fragile, il est agréable de pouvoir ouvrir un livre et de retrouver un cocon qui, s'il est fictif, n'en reste pas moins réconfortant.
Alors, ami-lecteur, si tu as besoin d'un récit plein de chaleur, comme un bon feu de cheminée, si tu as envie d'une histoire avec de la romance, du rire et du happy end à l'intérieur, n'hésite pas à rencontrer à ton tour les Bridgerton. Et le cas échéant, je te souhaite à toi aussi d'y trouver un coin douillet que tu pourras retrouver quand la « vraie » vie n'a pas cette douceur…
Lien : http://altervorace.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Nayfi
  21 février 2021
Ayant vu précédemment la série TV relate de du tome 1. J'entendais vraiment sur babelio que le tome 2 était bien meilleur. Personnellement je les ai trouvé égaux. Avec des choses que j'ai adorées et d'autres beaucoup moins dans chacun des tomes.
Je note aussi surtout que l'écriture de Julia Quinn est incroyablement fluide.

⭐ Tome 1 ⭐
Dans ce premier opus nous nous concentrons sur l'histoire d'amour entre Daphné et Simon, et aucune des autres intrigue que la série nous propose comme la traque de la chroniqueuse ou même les histoires d'amour simultanées.   La complicité entre ses deux personnages est palpable même si pour moi et toutes les autres filles de la lecture commune connaissons les finalités ça a été un grand plaisir de les retrouver et de retomber amoureux d'eux deux. On a l'impression que tout se déroule très vite vu que tout est focus sur eux... J'ai trouver le personnage de daphné un peu plus mesquin que dans la série, et la fameuse qui fait débat me dérange également. Elle aurai été écrite dans le sens contraire et si Simon L aurai forcer à procrée contre son gré... Vous imaginé le scandale ! 

⭐ Tome 2 ⭐
Dans cette partie nous retrouvons Anthony qui doit trouver une épouse. C'est un personnage très attendrit, drôle et charmeur. J'ai adoré le suivre dans sa quête même si j'ai trouvé tout un peu prévisible. En parelle nous découvrons Kate et sa petite soeur Edwina. En premier lieu le plus âges des bridgerton devait épouser la cadette mais on comprend très vite que Kate va remporter la course. Encore une fois tout est fluide, agréable à lire. Mais sur une scène en particulier j'ai vraiment trouvée un peu abusé la niaiserie, la scène de l'abeille... Franchement je ne savais pas si je devais rire ou pleurer ! J'ai aussi adorée la daphné de ce tome 2 qui m'a fait beaucoup rire ! 

En bref j'ai adorée me plonger dans cette univers !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Allison-Worlds
  23 février 2021
Daphné et le Duc:
Pour commencer, je remercie les éditions J'ai lu de m'avoir donné l'opportunité de découvrir la plume de Julia Quinn avec La Chronique des Bridgerton. Comme beaucoup d'entre vous où pas ? Je me suis intéressée à la saga littéraire après avoir découvert la série sur Netflix.
Daphné est l'aînée des filles Bridgerton, ils sont quand même huit dans cette fratrie, elle rêve d'un mariage d'amour et désire fonder une famille, mais avec trois frères aînés protecteurs c'est assez compliqué et pour être honnête les prétendants ne font pas la file devant Bridgerton House. Elle est de nature franche et déterminée. Malheureusement et indépendamment de sa volonté elle ignore beaucoup de choses sur la relation d'un couple...

Simon est le Duc de Hastings, à la fois franc et mystérieux de par son vécu, il a eu une enfance difficile à cause d'un souci de bégaiement, rejeté par son père, Simon sera déterminé à prouver qu'il est digne aux yeux de celui-ci. Simon ne désire pas se marier et il ne veut pas d'enfants, de retour à Londres il ne passera pas inaperçu aux yeux des mères qui sont désireuses de marier leurs filles.

Quand Daphné et Simon se rencontrent pour la première fois, ils vont pour commencer développer une amitié grâce à un petit complot organisé en commun, mais quand l'amour s'en mêle c'est une autre paire de manches. Vont-ils succomber à l'amour ? Votre dévouée chroniqueuse ne lâchera aucunes infos lol...

Pour conclure, j'ai vraiment aimé la plume de Julia Quinn qui est souple et addictive, à la base, je ne lis pas de romances historiques, je dois vous avouer que j'ai vraiment passé un excellent moment en compagnie de nos protagonistes. Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde, il y a un passage dans ce premier tome assez troublant et je ne vais pas développer sur le sujet.

L'intrigue est belle, elle est pleine d'humour grâce à la spontanéité des personnages, Julia Quinn les a vraiment bien développés, dans la fratrie Bridgerton je demande le frère aîné Anthony. Oui je suis tombée sous le charme et alors ?

Les pages se tournent toutes seules, il y a des rebondissements et Julia Quinn m'a vraiment donné l'envie d'en savoir plus, cela tombe bien, j'ai commencé le tome 2 "Anthony" c'est le destin peut-être ? Si c'est le cas, je l'en remercie lol.

Votre chroniqueuse vous conseille de commencer la saga. Elle a vraiment passé un très bon moment, ce fut une belle découverte pour elle. N'hésitez-plus !

Ps: C'est vraiment moche de la part des scénaristes de la série de Netflix de nous avoir révélé l'identité de Lady Whistledown.
Anthony:
Je me suis lancée avec enthousiasme dans le deuxième tome de la saga car, je suis effectivement tombée sous le charme d'Anthony, que vous dire à son sujet là est la question mdr ? Dès le début on en apprend un peu plus sur son père et du comment il était avec ses enfants. J'ai eu de la peine pour Anthony, en effet, très jeune (18 ans) il a du encaisser de lourdes responsabilités envers ses plus jeunes frères et soeurs.
De ses responsabilités est né son caractère têtu, il est persuadé que le destin lui réserve le même sort qu'à son père, Anthony ne veut pas tomber amoureux, il souhaite se marier et avoir une descendance, mais en aucun cas il ne souhaite éprouver de l'amour.

Lors de la nouvelle saison il décide de se marier, il va courtiser Edwina qui ferait pour lui une bonne épouse ainsi qu'une bonne mère sans pour autant s'attacher, mais quand il croisera le regard de Kate (la soeur aînée d'Edwina) ses projets et ses décisions vont voler en éclat.

Kate est la soeur d'Edwina, sa mère est décédée quand elle avait 3 ans, son père s'est remarié avec Mary qui prend soin d'elle depuis qu'elle est toute petite. kate est de nature franche et déterminée, quand elle découvre dans la Chronique Mondaine de Lady Whistledown que le frère aîné des Bridgerton souhaite se marier et qu'il s'intéresse de près à Edwina, Kate fera tout ce qui est en son pouvoir pour empêcher ce mariage.

Mais quand elles sont invitées toutes les trois par Lady Bridgerton à passer une semaine à Aubrey Hall (la maison de campagne des Bridgerton,) elle va réaliser au fil des pages qu'Anthony n'est pas tout à fait celui qu'il prétend être en ville...
Vont-ils succomber à l'attirance qu'ils éprouvent l'un pour l'autre ?

Votre dévouée chroniqueuse ne dira rien ! mdr

Pour conclure, je le trouve encore meilleur que Daphné et le Duc, il est bourré d'humour et nos protagonistes sont juste géniaux, Kate ne se laisse pas faire et elle a du répondant lol. Malgré le fichu caractère d'Anthony je ne suis pas restée indifférente, il a du charme, il peut être dur et sensible en même temps.
C'est un trait de caractère que j'aime assez, ils se ressemblent énormément tous les deux, ils veulent toujours avoir le dernier mot, j'ai éclaté de rire plusieurs fois. Perso, j'ai vraiment passé un excellent moment en compagnie de Kate et Anthony.
Ce que j'ai apprécié également est le fait que Daphné et Simon font une brève apparition lors d'une partie de jeu à la Bridgerton. Julia Quinn développe vraiment bien ses personnages, elle a une plume souple et addictive, je n'ai pas vu le temps passer. Je ne vous cache pas que j'ai hâte de découvrir les prochains tomes. Je me suis attachée aux Bridgerton, c'est une famille où l'on voudrait tous appartenir, elle est soudée.
Je ne remercierai jamais assez les éditions J'ai Lu de m'avoir donné l'opportunité de découvrir Julia Quinn, n'étant pas une lectrice de romances historiques je dois admettre que je suis sous le charme, maintenant pour être honnête, je suis contente de constater que la fin est toujours belle.
Je ne regrette absolument pas d'avoir succombé aux Bridgerton. L'amour et l'humour sont au rendez-vous et je trouve que le mélange est parfait pour s'évader du quotidien. J'ai hâte de voir ce que Netflix va en tirer.
Ce deuxième tome est un coup de coeur ! ❤

Lien : https://allison-worlds.skyro..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
NayfiNayfi   20 février 2021
L amour, c est de trouver la personne qui comblera votre coeur et qui fera de vous un être meilleur que tout ce que vous avez rêvé d être ; c est de plonger les yeux dans ceux de l être aimé en ayant la conviction absolue que c est la meilleure personne que vous ayez jamais rencontrée.
Commenter  J’apprécie          40
NayfiNayfi   20 février 2021
Était il possible de retomber amoureuse du même homme jour après jour ?
Commenter  J’apprécie          10
FiftyShadesDarkerFiftyShadesDarker   17 février 2021
Rien n'est plus susceptible qu'une situation de rivalité pour faire ressortir le pire chez un homme... ou le meilleur chez une femme.
LA CHRONIQUE MONDAINE DE LADY WHISTLEDOWN, 2 mai 1814
Commenter  J’apprécie          20
FiftyShadesDarkerFiftyShadesDarker   17 février 2021
- Le rire est la meilleure des choses, ma chérie. Merci de nous le rappeler.
Commenter  J’apprécie          50
FiftyShadesDarkerFiftyShadesDarker   17 février 2021
Les hommes sont comme les moutons de Panurge. Là où l'on va, les autres suivent....
LA CHRONIQE MONDAINE DE LADY WHISTLEDOWN, 30 avril 1913
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Julia Quinn (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julia Quinn
Bande annonce de la série "La chronique des Bridgerton" (2020), adaptation de la saga de Julia Quinn
autres livres classés : romanceVoir plus
Notre sélection Roman d'amour Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3980 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..