AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782290014387
377 pages
J'ai Lu (06/05/2009)
4.13/5   552 notes
Résumé :
Les Bridgerton sont stupéfaits : le vicomte Anthony veut se ranger ! Et il sait ce qu'il veut : une femme dont il ne risque pas de tomber amoureux, car l'amour est subalterne dans le couple. Edwina Sheffield est la reine de la saison, c'est donc elle qu'il épousera, et l'affaire sera réglée. Sauf que la demoiselle a une sœur dont l'influence est primordiale. Or, Kate Sheffield oppose son veto : un débauché comme Anthony n'est pas un parti convenable pour Edwina. Ce ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (109) Voir plus Ajouter une critique
4,13

sur 552 notes

florencem
  03 mai 2021
Difficile de passer à côté du phénomène de la chronique des Bridgerton avec Netflix. Comme beaucoup j'ai succombé à la tentation, mais je n'ai pas réellement accrochée à l'intrigue principale entre Daphné et Simon. Pour moi, ce sont les personnages secondaires qui ont su m'émouvoir, me faire rire et me faire continuer jusqu'au dernier épisode. Les copines ont commencé à lire les romans par la suite, et les critiques étaient plutôt élogieuses. Alors pourquoi ne pas tenter ? Après tout, j'avais adoré les personnages secondaires ! J'ai donc zappé le premier tome, ne voulant pas revivre l'idylle de Daphné pour me plonger directement avec la romance d'Anthony. Si vous êtes dans la même situation que moi, sachez qu'on ne perd absolument rien à sauter le premier tome.
Les romances Amour/Haine sont mes préférées. J'aime le côté un peu sportif, les répliques piquantes, et surtout de voir peu à peu des sentiments se former et les personnages apprendre à mieux appréhender l'autre. Anthony et Kate me promettaient tout cela. Je suis donc partie dans ma lecture très confiante. Et j'ai adoré. Pour plein de petites raisons car la romance n'est pas la seule chose intéressante dans le roman, loin de là.
Je viens d'une famille soudée. Mes parents et mon frère sont un peu mon cocon, alors voir les Bridgerton et les Sheffield faisait écho à mon expérience. La complicité qui se dégage de ces deux familles, leur tendresse, les chamailleries étaient un petit baume au coeur que j'ai beaucoup aimé. Ils m'ont fait rire. Il y avait des situations drôles (le Pail Mail étant en haut de la liste) mais c'était aussi le fait de voir ce côté adorable et aimant, cette bienveillance constante même si elle avait parfois un côté désuet.
Et puis bien entendu, nous avons Anthony et Kate. L'aîné des Bridgerton m'a fait penser à un petit garçon. Pas dans le sens négatif du terme, mais plus dans sa façon de voir la vie. Il était très proche de son père et la relation qu'ils avaient tous les deux était très spéciale. Anthony l'admirait et le perdre a été pour lui un tournant dans sa vie. Il veut l'égaler mais il s'éloigne aussi de ce choix par son côté débauché et le fait de refuser l'amour. Julia Quinn a très bien su construire son personnage avec ses failles et ses contradictions. On a tantôt envie de le gifler et tantôt envie de le prendre dans nos bras.
Kate a toujours été dans l'ombre de sa petite soeur que tout le monde trouve absolument exquise. Elle s'est faite une raison, et elle se voit vieille fille, recluse à la campagne. Elle ne semble pas malheureuse car sa soeur et sa belle-mère l'aiment de tous leurs coeurs. Les trois femmes sont soudées, drôles et aimantes. Kate, d'un côté, se dévalorise alors qu'elle a de nombreux atouts, et en même temps, elle s'en est accommodée. Elle fonce, elle est franche, n'est pas la jeune fille fragile et gracieuse qu'elle devrait être en société. Après tout, toute l'attention est fixée sur sa jeune soeur, alors pourquoi minauder. Je l'ai adoré et j'avais également envie qu'elle sorte de cette prison qu'elle s'était elle-même.
La rencontre entre les deux ne pouvait être qu'explosive. C'était un peu voir deux mondes qui entrent en collision. La romance est bien sûr très réussie, mais c'est surtout l'évolution de nos deux héros que j'ai le plus aimé. Ils apprennent énormément l'un de l'autre, ils se complètent. On découvre leurs peurs profondes, comment ils se sont construits depuis l'enfance jusqu'à aujourd'hui. L'alchimie est là. L'évidence même. Pétillante, mordante et tendre.
Je vais rapidement lire la suite car j'ai hâte de voir ce que Julia Quinn réserve à la fratrie. Colin et Eloïse sont plus mis en avant ici, donc clairement, j'ai envie d'en savoir plus, mais Bénédict m'avait beaucoup touché dans la série, donc je me dis que le second des Bridgerton aurait de quoi me plaire également. Il sera sûrement difficile d'égaler Anthony, mais laissons-lui sa chance !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
Eroblin
  12 janvier 2021
Après un ouvrage sur la guerre et une biographie sur Beauvoir, ma troisième lecture de l'année est une romance ! Ouah quel virage me direz-vous ! Certes, certes mais pendant les vacances de Noël, j'ai vu la série « Les Bridgerton » et j'ai passé de délicieux moments. Aussi me suis-je rappelée que j'avais dans ma bibliothèque la série en question. Il y a huit tomes et chaque livre raconte les amours d'un frère ou d'une soeur de la famille.
Anthony est l'aîné de la famille, il est vicomte, celui qui a la charge du titre et des obligations qui vont avec. Il est aussi convaincu qu'il mourra jeune comme son père mort à 39 ans et si jusqu'ici, il n'a pas cherché à convoler, préférant les joies du célibat, il décide de trouver une épouse. le seul critère c'est qu'elle soit jolie, de toutes façons il n'a pas l'intention de l'aimer, il veut juste lui faire quelques héritiers avant de mourir. Son choix se porte sur une jeune fille Edwina Sheffield et il pense qu'il va pouvoir la séduire rapidement. Mais c'est compter sans la soeur aînée Kate, qui a entendu parler de lui, et refuse qu'Edwina soit mariée à un tel rustre. Kate et Anthony se lancent dans une guerre d'usure, c'est à qui fera céder l'autre, pour s'apercevoir rapidement qu'ils se plaisent mutuellement.
Voilà, c'est plaisant, agréable à lire car Julia Quinn sait écrire des dialogues enlevés -drôles parfois- ; l'intrigue est classique, elle s'essouffle un peu en fin de roman mais on passe un bon moment. Surtout parce que la famille Bridgerton est souvent présente et intervient à sa manière dans les aventures amoureuses des uns et des autres.
Challenge Coeur d'artichaut 2021
Challenge Série 2021
Challenge Plumes féminines 2021
Challenge Multi-défis 2021
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          322
sld09
  24 mars 2021
J'ai passé un excellent moment avec ce deuxième tome de la Chronique des Bridgerton et avec ses deux héros qui s'entendent comme chien et chat, ce qui donne lieu à de savoureuses scènes de chamailleries aux dialogues acérés et drôles. Cela commence d'ailleurs dès leur rencontre, par l'intermédiaire de Colin, le troisième de la fratrie Bridgerton, qui s'amuse à jeter de l'huile sur le feu après avoir provoqué un malentendu réjouissant…
Une fois que les tensions finissent par s'apaiser, le couple se révèle étonnamment bien assorti, ce que leur entourage avait déjà compris : les seuls surpris lorsqu'ils sont contraints au mariage par des circonstances inattendues, ce sont les jeunes fiancés eux-mêmes...
J'ai trouvé le héros touchant dans sa peur de ne pas vivre plus longtemps que son père, décédé avant quarante ans d'une piqure d'abeille. J'ai connu un homme qui avait lui aussi cette conviction irrationnelle qu'il mourrait jeune comme son père et cela rend le personnage du roman très humain, très accessible.
La famille Bridgerton est peut-être un peu moins présente que dans le premier tome, quoique la partie de croquet qui réunit les aînés de la famille est désopilante.
Voilà donc une lecture réjouissante qui me rend impatiente de lire le prochain tome, Colin, dans quelques jours...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
raton-liseur
  15 novembre 2021
Ce n'est pas que j'ai particulièrement aimé le premier tome, mais bon, le deuxième tome était dans le même volume, et puis j'avais le cerveau en compote, alors je me suis laissée tenter par le deuxième tome. Ça ne pouvait pas être pire de toute façon, et j'étais curieuse de voir ce que donnerait une romance écrite du point de vue de l'homme, puisqu'effectivement, le principe de cette série est que chacun des huit tomes est consacré à l'histoire d'amour d'un des enfants de la grande famille Bridgerton, nommés par ordre alphabétique, c'est plus commode pour s'y retrouver… le premier volume était consacré à Daphné, quatrième enfant donc mais première fille de la fratrie, et je suspecte que les autres tomes n'étaient pas tout à fait prévus, puisqu'on retourne ici à l'aîné (et surtout que les quatre derniers enfants sont assez absents ici, même s'ils auront droit à leur livre bien à eux plus tard. On peut me rétorquer que ce sont les différences d'âge qui font cela, fort bien, mais je ne peux m'enlever de la tête que cette série est le fruit d'un succès éditorial plus qu'une volonté d'auteur…). Ce second tome, donc, est consacré à Anthony, héritier du titre. Mais la narration ne change pas, le ton est toujours le même, et c'est toujours la femme qui est le centre de la narration.
Mais si les similitudes s'arrêtaient là, cela irait encore. Mais non, j'ai vraiment eu l'impression de lire deux fois le même livre, et là je risque de dévoiler quelques moments clefs de l'intrigue, donc futurs lecteurs s'abstenir… Dans les deux livres, les femmes sont saines et équilibrées (souvent belles mais pas selon les canons, et surtout plus intelligentes que les autres. Elles se plient aux conventions, mais elles ne sont pas dupes, elles, et elles sauront bien tirer leur épingle du jeu) et les hommes sont mauvais garçons mais attirants en diable et ils cachent une part d'ombre (un problème somme toute assez bénin, mais dont ils se font une montagne et qui semble guider leur vie au-delà de toute proportion). Voilà pour la psychologie des personnages. Pour l'intrigue, c'est pareil. Même mariage inévitable pour éviter une désapprobation sociale inévitable, même scène, ô combien burlesque, de l'explication des devoirs de l'épouse par la mère à la veille du mariage, même mise en scène de la première nuit d'amour (avec exactement les mêmes gestes de la part de l'homme. Je me suis demandé comment un tel mimétisme s'était opéré entre ces deux hommes qui par ailleurs ont fait les quatre cents coups ensemble)…
Impressionnant de voir à quel point l'autrice manque d'imagination, ou bien à quel point les standards du genre sont sclérosés. Je passe sur l'idée d'amour unique et éternel, c'est une obligation dans ce genre de livre. Mais c'est aussi la demoiselle forte mais qui au fond aime bien se soumettre à la force d'un homme et sentir sa propre vulnérabilité. C'est aussi un curieux mélange entre désir et amour : les femmes ressentent une curieuse chaleur qui les envahit, les hommes comprennent très vite qu'ils sont sexuellement attirés mais pensent que cela n'ira pas plus loin que le simple attrait physique. Enfin, une fois que tout est dit et tout est consommé, il y a l'injonction à l'obligation de copuler (car il semble que les personnages, en particulier les hommes, ne soient pas dotés de beaucoup de qualités oratoires lorsque l'on en vient à parler de sentiments. Il n'y a donc qu'au lit que l'on peut exprimer son amour, que l'on soit un homme ou une femme) et à la jouissance, toujours et encore, sont atterrantes. On parle beaucoup des injonctions des magasines et autres média qui nous donnent une vision un brin irréaliste de ce qu'est une vie sexuelle épanouie (tout simplement parce que cet épanouissement n'est pas le même pour tous…), et je m'aperçois que ce type de roman participe au problème. Si ces jeunes filles si pures s'épanouissent tellement dans le sexe, tout le monde doit s'y épanouir, n'est-ce pas.
Bref, j'arrête ici mon analyse à trois francs six sous, qui n'a d'original que le fait qu'elle montre à quel point j'ignorais tout de ce genre et de ses standards. Je suis atterrée, je crois que c'est le meilleur mot. Mais le pire, c'est que j'étais atterrée au moment où j'ai refermé le livre et que pourtant, je n'avais qu'une envie, c'était de lire le troisième tome. Qu'est-ce que cela dit de moi ?
Je n'avais pas le troisième tome sous la main et je ne pouvais pas me précipiter à la bibliothèque municipale, si bien que je me suis mise à lire de vrais romans et que cette envie m'est (fort heureusement) passée. Il ne me restera de ces deux premiers tomes de cette saga que la sensation de découvrir un genre qui m'était étranger, bourré de stéréotypes et de valeurs rétrogrades. Au moins, cette expérience m'aura appris quelque chose, mais ce que j'ai découvert, dans ma grande naïveté, ne me donne pas envie d'aller plus loin, et j'espère que les lecteurs de ce genre de livres lisent d'autres choses ou regardent d'autres films ou séries, pour ne pas se laisser emberlificoter dans toutes ces dangereuses niaiseries.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Neneve
  22 février 2022
Deuxième tome de cette fameuse saga des Bridgerton. Ici, le bouquin se consacre essentiellement à Anthony, le doyen de la fratrie. Doyen donc, qui a pris très jeune, trop peut-être, la responsabilité de la famille, suite au décès de son père. Ça forge forcément le caractère, mais une mort rapide et inattendue comme celle du patriarche laisse des stigmates. Ainsi, Anthony est convaincu qu'il subira le même sort, et qu'il mourra jeune. Alors, autant profiter de la vie ! Ce qu'il fait. Après le mariage de sa soeur, il décide lui aussi, qu'il serait temps de prendre épouse, et de faire des enfants. Mais en aucun cas il sera question pour lui de faire un mariage d'amour…. Mais bon…. le destin en décidera autrement, forcément !!! Il ne faut pas s'attendre à de grands revirements de situation, ou à une fin bluffante, ce n'est pas le genre. Mais pour passer un moment de lecture agréable, la, ce bouquin rempli sa mission. La plume est toujours aussi délectable, les dialogues savoureux, et quelques pointes d'ironie. Une très bonne lecture, et un personnage que j'ai beaucoup aimé apprendre à découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160

Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
Nono19Nono19   28 mars 2016
- Est-ce qu'un parent qu'on n'a jamais connu vous manque? (...)
- Oui, finit-elle par dire, mais pas de la manière qu'on pourrait croire. Il ne peut pas vraiment vous manquer puisque vous ne l'avez pas connu. Cependant, il y a un trou dans votre existence, une grande place vide dont vous savez qu'il devrait l'occuper. Mais vous ne vous souvenez pas de lui, vous ne savez pas à quoi il ressemblait, alors vous ne pouvez pas savoir comment il aurait rempli ce vide.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
BigoudeBigoude   17 janvier 2021
L'amour, c'est de trouver la personne qui comblera votre cœur et fera de vous un être meilleur que tout ce que vous avez rêvé d'être ; c'est de plonger les yeux dans ceux de l'être aimé en ayant la conviction absolue que c'est la meilleure personne que vous ayez jamais rencontrée.
Commenter  J’apprécie          130
Milka2bMilka2b   30 juillet 2013
Les hommes sont des créatures contrariantes.
Leur tête et leur cœur ne sont jamais d'accord.
Et, comme les femmes ne le savent que trop bien, leurs actions ne sont, en général, gouvernées ni par l'une ni par l'autre.
Commenter  J’apprécie          140
sld09sld09   24 mars 2021
- Il a fait cela uniquement pour me torturer.
- Une noble entreprise, commenta Kate dans un souffle
- Je vous ai entendue.
- C’est un peu ce que j’espérais.
Commenter  J’apprécie          80
supernana77supernana77   27 janvier 2021
Quand tu acceptes d'être la mère d'un enfant que tu n'as pas porté, ta responsabilité est deux fois plus grande. Tu dois faire encore plus d'efforts pour assurer le bien-être et le bonheur de cet enfant.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Julia Quinn (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julia Quinn
Derrière le phénomène mondial de la Chronique des Bridgerton, se cache une auteure prolifique gérant d'une main de maître tous les codes de la romance, Julia Quinn.
À l'occasion de la sortie de la saison 2 de la série signée Shonda Rhimes (Grey's Anatomy, Murder, Inventing Anna...) sur Netflix - qui bat déjà des records d'audience - et de la sortie de son nouveau roman "La Chronique des Rokesby ", retrouvez l'auteure pour cette Claque Interview. Pourquoi choisir la Régence comme paysage central ? Les happy endings ? Quelle place pour le féminisme dans ses livres ? Ses dernières claques littéraires, cinéma et série... On en sait désormais un peu plus sur l'univers et les inspirations de Julia Quinn.
Suivez toutes les vidéos de la Claque Fnac sur la plateforme dédiée de L'Éclaireur Fnac : https://leclaireur.fnac.com/categorie/la-claque-fnac
Découvrez "La Chronique des Rokesby" sur Fnac.com : https://www.fnac.com/se89076/Les-Rokesby Et "La Chronique des Bridgerton" : https://www.fnac.com/La-Chronique-Des-Bridgerton/si10309
Retrouvez-nous sur Facebook @Fnac : https://facebook.com/Fnac Instagram @fnac_officiel : https://www.instagram.com/fnac_officiel Twitter @fnac : https://twitter.com/fnac
#LaChroniqueDesBridgerton #LaChroniqueDesRokesby #JuliaQuinn #LEclaireurFnac #LaClaqueFnac #RDVFnac
+ Lire la suite
autres livres classés : romanceVoir plus
Notre sélection Roman d'amour Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura






Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2600 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre