AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782290014394
443 pages
J'ai Lu (07/10/2009)
3.99/5   402 notes
Résumé :
Comme le rapporte la mystérieuse lady Whistledown dans sa chronique mondaine, on a vu, lors du fameux bal masqué des Bridgerton, le cadet de la famille, Benedict, en compagnie d'une ravissante inconnue vêtue d'une robe argentée. Mais à minuit, la belle s'est enfuie. Depuis, la haute société se perd en conjectures sur son identité. Benedict a beau la chercher dans tout Londres, elle semble s'être évaporée à jamais.
Qui pourrait savoir que sous le masque de soi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (79) Voir plus Ajouter une critique
3,99

sur 402 notes

florencem
  15 septembre 2021
Que j'aime cette famille... Je sais que la chronique de Bridgerton est avant tout une romance, mais sans cette famille, je n'apprécierais pas autant mes lectures, j'en suis certaine. Leur bienveillance et l'amour qu'il y a entre eux donne vraiment aux différentes histoires une autre dimension. Et je me dis que beaucoup de choses se passeraient différemment si nous connaissions tous ce lien si particulier. Les Bridgerton sont loin d'être des gens parfaits, merci à Julia Quinn d'avoir aussi donné cet aspect à ses personnages, et après tout qui voudrait de la perfection !
Alors que j'avais adoré le tome deux, consacré à Anthony, j'ai attendu plusieurs mois avant de replonger dans la saga. Et bien m'en a pris, parce que tout comme son aîné, Benedict a su me charmer tout comme Sophie. J'avoue qu'en sachant que l'on va suivre les huit frères et soeurs, j'avais un peu peur d'une certaine redondance dans les romances. Et jusqu'à présent, il n'en est rien. Il y a toujours ce schéma... pas "ennemies to lovers" qui est un peu fort, mais plutôt une phase d'apprivoisement avec des personnages aux forts caractères. Et j'adore. Les piques, les chamailleries, les prises de bec, du piquant à souhait qui donne une très bonne dynamique à la romance et à l'histoire. Les Bridgerton n'ont pas leurs langues dans leurs poches et tant mieux.
J'avoue tout de même que j'avais quelques appréhensions au début de ma lecture. le côté Cendrillon... je ne suis pas très fan en règle générale (la pauvre Cendrillon n'y est pour rien, mais c'est un conte que je n'apprécie pas du tout de base). Une amie m'avait cependant rassurée en me disant que cela s'estompait rapidement. J'ai donc serré les dents face aux maltraitances que subit Sophie, et sans surprise, je me suis laissée prendre aux jeux. J'ai toujours beaucoup de mal avec les histoires, quelles qu'elles soient, où des membres d'une même famille se montrent cruels ou détestables les uns envers les autres. Je ne le conçois pas même si je sais que cela existe. Voir ainsi Sophie évoluer de la petite fille à la jeune femme que nous allons suivre, privée d'amour paternel, maltraitée par sa belle-mère sans raison valable, tourmentée par l'une de ses demi-soeurs, dépossédée de ce qui lui revient de droit... Ce n'est pas évident surtout que notre héroïne est attachante dès le départ. Cependant, lire ses passages est essentiel. Ils sont la base de sa personnalité, de sa psychologie, de la femme forte, droite et déterminée qu'elle devient. Une femme entière qui a accepté son sort sans esclandre et avec une résilience qui pousse au respect. En clair, Sophie est ce genre de personnage fort et sensible à la fois que j'aime voir évoluer.
Et nous avons Benedict. le second de la fratrie qui souffre du fait de n'être reconnu que grâce à son allure, son nom ou bien comme étant le numéro 2. Un homme qui ferait tout pour sa famille, qui a des principes, avec l'âme d'un artiste un peu aventureux. Il est aussi le reflet de son époque et de sa condition. Parfois arrogant et fier, blessant même. Mais Benedict est un Bridgerton, il a donc aussi des qualités qui sont rares dans l'aristocratie. Son ouverture d'esprit, son sens moral, sa considération des "petites gens"... Sa gentillesse bourrue est aussi adorable, tout comme sa prévenance. Il sait aussi être taquin, plein d'humour et il est loin d'être un idiot. Un personnage plus complexe qu'il n'y parait, avec ce côté parfois gamin capricieux. Je regrette cependant que sa "psychologie" n'ait pas été aussi développée que celle d'Anthony dans le second tome.
Un autre personnage ressort énormément dans ce tome trois : Violet. La mère des Bridgerton mériterait la palme de la maman de l'année. Maman ours et maman poule réunies, elle pense toujours au bien-être de ses enfants et il ne faut pas se laisser leurrer par son statut. Elle sait aussi montrer les dents. Douce, aimante, compréhensive... elle sort du lot, surtout quand on pense à l'époque et au milieu, mais Violet est aussi la raison qui fait que ses enfants sont qui ils sont. Et je ne la remercierais jamais assez.
Mais la romance dans tout cela me direz-vous ? Elle est parfaite. Entre les non-dits et cet apprivoisement parfois musclé (Sophie peut se montrer un brin violente, si, si), il y a de la douceur, du respect, des sentiments forts, des blessures à guérir. Un long cheminement avec quelques petites péripéties (dont une qui a de quoi nous effrayer un petit peu) mais qui se lit sans aucune difficulté, alternant les points de vue de nos deux héros pour mon plus grand plaisir. Parce qu'il est toujours plus intéressant de percevoir ce que chacune des deux parties ressent. Et puis, la fin a ce petit plus de satisfaisant, vis-à-vis d'une certaine intrigue, avec une pointe d'humour bien anglaise et une Bridgerton attitude digne de ce nom.
Je vais m'attaquer à Colin de ce pas. Cela fait un bien fou d'aimer autant une lecture, et il serait dommage d'attendre encore des mois pour poursuivre les aventures de la fratrie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
Eroblin
  12 janvier 2021
Après Anthony, voici Benedict, le second frère, célibataire convoité par toutes les mères qui ont des filles à marier. Lors d'une soirée donnée par sa mère, Benedict tombe sous le charme d'une belle inconnue masquée qui, comme Cendrillon, disparaît après minuit. Cette Cendrillon s'appelle Sophie, elle est la fille illégitime d'un comte qui est mort en lui laissant de l'argent. Mais sa méchante belle-mère Araminta s'est bien gardée de le lui dire et, depuis la mort de son mari, exploite Sophie et la fait trimer. C'est pour échapper à cette tyrannie que Sophie s'est rendue à la soirée. Peu de temps après Sophie s'enfuit et trouve un poste de domestique chez un couple qui vit à la campagne. Deux ans, plus tard, par un concours de circonstances, Sophie et Benedict se retrouvent mais bien évidemment il ne la reconnaît pas. Par contre, il est bien décidé à la mettre dans son lit. Mais la belle est plus farouche que prévue et le beau Benedict va devoir trouver des arguments sonnants et trébuchants pour la faire céder.
L'intrigue qui démarre comme le conte de Cendrillon (la jeune fille maltraitée par une vilaine marâtre et ses deux méchantes filles) est agréable à lire. Même si, et visiblement c'est une faiblesse de l'auteure, l'histoire s'essouffle vers la fin, c'est le genre de lecture qui vous délasse. Les dialogues restent vifs, la famille Bridgerton est toujours aussi pétulante et envahissante, ce qui fait le charme de cette série.
Challenge Multi-défis 2021
Challenge Plumes féminines 2021
Challenge Séries 2021
Challenge coeur d'artichaut 2021
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
sld09
  27 mars 2021
J'ai un peu moins aimé ce troisième tome où l'intrigue m'a semblé un peu trop rocambolesque et le ton un petit peu plus grave. J'ai aussi été un peu gênée par la lourde insistance du héros à faire de l'héroïne sa maîtresse puisque les conventions sociales ne lui permettent pas de l'épouser : il lui faut beaucoup de temps pour accepter le refus de la jeune femme.
Le début du roman se calque sur l'histoire de Cendrillon au point que l'histoire s'en trouve un peu affadit tant tout est prévisible (sans compter que la méchante belle-mère et les vilaines soeurs paraissent très caricaturales une fois sorties du contexte du conte). Je ne suis réellement entrée dans l'intrigue qu'une fois qu'elle s'est détachée de la trame du conte.
Le style de Julia Quinn est toujours très agréable, en particulier au niveau des dialogues acérés et plein d'humour. Et la famille Bridgerton est à nouveau plus présente, avec en tête Violet, la mère attentionnée (parfois trop) de la remuante fratrie.
Même si ce tome ne m'a pas autant séduite que les deux précédents, j'ai passé un moment agréable avec Benedict et je vais très vite me plonger dans le quatrième...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Neneve
  13 mars 2022
Ce troisième tome a des allures de Cendrillon. Sophie, protagoniste principal, est une bâtarde. Mais son père biologique en a fait sa pupille, sans jamais la reconnaître officiellement. Lorsqu'il se remarie avec une femme avare, cette dernière prend toute la place, avec ses deux filles. A la mort du père, la femme garde Sophie, pour l'argent qui vient avec, et en fait une bonne. Un soir, au bal costumé, Sophie ose… Elle s'y rend, costumée. Elle a jusqu'à minuit pour vivre sa vie. Elle fera la rencontre de Benedict. le coup de foudre. Mais là s'arrête Cendrillon, puisque quelques deux ans plus tard, Sophie et Benedict seront amenés à se rencontrer, et Benedict ne reconnaitra pas Sophie. Une autre histoire de je t'aime moi non plus… La formule reste la même : un tandem qui s'aiment, mais qui n'arrêtent pas de chamailler, qui se repoussent, mais dont l'attirance est très évidente… Mais cette formule fonctionne. Ça nous donne des moments délicieux et très intenses. J'ai beaucoup aimé le personnage de Sophie. Bref, une bonne lecture. J'ai hâte de lire la suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Nono19
  30 avril 2016
Sophie, fille illégitime du comte de Penwood, vit avec son père qui l'a fait passer pour sa pupille (même si personne n'est dupe). Lorsque son père se remarie, le cauchemar de Sophie commence... Sa belle-mère, Araminta et une de ses demi-soeurs se montrent horribles et à la mort du comte la relèguent au rang de simple domestique. Lors d'un bal masqué chez Lady Bridgerton, Sophie, bien apprêtée grâce à la gouvernante, rencontre Benedict. Mais à minuit, elle s'enfuit laissant derrière elle un gant (tout ceci vous dit quelque chose maintenant, non? :p). Benedict fera tout pour la retrouver sans succès. de son côté, Sophie se retrouvera obligée de quitter sa maison quand Araminta se rend compte de son escapade. Lorsque Benedict croise de nouveau Sophie, elle est une simple domestique. Saura-t-il reconnaître sa mystérieuse inconnue? Leur amour parviendra-t-il à triompher des conventions sociales de l'époque?
Ce tome m'a moins plu que le précédent. C'est surtout dû au comportement de Benedict que j'ai parfois eu du mal à supporter. Dans les autres tomes, je le trouvais assez fade et peu charismatique. Il n'avait pas réussi à me séduire :p. Ici, je l'ai trouvé trop insistant, trop égoïste. Il ne pense qu'à faire de Sophie sa maîtresse sans penser à son ressenti ou à ses volontés. Il la pousse dans ses retranchements et lui en veut quand elle ne cède pas. Il m'a fait penser à un enfant gâté râlant quand il n'a pas ce qu'il désire.
Sophie, de par son passé, refuse d'avoir un enfant hors mariage et essaie tant bien que mal de résister à Benedict qui représente tout ce qui lui est interdit. Elle est touchante et on ne peut que compatir devant ses difficultés.
Les autres Bridgerton sont peu présents malheureusement. Cependant, on commence à faire la connaissance d'Eloïse, Francesca et Hyacinthe.
Lady Bridgerton, de par son soutien sans faille à ses enfants, est vraiment une mère modèle même si elle essaie de les marier à chaque occasion qu'elle trouve. Je l'ai trouvée très touchante dans ce volume.
J'avoue que j'attends avec impatience le prochain tome :)! Colin me plaît depuis le premier tome avec son humour, son côté taquin et quand on sait que son duo sera avec Penelope Featherington, je n'ai que trois mots à dire: vivement la suite!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
florencemflorencem   13 septembre 2021
- Benedict ?
- Oui, mère ? demanda-t-il d’un ton de vertueuse patience, en faisant une fois de plus volte-face.
- Vous me tiendrez informée du résultat de votre démarche, n’est-ce pas ?
- Promis.
- Vous mentez, répliqua-t-elle avec un sourire, mais je vous pardonne. Je suis si heureuse de vous voir amoureux !
- Je ne suis pas...
- Comme vous voudrez, mon chéri, coupa-t-elle en lui faisant signe de se sauver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Milka2bMilka2b   02 août 2013
(Discussion entre Benedict et Eloïse)
- On ne t'a jamais dit que tu étais excessivement indiscrète?
- Si, tout le temps. Où étais-tu?
- Et terriblement obstinée.
- Tout le monde devrait l'être. Où étais-tu?
- T'ai-je dit que j'envisageais d'investir dans une manufacture de muselières pour jeunes filles trop curieuses?
Eloïse lui lança un coussin à la figure.
Commenter  J’apprécie          100
Nono19Nono19   24 avril 2016
- Quant à vous, reprit cette dernière à l'adresse de Benedict, attendez-moi en bas. Il faut que nous ayons une petite conversation, vous et moi.
- Je tremble de peur, fit Benedict, feignant l'effroi.
- De lui ou de son frère, je ne sais lequel me tuera le premier, gémit lady Bridgerton.
- Quel frère?
- Chacun. Tous. Les quatre. Ce ne sont que des voyous.
Commenter  J’apprécie          50
florencemflorencem   14 septembre 2021
- De lui ou de son frère, je ne sais lequel me tuera le premier, gémit lady Bridgerton.
- Quel frère ?
- Chacun. Tous. Les quatre. Ce ne sont que des voyous.
Des voyous qu’elle semblait adorer.
Commenter  J’apprécie          100
sld09sld09   27 mars 2021
- Je n’ai pas réfléchi, murmura-t-elle, plus pour elle que pour lui.
- Je m’en suis rendu compte.
Il sourit.
- Je m’en suis rendu compte, et j’ai trouvé que c’était une bonne chose. Lorsque vous réfléchissez cela finit toujours mal pour moi.
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Julia Quinn (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julia Quinn
Derrière le phénomène mondial de la Chronique des Bridgerton, se cache une auteure prolifique gérant d'une main de maître tous les codes de la romance, Julia Quinn.
À l'occasion de la sortie de la saison 2 de la série signée Shonda Rhimes (Grey's Anatomy, Murder, Inventing Anna...) sur Netflix - qui bat déjà des records d'audience - et de la sortie de son nouveau roman "La Chronique des Rokesby ", retrouvez l'auteure pour cette Claque Interview. Pourquoi choisir la Régence comme paysage central ? Les happy endings ? Quelle place pour le féminisme dans ses livres ? Ses dernières claques littéraires, cinéma et série... On en sait désormais un peu plus sur l'univers et les inspirations de Julia Quinn.
Suivez toutes les vidéos de la Claque Fnac sur la plateforme dédiée de L'Éclaireur Fnac : https://leclaireur.fnac.com/categorie/la-claque-fnac
Découvrez "La Chronique des Rokesby" sur Fnac.com : https://www.fnac.com/se89076/Les-Rokesby Et "La Chronique des Bridgerton" : https://www.fnac.com/La-Chronique-Des-Bridgerton/si10309
Retrouvez-nous sur Facebook @Fnac : https://facebook.com/Fnac Instagram @fnac_officiel : https://www.instagram.com/fnac_officiel Twitter @fnac : https://twitter.com/fnac
#LaChroniqueDesBridgerton #LaChroniqueDesRokesby #JuliaQuinn #LEclaireurFnac #LaClaqueFnac #RDVFnac
+ Lire la suite
autres livres classés : romanceVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura






Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2582 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre