AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 978B088FWZJJK
304 pages
Éditeur : (10/05/2020)

Note moyenne : 4.41/5 (sur 22 notes)
Résumé :
Meryl est une jeune danseuse brisée en plein élan par un accident.
Elle trouve refuge à La Petite Fabrique, un café fréquenté par des personnes meurtries par l’existence, en y devenant serveuse.
Elle y rencontre Robin, sportif qui cache sa blessure derrière un comportement asocial.
Une tendre histoire d’amour se tisse au fil des pages de ce roman feelgood, sous le regard bienveillant d’êtres qui cherchent à se reconstruire.
Ce récit de de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
sylvaine
  27 juillet 2020
D'Alice Quinn je ne connaissais que ses Enquêtes à la Belle -Epoque ,c'est donc tout naturellement que j'ai sollicité son dernier roman sur la plate-forme simplement, roman publié en auto-édition. Je la remercie beaucoup pour sa confiance.
Meryl est danseuse, mais un grave accident a brisé sa carrière. La voilà descendue dans le Sud pour sa rééducation ,des trombes d'eau s'abattent sur la ville et son destin va prendre un chemin inattendu lorsqu'elle franchit le seuil de la Petite fabrique, un café pas comme les autres tenu par Amanda et Antoine, ils ont besoin d'une serveuse, ce sera Meryl.
Alice Quinn avait envie d'écrire un roman feel-good, et le personnage de cette jeune danseuse fracassée dans la vie et dans sa tête s'est imposé à elle. Elle était en pleine écriture lorsque Wuhan a occupé les écrans.. Alors la pandémie s'est imposée dans le décor. Alice Quinn a réussi à trouver l'équilibre parfait entre fiction et réalité , chapeau.
J'ai savouré ce roman bien loin de mes lectures habituelles, j'ai apprécié la qualité de l'écriture, la consistance des personnages avec leur faiblesse et leur force , des personnages capables de résilience pour eux et pour les autres.
Un roman feel-good de qualité que je vous recommande.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
angelita.manchado
  15 mai 2020
La Petite Fabrique du bonheur d'Alice Quinn, Présentation
En 2006, Meryl est une petite fille dont le père, professeur de sport, n'arrête pas de l'entraîner afin qu'elle passe les concours pour intégrer les meilleures écoles de danse. Mais Meryl n'aime pas franchement la danse. Elle souhaite juste que son père lui dise qu'il l'aime. le drame arrive, le père de Meryl meurt. Et elle veut le rejoindre, elle continue donc à s'entraîner seule et de plus en plus dur.
En 2020, pluies diluviennes. Amanda sort en trombe de la Petite Fabrique. Elle ramène Meryl et un chat, tous deux trempés.
Avis La Petite Fabrique du bonheur d'Alice Quinn
Je ne suis pas particulièrement attirée par les romans feel-good. J'en lis très peu par an. Je dois dire que, sur certaines lectures, j'ai été échaudée avec des personnages mièvres sans aucune consistance, aux comportements adolescents, même si la trame de l'histoire peut être bonne. Je suis une habituée des romans d'Alice Quinn et de ses personnages forts. Après la fin de deux séries, quand j'ai vu qu'elle proposait ce roman à la lecture, je me suis invitée et elle a accepté l'envoi de ce roman. Je remercie énormément Alice Quinn. Alors, oui, nous avons un roman feel-good avec de nombreux personnages aux passés cassés, qui se cachent et qui réagissent différemment à ce passé, sous fond de crise Covid-19.
En premier, l'héroïne, Meryl est une jeune femme, danseuse. Entraînée très durement par son père pour passer les meilleurs concours, entrer dans les meilleures écoles de danse, le drame arrive très vite lorsqu'il décède. Elle était encore une petite fille. Et toute cette souffrance accumulée, elle en fait une force pour essayer d'atteindre le plus haut niveau même si elle n'a pas le corps et le physique pour ça. Tout ça, pour atteindre son père et qu'il lui dise qu'il l'aime. Mais Meryl doit affronter un grave accident et remonter la pente est plus que difficile. Son objectif, danser absolument et vaincre sa souffrance. Pour ça, elle a tout quitté et elle trouve un emploi à La Petite Fabrique. Elle va s'ouvrir, elle va être de bon conseil, elle va aider, elle va tomber amoureuse. Tout ça, c'est nouveau pour elle qui n'a jamais voulu s'ouvrir.
Les personnages d'Alice Quinn font face à des expériences imposées par la vie, que ce soit un accident ou autre. Ils culpabilisent beaucoup mais il suffit d'une rencontre pour que ces personnages puissent montrer leur véritable caractère et leur volonté de vivre, de s'ouvrir. L'union fait la force. Cela se révèle encore ici. En distillant les informations de chacun au fur et à mesure, au gré des situations, Alice Quinn permet au lecteur d'aimer ses personnages et tous ses personnages même les influenceurs qui recherchent des like mais pour la bonne cause. Les réseaux sociaux, ce n'est pas que le mal. le lecteur peut aussi s'identifier à eux car il y a toujours quelque chose que l'on peut reconnaître et qui peut concerner sa propre vie.
Oui, l'actualité coronavirus est amplement détaillée et reprend tous les évènements, toutes les allocutions jusqu'aux tout début du confinement. Oui, l'actualité des hôpitaux est détaillée avec les manques qui existent et qui ont fait que tous s'étaient mis en grève avant la crise. Oui, l'actualité de ces fameuses élections municipales est détaillée et chacun donne son avis à ce sujet dans son roman. Avis qui rejoint le mien sur ce sujet. Oui, les personnages donnent leur avis sur la chloroquine et le Professeur Raoult. Oui, par la voix De Paola, on peut connaître la situation en Italie et comment le virus s'est développé, un peu avant nous. Oui, certains d'entre nous ont pu commencer tôt les gestes barrière afin de ne pas infecter les autres.
Alice Quinn, dans nombre de ses romans, détaille l'actualité. Et surtout, elle n'oublie pas ceux qui souffrent, comme les femmes et les enfants battus, qui font partie de son histoire, de ces entreprises également qui se sont endettées et qui doivent fermer. Cela était présent avant la crise sanitaire, cela sera encore plus le cas après, malheureusement.
J'ai adoré ces goûters littéraires autour d'une recette évoquée dans un livre, lu en public par Robin pour Amédée, le monsieur âgé non-voyant. Goûters qui ont amené du monde à La Petite Fabrique et qui permet à tous ces clients, patrons et employé d'être une grande famille. J'ai encore plus adoré Flora et Spritz, les deux animaux du roman. Pourquoi ? J'avais l'impression de les avoir sous les yeux. Animaux qui réagissent entre eux, comme tout animaux, mais aussi avec les êtres humains, les situations.
Je remercie Alice Quinn. Roman lu en trois jours, pressée, pressée de tourner les pages même si je ne voulais pas les quitter. Je suis repartie avec le baume au coeur. J'ai passé un très bon moment de lecture. Je souhaite à La Petite Fabrique du bonheur de faire encore des heureux parmi ses lecteurs.
Lien : https://livresaprofusion.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Cassiopee42
  04 février 2021
Alice Quinn a écrit ce roman entre Janvier et Mai 2020. C'est important pour comprendre. Comme dans notre vie pendant cette même période, un inconnu s'est invité dans son récit. COVID 19, le « fameux coronavirus » a sans doute modifié son histoire comme il a modifié nos vies.
Au départ, c'est l'histoire d'une jeune femme, Meryl, qui a eu un accident alors qu'elle postulait pour une prestigieuse école de danse. Sérieusement blessée, elle essaie de redonner du sens à sa vie et trouve un emploi dans un café : « La Petite Fabrique ». C'est un lieu improbable comme il en existe parfois dans la vraie vie, avec des patrons qui essaient de ne pas vendre trop cher les boissons et les pâtisseries, qui donnent une vraie place à chaque client, une écoute et un échange mais qui, de ce fait, galèrent financièrement. Dans cet espace, pas mal de personnes gravitent, d'autres vont arriver petit à petit et il y a ceux qui en dehors, auront un lien avec l'un ou l'autre des protagonistes que l'on découvre au café.
L'auteur rend rapidement tout ce petit monde très humain, très « visuel », ils deviennent vite des familiers du lecteur La logeuse italienne de Meryl, très au fait de l'actualité parle d'un virus mais les médias et gouvernants français expliquent qu'il ne faut pas s'inquiéter. le lecteur découvre les réactions des uns et des autres…. C'est hyper réaliste, ancré dans ce qu'on a vu et entendu depuis des semaines. Au passage, Alice Quinn écorche les contradictions de nos hommes politiques, leurs mensonges, leurs silences coupables, leur façon de détourner la conversation ou les questions quand ça les dérange. Elle nous rappelle que des hommes et des femmes se sont battus, ont manifesté pour l'hôpital et que…. vous connaissez le résultat…. Les références sont nombreuses et malheureusement véridiques. La grande force de l'auteur a été de les intégrer à son histoire. Je trouve ça très bien fait et astucieux, parce que, l'air de rien, grâce à son livre, on gardera une trace de certaines absurdités surprenantes dont la plus forte a été : allez voter, ça ne craint rien pour le lendemain dire : restez chez vous…. Pour autant, ce n'est pas un livre politique, Alice ne se pose pas en justicière masquée (c'est le cas de le dire), elle présente des faits, des phrases, des réflexions qu'on a tous vus ou entendus et qui nous ont fait (ou pas ) bondir. Et comme c'est glissé au milieu des chapitres où nous suivons Meryl et ceux qu'elle côtoie, ça reste léger. Néanmoins le message est là.
Dans ce recueil, les personnages évoluent tout doucement, à leur rythme, comme s'ils prenaient en compte leurs besoins, leurs désirs et se mettaient à oser. Ils avancent vers un mieux être pour la plupart et c'est normal le but d'un texte feel good, c'est de nous faire du bien. J'ai particulièrement apprécié deux éléments : des individus crédibles, humains avec leurs forces et leurs faiblesses, qui, pour la plupart, croient en l'Homme ; et un contexte particulier, celui de l'approche du confinement avec un panel de réactions, comme nous l'avons réellement vécu. Tout cela donne un ensemble équilibré, abouti et porteur de sens. L'écriture est délicate, teintée d'humour de bon aloi. le style est fluide et c'est un très bon moment de lecture. Il n'y a pas de mal à se faire du bien et cet opus met de bonne humeur, ce n'est pas négligeable, n'est-ce pas ?
Cassiopée qui a été confinée, masquée mais jamais résignée
NB : Ce roman concourt pour Les Plumes Francophones.
Lien : https://wcassiopee.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
leBoudoirdulivre
  15 mai 2020
2006.
Meryl est l'enjeu des rêves de son père. Pour être sa fille parfaite, elle s'entraîne pour intégrer une prestigieuse école de danse. A l'inverse des autres pères, le sien ne fait que l'entraîner, ne fait que la juger, elle est devenue sa marionnette, sa chose. Pour espérer son amour, elle s'auto-culpabilise en permanence comme ce fut le cas lorsqu'elle n'a pas été retenue à l'audition dont son père rêvait pour sa carrière de danseuse étoile.
Janvier 2020.
C'est sous un déluge que Meryl arrive à La Petite Fabrique, le café local tenu par Amanda et Antoine où se côtoient des habitués comme Hélène, une bibliothécaire qui fait tout pour rester invisible ; Amédée, aveugle accompagné de sa chienne Flora, Amanda qui tient à sauver les âmes perdues, humains ou animaux…
C'est ici que Meryl qui se sent coupable de tout va découvrir qu'elle peut aider beaucoup de gens et va retrouver goût à la vie.
Serveuse, elle se sent bien dans La Petite Fabrique avec ses habitués et notamment Robin qui est comme elle, une âme égarée.
Réciproquement, ils sont attirés l'un par l'autre mais leur culpabilité et leurs secrets vont-elles ruiner toutes tentatives de premier pas ?
Meryl retrouvera-t-elle le goût de son rêve perdu avant même qu'il ait commencé ? Robin saura-t'il trouver un sens à sa vie qui lui paraît si vide, si inutile ?
Le combat s'annonce rude et il leur faudra lutter pour une fin heureuse !

Sur fond de Coronavirus, Alice Quinn dévoile un beau feel-good sur ces lieux improbables où on soigne les vies brisées.
Les rêves, les espoirs, l'amour… La liberté d'Alice et celle que prennent ses personnages sont une force et que dire de la manière dont perçoivent les habitués de la Petite Fabrique du confinement, des mesures du gouvernement… C'est ce qu'ont pensé les français, de par leurs avis, leurs caractères, on a l'impression d'échanger nos points de vue avec eux.
Plus qu'un feel-good, Alice Quinn nous fait connaître des gens pour qui l'entraide est le quotidien, un moment de partage où le temps de notre lecture, on a l'impression de faire partit nous aussi d'une famille. Hommage à mes racines italiennes, l'auteur donne son avis sur le plan mis en place par le gouvernement face à cette pandémie, amenant une réflexion et une prise de conscience.
La résilience et la renaissance quand tout nous semble perdu, que notre vie est décidée d'avance, l'impression de n'être plus libre de ce que l'on veut être, d'être incompris, de ne pas se sentir intégré dans une société où on ne rentre pas dans les cases… Cette histoire a fait écho en moi de par les ressemblances avec Meryl, je suis très fière d'avoir pu découvrir son histoire grâce à la gentillesse de son auteur.
Dans ce lieu si accueillant, Meryl va prendre confiance en elle et se lancer dans des initiatives pour éviter que son refuge ne soit fermé.
Un club de lecture entre mélange des sens et du goût, un chat particulier, un bon chocolat chaud, une écoute et un intérêt dénué d'intérêts pour chacun, La Petite Fabrique a une âme, celle des nombreuses personnes qui veulent une fin heureuse.
Tout comme ce virus dont on ne sait quasiment rien et qui a semé la paranoïa dans toute la France, le Coronavirus sème le chaos parmi les habitudes des clients quotidiens de la Petite Fabrique…
N'hésitez pas à découvrir le nouveau roman d'Alice Quinn, une vraie bouffée d'oxygène et de vie qui permet une certaine réflexion sur ce qui est important en ces temps où notre vie n'est qu'un chiffre pour certains et où l'humain est au coeur de la vie pour d'autres !
Prenez le temps de vous installer confortablement avec un bon chocolat chaud accompagné d'une madeleine au cours d'une séance de lecture avec un chat polydactyle sur vos genoux… Vous êtes au bon endroit, à La Petite Fabrique où on répare les âmes brisées !
Lien : https://leboudoirdulivre.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LauraCetera
  18 juin 2020
J'ai trouvé ce roman beau et philosophique.
Il y a des morales et des leçons de vie (et ça j'adore vous commencer à le savoir)

La plume de l'auteure est fluide et donc très agréable à lire.

On en vient quelques fois à se remettre en question sur certaines choses donc ça aussi c'est vraiment un bon point ;)

Bon après, devoir se retaper tour ce qu'il s'est passé avec le coronavirus c'était pas le top. Après ce roman montre quand même à quel point la France a prit pour de la rigolade le virus, et à quel point les gens ont été naïfs à tout croire ce que les politiciens et autres disaient.
⠀Il y a eu des passages avec des remarques à propos du Coronavirus, où je me suis mise à haïr des personnages tellement ils étaient cons. Donc voilà pour vous dire.

Par contre, Tchernobyl est en Ukraine et non en Russie. Mais à l'époque, l'Ukraine faisait encore partie de L'URSS, et beaucoup de personnes disaient Russie en parlant de l'URSS. Mais ça reste un peu gênant.

Bon après il y a des fautes de mots, des mots manquant par endroit donc voila.

Sinon j'ai beaucoup aimé les thèmes abordés dans ce roman : la danse, les accidents, l'acceptation de devoir renoncer à quelque chose, le courage, la motivation, l'ambition, mais aussi les difficultés financières et beaucoup d'autres thèmes très diverses.

Ce roman est vraiment un melting pots de pleins de sujets intéressants et important et j'ai beaucoup aimé.
Et puis je finirai par dire que la fin m'a surprise, m'a fait sourire et j'ai enfin eu l'impression d'être réellement dans un roman feel good et c'était vraiment agréable. Et je ressors de ce roman avec une seule phrase en tête :
Toujours croire en soi et en ses rêves ;)

Ma note est donc de : 3,75/5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Rosie-MaldonneRosie-Maldonne   21 janvier 2021
La fiction est primordiale chez les humains. Elle nous permet de sortir de notre animalité. Elle nous aide à nous construire, à nous définir. Beaucoup de penseurs ont écrit sur la «fabulation», le désir de se raconter des histoires, le besoin de donner un sens à ce que nous vivons. Car croire à ce qui n’existe pas nous permet d’accepter la réalité, parfois si dure.
Commenter  J’apprécie          00
PonderosaPonderosa   18 novembre 2020
Elle aime quand c'est son tour d'ouvrir le café le matin et que Spritz se précipite dans ses jambes en se frottant et en ronronnant.
Commenter  J’apprécie          10
Rosie-MaldonneRosie-Maldonne   21 janvier 2021
Pendant qu’il lit, il ne pense plus à ses soucis. Il ne sent plus sa rage ni sa culpabilité. Il s’oublie. Il relativise. Il se prend pour un autre.
Commenter  J’apprécie          00
Rosie-MaldonneRosie-Maldonne   21 janvier 2021
Parfois, la souffrance est un moyen d’atteindre un moment de plénitude qui balaiera tout.
Commenter  J’apprécie          00
Rosie-MaldonneRosie-Maldonne   21 janvier 2021
Au bord du vide elle a compris le plus important : que seul vole celui qui ose le faire.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Alice Quinn (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alice Quinn
Alice Quinn : 300 Jours au top 100 du kindle! [2°épisode]
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Au pays de Rosie Maldonne, tome 4: nom de code: mémé Ruth" de nom de l’auteur.

Dans quelle ville Rosie assiste-t-elle à une conférence au yacht Club ?

Marseille
Cannes
Monaco

10 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Au pays de Rosie Maldonne, tome 4 : Nom de code : Mémé Ruth de Alice QuinnCréer un quiz sur ce livre

.. ..