AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782381220888
624 pages
Hauteville (07/04/2021)
4.26/5   329 notes
Résumé :
L'histoire oubliée du plus grand réseau d'espionnes de la Première Guerre mondiale.
Un an après le début de la Grande Guerre, Eve Gardiner brûle de prendre part à la lutte contre les Allemands et est recrutée comme espionne. Envoyée dans la France occupée, elle est formée par Lili, nom de code : Alice, qui dirige un vaste réseau d'agents secrets pour lutter contre l'ennemi.
Trente ans plus tard, hantée par la trahison qui a provoqué le démantèlement ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (91) Voir plus Ajouter une critique
4,26

sur 329 notes
5
58 avis
4
24 avis
3
6 avis
2
0 avis
1
0 avis

Bartzella
  01 février 2022
Cela faisait tellement longtemps que ce titre faisait des clins d'oeil depuis les tablettes des librairies, je ne sais trop pourquoi j'ai tant attendu avant de le lire. Peut-être la promotion de ce roman a été si forte à sa sortie et même après que je craignais être déçue. Et pourtant !
J'avais hâte de le lire même si j'avais quelques appréhensions. Lesquelles ont tout de suite été balayées dès les trois premières pages. Cela a été vite chose faite. le roman, donc, dès le départ, nous harponne et c'est avec difficulté qu'on peut le laisser de côté, nous demandant toujours quel tournant l'histoire prendra, quels dangers et aventures devra affronter le Réseau Alice. Comment les uns se sont greffés aux autres. D'où viennent-ils, qui sont-ils ? C'est toujours fort intéressant. Dans le Réseau Alice, ce sont les femmes qui sont mises à l'avant, nos personnages principaux.
"Nous sommes des soldats en jupe, pas des dames."
"Le travail d'espion est sans doute celui qui apporte la plus grande satisfaction au monde. Les mères vous diront que la vocation ultime est la maternité. (...) Je préfère mille fois prendre le risque de recevoir une balle à la sécurité d'avoir à changer une couche sale."
Nous avons quatre personnages principaux, tous avec une personnalité très différente, qui feront équipe d'une façon bien spéciale. Trois de ceux-là sont absolument incroyables et on les adopte immédiatement. C'est un plaisir de partir en chasse avec eux, jeunes et plus vieux. Dans le présent, on grapille des notions du passé, période loin d'être rose vécue par Evelyn Gardiner en tant qu'espionne anglaise de 1915 à 1917. C'est elle le pilier central de notre histoire. Elle qui a un pied ancré dans les deux époques de notre roman.
La manière dont le récit est monté est très astucieux, même s'il n'est pas rare de lire un roman décomposé en plusieurs époques et lieux. J'ai beaucoup apprécié que celui-ci se déroule pendant la Première Guerre mondiale et juste après la Deuxième. le présent se déroule en 1947, ce qui reste très passionnant pour nous, lecteurs. Les séquelles de la guerre en Europe sont encore à vif et en lisant, c'est comme si nous y étions. le sujet concerne surtout les réseaux de la Résistance en France et de quelle façon ces femmes et hommes s'organisaient. La guerre n'est pas passionnante, elle est effrayante. Mais les réseaux d'espionnage, sujet moins bien connu, est tout-à-fait fascinant. On se rend compte à quel point l'espion (ne) devait avoir un talent ahurissant pour réussir à survivre dans ce contexte sans se faire prendre.

"Si j'étais un homme, vous diriez que je suis un bon patriote pour vouloir continuer de travailler pour mon pays. Mais, comme je suis une femme, ma décision est suicidaire."
"Nous serons celles qui ont craqué sous la pression. On ne remet pas sur la table une tasse fêlée qui risque de s'effriter."
Tout le long du roman, j'ai cru que l'histoire était un récit surtout pour divertir. Mais en lisant la note finale de l'autrice, j'ai eu la claque de découvrir que la moitié des personnages ne sont pas fictifs du tout, ni certains événements qui ont véritablement eu lieu ! Cette section à la fin doit être lue absolument ! J'en suis pratiquement tombée de ma chaise. Un immense bravo à Kate Quinn pour ses recherches de pointe. Cela m'a fait éprouver une immense fierté envers ces femmes de l'ombre, tellement courageuses qui, comme elle le mentionne, ont malheureusement été presqu'oubliées aujourd'hui. Ce roman leur redonne vie et il ne faut surtout pas que, justement, des personnes comme elles qui ont donné leur vie pour leur pays restent dans l'ombre. Il vaut la peine de plus s'informer sur le sujet et je suis reconnaissante d'avoir fait cette expérience, laquelle j'espère bien creuser un peu plus. Tellement fascinant !
"Le Réseau Alice" contient une petite dose de tout: horreur, courage, aventure, amour, drame, amitié, mystère, respect, honneur, vengeance, humour. Un roman qui contient de tout sans jamais être trop. Que je qualifierais de presque parfait.
Merci à Witchblade pour ce choix mille fois divertissant ! Instructif, aussi ! Je m'en suis régalée d'un bout à l'autre.
À recommander sans aucune hésitation et parfait à relire n'importe quand.
PIOCHE DANS MA PAL : JANVIER 2022
LC THÉMATIQUE DE JANVIER : ETATS-UNIS ET CANADA
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5010
oran
  19 juin 2021
J'ai commencé ce roman historique puis je l'ai délaissé au profit d'autres ouvrages, pour tout dire, je ne trouvais pas grand intérêt aux déboires de la jeune franco- américaine Charlie Saint-Clair confrontée à « un petit problème » (ce terme revient moult fois et cela devient lassant) à la recherche de sa cousine Rose disparue pendant la Seconde guerre mondiale et à Eve Gardiner, espionne lors du premier conflit mondial . Je l'ai repris, lecture quelques fois fastidieuse , plus légère et instructive à d'autres moments. J'ai commencé à y prendre de l'intérêt quand j'ai été voir combien de pages il me restait à lire ( livre de 618 pages) et que j'ai vu, en postface qu'en fait, l'héroïne, Alice Dubois, Lili , avait bel et bien existé sous la vraie identité de Louise de Bettignies, (1880-1918) , agent secret qui officia pour le compte des services de renseignement britannique.
Récit choral qui donne voix tantôt à Charlie, tantôt à Eve Gardiner, alias Marguerite le François.
J'aurais préféré que ce roman soit entièrement dédié à cette héroïne, et aurais apprécié retrouver de façon plus détaillée l'ambiance de Lille occupée, coupée du reste de la France, ville soumise à une terrible répression. Au final, lecture intéressante qui m'a fait découvrir cette héroïne française , je lirais , sans aucun doute, sa biographie plus détaillée et sûrement j'accomplirai une visite-hommage sur les différents lieux de mémoire à Lille, à Notre Dame de Lorette où la croix de bois qui fut fixée sur sa tombe est conservée dans la basilique…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          391
bbpoussy
  11 avril 2021
J'ai pris le temps pour lire ce livre qui m'a été pioché par @Ptitmousse dans le cadre du pioche dans ma PAL de 04/2021.
J'aime les romans consacrés aux deux guerres mondiales et aux réseaux de résistants. Ici, c'est le réseau de femmes qui est mis à l'honneur sous le nom de "Réseau Alice".
J'ai lu il y a quelques années "Le réseau Corneille" de Ken Follett que j'avais adoré et qui traitait lui aussi des femmes dans la résistance, j'avais donc une petite appréhension à l'idée de ne pas y retrouver le même engagement de la part de l'autrice.
Ils l'ont fait de manière différente mais cette histoire contient une partie de vérité et est très bien construite.
Les chapitres alternent entre Charlie, jeune femme de 19 ans enceinte, issue d'une famille aisée qui vit en Amérique mais qui part à la recherche de sa chère cousine Rose disparue en France pendant la dernière guerre. Et Eve, jeune femme Anglaise qui rentre en résistance dans le réseau Alice en France à Lille lors de la première guerre mondiale.
Leur vie va basculer le jour où Charlie va venir frapper à la porte d'Eve.
Je me suis laissée porter par l'histoire, parfois la boule dans la gorge, les larmes aux yeux, où l'envie de me battre à leur côté où de les protéger. Ce que ces femmes courageuses ont fait, enduré, subi et la reconnaissance qu'elles en ont tiré, pour celles qui ont survécu et très bien mis en avant.
Ce livre nous mène de Lille à Limoges avec un détour par le village d'Oradour-sur-Glanes. Pour l'avoir visité, je n'ai aucun mal à me mettre dans l'ambiance de ce village détruit, de cette église en flamme, de cette Peugeot rouillée, de ce silence qui règne, de ses fantômes qui poussent au recueillement.
Évidemment qui parle de résistants, parle aussi de collabos et celui de cette histoire est bien sûr détestable. La scène de torture est difficile mais malheureusement cela a existé.
L'autrice nous dévoile en fin de roman, les parties de son texte qui sont réelles, les personnages qui ont existé dont Louise de Bettignies, Lili et tous les autres noms qu'elle a portée, des lettres qu'ils ont écrites.
Ce roman est bouleversant et je le conseille aux amateurs de ce genre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          353
Sourisetdeslivres
  16 février 2020
Le réseau Alice est une magnifique lecture basée sur une histoire vraie.
L'histoire de Louise de Bettignies baptisée reine des espionnes, à la tête du réseau Alice durant la Première Guerre mondiale.
C'est un roman de femmes alternant 2 époques et deux héroïnes.
Ève et Charlie.
Un roman historique, mais aussi un roman initiatique pour ces deux femmes.
Une enquête qui devient quête sur les routes de France à bord de la Laguna en compagnie de Finn, un soldat écossais.
Il est sorti le 15 janvier chez Hauteville, le nouveau label de Milady.
Aussitôt reçu, aussitôt lu, voici mon avis :
Kate Quinn, l'auteure
J'avais déjà lu Kate Quinn, c'est une auteure que j'adore pour ses romans historiques, ceux que j'ai lus se passaient soit au 1er siècle ou au 15e, j'étais curieuse de la lire dans une époque plus contemporaine et de plus, basé sur des faits réels.
Les protagonistes du roman:
J'ai adoré les personnages principaux, Ève, Charlie et Fynn.
Ils m'ont fait rouler à leur côté à bord de la Laguna.
Comme c'est souvent le cas dans ces histoires, il y a deux chronologies : 1915-1916 et surtout 1947.
La moitié du récit se déroule pendant la Première Guerre mondiale tandis que l'autre se déroule juste après la Seconde Guerre mondiale.
Je me suis retrouvé complètement absorbé par les deux.
Eve Gardiner occupe une place importante dans les deux époques.
C'est un personnage qui m'a fasciné.
Quand on la rencontre au début du roman à Londres en 1947 on se demande bien ce qui a pu arriver à cette femme alcoolique, colérique et acariâtre.
On se doute qu'il y a un lien avec la guerre, mais lequel ?
Pour une grande partie du livre, j'ai trouvé difficile de réconcilier ce personnage durant la Première Guerre mondiale avec la vieille dame rencontrée après la Seconde Guerre mondiale.
On dirait des personnes différentes.
Les deux images que tu te fais d'elle finissent par fusionner lorsque tu comprends comment et pourquoi la transformation s'est produite.
Si tu arrives à recoller les morceaux des « deux » Ève, c'est grâce à Lili et Charlie.
Charlie, une jeune étudiante américaine qui remue ciel et terre pour retrouver sa cousine disparue lors de la Seconde Guerre en France.
Elle a eu le nom de Ève en effectuant ses recherches et se présente un soir à sa porte.
Un personnage téméraire, farouche, déterminé.
Une jeune fille qui n'a pas envie de devenir l'oie blanche que sa mère désire.
Charlie et Ève
Quand tu la rencontres, Charlie est en voyage en compagnie de sa mère pour résoudre un « petit problème ».
Seulement pour Charlie ce problème-là peut attendre ; ce qui compte par-dessus tout c'est retrouver Rose qu'elle considère comme une soeur.
Evelyne Gardiner, Ève, est la seule qui peut l'aider.
Ce qui fera réagir Ève, ce qui la fera décider à « accepter » Charlie, c'est le nom d'un restaurant : « le Léthé » Rose y a travaillé et Ève a l'air de bien le connaitre.
Les voilà donc toutes en route de Londres vers la France même si on peut dire que les deux héroïnes au début ne se supportent pas.
Ève ne fait rien pour arranger les choses et Charlie a autant de répondant.
Qu'importe, elles mettent toutes deux la rancoeur de côté pour le bien de leur enquête.
Toi, tu es toujours en train de te demander qui est vraiment Ève/ Evelyne.
Tu sens que quelque chose se cache sous cette carapace dure et froide, apparemment sans coeur.
Pour retrouver sa cousine, il faudra remonter le temps et découvrir l'histoire d'Ève, celle de Lili et du Réseau Alice, le plus célèbre réseau d'espionnage composé de femmes durant la Première Guerre.
Ève va la raconter en sillonnant les routes de France ; c'est à ça que servent les alternances de temps.
Les deux époques du roman :
C'était aussi passionnant qu'émouvant. Durant cette période, j'étais sous tension, dans la peur qu'il arrive quelque chose à ces jolies fleurs, toutes jeunes encore.
Marguerite, Lili et Violette notamment.
J'ai préféré ces parties-là même si j'étais dans le suspens de savoir où avait bien pu disparaitre la cousine de Charlie.
La fine équipe des 3 mousquetaires composée de Fynn, Ève et Charlie détonnent ensemble, ils sont tous les 3 de caractères opposés, ce qui les rassemble : ce qu'ils ont vécu durant les guerres.
Les deux histoires ont retenu mon intérêt. Je trouve généralement avec des histoires à double temporalité que l'une prend le pas sur l'autre et même si comme je te le dis j'ai préféré l'époque de la Première Guerre j'ai adoré l'enquête de Charlie ; son personnage a ravi mon coeur. J'ai admiré sa persévérance, son esprit indépendant.
Elle est prête à tout pour élucider son mystère et ce n'est pas le mauvais caractère de Ève ni les ultimatums de sa mère qui la feront dévier de son but pas même son « petit » problème, nom donné par la mère de Charlie qui m'a hérissé les cheveux.
Ève joue un rôle majeur dans la recherche de Charlie, mais c'est l'histoire de son passé qui m'a captivé.
Les espionnes de la Première Guerre mondiale:
Lire ce que les espionnes étaient capables de réaliser au nez et à la barbe de l'occupant était passionnant, mais aussi très stressant.
Elles vivent dans le danger, elles avancent sur une corde raide où le moindre faux pas, la moindre erreur ou pire dénonciation sera synonyme de mort.
Je peux te dire que ces passages m'ont ébranlée. Comment ne pas l'être en même temps quand tu sais que ce n'est plus de la fiction que tu lis, que ces femmes ont existé.
Édith Cavell, Louise Thuliez, la princesse de Croy pour n'en citer que quelques-unes.
Une histoire de force, de courage, de vengeance aussi et enfin, de rédemption pour nos deux héroïnes.
J'ai eu le coeur brisé, j'ai souffert et j'ai eu peur.
Lili m'a fascinée. Quelle femme !
Heureusement Kate Quinn, en alternant les époques, contrebalance le poids du passé en allégeant quelque peu en 1947, quelque peu car plus tu avances dans le roman plus tu vas comprendre vers quoi tu te diriges plus tu auras le coeur serré.
Quiconque a étudié la politique vous dira que les deux conflits sont intrinsèquement liés, mais pour ma part c'est la première fois que je vois les deux guerres abordées au cours d'un même livre.
Bien qu'elle évite de nous plonger dans le côté politique, Kate Quinn traite les deux guerres comme des chapitres continus dans la vie de ses personnages.
Le roman. À lire ou non ?
Est-ce que je recommanderais le livre ?
De tout coeur et sans hésitation.
Je m'attendais à ce que ce roman soit bien écrit et je m'attendais à ce qu'un niveau exhaustif de recherche soit mis en évidence dans le roman.
Kate Quinn nous offre les deux, mais elle a également réussi un niveau de créativité, de profondeur et d'émotion humaine authentique qui m'a pris complètement au dépourvu.
À la fin du roman, lire les notes de l'auteure est édifiant. Cette partie pourtant relativement courte par rapport au roman m'a captivée.
J'ai été surprise et ravie de voir qu'une grande partie de l'histoire est basée sur la vérité.
Je le savais en le commençant, mais pas à ce point.
Les recherches qui ont mené à la rédaction de ce livre sont immenses.
Nous avons tout dans ce roman : des personnages fascinants, des intrigues captivantes, un suspense élevé, un aperçu de la Première Guerre mondiale et un peu de romance.
J'ai particulièrement aimé en savoir plus sur le réseau d'espionnage de la Résistance française pendant la Première Guerre mondiale, en particulier le vrai réseau Alice dirigé par une femme, nom de code Alice Dubois.
Il s'agit d'une lecture riche qui va complètement t'absorber avec une écriture exceptionnelle.
Je me suis beaucoup soucié des personnages, aussi imparfaits soient-ils.
J'ai été attirée par l'histoire de Charlie et immergée dans celle de Ève, totalement sous tension en l'entendant raconter son histoire. J'étais sur le bord du siège de la Laguna entre Finn et Charlie alors qu'Ève raconte comment elle se mettait en danger pour apprendre les secrets de l'ennemi.
Une scène est horrible à lire, une autre est aussi tragique que magnifique, une dernière est tout simplement horrible.
Le statut des femmes à ces époques :
Les deux époques que tu traverses te permettent d'appréhender le statut de la femme en ce début du 20e siècle.
Elles sont destinées à faire de beaux mariages, elles ne peuvent qu'à aspirer n'être que des femmes au foyer, soumises et obéissantes.
Les femmes trop intelligentes on n'aime pas ça.
Tu lis aussi le peu de droits dont elles disposaient ; comme celui, hallucinant, de ne pas pouvoir disposer de leur propre argent sans l'accord d'un homme, mari ou père.
Les femmes que tu rencontres en ont décidé autrement.
Elles sont maitres de leur destin, de leur choix qu'elles assument, elles sont indépendantes.
Elles veulent être libres. En cela, la guerre les aide.
En bref
C'est un livre de plus de 600 pages, j'admets que certains passages du récit sont plus lents que d'autres, mais j'ai adoré sans que cela soit un coup de coeur.
Peut-être si on était restée en 1916 même si la quête de Charlie n'est pas dénuée de sens ni d'intérêt et qu'elle permet de comprendre les personnages. Leurs failles, leurs blessures, la haine qui les habite encore.
L'intrigue de 1947 apporte une autre dimension au roman.
Bien que les personnages du livre sont fictifs, tu vas rencontrer des personnages qui ont réellement oeuvré, risqué leur vie durant la guerre notamment celle connue aujourd'hui sous le nom d'Alice Dubois.
Kate Quinn a la particularité de proposer des romans denses en informations, ses recherches sont précises et détaillées, mais complètement intégrées dans le récit.
Tu n'as pas du tout l'impression de lire un documentaire loin de là !
Faire le lien entre les deux guerres avec Charlie était intelligent. Outre apporter une intrigue supplémentaire, elle allège quelque peu le récit.
Le travail de recherches, de documentation de l'auteure est indéniable, elle retranscrit l'histoire et la création du Réseau Alice, de Alice Dubois, alias Louise de Bettignies, mais aussi le quotidien difficile de la France occupée durant les guerres surtout dans le Nord.
Même si on est en partie dans une histoire vraie, les descriptions n'étouffent pas l'intrigue.
La romance qui pointe le bout du nez non plus.
Kate Quinn a une plume fluide qui rend la lecture très addictive.
Tu ne peux lâcher le roman sans savoir ce qui est arrivé à Ève, à Lili, mais aussi à Rose et ce qui va se passer pour Charlie et son problème.
Deux guerres, deux époques, l'histoire de femmes héroïques, mais méconnues ou alors très peu reconnues
De l'Angleterre à la France, l'histoire de femmes héroïques, courageuses, oubliées dans le tourbillon de l'Histoire.
Un roman passionnant, bouleversant avec un suspens constamment maintenu, des personnages qui évoluent au cours des 500 pages.
Ne t'attends pas à lire beaucoup de détails sur les deux guerres, ce qui compte dans ce roman c'est le rôle joué par les femmes.
Pour ma part, j'ai adoré et je te le recommande vraiment.

Lien : http://unesourisetdeslivres...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Beli_LivreSaVie
  20 mars 2020
Un roman que j'attendais de lire avec tellement d'impatience. Il a tardé à arriver et c'est dans une période pas facile que j'ai décidé de le lire enfin, cette période où nous sommes tous confinés chez nous. Alors moment propice à la lecture, oui et non, car les enfants sont aussi chez nous et il faut les occuper ! Bon d'une manière ou d'une autre, je l'ai enfin lu et dès le début de ma lecture, j'ai compris quel était le potentiel de ce livre.
Le roman se compose d'une succession de chapitres qui va passer des années de la première guerre mondiale auprès d'Eve, une jeune anglaise devenue espionne, à l'après seconde guerre mondiale, auprès de Charlie, une américaine qui cherche sa cousine disparue il y a quelques années pendant la guerre. Deux personnages féminins, deux périodes troubles de l'histoire, deux guerres mondiales. C'est à travers le regard de ces femmes que nous allons découvrir à la fois leur histoire individuelle, mais aussi comment elles vont s'intégrer à l'histoire d'une guerre. le portrait de deux femmes, courageuses qui ont du vivre avec le temps et leurs contraintes, faire face à des décisions difficiles qui concernaient leur statut de femme, évoquant ainsi les libertés possibles à cette époque où la femme n'avait que peu de droits.
A travers la découverte de leurs histoires qui se fait au fil des pages que l'on tourne, c'est aussi celles des personnes qui leur sont chères que nous allons découvrir : celui qui accompagne les jeunes femmes, un chauffeur ? Non bien plus que cela encore, un homme qui a vécu des années de guerre difficiles et qui à travers son témoignage, nous évoquera quelques moments forts de cette période. Ou encore, Alice, cette femme à la tête d'un réseau d'espionnage, une femme remarquable, ou Violette, cette infirmière espionne, des exemples de femmes courageuses. Ou encore cet homme, Cameron qui les a toutes choisies, formées et réunies pour mieux combattre, ses fleurs du mal auxquelles il était très attaché. Nous ferons aussi la connaissance de Rose, la cousine de Charlie qui un jour a disparu, que lui est-il arrivé ? Mais aussi de ceux qui furent les instruments dévastateurs de cette guerre, notamment cet homme, René, un collaborateur plein de ressources qui a su tiré son épingle du jeu avec perfidie et intelligence.
Nos deux héroïnes étaient bien jeunes quand leur histoire commence. Eve est une jeune femme qui n'a pas de famille, elle vit en Angleterre et comme beaucoup, elle souhaiterait se rendre utile dans cette guerre qui sévit en Europe. Elle va ainsi rejoindre un réseau d'espionnage, et après un court « entrainement » en Angleterre, elle va rejoindre le nord de la France, occupé par les allemands où elle va rencontrer Alice. Nous ferons alors la connaissance de celles qui composent ce réseau d'espionnes pour le compte de l'Angleterre en zone occupée par l'ennemi. Elle va ainsi intégrer ce réseau, en se faisant embaucher dans un restaurant très sélect qui accueille les allemands, Eve est trilingue, elle parle très bien français, ce qui lui permet de se faire passer pour l'une d'elles, tout comme l'anglais, mais chose précieuse : elle parle allemand. Et c'est cette connaissance, qu'il lui permettra de réunir des informations sur ce que partagent les soldats allemands dans la confidence de ce lieu intime, alors qu'elle sert et dessert leur table. le personnage d'Eve est très intéressant, nous avons pu constater comment cette jeune femme a su se jouer des hommes qu'elle fréquentait alors, avec son air candide et innocent et elle a su utiliser son bégaiement comme une protection, la rendant encore plus vulnérable aux yeux de ceux qui pensaient qu'elle était inoffensive. Qui aurait cru qu'une frêle jeune femme, un peu stupide pouvait être une espionne de guerre ?
Auprès d'Eve, ainsi que d'Alice et de Violette, nous allons découvrir de quelles façons, ces femmes ont su ainsi intégrer des milieux révélateurs de tant de secrets de guerre et de missions, qu'aucun homme n'auraient pu connaitre. Ces femmes ont pris chaque jour des risques énormes, elles savent se fondre dans la masse, mais elle reste aussi des femmes, qui ont du subir bien des représailles et ont du faire des choses dont elles n'étaient pas fières pour arriver à leurs fins, mais à aucun moment, elles n'ont failli à leur mission. Eve, que nous découvrons bien des années plus tard, après la seconde guerre mondiale, en parallèle à son histoire d'espionne que nous découvrons, n'est plus que l'ombre d'elle même. Alcoolique, sans vie, sans envie, elle est devenue aigrie et distante, peu encline à écouter les autres. Sa vie après cette mission lors de la première guerre mondiale n'a été que vide, elle se sent coupable de trahison et doit vivre avec ce sentiment depuis toutes ces années. Elle a perdu toutes les personnes qui lui étaient devenues proches, et elle n'avait plus rien pour être heureuse. L'arrivée de Charlie va changer la donne et son histoire prendra alors un nouveau tournant.
Charlie, à l'instar d'Eve, n'a pas vécu la guerre comme ceux et celles qui étaient en plein coeur d'elle. Durant les années 1939-1945, elle vivait aux Etats-Unis, elle était alors une adolescente qui vivait auprès de ses parents, mais son frère lui est parti à la guerre. Son retour parmi eux, marquera le début de la dégringolade de sa vie, quand il mettra fin à ses jours, ne supportant pas le choc post traumatique de la guerre. C'est ainsi que Charlie va se retrouver dans la situation qui la conduira en compagnie de sa mère en Europe, où elle découvrira un continent touché fortement par la guerre, guerre qui a pris fin seulement deux années plus tôt. Charlie a dix-neuf ans, elle est encore mineure, et n'a pas d'autres choix que de suivre sa mère et les décisions qu'elle a prise pour elle mais alors qu'elle se trouve dans ce pays où elle a passé tant de bon moments dans son enfance, elle ne peut s'empêcher de penser à sa cousine, Rose, disparue il y a quelques années. On n'a jamais su ce qu'il lui était arrivé et c'est poussé par ce besoin de la retrouver qu'elle va s'enfuir, pour rejoindre ce contact qu'elle a, cette femme, qui fut espionne durant ce temps de guerre : Eve. C'est ainsi qu'elles vont se rencontrer une première fois, et que leurs quêtes va commencer, une immersion dans le passé et ses lourds secrets qui changeront leurs vies.
A travers leurs histoires, nous découvrons aussi l'évolution de la condition des femmes dans la société du XIXème siècle. Une société en continuelle évolution, et qui a permis à la femme de s'émanciper au fil des années, bien qu'il est vraiment fallu attendre bien après la fin de la seconde guerre mondiale pour qu'elles obtiennent des droits. Mais il est importante de constater que la mutation de la condition féminine est passée par ces femmes, qui ont bravé les interdits des hommes, pour commettre des actes qui leur étaient interdits. Mais c'est avec courage, persévérance, beaucoup de danger qu'elles vont contredire les règles de la société. Ces femmes sont admirables, courageuses et la témérité de leurs actes n'ont guère été reconnue alors qu'ils ont été bien réels. J'éprouve toujours un sentiment de fierté et d'admiration envers celles qui ont su prendre le pas sur les interdits, et braver les hommes en utilisant leur intelligence et tout ce qu'elles pouvaient pour rendre service à la société. L'histoire de deux femmes nous permet ainsi de rendre hommage à celles qui dans l'ombre ont oeuvré à la libération des pays en guerre.
Il est rare de jongler ainsi entre deux guerres, l'une et l'autre ont été vécues complètement différemment, et ce sont deux périodes elles aussi différentes. de ces deux guerres, nous notons toutefois le fait que la France fut envahie par l'Allemagne et c'est alors que ces ennemis menacent la sécurité d'un pays que les histoires vont nous être dévoilées. J'ai trouvé complètement captivant la façon dont elle va faire en sorte que ces deux parties finissent par se rejoindre, à travers deux quêtes qui finiront par n'en former plus qu'une, celle de la vengeance pour toutes les personnes qui leur étaient chères et qui sont mortes en combattant l'ennemi. Tout au long de ces enquêtes, nous découvrirons des femmes fortes oui, mais qui ont aussi connu des moments de peurs et ont pu être déstabilisées par la cruauté de certains êtres. Malgré la vulnérabilité de leur condition de femmes, elles ont su fièrement assumer leurs choix.
Le réseau Alice a répondu à toutes les attentes que j'avais de cette lecture. Elle nous propose des femmes admirables et courageuses qui ont su contribuer à l'histoire et qui ont su aussi permettre à la femme de s'émanciper de cette image que l'on avait d'elle à l'époque. Bien entendu, sur le moment, leurs faits et gestes n'ont malheureusement pas toujours été reconnus, ce qui aurait pu changer le cours de l'histoire, mais elles ont su montrer à quel point elles pouvaient se rendre utiles. On ne peut être qu'admirative de constater les risques qu'elles ont pris, les choix qu'elles ont fait afin que ce réseau d'espionnage puisse être utile.
Kate Quinn s'est inspirée de faits réels et personnages véridiques qui ont oeuvré durant les guerres mondiales, elle en a inventé d'autres ainsi que certaines situations, mais toujours en s'attachant au plus près à l'histoire de réseau d'Alice. Cela rend la lecture encore plus fascinante à découvrir. Plonger dans ce livre, c'est plonger au coeur même de deux guerres, dans la France occupée et les horreurs qui ont été commises par l'ennemi. le récit est rythmé par la révélation de toutes ces histoires que nous découvrons mais aussi par ce constant danger qui plane au dessus de ces jeunes femmes espionnes au service d'un pays. Une lecture coup de coeur, palpitante et passionnante à lire !
Lien : http://www.livresavie.com/le..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (57) Voir plus Ajouter une citation
NuageuseNuageuse   25 octobre 2020
Je voulais dire, cessez de m’appeler de cet horrible nom. Alice Dubois, ajouta-t-elle avec un frisson exagéré. Quel péché ai-je commis pour mériter un nom pareil ? Je devrais poser la question à mon confesseur. Alice Dubois fait penser à une institutrice maigre comme un coucou au visage aussi avenant qu’un pot de chambre. Appelez-moi Lili ! Ce n’est pas mon vrai prénom non plus mais, au moins, il est un peu plus élégant. Pétillant. J’ai tanné l’oncle Edward pour qu’il m’appelle ainsi. Et Lili veut dire Lys. Ce qui, je pense, plaît à l’oncle Edward parce qu’il a baptisé toutes ses autres « nièces » de noms de fleurs. Comme Violette. Vous n’allez pas tarder à la rencontrer. Elle vous détestera, mais elle déteste tout le monde. Et maintenant vous, Marguerite ! La pâquerette. Nous sommes son jardin et il en prend soin comme une vieille fille avec son arrosoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
leslivresmapassionleslivresmapassion   05 septembre 2020
J'avais souvent regretté de ne pas être aussi douée pour cerner les gens que je l'étais pour résoudre un problème d'arithmétique : de ne pouvoir me contenter de les décomposer en dénominateurs communs et de les résoudre. Les chiffres ne mentaient pas ; il y avait toujours une solution, et la solution était soit juste soit fausse. C'était simple. Mais rien dans la vie n'était simple et, dans ce cas précis, je n'avais aucune opération à faire pour trouver une solution. Il y avait juste moi, et le désordre que je représentais, assise à une table face à ma mère qui ne partageait aucun dénominateur commun avec sa fille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
BartzellaBartzella   01 février 2022
Le travail d'espion est sans doute celui qui apporte la plus grande satisfaction au monde. Les mères vous diront que la vocation ultime est la maternité. (...) Je préfère mille fois prendre le risque de recevoir une balle à la sécurité d'avoir à changer une couche sale.
Commenter  J’apprécie          120
TaprofdelettresTaprofdelettres   30 août 2022
En effet, le métier d'espion n'avait alors rien du glamour que devait lui conférer par la suite le personnage de James Bond ou les films de Hollywood; il n'était pas considéré comme une activité de gentleman, et encore moins de femme de la bonne société. Si une femme devait se compromettre en devenant espionne, elle devait garder sa réputation intacte. Et il était capital d'insister sur le fait que les sources féminines comme Louise de Bettignies n'avaient pas perdu leur vertu. «Il y avait peut-être des coquettes mais jamais de prostituées. Elles n'avaient jamais recours aux habituels stratagèmes féminins pour obtenir des informations », écrivit un biographe de Louise avec le plus grand sérieux sur les femmes du Réseau Alice. En dépit de la dure réalité vécue par Eve et Louise, elles étaient parfaitement conscientes que, dans l'opinion publique, les espionnes ne pouvaient être que des saintes ou des prostituées: des images d'une pureté sans tache comme la martyre Edith Cavell ou des femmes de petite vertu, volages et sensuelles, comme Mata Hari.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Beatrice258Beatrice258   19 mai 2021
La formation à Folkestone durait 2 semaines. 2 semaines dans des pièces étouffantes, basses de plafond, aux fenêtres constamment fermées malgré la chaleur du mois de mai.
Des élèves qui n'avaient en rien l'apparence d'espions, suivaient des cours sur d'étranges et sinistres sujets, enseignés par des hommes qui n'avaient pas l'air de militaires.
En dépit des préférences du capitaine Cameron, elle était la seule femme, ignorée des instructeurs qui persistaient à s'adresser en priorité à leur auditoire masculin avant de lui permettre de s'exprimer.
Ce qui ne la troublait en rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Kate Quinn (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kate Quinn
La Chasseresse - Kate Quinn
autres livres classés : espionnageVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus






Quiz Voir plus

Le réseau Alice

Quelle est l'arme qui a ravagé les mains d'Eve Gardiner?

Un buste de Baudelaire.
Un pistolet Luger.
Un plateau de service.
Une lampe de lecture.

4 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Le Réseau Alice de Kate QuinnCréer un quiz sur ce livre